Navigation – Plan du site
Varia
Réflexion

American Studies Association — Crossroads of Cultures, Atlanta, Ga., Nov. 11-14, 2004

Compte rendu
Jacques Pothier

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de son congrès annuel et à l’initiative de sa présidente en exercice, Shelley Fisher Fishkin, l’American Studies Association avait lancé une International Initiative : inviter les représentants de toutes les associations d’études américaines du monde. Parallèlement, American Quarterly, la revue de l’Association, invitait les directeurs des rédactions des revues américanistes.

2Je représentais donc l’AFEA, la RFEA et Transatlantica.

Qu’est-ce que l’American Studies Association ?

3Le Congrès de l’ASA paraissait une enclave bleue dans une nation qui venait de réélire le Président du parti rouge. Dans l’exposition de livres, les éditeurs bradaient leurs collections de livres d’actualité périssables, voire déjà morts, anti-Bush principalement (avec quelques ouvrages français rapidement traduits)... Crise d’identité de l’ASA — l’Anti-American Studies Association ? — mise en cause par des étudiants qui reprochent aux American Studies (qui ne sont pas universellement implantées) leur mélange des genres entre recherche et engagement politique, et les internationaux qui dénoncent leur aveuglement aux phénomènes criants de la société contemporaine. Sur plus d’une centaine d’ateliers, un seul abordait le sujet de la religion, un seul autre (initiative espagnole, en lien avec le 11 mars) celui du 9/11... Un littéraire n’est pas nécessairement très à l’aise dans une association qui tend à considérer le fait littéraire exclusivement comme une manifestation culturelle d’identité de l’auteur, réductible à son appartenance sexuelle, ethnique, historique, et éventuellement sociale. La souplesse méthodologique de l’ASA la conduit à « dépasser l’interdisciplinarité » (le nom de l’un des ateliers), au-delà des études surtout littéraires, mais aussi historiennes, économiques ou sociologiques qui occupent dans des proportions diverses les américanistes du reste du monde. George Sanchez, ancien président de l’ASA, définissait le démon des Etudes Américaines à la mode de l’ASA comme un DJ, chargé de recréer au centre de la piste de danse académique l’esprit pionnier et frondeur qui serait au centre de l’expérience et de la personnalité américaine.

4En marge du Congrès, 12 heures de débats, tours de table et tables-rondes assez riches pour découvrir la géométrie variable des études américaines et des revues qui les hébergent.

5Un répertoire des participants internationaux était disponible, avec un bref descriptif (1) de chaque association et les coordonnées des présidents et délégués présents sur place, puis (2) des revues et de leurs représentants (International Initiative Directory).

Quelques constats et résolutions :

61. L’angle d’intérêt des études américaines est influencé par l’histoire des migrations à partir de chaque pays vers les Etats-Unis.

72. Les frontières géographiques sont en train de bouger, en particulier en Europe avec le Processus de Bologne, au cœur des conversations : les centres de recherche américanistes forts (comme dans les pays germaniques) voient là l’occasion de renforcer leur attirance au-delà des frontières1.

83. L’intérêt est vif pour le développement de co-tutelles de thèses2.

94. L’ASA est prête à étudier la mise en place de prix pour des traductions.

Quelques effets déjà perceptibles :

101. L’ASA a bien un répertoire des Associations d’Etudes Américaines mondiales, listées par continent. Le site de Crossroads comporte un autre répertoire, apparemment plus ancien, à partir de la page d’accueil de Crossroads, rubrique Communities, puis American Studies Worldwide -> American Studies Programs on the Web : centres US, et lien vers les Programs Outside the US, classés par pays3.

112. L’ASA a appelé les américanistes de tous pays à participer à son prochain Congrès, à Washington DC, 3-6 nov. 2005. Cet appel a été relayé par la liste de l’AFEA le 21 nov. 2004, sous le titre « AFEA — CFP : ASA 2005 : ‘Groundwork : Space and Place in American Cultures.’ »

123. L’ASA soutient dores et déjà des programmes de jumelages entre des universités américaines et des centres de recherche internationaux, en particulier dans des pays émergents (Nouvelle Europe, Asie) : voir International Partnership Grants.

