Navigation – Plan du site
Actualités de la recherche

Think Tank IdA : « Le processus de normalisation des relations États-Unis/Cuba : défis et perspectives »

Institut des Amériques, Maison de l'Amérique Latine, mardi 6 octobre 2015
Shirley Yoselin Rodríguez Paz

Texte intégral

1Sujet très en vogue ces derniers mois, le rapprochement des relations entre les Etats-Unis et Cuba est aujourd’hui au cœur des analyses de nombreux spécialistes dont les recherches portent sur des champs, notamment, historiques, diplomatiques, économiques, depuis l’annonce officielle faite par les présidents Barack Obama et Raúl Castro le 17 décembre 2014. La séance de Think Tank intitulée « Les processus de normalisation des relations États-Unis/Cuba : défis et perspectives », organisée par l’Institut des Amériques (IdA) en partenariat avec l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (IHEAL), avait comme principal conférencier le professeur de l’Université de La Havane, Jorge Mario Sánchez Egozcue. Environ 50 personnes étaient présentes à la Maison de l’Amérique latine pour réfléchir sur les possibles obstacles et perspectives issus de cet événement historique.

2Carlos Quenan, le vice-président de l’IdA a ouvert la séance en affirmant que le « rapprochement » ou la « normalisation » – terme encore à définir – des relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba « ouvre une voie au début de la fin de la Guerre froide », dans une zone pacifique comme celle des Amériques.

3Olivier Compagnon, directeur de l’IHEAL, a rappelé que la reprise officielle des relations diplomatiques Cuba/États-Unis – après presque 50 ans de conflit – a débuté en l’absence d’une politique latino-américaine du président Obama, depuis 2008. Il interroge la politique latino-américaine du président états-unien : se réduit-elle à la politique cubaine ? Par ailleurs, Compagnon évoque l’existence aux États-Unis d’une obsession pour Cuba dès 1959, et même depuis le xixe siècle. Il faut rappeler les relations entre Cuba et les États-Unis – sans oublier l’Europe – autour de l’exportation de sucre, ce qui va faire de Cuba « le plus grand producteur de sucre au monde » au xixe siècle (Herrera, 2001, 3).

4L’intervention du professeur Jorge Mario Sánchez Egozcue porte sur la « perspective cubaine, susceptible de changer » et est issue d’un ouvrage à paraître. La contextualisation diplomatique, économique et juridique, sur cette étape de transition du rétablissement des relations États-Unis/Cuba, a été la partie centrale de son intervention. La question des collaborations académiques, la perception de l’opinion publique et les effets qui peuvent découler de cet accord dans le secteur privé ont été aussi abordées. Enfin, quelques minutes ont été consacrées à répondre aux questions du public qui participait à cette séance.

  • 1 Spécialiste des communications par satellite, Alan Gross avait été jugé pour espionnage par la just (...)

5Tout d’abord, Sánchez Egozcue fait un bref rappel historique, depuis l’annonce de décembre 2014, en s’appuyant sur des images publiées par des différents journaux de Cuba et des États-Unis. Ensuite, il dresse un bilan des premières étapes du processus de normalisation des relations entre ces deux pays, dont l’échange de prisonniers : trois prisonniers cubains ont été libérés ainsi que plus de 50 prisonniers états-uniens, parmi eux Alan Gross1. Puis il mentionne la récente ouverture des ambassades qui confirme le rétablissement officiel des relations diplomatiques. Nonobstant, « il n’existe pas encore un agenda » du processus, ni de plan pour la régularisation des rapports entre Cuba et les États-Unis. Pour Jorge Mario Sánchez Egozcue, la révision de la désignation de Cuba par les États-Unis comme un État terroriste est un point central et conflictuel. C'est un sujet gelé depuis près de 20 ans et c'est l’un des sujets qui ont entravé les relations internationales entre Cuba et les pays des autres régions du monde.

