Navigation – Plan du site
Cartographies de l'Amérique

The « AIDS Memorial Quilt » au National Mall : cartographie d'une pandémie

Géraldine Chouard

Texte intégral

1Vingt-cinq ans après sa création, « The AIDS Memorial Quilt », œuvre collective de patchwork réalisée en la mémoire de personnes décédées du SIDA, a été exposée à Washington, D.C., à l'occasion du XIXème congrès international consacré à cette question de santé publique qui s'est tenu dans la capitale du 22 au 27 juillet 2012.

2L'ouvrage en question, qui pèse aujourd’hui plus de cinquante tonnes et pourrait couvrir une surface de plus de cent vingt mille mètres carrés, ne peut plus être exposé dans son intégralité. Cinq mille panneaux ont été présentés dans une cinquantaine d'espaces publics de la ville (aéroport, musées, lieux de culte) tandis que trente-cinq mille deux cents autres (soit huit mille huit cents différents chaque jour) étaient déployés aux mêmes dates sur le « National Mall », qui l'avait accueilli pour la première fois en 1987.

3Depuis cet événement qui a fait date, dans le cadre de campagnes de défense des droits des homosexuels et de lutte contre l'épidémie du SIDA, le patchwork se fait monument commémoratif, instrument de propagande et œuvre d'art, renouvelant à chacune de ses expositions publiques ses enjeux pédagogiques et militants. Avec sa nouvelle distribution géographique, la récente exposition de « l’AIDS Memorial Quilt » à Washington soulève un certain nombre de questions relatives à son organisation, à l’évolution de ses fonctions et au devenir de sa réception, notamment par le biais du numérique.

America’s front yard

  • 1  Voir à ce sujet Joseph R. Passonneau, Washington through Two Centuries: A History in Maps and Imag (...)
  • 2  Michael J. Lewis en retrace les étapes essentielles dans « The Idea of the American Mall » in Nath (...)

4La ville de Washington a été conçue suivant un plan en losange, dessiné à la fin du XVIIIème siècle par l'architecte français Pierre-Charles L'Enfant, offrant un réseau de rues qui la divisent en quatre secteurs1. Entre le Capitole, siège du Congrès, et le Washington Monument, obélisque de marbre dédié au premier président des États-Unis, s'étend une vaste esplanade dont la perspective se prolonge jusqu'au Lincoln Memorial, au bord du Potomac. Baptisée « Grand Avenue » par L’enfant en 1791, qui y voyait, selon ses termes, une réplique du « tapis vert » de Versailles, elle est devenue en 1802 « The Mall », puis « The National Mall », selon le terme qui la désigne aujourd’hui2.

5Lieu géométrique de la ville, cette allée longue de plus de trois kilomètres, est bordée de part et d'autre de l'exceptionnelle série de musées de la Smithsonian Institution, qui retracent l'histoire de la première puissance mondiale depuis l'occupation indienne jusqu'à l'aventure spatiale, ainsi que de nombreux mémoriaux rendant hommage aux héros de la nation. Souvent qualifiée de « pelouse nationale » (« America’s front yard »), cet espace gazonné ouvert s'impose dans le paysage américain et dans son imaginaire comme le symbole du pouvoir fédéral. A la différence de la pelouse de la Maison-Blanche, servant de cadre à des événements officiels (conférences de presse, signatures de traités, cérémonies civiles), cette allée de verdure est le théâtre de la démocratie en action, servant un vaste éventail d'activités collectives. A la fois terrain de jeu (les frisbees y croisent les cerfs-volants), aire de détente (on s'y repose à l'ombre des grands ormes) et lieu de célébration de fêtes nationales (et notamment celle du 4 juillet, célèbre pour ses feux d’artifices), le « National Mall » est aussi l’espace de rassemblements politiques, qui donnent l'image d'un état réceptif à la dissidence civique susceptible de s'y exprimer.

6C'est notamment sur cette pelouse légendaire qu'il y a quelque cinquante ans Martin Luther King avait fait rêver l'Amérique. Le mémorial à son effigie qui s'érige sur le Mall, fut inauguré par le président Obama en 2011. Et c'est sur cette même esplanade qu'en 2006 s'est exprimé le mécontentement populaire contre la guerre en Irak, à l'initiative de l'AFSC (American Friends Service Committee), au moyen d'une insolite exposition de milliers de bottes de combat qui visait notamment à dénoncer les pertes humaines du conflit. Les qualités photogéniques de cet espace monumental entre tous sont à verser au compte du succès médiatique que remportent régulièrement les événements publics qui s’y produisent.

7Dans le prolongement de ces différentes manifestations, au cours de ce dernier quart de siècle, la force symbolique du « National Mall » s'est fortement illustrée par une série d'expositions de patchwork, conçues dans un esprit analogue de résistance, d'hommage et de partage, qui ont suscité un vif intérêt à l’échelle nationale et internationale. Pour comprendre les enjeux de ce phénomène, tel qu'il s'est manifesté en juillet 2012 à Washington, quelques rappels des étapes majeures de son histoire en éclairent les résonances idéologiques et culturelles, et permettent d’en observer tout à la fois les fixes et les variables.

« Rayés de la carte »

8Il y a quelque vingt-cinq ans, c'est à San Francisco que fut conçu le projet d'un patchwork collectif visant à servir une cause sociale, par un certain Cleve Jones, fervent militant des droits des homosexuels. Suite au double assassinat du conseiller municipal Harvey Milk, et du maire de San Francisco, George Moscone (en 1978), homosexuels tous les deux, Jones avait organisé en 1985 une marche aux flambeaux visant à honorer leur mémoire. Ayant découvert cette année-là que, dans le seul quartier dit « Le Castro », où était regroupée la plus grande communauté homosexuelle de la ville, plus de mille personnes atteintes du SIDA avaient été, selon ses termes, « rayées de la carte » (« wiped out »), il avait demandé à chacun des participants de défiler en tenant à la main une pancarte portant le nom d'un proche disparu. À la fin de la marche, en signe de protestation contre l'inertie du gouvernement (à l'époque, de Reagan) face à la gravité de l'épidémie, les manifestants placardèrent ces pancartes sur les murs du Federal Building de la ville. Jones fut alors immédiatement saisi par l'effet visuel produit :

I said to myself, It looks like a quilt. […] And as I scanned the patchwork, I saw it — as if a Technicolor slide had fallen into place. Where before there had been a flaking gray wall, now there was a vivid picture, and I could see quite clearly the National Mall, and the dome of Congress, and a quilt spread out before it—a vision of incredible clarity. (Morris 14-15)

Fig. # 1: 4751 « The Inspiration », The National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

9En exposant en un tel lieu emblématique, l'objectif de Jones était de « surprendre et secouer l'Amérique profonde » (« to startle Middle America and shake them up ») (Morris 34). Entouré de quelques bénévoles, et notamment Mike Smith, Jones créa alors la NAMES Project Foundation, qui fut à l'origine de ce qui porte désormais le nom de « AIDS Memorial Quilt », et qui continue de faire régulièrement l'actualité à travers le pays.

10Le tout premier panneau, conçu par Cleve Jones en hommage à son ami Marvin Feldman, en inspira aussitôt des centaines d'autres. En l'espace d'un an, près de deux mille quilts furent réalisés en hommage aux disparus, à la fois par leurs familles, et dans l'atelier de la NAMES Project Foundation de San Francisco (au 2362 Market Street) par des bénévoles qui, grâce aux dons venus de tout le pays (machines à coudre, équipement matériel), purent venir en aide à tous ceux et celles qui voulaient se joindre à ce vaste projet commémoratif. Ce n'était là qu'un début.

