Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mark Meigs. Mencken.

Paris : Atlande (coll.Clefs Concours), 2004.
Anne Ollivier Mellios

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume fait partie de la collection ‘Clefs Concours’, une série d’ouvrages qui offre aux étudiants des repères sur les sujets de civilisation du CAPES et de l’agrégation, des synthèses, « des outils de révision », bref les clés nécessaires pour mieux cerner le programme de civilisation américaine, en l’occurrence la Chrestomathy de H.L. Mencken. L’ouvrage de Mark Meigs se compose d’une introduction et d’un chapitre liminaire sur l’historiographie existante, d’une première partie posant les jalons historiques nécessaires pour comprendre la pensée de Mencken et, enfin, d’une seconde partie abordant quatre grands thèmes : les Bozarts, la démocratie, les fois (religieuse, scientifique et autres), et « la géographie de Mencken » (sa vision du Sud des Etats-Unis, de la Nouvelle Angleterre, etc…). Il se termine par de courtes biographies de Mencken et de ses contemporains (journalistes, écrivains, politiciens mentionnés tant dans la Chrestomathy que dans l’ouvrage de Mark Meigs), une bibliographie exhaustive et un glossaire permettant de mieux décrypter « l’idiolecte menckenien ».

2Cet ouvrage mérite toute l’attention des étudiants, mais aussi des préparateurs, car il est centré sur la Chrestomathy, et ne porte pas sur toute l’œuvre de Mencken, à l’instar des ouvrages de Forgue, Martin, Stenerson ou Williams. Il permet donc aux lecteurs de ne pas trop se disperser puisque la majorité des citations est extraite de l’ouvrage au programme. Contrairement au cours du CNED (l’ouvrage dirigé par M. Meigs et paru en décembre 2003 fournissait des informations indispensables pour aborder la Chrestomathy mais faisait peu référence aux articles à proprement parler), les références aux articles de Mencken sont nombreuses et parfaitement mises en contexte. En outre, et c’est sans doute le principal attrait du livre de Mark.Meigs, les thèmes sont abordés dans la perspective du concours ; en effet les titres des chapitres et des sous parties, sont proposés comme autant de sujets de leçons d’agrégation. En lieu et place des chapitres traditionnels abordant successivement « Mencken et la politique », « Mencken et la religion », « Mencken et les années vingt », M. Meigs aborde successivement des sujets tels que le chauvinisme, la dissidence, les middlebrows ou la Nouvelle Angleterre. Ce choix a l’avantage de présenter les écrits de Mencken sous un jour nouveau ; il montre au lecteur qu’à la taxinomie de la Chrestomathy (qui, on l’a dit, regroupe successivement tous les articles portant sur un même sujet), peut être substitué une approche plus synthétique qui incite à une lecture transversale de la Chrestomathy. Ainsi, pour aborder le thème de la Nouvelle Angleterre, le lecteur doit avoir lu les textes de Mencken sur le Sud (dans lesquels apparaît clairement le contraste entre les deux régions des Etats-Unis), sur le Protestantisme (opposé aux sectes évangéliques qui florissaient dans le Sud des Etats-Unis), les Américains, (pp.169-183), Roosevelt I, New England (pp.207-209), The Sahara of the Bozarts, The Dean (p.489) et bien d’autres encore. Cette lecture transversale devrait aider les candidats à se préparer tant à la dissertation qu’à l’épreuve orale. On notera également que les courtes biographies des contemporains de Mencken ainsi que le glossaire sont d’un grand secours pour le néophyte. On peut ainsi en un clin d’œil combler ses lacunes historiques et apprendre le sens de « fustian », « Peruna », « seidel » ou « Kiwanis », termes rares mais pourtant indispensables. Enfin, on appréciera les références aux autres écrits de Mencken qui, parfois, permettent de mieux comprendre les articlés collectés dans la Chrestomathy, ainsi que l’évocation des débats qui opposèrent Mencken à ses contemporains (on pense notamment à Dreiser ou à Lippmann). Ces passages seront tout aussi utiles aux étudiants qu’aux préparateurs peu au fait des débats d’idées aux Etats-Unis dans le premier tiers du XXe siècle.

3On pourra regretter les erreurs de typographie un peu trop nombreuses dans cette première édition, mais qui, au final, ne nuisent guère à la qualité de l’ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Ollivier Mellios, « Mark Meigs. Mencken. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 24 avril 2006, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/874

Haut de page

Auteur

Anne Ollivier Mellios

Université Paris 13

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org