6Le contexte économique cubain et ses incidences internes et externes avaient déjà été exposés en détail par Jorge Mario Sánchez Egozcue durant le colloque consacré à « Cuba sur la scène internationale », organisé par l’IHEAL en 2008 : « Las relaciones económicas Cuba-Estados Unidos en la década del 2000 : mitos y realidades »2. Selon Jorge Mario Sánchez Egozcue, la troisième source de revenus de Cuba provient des transferts de fonds familiaux depuis l’extérieur. Dans les années 1990, 90 % de ces transferts, réalisés par les citoyens cubains vivant à l’étranger, étaient destinés à la consommation familiale. Les changements de caractéristiques de l’immigration cubaine au long des années 2000 posent de nouveaux problèmes au gouvernement cubain : la polarisation des revenus augmente ainsi que l’exclusion sociale. Par ailleurs, ces fonds venus de l’étranger et destinés à la consommation familiale sont en fait utilisés pour faire du micro-investissement. Il s’agit d’un investissement d'un type nouveau et dynamique qui promeut l’offre et la demande.

  • 3 Document publié dans le Federal Register le 21 septembre 2015, [en ligne] disponible sur http://fed (...)

7Jorge Mario Sánchez Egozcue a cité quatre importants règlements qui contrôlent le cadre juridique du commerce entre Cuba et les États-Unis : 1) le Cuban Assets Control Regulation (CACR) de juillet 1963 [régulation des actifs cubains]3 ; 2) le Cuban Democracy Act (CDA) ou Torricelli Act de 1992 [résolution sur les restrictions au commerce international de la part de États-Unis] ; 3) le Cuban Liberty Democratic Solidarity Act ou Helms-Burton Act de 1996 ; 4) le Trade Sanctions Reform and Export Enhancement Act (TSREA) de 2000. Ce sont des réglementations et des législations toujours en vigueur. Il existe donc encore des textes officiels selon lesquels Cuba et les États-Unis sont encore ennemis, affirme Sánchez Egozcue. À partir du nouvel accord annoncé en 2014, cependant, une partie importante des restrictions imposées par ces réglementations est maintenant levée. Il existe alors un paradoxe particulièrement américain, assure-t-il, car « tout est interdit et en même temps autorisé ». À son avis, aucune loi mentionnant que Cuba et les États-Unis sont ennemis ne devrait encore exister. Il émet également l’hypothèse que le prochain président des États-Unis puisse changer la décision prise par Obama en novembre 2014 car, selon lui, il existe encore un piège juridique et politique. Et, en définitive, la modification du cadre juridique actuel est entièrement entre les mains du Congrès états-unien.

8Selon Sánchez Egozcue, c’est une fiction de prétendre que ces relations commencent sans aucun préalable. En réalité ce rapprochement avait déjà débuté de manière complexe. En 2014, avant l’annonce de la normalisation des relations Cuba/États-Unis, le New York Times avait publié cinq éditoriaux sur Cuba en un seul mois. Auparavant, ce journal n’avait pas publié plus de deux éditoriaux sur Cuba par an. La fuite d’information était donc évidente, même si on ne le voyait pas – d’anciennes négociations avaient échoué à cause de fuites dans la presse. À cet égard, il mentionne l’article publié par l’avocat Robert Muse « The New Normalisation ? », paru en novembre 2014 dans Americas Quarterly, que personne n’avait alors regardé, commenté ou critiqué. Cet article expliquait comment Obama pourrait utiliser son pouvoir, en tant que président, pour conduire les États-Unis à normaliser les relations avec Cuba : « Le président Barack Obama ou un autre successeur est parfaitement libre d'annuler la proclamation faite par [John F.] Kennedy » (Muse, 2014).

9Ensuite, Sánchez Egozcue a contextualisé le sens de la résilience et de l’innovation cubain qui a permis le développement stratégique de l’économie de ce pays : en premier lieu, l’exportation de sucre (1960-1989) à travers le Conseil d’assistance mutuelle (COMECOM) ; puis, le tourisme qui avait comme principaux marchés le Canada et les États-Unis (1990-2000) ; finalement, l’exportation des médecins (2004-2014). Maintenant, assure Sánchez Egozcue, il faut clarifier les relations entre ces deux pays et les reconstruire à partir de zéro.

  • 4 Un document de travail a été élaboré par un groupe d’universitaires et d’anciens diplomates cubains (...)