  • 3 Florence Howe, « The Aids Quilt and its Traditions », College Literature 24, 1997, 109.

11En raison du stigmate attaché à la maladie au moment où elle s'est déclarée aux États-Unis, il faut rappeler que dans les années 1980, bien des établissements de pompes funèbres refusaient d'enterrer les morts du SIDA de sorte que la plupart d'entre eux durent être incinérés, le plus souvent sans obsèques publiques. Pour Lawrence Howe, cette exclusion sociale était comparable à la ségrégation raciale qui avait en son temps sévi dans le Sud des États-Unis : « The Aids Memorial Quilt commemorates the dead in the most pernicious epidemic of the modern era, and, some might say, in the most monumental instance of American social neglect since Jim Crow3 ». Rayés de la carte de leur vivant, ils le furent donc aussi à leur mort, privant les familles et les proches de la possibilité de se recueillir autour d'un lieu de sépulture. Dans un tel contexte, l’« AIDS Memorial Quilt » se définissait avant tout par sa fonction mémorielle et réparatrice. Selon les consignes fournies aux participants, toujours en vigueur selon le site officiel de l'association (« Make a Panel »), chaque quilt devait être réalisé au format d'un cercueil humain (environ 1 m x 2 m), conçu à l'image du défunt, évoquant son existence passée par le biais d’éléments représentatifs de son histoire (vêtements, objets fétiches, photographies).

Fig. # 2 4853 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

Fig. # 3 4582 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

Fig. # 4 5129 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

  • 4  Nom ou prénom, la chose n’allait en fait pas de soi. Dans les premiers temps, certaines personnes (...)

12Il devait encore et surtout porter son nom, ou son prénom, ce qui a d'ailleurs valu à l'œuvre collective d'être rebaptisée à l'occasion « The NAMES Quilt4 ». Les victimes devenaient ainsi des personnes singulières, plutôt que des statistiques anonymes. Au côté du nom du défunt, inscrites en toutes lettres, figuraient souvent ses dates de naissance et de décès, faisant de ces quilts de véritables pierres tombales textiles, à la fois souples et mobiles. A ces pièces individuelles, cousues par les proches, s'ajoutaient des quilts collectifs qui rassemblaient le nom de plusieurs disparus appartenant à une même communauté (géographique, sociale, professionnelle).

Fig. # 5 5182 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

13Ce recensement était aussi une forme d’encensement : le projet visait ainsi à rendre un hommage posthume aux oubliés de l'histoire en leur redonnant, par le biais du tissu, une identité. A ce titre, l'injonction à se souvenir exprimée par le mot « Remember », précédé ou suivi du nom d’une personne, d’un groupe ou de celui d’une ville et figurant sur de nombreux quilts, témoignait d’une volonté de « remembrement » d'un corps social défait par la maladie (Arizona Remembers, Remember the Children, We Remember All Those Lost to AIDS Who Had No One to Memorialize Them). A la fois singulier et générique, un quilt patriotique faisait figurer un drapeau américain aux côtés d' un immense ruban rouge portant la mention « We Remember », inscrite en lettres majuscules, qui s'appliquait à la fois au « Johnnie Clarke » auquel il était dédié, mais au-delà, à toute la communauté des victimes du SIDA.

Fig. # 6 4590 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

14D'une originalité sans précédent, l’« AIDS Memorial Quilt » renouait néanmoins avec plusieurs traditions ancestrales du patchwork américain : celle du mourning quilt et celle du protest quilt. Si au XIXème siècle, le patchwork de deuil était souvent élaboré avec les vêtements du défunt, dans l’intimité familiale, le nouveau Quilt visait à accomplir un deuil public, aussi fédérateur que possible. Il prolongeait par ailleurs la veine militante des nombreux ouvrages réalisés pour accompagner les plus grandes causes nationales, qu'il s'agisse de la lutte contre l'alcoolisme (temperance quilts), de l'abolition de l'esclavage (abolitionist quilts) ou encore de la défense du droit de vote pour les femmes (suffrage quilts). Mais à la différence de ces fund-raising quilts, qui, aux XIXème et au XXème siècles, étaient presque toujours réalisés à une échelle locale, au sein d'une paroisse ou d'une association caritative, l’« AIDS Memorial Quilt » aspirait cette fois à sensibiliser les instances gouvernementales à une question de santé publique d’envergure nationale en s’exposant à Washington, siège du pouvoir fédéral et « lieu de mémoire » par excellence.

15Lors de sa première exposition sur le « National Mall », le 17 octobre 1987, l’« AIDS Memorial Quilt » comprenait mille neuf cent-vingt panneaux, couvrant une surface supérieure à celle d'un terrain de football américain5. Cette unité de mesure, devenue désormais la norme pour évoquer les dimensions d'un ouvrage collectif toujours en expansion, visait à rendre compte de l'ampleur de l'épidémie tandis que l'image sportive, à laquelle les citoyens américains ne sont jamais insensibles, faisait indirectement appel à leur légendaire esprit d'équipe. Par ailleurs, la connotation virile du football contrebalançait le caractère féminin de la pratique du patchwork, visant ainsi à étendre l'impact du phénomène au-delà de la communauté homosexuelle concernée au premier chef.

16Au-delà de la simple affaire de surface, mesurable en mètres carrés, c'est bien sûr la valeur symbolique de la pelouse comme terrain d'interaction qui lui conférait sa puissance évocatrice. Lors de la première exposition du Quilt, les panneaux de patchwork étaient disposés sur d'immenses bâches blanches qui recouvraient l'intégralité du terrain gazonné, faisant disparaître sa couleur verte caractéristique. Loin de la nature qu'elle était censée représenter, la pelouse était devenue le support d'une œuvre de culture, visant à relayer le phénomène de la pandémie. Effacée du paysage, ensevelie sous les quilts, la pelouse brillait par son absence et invitait les passants à s’interroger sur ce qu’elle mettait en scène.

17Cette gigantesque exposition de patchwork n'était pas sans rappeler la célèbre méthode d'empaquetage façon Christo, dont l'objectif était de révéler la dimension symbolique des lieux publics (parcs, paysages, monuments) en les cachant temporairement. Cleve Jones rappelle d'ailleurs à cet égard l'impact visuel qu'avait eue l'installation de Christo, Running Fence, en 1976, qui faisait serpenter sur près de quarante kilomètres un ruban de toile de nylon blanche de 200 000 m2 dans le comté de Sonoma, en Californie :

It was a beautiful and moving sight, and I was struck by the grandeur of those vast expanses of shimmering opalescent fabric zigzagging up and down the golden hills. How it billowed in the breeze with the light playing off it, like a string of azure tall ships sailing on a golden sea. (Morris 15)

18Si l’artiste environnementaliste a sans nul doute contribué à le convaincre de la possibilité de mettre en œuvre un projet d’envergure monumentale, Cleve Jones mentionne également l'effet qu’avait eu sur lui en 1979 l’installation de Judy Chicago, The Dinner Party, qui visait à rendre hommage à trente neuf femmes qui avaient marqué l’Histoire en les invitant à la même table, dressée de sets de table individuels, conçus à leur image : « It seems an apt synthesis : individual quilts, collected together, could have the same immense impact » (Morris 15).