134. L’ASA répercute sur son site un certain nombre de colloques internationaux sur les recherches américaines.

14Les discussions ont mis en évidence les géométries très variables des Etudes Américaines. Impression générale : si la mise en réseau de toutes les associations d’American Studies au sens large a déjà fait des progrès grâce et à la suite de cette rencontre, elle révèle aussi les efforts structurels que nous devons faire pour acquérir la visibilité que la qualité de nos recherches et de nos formations méritent. Nous avons non seulement des possibilités, mais une nécessité à mieux apparaître sur la scène mondiale, ce qui passe par une communication en anglais bien plus développée.

Quelques pistes :

151. L’amateurisme de nos documents de communication fait honte : nous n’avons même pas une page web tout en anglais pour présenter chacune de nos deux revues.

162. RFEA/FJAS ? si, pour différentes raisons, les articles continuent de paraître dans l’une ou l’autre langue, la page de titre pourrait être systématiquement bilingue, ainsi que la table des matières.

173. Des abstracts en anglais ne devraient-ils pas être systématiquement disponibles, même et surtout pour les articles en anglais ? Ils pourraient être repris sur les pages web de la revue. Il faudrait aussi y exploiter les mots-clés.

184. Force est de constater qu’à peu près partout il y a des centres d’études américaines au sens large, alors qu’en France les centres noient généralement l’américanistique dans les « études anglophones » ou autres grandes baignoires4. Ce qui rejoint l’étude en cours sur la structuration des études américaines et la perspective d’une mise en réseau.

195. A noter que plusieurs de nos partenaires européens ont profité du processus de Bologne pour introduire des options d’initiation aux Etudes américaines dès la première année de la licence.

Les revues

20American Quarterly organisait une réunion de travail sur les revues. La variété des initiatives y est encore plus large.

21La rubrique Resources du site de l’AQ comprend des liens vers les sites d’un grand nombre de revues internationales, classées par pays ou toutes ensembles.

Quelques exemples de revues présentées :

22Australasian Journal of American Studies

23Amerikastudien/American Studies (ed. Udo Hebel), le frère allemand de la RFEA, édite aussi une collection de monographies.

24Le Hungarian Journal of English and American Studies est entièrement en anglais. Table des matières en ligne ; accueille contributions étrangères.

25Le Journal of American Studies in Turkey est accessible librement en ligne ; en fait, le statut de l’association qui l’édite l’empêche de le vendre.

26Atlantic Studies, édité par Routledge (et accessible par son portail), est dirigé par une équipe internationale. Les membres de l’association internationale MESEA sont abonnés gratuitement à Atlantic Studies.

27Comparative American Studies (Etudes de l’hémisphère américaine) est publié par SAGE, en dehors de tout soutien institutionnel. Exemple de portail commercial, très professionnel : abstracts et TOC en accès gratuit, abonnement nécessaire pour le full text (abonnement individuel raisonnable, accès en ligne uniquement par abonnement institutionnel, coût dissuasif).

28La revue de la Georgian Association for American Studies est essentiellement en géorgien : elle est destinée à présenter le monde américain au public géorgien.

29Review of International American Studies est édité par Barbara Buchenau and Marietta Messmer à l’université de Göttingen, et se présente comme l’organe de l’International American Studies Association, fondée en 2000. La revue se présente comme un très gros volume de contributions extrêmement diverses, en 4 langues dont le français.

30En Pologne, la Revue la plus ancienne, American Studies, est celle du American Studies Center de Varsovie. L’association des américanistes polonaise publie un Polish Journal for American Studies annuel, depuis 2003.

31Quel que soit le format de publication, il semble que le prestige de l’écrit promette encore de beaux jours aux revues papier, au moins tant que les formats de publication en ligne ne présentent pas plus de stabilité.

32Je reproduis à la suite de ces notes le compte-rendu rédigé par Marita Sturken, qui présidait la réunion sur les revues, avec quelques commentaires entre parenthèses.

Meeting of International Editors

33(Notes compiled by Marita Sturken, AQ)

34In attendance : Zoltan Abadi Nagy (Hungarian Journal of English and American Studies), Christopher Saunders (Safundi : Journal of South African and American Comparative Studies), Richard Ellis (Comparative American Studies), Marek Wilczynski (Polish Journal of American Studies), Ayse Kirtunc (Journal of American Studies in Turkey), S. Jay Kleinberg (Journal of American Studies, British ASA), Dorothea Fisher-Hornung (Atlantic Studies), Richard Follett (Atlantic Studies), Barbara Buchenau (Review of International American Studies, forthcoming IASA journal), Fumiko Nishizaki (Japanese Journal of American Studies), Takayuki Tatsumi (American Review, Japan), Peter Bastian (Australasian Journal, Australia), Jacques Pothier and Marc Chénetier (Revue Francaise des Etudes Americaines and TransatlanticA), Udo Hebel (Amerikastudien, Germany), Zbigniew Lewicki (American Studies, Poland), Vasil Kacharava, (Journal of the Georgian Association of American Studies), Walter Hoebling (Arbeiten aus Anglisk und Amerikanistic, Austria), Gulheiran Ragimova (Azerbaijan), Yuri Stulov (Belarus), David Katzman and Norman Yetman, (American Studies, Univ. Kansas), Barry Shank (American Quarterly), Marita Sturken (American Quarterly), Randy Bass (Crossroads).