10Du côté académique, Jorge Mario Sánchez Egozcue mentionne l’Université d’Harvard, qui a organisé plusieurs débats sur les perspectives des deux pays. Puis, à l’initiative de la Coordination régionale de recherches économiques et sociales (CRIES) en partenariat avec l’Université de la Havane et l’American University, s’est organisé, depuis 2009, un atelier académique intitulé The Cuba-United States Academic Workshop (TACE)4. Pendant cinq ans, plusieurs questions sur les possibles progrès dans les relations bilatérales américano-cubaines ont été débattues. L’opinion publique, l’Atlantic Council, des experts et notamment d’anciens employés de haut rang qui ont recommandé à Obama de changer la politique états-unienne envers Cuba, ont été des éléments moteurs dans la décision prise par le président des États-Unis, affirme Sánchez Egozcue. Or, des enquêtes montrent que 49 % des républicains s’opposent à cette nouvelle décision, et que 74 % des démocrates la soutiennent.

11Josefina Vidal Ferreiro, directrice générale de la Chancellerie de Cuba aux États-Unis et Roberta S. Jacobson, secrétaire d’État adjointe des États-Unis sont les deux femmes aux manettes du rapprochement entre ces deux pays. Cette dernière a présidé les deux premiers cycles de conversation qui ont ouvert le chemin au dialogue pour le rétablissement de leurs relations diplomatiques. Le premier avait pour objectif de discuter des questions migratoires ainsi que des relations diplomatiques. L’ouverture des ambassades a été le sujet central du deuxième. Pour les représentants cubains, il a été très important de créer un cadre approprié pour rétablir les relations diplomatiques et rouvrir les ambassades. À cet effet, ils ont demandé que Cuba soit retirée de la liste des États soutenant le terrorisme. De plus, cette seconde réunion a porté sur la question des aires de coopération et d’intérêt commun pour ces pays. La nécessité de respecter les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels a été ainsi discutée.

12Pour renforcer ces dialogues, se sont organisés des groupes de travail bilatéraux afin de discuter des questions diverses comme la situation des droits de l’homme, les politiques d’immigration, le trafic humain, ainsi que d'autres sujets sensibles comme le changement climatique, la protection de l’environnement, la transgression des frontières biotiques. Par ailleurs, l’un des sujets les plus difficiles à traiter, selon Jorge Mario Sánchez Egozcue, est la nationalisation des entreprises. Les États-Unis demandent à Cuba une indemnisation de sept milliards de dollars, au nom des dommages dus aux nationalisations de 1960. De son côté, Cuba demande 117 milliards de dollars en contrepartie des dommages subis à cause de l’embargo économique, commercial et financier imposé par les États-Unis depuis les années 1960.

13Jorge Mario Sánchez Egozcue remarque une dynamique qui commence à sortir du champ diplomatique fonctionnel pour se focaliser sur des aires plutôt diplomatico-commerciales. L’agriculture, le tourisme – et leur infrastructure –, le transport – les avions, les croisières –, les télécommunications, le pétrole, la banque, font également partie des études sur les valeurs approximatives et les risques partagés entre Cuba et les États-Unis et obligent à créer de nouvelles lois.

14Selon Carlos Quenan, le processus de normalisation montre l’importance historique de Cuba dans l’histoire et la politique des États-Unis. Ainsi, pour le diplomate cubain Carlos Alzugaray « Cuba a toujours occupé une place particulière dans la politique étrangère des États-Unis » (Alzugaray, 2000, 13). En effet, dès la fin du xviiie siècle, Cuba avait été l’un des objectifs d’agrandissement géopolitique des Treize colonies de l’Empire britannique qui donnèrent naissance aux États-Unis. Par ailleurs, cet événement est un facteur structurel historique très important dans les relations Cuba-États-Unis : d’autres facteurs démontrent la maturité du processus, dont l’intervention du pape François. Carlos Quenan mentionne également l’importance de l’opinion publique cubaine-américaine ainsi qu’américaine. La fin du mandat du président Obama est un autre facteur important à analyser en relation avec ce moment historique. D’autres acteurs jouent également un rôle important dans cette nouvelle dynamique, en particulier les pays latino-américains, avec notamment la participation du Brésil, grande puissance économique de cette région, ou les pays européens qui interviennent dans la diplomatie économique, sans oublier les relations commerciales entre la Chine et l’Amérique latine.

  • 5 Dans le cadre de missions bien définies : visites familiales, officielles, journalistiques, scienti (...)