19Le week-end du 17 octobre 1987, l’impact de la première exposition du Quilt fut en effet immense. Plus de cinq cent mille personnes défilèrent au « National Mall » pour la voir, partager le deuil des familles et prendre connaissance des revendications exprimées par les organisateurs en matière de droits des homosexuels. L'accueil exceptionnel qui fut fait à cette manifestation s'explique en partie par son caractère spectaculaire, qui offrait au public une vision renouvelée, et magnifiée, d'un site emblématique. La force visuelle de ce mémorial textile haut en couleurs déployé entre un Capitole aux colonnades néoclassiques et l'obélisque de Washington, fièrement dressé en plein centre du « Mall », a inspiré de nombreux photographes. La riche iconographie produite lors de cet événement inaugural est aujourd'hui aisément disponible sur les réseaux internet et continue d'accompagner la diffusion de l'histoire du Quilt.

20Pour les témoins de l'époque, tels que Simon Watney, porte-parole de la communauté homosexuelle, ce monument aux morts textile offrait une nouvelle cartographie de la nation américaine :

I was skeptical about it before I saw it. Falling back on a rationalist perspective, I thought: Oh, God, this is so sentimental. But when I finally saw it […] it was a completely overwhelming experience. To have this social map of America. To have Liberace alongside Baby Doe, to have Michel Foucault alongside five gay New York cops. In many ways it’s a more accurate map of America than any other I’ve seen.(Showalter 174)

21Si cette « carte sociale de l'Amérique » était « à bien des égards plus juste que toutes les autres », c'était en tant que dispositif représentatif de sa pleine diversité démocratique, créant un espace mémoriel hors de toute hiérarchie sociale. D'une manière plus générale, si à l'époque, bien des médias ont retenu le nom de certaines stars en vogue, et notamment celui de Rock Hudson, qui avait été le premier, en 1984, à révéler publiquement son homosexualité et sa maladie, il ne s'agissait pas seulement de distinguer telle ou telle célébrité mais encore et surtout de souligner le rôle d'entraînement qu'avait pu avoir leur déclaration, autorisant des milliers d'anonymes à sortir de l'ombre et à s’intégrer à une « carte sociale de l'Amérique » dont la maladie les avait exclus.

22Prolongeant ces observations, Sacvan Bercovitch soulignait à son tour la valeur métaphorique du patchwork pour désigner l'Amérique tout entière :

The ruling elite has an American ideology; the people have their patchwork-quilt (rather than melting-pot) American multifariousness: « America » is — many forms of ethnicity, many patterns of thought, many ways of life, many cultures, many American literatures. (Showalter 168)

23Hors du cadre étatsunien auquel se rapportaient ces propos, dont la pertinence n'a cessé de se réactualiser au fil de l’Histoire, le patchwork avait en son temps inspiré à Deleuze et Guattari une réflexion portant sur son caractère multiple, mouvant et nomade, qui en éclaire son principe de fonctionnement actuel.

24Dans Mille Plateaux, le patchwork est présenté comme un espace dénué de centre, placé sous le signe de l'hétérogénéité : « avec son bout-à-bout, ses ajouts de tissu successifs infinis », c'est « une collection amorphe de morceaux juxtaposés dont le raccordement peut se faire d’une infinité de manières » (594-95). En tant que tel, il rejoint ainsi la définition du rhizome dont le propre est d'être « toujours au milieu, entre les choses, inter-être, intermezzo », milieu d'où « il pousse et déborde » (31). On ne saurait mieux qualifier l’« AIDS Memorial Quilt ». Présenté à l'horizontale, étalé à même le sol, en panneaux formés de huit quilts regroupés par aires géographiques, autour de motifs thématiques, ou par alliances chromatiques, ou encore au gré de la fantaisie des membres de l’association, il manifeste ce sens rhizomatique, fondé sur « une logique du ET » (37), dont il a fait son principe de composition. Comme le rhizome, « système acentré, non hiérarchique et non signifiant, sans Général, sans mémoire organisatrice ou automate central, uniquement défini par une circulation d'états », le Quilt est « alliance, uniquement alliance » et de ce fait « se rapporte à une carte qui doit être reproduite, construite, toujours démontable, connectable, renversable, modifiable, à entrées et à sorties multiples » (36) dont chacune des pièces s'appréhende « sur un plan d'immanence, d'après leur valeur en soi » pour produire un ensemble qui ne cesse de se métamorphoser au fil de ses agencements, toujours différents.

25« Inséparable du mouvement dans un espace ouvert », le Quilt invente ainsi « une autre manière de voyager comme de se mouvoir » proposant au public de « partir au milieu, par le milieu, entrer et sortir, non pas commencer ni finir » (594-95), au fil d'une déambulation qui fait du public des spectateurs autant que des acteurs du phénomène à part entière, selon une expérience performative renouvelée à chaque étape de son existence itinérante, décrite dans les termes suivants par Judy Elsley dans « The Rhetoric of the NAMES Project AIDS Quilt : Reading the text(ile) » :

The panels, attached in groups of eight, are arranged to make space for people to make space for people to walk between them, so that the viewers also become part of the quilt, adding their presence and voices to the composition of the quilt. (cité dans Morris 101)

26C’est peut-être à ce titre que le Quilt relève d’une forme de « démocratie participative », au sens où son appréhension individuelle implique la prise en considération active de chacune des voix exprimées par le biais textile.

Fig # 7 5736, Installation du Quilt par des bénévoles sur le National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

Fig # 8 4892 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

Fig # 9 5122 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

27Nomade, le Quilt voyage autant qu'il fait voyager, dans un continuel devenir mêlant fixes et variables. Fort du succès sans précédent de cette première exposition de 1987, le Quilt fit au printemps 1988 sa première tournée nationale au cours de laquelle, pendant quatre mois, grâce à quelque quatre-vingt-dix mille bénévoles, il fut accueilli par une vingtaine de villes et rapporta près de cinq cent mille dollars à des dizaines d'ONG consacrées à la lutte contre la pandémie. À chaque étape du parcours, de nouvelles pièces furent rajoutées, si bien qu'à la fin de la tournée, il avait triplé de taille et comptait plus de six mille panneaux.

28Un patchwork représentant une carte géographique de l'Amérique fut alors réalisé pour accompagner cette tournée, indiquant son itinéraire au moyen d'un fil noir brodé sur les États aux couleurs bariolées.

Fig. # 10 4573 « A Stich in Time, National Tour », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

29Pièce maîtresse du patrimoine de l'association, ce quilt n'est plus aujourd'hui exposé, mais son image fait partie de l'iconographie classique de l'association, figurant notamment sur les plaquettes de présentation des expositions, rappelant à chacun et à chaque occasion l’envergure nationale du phénomène.

30En tant que motif (« pattern »), la carte des États-Unis fait partie du répertoire du patchwork depuis la fin de la conquête de l'Ouest, c'est-à-dire au moment où le territoire national fut entièrement cadastré. Sa popularité s'explique sans doute par l'analogie entre la découverte du continent (l’avancée de la « frontier », État par État) et l’avancée des travaux d’aiguille (pièce par pièce, « block by block ») : le patchwork et le continent américain sont tous deux de nature rhapsodique (bâtis, suturés), suivant l’étymologie du mot rhapsodie, rhaptein, qui signifie « coudre ». Si d'un point de vue historique et géographique, l'Amérique est un patchwork, un patchwork de l'Amérique en offre donc la métaphore visuelle, que les travaux d'aiguille du NAMES Project n'ont cessé de réactualiser, par le biais d'une double stratégie du collectif et du particulier.