35This was a very productive discussion, in which we decided a number of things that will hopefully result in long-term collaborative efforts among American Studies journal editors throughout the world.

36From the introductions, it was very clear that journals have very different needs and resources. This divides roughly into two groups : journals of national associations of American studies and journals that are published by university presses. Some publish yearly, some biannually, some quarterly, many have limited resources, one or two are only online. Everyone agreed that more contact between journals was an important step.

37We decided on a number of things to move forward :

38We will set up an email listserv so that editors can be in regular contact with each other. (done : the list is silent so far)

39We will set up networks of journal exchange. (The European journals already do this and have collaborated on a rotating European issue through the European American Studies Association).

40We will work with Crossroads to put the list of American Studies journals (compiled by ASA and AQ) on the Crossroads site [done : the list is actually located at http://www.americanquarterly.org/​index.php/​resources/​], including a brief description of each journal and a paragraph on their submission procedures. We will establish a part of the Crossroads site where we can post the table of contents of each journal issue as it is released, along with abstracts of the essays. We would also like to work toward including each year on the Crossroads site the full article of an essay from each journal (this may have some rights problems for journals that are owned by university presses).

41We would like to establish an award for the best essay published in American Studies journals worldwide. This would mean establishing a committee and having journals designate a few essays for possible selection.

42We would like to work further toward creating translation networks for important essays, either into English or from English into other languages.

43American Quarterly was asked by these editors to publish an essay that provides an overview of all of the journals being published in American Studies worldwide and that would discuss publication in the field in general and direct readers to the Crossroads web site for additional information. We will work to do this sometime in the next year.

44Marita Sturken Editor

45Katherine Kinney
Barry Shank
Raul Villa
Associate Editors

46American Quarterly
Center for American Studies & Ethnicity
University of Southern California
3470 Trousdale Parkway, WPH 303
Los Angeles, VA 90089-4033
tel: 213-821-2543 / fax : 213-821-557
american.quarterly@usc.edu
http://www.americanquarterly.org

Haut de page

Notes

1 Quelques exemples présentés à Atlanta : le Heidelberg Center for American Studies, créé l’an dernier, l’organisation de la School of American Studies au sein d’un Institute for Transatlantic, European and American Studies à l’Université de Dundee.
2 Facilité en France par le nouvel arrêté du 6 janvier 2005 :
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=MENS0402905A
3 Curiosité : en tête de cette dernière page, deux liens morts vers le site de l’USIA (qui a déménagé à http://dosfan.lib.uic.edu/usia/). USIA a aussi une page « Study of the U.S. ») qui renvoie au répertoire du dossier Index of /usia/E-USIA/education/amstudy. La page index sur laquelle on devrait arriver a changé de système, ce qui permet au vulgum pecus d’accéder à une liste de fichier qui ne devrait pas lui être accessible, bonjour la sécurité ! Explication en bas de page : « On October 1, 1999, the Bureau of Educational and Cultural Affairs will become part of the U.S. Department of State. Bureau webpages are being updated accordingly. Thank you for your patience ». Les infos ne sont donc pas de toute première fraîcheur. Entre temps, Bush a remplacé Clinton, et tout le monde s’en fout.
4 Sauf évidemment quelques centres comme le Centre d’Etudes Nord-Américaines de l’EHESS, le CIRNA à Paris VII ou Suds d’Amériques à UVSQ — mais chez nous ce sont les autres qui doivent s’accommoder de l’étiquette américanistique qui figure sur la baignoire, même quand ils sont britannistes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Pothier, « American Studies Association — Crossroads of Cultures, Atlanta, Ga., Nov. 11-14, 2004 », Transatlantica [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://transatlantica.revues.org/868

Haut de page

Auteur

Jacques Pothier

Vice-président recherche de l’AFEA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org