15L’ « historicisation » de ce processus géopolitique est l’un des sujets d’intérêt pour Olivier Compagnon et, à son avis, elle doit être étudiée depuis le début du xixe siècle. Compagnon soulève également la question du rôle et de la place du Venezuela dans cet événement. Un autre participant pose une question sur le rôle de l’Église catholique et sur sa relation avec le gouvernement cubain puis, sur la participation de Cuba dans la négociation avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) qui ont aussi pu aider au rapprochement Cuba/États-Unis. Selon Jorge Mario Sánchez Egozcue, plusieurs facteurs consolident ce processus déjà irréversible de rapprochement cubano-américain, dont les voyages autorisés à Cuba5, les licences accordées aux entreprises de télécommunications étasuniennes pour introduire leur technologie dans l’île, l’autorisation de transfert d’argent à Cuba, etc. L’un des changements les plus importants est apparu au Parti républicain qui a fait émerger de nouveaux acteurs. Ont également été évoquées la collaboration académique, la participation des ONG, la récupération de la religiosité – pas seulement catholique –, la visite du pape, la volonté du gouvernement cubain de normaliser ses relations avec les États-Unis.

  • 6 L’un des ouvrages conseillés par Jorge Mario Sánchez Egozcue pour un approfondissement sur le proce (...)

16Les champs économique et commercial, dont le professeur Jorge Mario Sánchez Egozcue est spécialiste, se sont imposés tout au long de son intervention6. Toutefois, plusieurs pistes s’ouvrent à partir de ses hypothèses, ainsi que des contributions de Carlos Quenan et d’Olivier Compagnon et des questions posées par l’assistance : les champs historique, politique, religieux, culturel, juridique etc. sont assurément des sujets à étudier et à approfondir par les chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

ALZUGARAY Carlos, Crónica de un fracaso imperial. La administración de Eisenhower y el derrocamiento de la dictadura de Batista, La Habana, Editorial Ciencias Sociales, 2000.

HERRERA Rémy, « Capitalisme, esclavage et sucre à Cuba. Émergence, essor et déclin de l’esclavage cubain (1511-1886) », Cahiers de la MSE de l’Université Paris 1, 2001, http://docplayer.fr/12360178-Capitalisme-esclavage-et-sucre-a-cuba.html (page consultée le 05 décembre 2015).

MUSE Robert, « US Presidential Action on Cuba: The New Normalisation? », Americas Quarterly, 8(4), 2014, 128.

« Quiénes son las dos mujeres que están rompiendo el hielo entre Cuba y EEUU », BBC Mundo, 22 janvier 2015, http://www.bbc.com/mundo (page consultée le 15 octobre 2015).

Haut de page

Notes

1 Spécialiste des communications par satellite, Alan Gross avait été jugé pour espionnage par la justice cubaine et condamné en 2011 à 15 ans de prison.

2 Vidéo disponible sur http://epresence.univ-paris3.fr/5/watch/403.aspx (page consultée le 12 octobre 2015).

3 Document publié dans le Federal Register le 21 septembre 2015, [en ligne] disponible sur http://federalregister.gov/a/2015-23587 (page consultée le 17 octobre 2015).

4 Un document de travail a été élaboré par un groupe d’universitaires et d’anciens diplomates cubains et états-uniens, intitulé « Oportunidades para las Relaciones Cuba-Estados Unidos : Propuestas para colaboración en áreas de interés mutuo » et publié en ligne : http://www.cries.org/wp-content/uploads/2013/06/tace-final-web.pdf (page consultée le 15 octobre 2015).

5 Dans le cadre de missions bien définies : visites familiales, officielles, journalistiques, scientifiques, éducatives, religieuses, culturelles, humanitaires, professionnelles, etc.

6 L’un des ouvrages conseillés par Jorge Mario Sánchez Egozcue pour un approfondissement sur le processus de négociations Cuba-États-Unis a pour titre Back Channel to Cuba : The Hidden History of Negotiations between Washington and Havana (University of North Carolina Press, 2014) : les auteurs, le professeur de l’École américaine d’affaires publiques William LeoGrande et Peter Kornbluh, analyste principal des Archives de sécurité nationale, y utilisent des documents et des entretiens menés avec des négociateurs, des intermédiaires et des décideurs politiques qui ont participé à des séances secrètes de négociation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shirley Yoselin Rodríguez Paz, « Think Tank IdA : « Le processus de normalisation des relations États-Unis/Cuba : défis et perspectives » », Transatlantica [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7666

Haut de page

Auteur

Shirley Yoselin Rodríguez Paz

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org