31Après la première exposition de 1987, d'autres furent organisées hors des États-Unis, à commencer par le Canada (1989) et l'Australie (1990), amorçant la diffusion internationale que le Quilt connaît aujourd'hui.

32Au plan national, afin de montrer que le pays tout entier était concerné par les enjeux idéologiques qui lui étaient associés, le Quilt se devait de comprendre des panneaux de tous les États. Ce fut chose faite en 1992. Quand il revint une nouvelle fois à Washington, en janvier 1993, le NAMES Project fut invité à accompagner le président Clinton lors de sa parade inaugurale. 


  • 6  Ce soutien ne s'est d'ailleurs pas démenti depuis, comme en témoigne la participation active de l' (...)

33A l'heure où la défense des minorités était devenue une question primordiale, le Quilt, perçu comme un objet politique à part entière, retourna à Washington pour y être exposé en octobre 1996, devant la Maison-Blanche, cette fois, sur la pelouse de l'Ellipse. Accompagnant dans leur deuil les familles des défunts, des hommes politiques lurent à haute voix les noms des personnes représentées sur les divers panneaux du Quilt, selon la tradition qui accompagne son exposition. Lors de la dernière exposition de l'intégralité de l'AIDS Memorial Quilt, en 1996, Bill et Hillary Clinton furent photographiés au National Mall, parmi les quilts, en signe de soutien envers la cause représentée6. Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie, les mille nouveaux panneaux reçus après l'exposition d’octobre 1996 furent exposés séparément le week-end du 26 juin 2004 sur l'Ellipse.

San Francisco vs Atlanta

  • 7  Daniel C. Brouwer, « From San Francisco to Atlanta and Back Again: Ideologies of Mobility in the A (...)

34En 2001, le NAMES Project décida de quitter San Francisco pour s'installer à Atlanta. Plusieurs raisons furent invoquées pour justifier ce choix, d'ordre à la fois pratique, économique et stratégique7.

35En termes d'espace, Atlanta permettait de louer, à des coûts raisonnables, de vastes entrepôts où pouvaient être stockées les dizaines de tonnes de quilts dont l'organisation avait désormais la charge. Il fut par ailleurs avancé que cette ville du Sud s'étant distinguée sur la carte des États-Unis comme un haut-lieu de résistance, notamment à l'époque de la lutte pour les droits civiques, sa valeur symbolique en la matière servirait efficacement la nouvelle cause défendue par le Quilt. La proximité de centres médicaux spécialisés en épidémiologie dans une région fortement touchée par le SIDA fut également présentée comme un critère de choix important.

36En dépit de ces arguments de poids, le déplacement du centre de gravité des opérations souleva de fortes polémiques. Pour certains militants de la première heure, tels que Gert McMullin, cette délocalisation à l'autre bout du pays était inacceptable : « We know that San Francisco is the city that made the quilt, loved it, supported it during the hard times. The quilt should be there » (Morris 171). Le projet reçut même des menaces de poursuite judiciaire, émanant notamment d'une certaine Felicia Elizondo qui, comme Gert McMullin, avait œuvré à titre bénévole à la réalisation des dizaines de quilts, et considérait ce transfert comme une trahison.

37Affirmant qu'il fallait placer « l'intérêt stratégique du projet avant toute question sentimentale » (« We have to put strategy above sentiment ») (Morris 171), Cleve Jones défendit de son côté que ce nouvel ancrage géographique serait aussi utile à la lutte de la communauté afro-américaine contre le SIDA que San Francisco l'avait été à la défense des droits des homosexuels à la création du projet, permettant du même coup de se défaire du stigmate qui lui était attaché :

Let's face it. The World identifies San Francisco with white gay men, but AIDS is doing its worst in women of color. The directors decided, correctly, that Atlanta would be the proper place from which to continue to get the word out. (Morris 171)

  • 8  Julie Rhoad, Washington Post, 23 March 2002.

38C'est autour du caractère foncièrement itinérant du Quilt que les camps opposés trouvèrent finalement une forme de réconciliation. « The Quilt is always on the road  »8, rappelait Julie Rhoad (Présidente de l'Association). Son nomadisme était son principe premier, son mode opératoire, sa raison d'être. Afin de faciliter sa circulation, à l'intérieur comme à l'extérieur des frontières nationales, l'assocation a ainsi mis en place un protocole d'exposition clés en main (« Host the Quilt »), disponible sur son site, où se trouvent par ailleurs annoncés et répertoriés les lieux d'exposition (« View the Quilt »), qui se comptent désormais par dizaines chaque année.

E Pluribus Unum

39Pour sa dernière présentation au public, en juillet 2012, à Washington, une nouvelle stratégie d'exposition fut mise en œuvre pour faire face aux nouvelles contingences du projet.

Fig. # 11 4821 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

40Devenu trop volumineux pour être exposé dans son intégralité en un seul lieu, le Quilt fut fractionné en différentes parties et présenté en différents sites clés de la capitale. Ce nouveau protocole d'exposition donnait au caractère rhizomatique du patchwork un nouveau développement. En plaçant son appréhension « dans des conditions de discontinuité, de rupture et de multiplicité » (Deleuze et Guattari 24), la « déterritorialisation » du Quilt offrait ainsi au public de nouvelles « singularités successives » (Deleuze et Guattari 19) d'un ouvrage collectif en éternel devenir.

41En signe d'allégeance à son histoire, il fut bien sûr aussi de nouveau exposé au National Mall, mais cette fois, sur un secteur limité à quatre rectangles de pelouse, situés de part et d'autre de la station de métro « Smithsonian », entre la 8ème et la 14ème rue.

Fig. # 12 4909 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

42Fidèle à la devise nationale, « E Pluribus Unum », qu’il matérialise, le Quilt est à la fois la métaphore de l'Amérique (ou du moins d'une partie de sa population), mais aussi sa métonymie, composé de quilts à l’image des personnes auxquelles ils rendent hommage. En 2012, fort de la prégnance symbolique acquise au cours de ses vingt-cinq années d'existence, le Quilt pouvait désormais lui-même figurer à titre métonymique et diffuser pleinement son message, tablant sur l'effet palimpseste des expositions précédentes, réactivé par l’affichage, sur des panneaux postés dans les allées quadrillant l'installation, de documents d'archives où figuraient des photographies prises sur place lors de la première et de la dernière expositions (respectivement de 1987 et de 1996). Par le truchement de ces images, qui entraient en résonance avec les quilts étalés au sol, la pelouse retrouvait sa mémoire d'antan (Voir Fig. #1), prolongeant le phénomène selon lequel tout quilt réactive la mémoire des étoffes (souvent de seconde main) qui le composent.

Fig # 13 5235 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012

43Du 21 au 24 juillet 2012, trente-cinq mille quilts furent présentés par roulements quotidiens de huit mille huit cents pièces, qui étaient elles-mêmes différentes des huit mille (huit cents différentes chaque jour) précédemment exposées sur le « National Mall » du 27 juin au 8 juillet lors du Smithsonian Folklife Festival. Ce nouveau mode d'exposition visait à offrir au public une cartographie d'ensemble chaque jour singulière, placée sous le signe de l’ouverture et de la diversité, en parfaite adéquation avec l’évolution des modes de commémoration qu’avait notée Michael Kammen, selon lequel « successful monuments, historic places, and museums increasingly had to be compatible with democratic values and assumptions » (Kammen702).

44Dans un entretien intitulé « Beyond Granite : The AIDS Memorial Quilt », réalisé le 16 juillet 2012, Steve Kidd, directeur du Smithsonian Folklife Festival, avançait que cette versatilité de l’« Aids Memorial Quilt »  était précisément ce qui le distinguait des autres monuments de Washington, et notamment du Vietnam Veteran Memorial, situé à l’autre bout du « National Mall », où le nom des disparus est inscrit en toutes lettres dans la pierre :

The AIDS Quilt is different from many of the traditional memorials here in Washington that you will see as you walk around the National Mall in that it is a living memorial. It is constantly being added to. It is not something that's static and seen in one place, but it moves to new audiences, and new audiences can interact with it in different kinds of ways.

The National Mall particularly is kind of a contested place with its meaning evolving over time, I think non-traditional memorials do very well in that space because they can invite various communities down to interact with them over time rather than setting up a permanent place. I think the AIDS Quilt has really been a pioneer in the kind of interactive memorial that I think we'll see more of in the future.

So, it's not just something that commemorates something from the past, but it commemorates something that people are living through now9.

45Pour plus de visibilité encore, quelque cinq mille panneaux furent disséminés à travers la ville, dans une cinquantaine de lieux publics répertoriés sur une carte mise à la disposition des visiteurs à l'office du tourisme situé sur le « Mall », au lieu dit « The Castle », tandis que le site de l'association offrait aux internautes une carte Google indiquant l’emplacement de chaque site.

Fig. # 14. Carte de Washington indiquant les lieux d’exposition du Quilt, 7/ 2012.

46La Maison-Blanche accueillit quelques pièces, accrochées comme des tableaux aux murs des salles accessibles aux visiteurs et où Barack Obama se fit photographier, de dos, face à un quilt où figurait en bonne place un drapeau américain des plus patriotiques. De son côté, Jill Biden posa devant quelques quilts placés au sol du National Building Museum, aux côtés de la Présidente de l'association, Julie Rhoad, en pleine explication des textes et des images affleurant à leur surface. En s'invitant ainsi parmi les plus hautes sphères du pouvoir, tantôt à la verticale (façon musée), tantôt à l'horizontale (façon « Mall »), le Quilt s'est naturellement offert une forte couverture médiatique où politique et pédagogie sont allés de pair pour renforcer la lutte contre la pandémie dont il était débattu au congrès qui se tenait au même moment dans la capitale.

47Pour accueillir à Washington les vingt mille participants à ce congrès, venus de plus de deux cents pays, une dizaine de panneaux fut exposée dans chacun des deux aéroports internationaux de la capitale (Dulles et Reagan). Placés sous le signe du cosmopolitisme et du voyage, ces quilts faisaient figurer mappemondes et cartes du ciel traversées d’arcs-en-ciel emblématiques du mouvement LGBT, ou des bâtiments architecturaux représentatifs de grandes villes tels que le Golden Gate de San Francisco ou les tours jumelles de New York.

Fig. # 15 4264 « The AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012

48Ces ouvrages collectifs exprimaient une reconnaissance du personnel des compagnies aériennes envers leurs collègues disparus. C’est par exemple le cas d’un quilt de la Continental Airlines sur lequel, au-dessus de vestes d’équipage posées sur un nuage blanc aux insignes de la compagnie, se déployaient sur toute sa largeur des carrés de tissu noir (découpé dans les cravates faisant partie des uniformes) portant le nom des défunts inscrit en lettres d’or, formant un ensemble qui, d’une certaine manière, rappelait la carte des États-Unis.

Fig. # 16 4257 « The Continental Airlines AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012

49Parmi les motifs visibles à la surface des quilts déployés sur le « National Mall », celui de la carte géographique était récurrent, dans une grande diversité d’échelles et de formats. Évoluant sur le « Mall », le visiteur pouvait ainsi apercevoir sous forme de pièces cousues à la surface des quilts, selon la méthode dite de l’appliqué, préconisée pour la plupart des ouvrages. Outre la carte du monde, qui rappelait l’échelle de la pandémie, figurait tour à tour, ou parfois sur un même panneau, un continent (l’Amérique, l’Australie, l’Afrique), un État (la Californie, le Minnesota, Rhode Island), une région (la frontière mexicaine, Cape Cod).

Fig. # 17 5839, Carte de l’Amérique et de l’Australie, « The AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012

Fig. 18 # 5836 Carte de l’Afrique, « The AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012

Fig. # 19 5177, Carte de la frontière mexicaine, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012

50Dans de plus rares occasions, la carte topographique d'un quartier, reproduite par le biais du transfert (comme les photographies des défunts) ou tracée à la main (comme les messages personnels inscrits par leurs survivants) entrait en résonance avec d’autres lieux figurant de manière stylisée, agrémentés de divers accessoires, comme par exemple les montagnes du Colorado.

Fig # 20 5835 Carte d’Atlantis, Floride, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012

Fig # 21 4890 Loveland, Colorado, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012

  • 10  Michel Cusin, « Parole et symptôme dans la parabole » in Parole-Figure-Parabole, sous la direction (...)

51Comme l'a justement souligné Michel Cusin à propos du « pas-tout » chez Lacan, exprimant la partialité de l’expérience de tout sujet : « On ne peut jamais tout dire, ni être tout à tous. On ne peut dire que quelque chose à quelqu'un, quelque part  »10 . Face à l’immensité insaisissable du Quilt et à la prolifération de la pandémie, ces cartes témoignaient à coup sûr d’une volonté d’ancrer ces vies humaines quelque part, qu’il s’agisse du lieu de naissance des disparus ou de leur lieu de résidence. Tandis que le nom d’une ville (Los Angeles, Boston, Chicago) ou d’un État (Oregon, Wisconsin, Ohio) donnait à tel ou tel quilt une certaine couleur locale, qui venait compléter l’état-civil du défunt, la carte elle-même permettait un repérage visuel immédiat, permettant à l’occasion de localiser une personne ou un groupe.

Fig. # 22 5837 Carte de la Caroline du Sud, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012

52L’inverse est aussi vrai. Dans un esprit œcuménique, visant à représenter la communauté des victimes sans la limiter à un ancrage spécifique, un quilt brouillait littéralement les cartes pour rendre hommage à tous. En jouant sur des effets de superposition de la carte de l'Illinois jusqu'à la rendre quasi illisible, ce quilt laissait apparaître le nom de certains comtés qui pouvaient également désigner le prénom d'un disparu (Henry, Douglas, Will, Lee, Scott, Edgar, Jasper). Inscrit en lettres noires, formant un vif contraste avec les couleurs pastel de la carte, le mot « ANONYMOUS », placé aux côtés d'un drapeau américain représenté à l'envers, remettait en cause le rôle des États-Unis en général et de tous les États en particulier dans la lutte contre la pandémie.

Fig. # 23. « Anonymous », « The AIDS Memorial Quilt » (The AIDS Quilt Touch #00155-7/4350):

« Call My Name »

53S'il est de coutume de mettre en avant l’extraordinaire valeur œcuménique de l' « Aids Memorial Quilt», offrant le spectacle d’une humanité sans frontière, la représentativité de cette « carte sociale » de l'Amérique a cependant été remise en cause, à plusieurs titres.

  • 11  Voir à ce sujet « HIV and AIDS Among African Americans », http://www.avert.org/hiv-african-america (...)

54Selon les chiffres officiels, les quilts de la communauté afro-américaine ne comptent que pour 10 % de l'ensemble du Quilt, alors que cette communauté, estimée à 14 % de la population globale, représente environ 45 % des personnes atteintes du virus du SIDA11. Plusieurs raisons peuvent être avancées à la criante sous-représentation de ce groupe social, liée au stigmate supplémentaire que la maladie représentait chez des personnes faisant déjà partie d’une minorité socialement marginalisée. C'est pour remédier à cette discrimination qu'a été créé, au sein du Names Project, le programme itinérant « Call My Name», ayant pour mission d'encourager la communauté afro-américaine à participer au projet collectif, notamment par le biais de nouvelles créations en hommage aux membres défunts de leurs familles, qui n'avaient pas pu avoir, au moment de leur décès, les honneurs d'une sépulture digne de ce nom.

Fig. # 24 4826 Tente abritant l'atelier « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig # 25 5729 Exposition « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

55Lors de la récente exposition de juillet 2012, dans l'une des tentes plantées le long des pelouses du Mall, fut mis sur pied un atelier de patchwork, offrant à chacun la possibilité de se joindre au projet collectif. Souvent réalisées dans des tissus africanisants, les nouvelles pièces ont ajouté au Quilt une coloration ethnique qui lui faisait sans doute défaut.

Fig. # 26 4838 Atelier « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig. # 27 4920 Quilt afro-américain, National Mall, Washington DC, 7/ 2012

56Toutefois, l'objectif de « Call My Name» n'est pas d'atteindre une parfaite représentativité de la communauté afro-américaine au sein de l'« Aids Memorial Quilt», qui exigerait de réaliser un nombre extravagant de quilts supplémentaires. Elle vise plutôt à mettre la pratique du patchwork au service d'une meilleure diffusion de l’information pratique et médicale, dans le but de réduire les futures infections. Renouant avec les quilting-parties d'antan, ces séances de couture improvisées, en marge de l'événement principal, sont de fait devenues des espaces de parole privilégiés, favorisant l'échange entre les personnes diversement concernées par la pandémie (séropositifs, proches des disparus, bénévoles travaillant au sein d’associations de lutte contre le SIDA, etc). Interrogés sur place, quelques participants témoignaient de la « magie » du patchwork, capable de mélanger les genres et les groupes sociaux, quel que soit la couleur de peau et l'orientation sexuelle de ces quilters d'un jour. Concrétisation et consécration, sur le plan humain, d’un modèle idéal que le Quilt n’avait pu matérialiser, l’atelier offrait ainsi « l’utopie réalisée » qu’évoque Baudrillard à propos de l’Amérique, dont il définit le génie comme celui de produire « le simulacre parfait, celui de l’immanence et de la transcription matérielle de toutes les valeurs » (Baudrillard 73 & 32).

Fig. # 28 4836 Atelier « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig. # 29 5897 Atelier « Call my Name », « The AIDS Memorial Quilt », Washington DC, 7/ 2012

Fig. # 30 5904 Atelier « Call my Name », « The AIDS Memorial Quilt », Washington DC, 7/ 2012

Quilts à la carte : « The Aids Quilt Touch»

57L’exposition de 2012 fut l’occasion de présenter au grand public venu à Washington un tout nouveau projet numérique, « The Aids Quilt Touch », qui prolongeait l'exposition des quilts présentée sur le National Mall.

Fig. # 31 5921 « The AIDS Quilt Touch », Washington DC, 7/ 2012

58Le premier objectif de cette application Web, mise au point par une équipe dirigée par Anne Balsamo (au sein de l’Annerberg Innovation Lab, University of Southern California) est le recensement photographique de l’intégralité du Quilt, qui compte à ce jour 48 000 pièces et 94 000 noms, permettant ainsi de retrouver tel ou tel quilt particulier, par le biais d’un mot-clé, qu’il s’agisse du nom du défunt (Frank King, Rudy Aguilar, Suzie Toth), de celui d’une association ou d’une communauté (The Sisters of Perpetual Indulgence).

59Pour Baudrillard, cette manie qu’ont les Américains de « tout recenser, tout stocker, tout mémoriser » témoigne de leur « âme de missionnaires » qui vise à « immortaliser toutes choses par la reconstitution » (Baudrillard 43). Et Baudrillard d’ajouter :

Non seulement les Américains sont missionnaires, mais ils sont anabaptistes : ayant loupé le baptême original, ils rêvent de tout baptiser une seconde fois et n’accordent de valeur qu’à ce sacrement ultérieur, qui est, comme on le sait, la réédition du premier, mais en plus vrai — ce qui est la définition parfaite du simulacre. (Baudrillard 44)

60Véritable entreprise missionnaire, « The Aids Quilt Touch » relève de cette tendance anabaptiste, au sens où vingt-cinq ans après la première vague de pandémie qui priva de nombreuses victimes de funérailles publiques, il est indéniable que « le recensement vaut comme nouveau baptême et promesse de salut » (Baudrillard 44). En témoigne le recueillement du public, parfois agenouillé au pied d’un quilt portant le nom d’un proche disparu. Il faut par ailleurs préciser que durant toute la durée de l’exposition du Quilt sur le « National Mall », étaient lus à haute voix, de manière ininterrompue, le nom des défunts, litanie de prénoms (Brian, Jorge, Betsy), de noms propres (Carlos G. Esquerdo, Janice Finley, Ralph Waldo Emerson IV) ou encore de noms communs (Sons and Daughters, Sisters and Brothers, Friends and Lovers, The Folks Next Door) qui parachevait cette fonction baptismale du projet.

61A l’heure de la publication de son essai Amérique, en 1986, Baudrillard évoquait déjà le « puritanisme profond de l’informatique » rendant possible, « grâce aux toutes dernières techniques de stockage des mémoires », des projets de computérisation d’envergure, en prenant pour exemple « les Mormons de Salt Lake City, qui recensent toutes les âmes connues des contrées civilisées (blanches) sur leurs ordinateurs » (Baudrillard 43-44). Sans doute était-il loin d’imaginer le phénoménal progrès informatique de ce dernier quart de siècle, qui a donné une résonance toute particulière à ce type de recensement d’un autre groupe humain, qui a substantiellement redéfini la « carte sociale » de l’Amérique.  

62Lors de sa présentation au public, en juillet 2012, l’application en question offrait la possibilité de visualiser tel ou tel quilt sur une table-écran laissée à la disposition des visiteurs ou en la téléchargeant sur un téléphone portable et, par ailleurs, de le localiser géographiquement, soit sur le « Mall », jouxtant la tente où avait lieu la démonstration, soit sur un autre site, dont l’emplacement était indiqué sur une carte de Washington. Interrogée sur ce sujet, Anne Balsamo décrivait ainsi la visée générale du projet :

  • 12  Entretien par courriel avec Anne Balsamo, 24 septembre 2012.

Today if all the panels were laid out, the horizontal surface would have to measure more than 1,293,000 square feet, or approximately 29 acres. While the website enables public searching of the Quilt blocks, this display of images on a typical small computer screen does not convey one of the most compelling aspects of the Quilt: its immense spatialized expansiveness. We designed these digital experiences to augment the experience of viewing the textile Quilt. The intent is to use digital technologies to help people understand the broader significance of the Quilt and to access the many stories that the Quilt embodies12.

Fig. # 32 4841 « The Aids Digital Touch », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig. # 33 4762 « The Aids Digital Touch », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

  • 13  Voir à ce sujet Angela Chen, « Researchers Digitize AIDS to make It a Research Tool », The Chronic (...)

63Dans « Researchers Digitize AIDS Quilt to Make It a Research Tool13 », Anne Balsamo soulignait les possibilités de ce nouvel outil de recherches révolutionnaire :

People over at the physical quilt were sending people to us to get information. Someone wanted that Muppet panel, so we went to Google and searched the block for the person who worked with Jim Henson on the Muppets, who had died of AIDS. And in 48,000 panels, we found the needle in the haystack.

One hundred years from now, when the textiles break down, you can still have the digital effort. It will be the primary source, the historical document of visual cultural trends over the past half century.

64Prolongeant à son tour cette réflexion dans « A Map of Loss : The AIDS quilt goes online », Rebecca J. Rosen décrivait en ces termes la nouvelle cartographie offerte par la mise en ligne du Quilt :

There is one place you can see the quilt all together, all at once. And that's online.

The Quilt is a piece of art that operates at two scales — the entirety of it, impressing you with the expanse of the loss, and the individual panels, each telling the story of one person lost to the disease.

Displaying the quilt in a way that conveys both scales is a challenge, but less so with the mapping tools afforded by the Internet. And this is somehow fitting. The quilt *is* a map, not of a place but of an epidemic, each panel a representation of feature in that history.

65Dernier élément de ce projet numérique particulièrement innovant, « The ChronoZoom » offre aujourd’hui la possibilité d’un double repérage dans l’histoire de la pandémie et de son accompagnement par le patchwork, des tout premiers symptômes de la maladie jusqu’à la dernière exposition en date du Quilt. Il est ainsi possible d’obtenir, à n’importe quelle époque choisie, un tableau de l’état de développement des deux phénomènes, illustré d’images d’archives, notamment de photographies des mutiples événements ayant eu lieu à différentes dates à Washington.

66L’évolution du mode de réception du Quilt ne s’arrête pas là, loin s’en faut. Selon Anne Balsamo, l’effort de recensement des quilts promet d’être prolongé par différents moyens, sur le mode de l’externalisation ouverte (« crowdsourcing »), qui permettra d’étoffer les informations propres à chaque pièce (données biographiques sur les personnes disparues, lieux et dates d’exécution et d’exposition des quilts, commentaires des visiteurs), tandis que le tableau chronologique continuera d’évoluer avec le temps.

The Last One

67Lors de la dernière exposition du Quilt sur le « National Mall », un slogan inscrit en lettres capitales blanches sur fond noir, « The Last One », était visible sur un panneau exposé sur le podium où étaient lus les noms des disparus, ainsi que sur les tee-shirts que portaient certains bénévoles ou visiteurs :

Fig # 34 5102 « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig. #35 4609, « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig # 36 5077, Gert McMullin, « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

68Par mesure de prudence, d'aucuns avaient fait précéder la formule « The Last One » de la mention « Until » :

Fig # 37 4596, « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

69Interrogée sur le sens de cette formule, énigmatique pour la plupart des visiteurs, Julie Rhoad expliquait qu’elle provenait d’un quilt anonyme qui avait été envoyé à l’Association en 1988 accompagné de ces quelques mots : « I hope this quilt will find a permanent place and help mark the end of this devastating disease ». Pour la Présidente de l’association, l’espoir véhiculé par ce quilt hors du commun méritait d’être partagé par tous. C’est en ce sens qu’elle déclarait à l’ouverture de l’exposition :

  • 14  « The AIDS Memorial Quilt’s Call to Strive for « The Last One » Reverberates Across the Nation’s C (...)

We are sharing ' The Last One ' with the public now because we can dare to hope again and it's critical that we all realize how each one of us has an important role on the road to the end of AIDS and 'the last one' – the last person to face stigma and discrimination for living with HIV, the last new infection, the last mother-to-infant transmission, the last child left orphaned, the last death from AIDS14.

  • 15  Voir « Hillary Clinton pledges new US funds for ‘AIDS-free’ generation » :

70En écho à ce rêve ultime de pouvoir enfin exposer le dernier quilt, ou plutôt de n’avoir plus à exposer QUE ce quilt, le 24 juillet 2012, lors de la conférence internationale qui se tenait à quelques encablures du Mall, la secrétaire d’État Hillary Clinton15 annonçait l’engagement de son gouvernement de mettre tout en œuvre pour connaître enfin un monde sans SIDA. Portant haut et fort les couleurs de ce nouvel espoir, certains visiteurs déambulaient dans la ville, portant des t-shirts sur lesquels figurait, en lettres rouges sur fond blanc, le slogan de Barack Obama de novembre 2011, « The Beginnings of the End of Aids ».

Fig # 38 5225, « The Beginnings of the End of Aids », National Mall, Washington DC, 7/ 2012

71Même si les chiffres officiels concernant l’évolution de la pandémie invitent à la prudence, en cette belle fin de journée d’été, le 25 juillet 2012, tandis que les bénévoles repliaient les tout derniers quilts ayant été présentés au public sur le National Mall, rien n’interdisait d’envisager que cette exposition de l’« Aids Memorial Quilt » était la dernière. En tout état de cause, l’un des mérites du patchwork est de continuer, encore et toujours, de matérialiser l’utopie dont il est issu.

Fig # 39 4816 The National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Fig # 40 5694 The National Mall, Washington DC, 7/ 2012

Illustrations
A l'exception de la Fig. # 23, toutes les photographies sont de l'auteur.

Haut de page

Bibliographie

BAUDRILLARD, Jean, Amérique, Paris, Grasset, 1986.

BLAIR, Carol and MICHEL Neil, « The AIDS Memorial Quilt and the Contemporary Culture of Public Commemoration », Michigan State University Rhetoric & Public Affairs, vol. 10, No. 4, 2007, 595–626.

BROUWER, Daniel C, « From San Francisco to Atlanta and Back Again: Ideologies of Mobility in the AIDS Quilt's Search for a Homeland », 1970, Rhetoric and Public Affairs, vol. 10, No. 4, 2007, 701-21.

CLINTON, Bill, « Bill Clinton addresses International AIDS Conference », 24 July 2012, http://www.youtube.com/watch?v=vSs51pPvZQw

CLINTON, Hillary, « Hillary Clinton pledges new US funds for ‘AIDS-free’ generation », 23 July 2012, http://www.youtube.com/watch?v=yiYs32WSXfo

CHEN, Angela, « Researchers Digitize AIDS to make It a Research Tool », The Chronicle, 9 July 2012.

CUSIN, Michel, « Parole et symptôme dans la parabole » in Parole-Figure-Parabole, sous la direction de Jean Delorme, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1987.

DELEUZE Gilles & GUATTARI, Félix, Mille Plateaux. Capitalisme et Schizophrénie, Paris, Minuit, 1980.

ELSLEY, Judy, « The Rhetoric of the NAMES Project AIDS Quilt : Reading the text(ile) », in AIDS : The Literary Response, ed. Emmanuel S. Nelson, New York : Twayne Publishers 1992.

GLAZER Nathan & Cynthia R. FIELD, The National Mall, Rethinking Washington’s Monumental Core, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2008.

HOWE, Florence, « The Aids Quilt and its Traditions », College Literature 24, 1997.

JONES, Cleve, A Vision of the Quilt », in MORRIS, Charles E, Remembering the AIDS Quilt. Michighan, Michighan State University Press, 2011, xi- xxxiv.

JONES, Cleve, with DAWSON, Jeff (2000), Stitching a Revolution: The Making of an Activist, San Francisco, Harpers Collins, 2000.

KAMMEN, Michael, Mystic Chords of Memory: The Transformation of Tradition in American Culture, New York, Alfred A. Knopf, 1991.

KIDD, Steve, « Beyond Granite : The AIDS Memorial Quilt », 16 July 2012,

http://www.youtube.com/watch?v=rP_tljBK8XQ

LEWIS Michael, « The Idea of the American Mall » in Nathan Glazer & Cynthia R. Field, The National Mall, Rethinking Washington’s Monumental Core, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2008, 11-25.

MORRIS, Charles E, Remembering the AIDS Quilt. Michighan, Michighan State University Press, 2011.

PASSONNEAU, Joseph R., Washington through Two Centuries: A History in Maps and Images, New York, Monacelli Press, 2004.

ROSEN, Rebecca, « A Map of Loss : The AIDS quilt goes online », The Atlantic, 24 July 2012.

RUSKIN, Cindy, The Quilt: Stories from the NAMES Project, New York, Pocket Books, 1988.

SHOWALTER, Elaine, Common Threads. Traditions and Change in American Women's Writing, New York, Clarendon Press/ Oxford University Press, 1991.

TURNER, Anthony, Always Remember: Names Project AIDS Memorial Quilt, New York, Simon and Schuster, 1997.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet Joseph R. Passonneau, Washington through Two Centuries: A History in Maps and Images, New York, Monacelli Press, 2004.

2  Michael J. Lewis en retrace les étapes essentielles dans « The Idea of the American Mall » in Nathan Glazer & Cynthia R. Field, The National Mall, Rethinking Washington’s Monumental Core, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2008, 11-25.

3 Florence Howe, « The Aids Quilt and its Traditions », College Literature 24, 1997, 109.

4  Nom ou prénom, la chose n’allait en fait pas de soi. Dans les premiers temps, certaines personnes préfèraient éviter d’inscrire le patronyme de leur proche disparu, afin d’éviter la stigmatisation sociale de leur famille. Un quilt envoyé par un anonyme porte ce texte écrit d’une main d’enfant :

« I have decorated this banner to honor my brother. Our parents did not want his name used publicly. The omission of his name represents the fear of oppression that AIDS victims and their families feel ». Ce quilt est reproduit dans RUSKIN, The Quilt. Stories from the NAMES Project, 79.

Voir à ce sujet Carol Blair and Neil Michel, « The AIDS Memorial Quilt and the Contemporary Culture of Public Commemoration »,Michigan State University Rhetoric & Public Affairs, Vol. 10, No. 4, 2007, 595–626.

5  Voir : http://www.aidsquilt.org/about/the-aids-memorial-quilt

6  Ce soutien ne s'est d'ailleurs pas démenti depuis, comme en témoigne la participation active de l'ancien président des États-Unis et de la Secrétaire d'État au congrès international consacré au SIDA en juillet 2012 :

Bill Clinton : http://www.youtube.com/watch?v=vSs51pPvZQw

Hillary Clinton : http://www.youtube.com/watch?v=yiYs32WSXfo

7  Daniel C. Brouwer, « From San Francisco to Atlanta and Back Again: Ideologies of Mobility in the AIDS Quilt's Search for a Homeland », 1970, Rhetoric and Public Affairs, Volume 10, No. 4, 2007, 701-721.

8  Julie Rhoad, Washington Post, 23 March 2002.

9  Voir la vidéo de cet entretien du 16 juillet 2002 http://www.youtube.com/watch?v=rP_tljBK8XQ

10  Michel Cusin, « Parole et symptôme dans la parabole » in Parole-Figure-Parabole, sous la direction de Jean Delorme, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1987, 47.

11  Voir à ce sujet « HIV and AIDS Among African Americans », http://www.avert.org/hiv-african-americans.htm

12  Entretien par courriel avec Anne Balsamo, 24 septembre 2012.

13  Voir à ce sujet Angela Chen, « Researchers Digitize AIDS to make It a Research Tool », The Chronicle, 9 July 2012 :

http://chronicle.com/blogs/wiredcampus/researchers-digitize-aids-quilt-to-make-it-a-research-tool/37783

14  « The AIDS Memorial Quilt’s Call to Strive for « The Last One » Reverberates Across the Nation’s Capital, July 21-25 » :

http://www.prnewswire.com/news-releases/the-aids-memorial-quilts-call-to-strive-for-the-last-one-reverberates-across-the-nations-capital-july-21-25-163190056.html

15  Voir « Hillary Clinton pledges new US funds for ‘AIDS-free’ generation » :

http://www.youtube.com/watch?v=yiYs32WSXfo

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. # 1: 4751 « The Inspiration », The National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-1.gif
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. # 2 4853 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-2.gif
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. # 3 4582 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-3.gif
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. # 4 5129 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-4.gif
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. # 5 5182 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-5.gif
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. # 6 4590 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-6.gif
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig # 7 5736, Installation du Quilt par des bénévoles sur le National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-7.gif
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig # 8 4892 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-8.gif
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig # 9 5122 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-9.gif
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. # 10 4573 « A Stich in Time, National Tour », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-10.gif
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. # 11 4821 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-11.gif
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. # 12 4909 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-12.gif
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig # 13 5235 « The AIDS Memorial Quilt », National Mall, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-13.gif
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. # 14. Carte de Washington indiquant les lieux d’exposition du Quilt, 7/ 2012.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-14.gif
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. # 15 4264 « The AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-15.gif
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. # 16 4257 « The Continental Airlines AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-16.gif
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. # 17 5839, Carte de l’Amérique et de l’Australie, « The AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-17.gif
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 18 # 5836 Carte de l’Afrique, « The AIDS Memorial Quilt », Dulles Airport, Washington, DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-18.gif
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. # 19 5177, Carte de la frontière mexicaine, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-19.gif
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig # 20 5835 Carte d’Atlantis, Floride, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-20.gif
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig # 21 4890 Loveland, Colorado, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-21.gif
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. # 22 5837 Carte de la Caroline du Sud, « The AIDS Memorial Quilt », DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-22.gif
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. # 23. « Anonymous », « The AIDS Memorial Quilt » (The AIDS Quilt Touch #00155-7/4350):
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-23.gif
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. # 24 4826 Tente abritant l'atelier « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-24.gif
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig # 25 5729 Exposition « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-25.gif
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. # 26 4838 Atelier « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-26.gif
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. # 27 4920 Quilt afro-américain, National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-27.gif
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. # 28 4836 Atelier « Call my Name », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-28.gif
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. # 29 5897 Atelier « Call my Name », « The AIDS Memorial Quilt », Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-29.gif
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. # 30 5904 Atelier « Call my Name », « The AIDS Memorial Quilt », Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-30.gif
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. # 31 5921 « The AIDS Quilt Touch », Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-31.gif
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. # 32 4841 « The Aids Digital Touch », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-32.gif
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. # 33 4762 « The Aids Digital Touch », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-33.gif
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig # 34 5102 « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-34.gif
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. #35 4609, « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-35.gif
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig # 36 5077, Gert McMullin, « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-36.gif
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig # 37 4596, « Reading Stage », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-37.gif
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig # 38 5225, « The Beginnings of the End of Aids », National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-38.gif
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig # 39 4816 The National Mall, Washington DC, 7/ 2012
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-39.gif
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig # 40 5694 The National Mall, Washington DC, 7/ 2012
Crédits IllustrationsA l'exception de la Fig. # 23, toutes les photographies sont de l'auteur.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/6159/img-40.gif
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Chouard, « The « AIDS Memorial Quilt » au National Mall : cartographie d'une pandémie », Transatlantica [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 21 juin 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/6159

Haut de page

Auteur

Géraldine Chouard

Université Paris-Dauphine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org