Navigation – Plan du site
Actualités de la recherche
Arts et littérature

Colloque international « L’œuvre de Brian Evenson »

Université Rennes 2, 21-22 mai 2015
Maud Bougerol

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Organisé par Sylvie Bauer, Nawelle Lechevalier-Bekadar et Florian Tréguer de l’Université Rennes 2 (ACE, EA1796), ce colloque a permis de réunir des chercheurs français, américains, canadiens et sud-africains autour d’une réflexion sur l’œuvre de Brian Evenson, en présence de l’auteur. Les communications présentées ont permis aux participants d’interroger la fonction du langage dans la poétique evensonienne qui associe un traitement à la fois clinique et violent du corps à une réflexion sur les genres littéraires et l’expérience de lecture. La présence des auteurs Antoine Volodine et Claro, dont les problématiques font écho à celles de Brian Evenson, a donné lieu à des échanges sur le rapport de la fiction au monde, en tant qu’elle problématise la relation qu’entretient le lecteur à la perception et au réel.

Conférences plénières

Anne Ullmo (Université Lille 3), « Poétique des corps suppliciés chez Brian Evenson »

2Anne Ullmo explore les modalités de déstabilisation du lecteur chez Brian Evenson au sein d’une expérience de lecture avant tout perceptive. La surexposition du corps fragmenté, mutilé, voire sacrifié, intensifie cette expérience sensorielle.

3Selon Anne Ullmo, les voix narratives, qui se caractérisent ici par leur neutralité, donnent à voir l’implacable crudité du réel. L’impensable est figuré et fascine le lecteur. Pourtant, plutôt qu’une quête herméneutique, ce dernier est amené à vivre une expérience perceptive qui laisse toute sa place à l’incertitude. Confronté à la défamiliarisation d’un environnement dont il ne perçoit que l’altérité fondamentale, le lecteur doit reconfigurer le monde qui l’entoure à l’aide de ses sens.

4Le corps volontairement supplicié, dans Last Days notamment, devient la preuve d’une excellence spirituelle. Selon Anne Ullmo, le signe est inscrit physiquement sur le corps du significateur afin de réinscrire les signes sur le corps délinquant qui a échappé un moment aux significations.

5La violence prend une valeur scopique tant elle ici est liée à la surexposition, notamment dans la nouvelle « Eye », comme le souligne Jean-Yves Pellegrin : l’usage de voix narratives neutres confère une qualité d’« évidence photographique » à l’écriture. La cartographie anatomique devient difficile puisque le corps est donné à voir de manière fragmentaire. Selon Anne Ullmo, le lecteur est pris dans la boucle spéculaire du regard.

Marc Amfreville (Université Paris-Sorbonne), « La réalité psychique et la fiction de Brian Evenson »

6Marc Amfreville évoque tout d’abord la notion d’obliquité qui permet de mettre en relation la littérature gothique et la prose de Brian Evenson, qui entre en communication avec d’autres œuvres antérieures, notamment à travers la hantise et les représentations de l’aliénation. L’auteur radicalise la proposition gothique suivante : « je suis peut-être un autre ». Il explique que Brian Evenson propose le dérèglement de la langue comme moteur de la fiction : lorsqu’apparaît la figure du double, le vertige autoscopique donne lieu à l’émergence dans la langue de phénomènes d’écart.

7Selon Marc Amfreville, le principe de réalité psychique est particulièrement fécond ici puisque la névrose des narrateurs malades d’Evenson informe le processus même de création. La maison devient unheimlich jusqu’à n’être plus Heim ; les jeux sadomasochistes enfantins radicalisent le make believe ; l’après-coup traumatique s’immisce dans l’expérience de lecture ; le corps à l’agonie porte les traces étymologiques d’une lutte : le texte fait sienne une réalité différée et attire l’attention sur l’écart entre réalité et perception.

8Marc Amfreville propose donc que le corps, autrefois rempart de réalité résistant à l’omniprésence de la réalité psychique, fait davantage appel ici à l’absence qu’à une quelconque intégrité : il s’abolit chez Evenson. Dématérialisé, fait uniquement de mots, il n’opère pas le rôle escompté de réel.

9Cette présentation a donné lieu à une discussion sur le rapport entre le principe de réalité psychique et la question de l’énonciation. Le délire procède de l’énonciation chez Brian Evenson, et la focalisation interne fait que le lecteur n’a pas d’issue. Les repères d’énonciation sont défaillants, créant une fissure dans laquelle le lecteur s’engouffre afin de trouver du sens.

Intervention de Brian Evenson

10Brian Evenson propose une lecture des notions d’individu et d’œuvre au sein de la théorie d’Alphonso Lingis sur la « communauté de ceux qui n’ont rien en commun » (1994). L’individu voit sa propre réflexion dans la communauté, et devient œuvre en tant qu’elle est à la fois essence et produit de la communauté. L’autre communauté, qui précède la communauté rationnelle, est fondée sur l’interruption du travail, puisque son impératif est celui d’une autre œuvre, plus ouverte, qui émerge de l’individualité rationnelle. Cette autre œuvre est, selon Brian Evenson, un murmure que la communauté rationnelle ne peut jamais vraiment éliminer.

11La lecture de sa nouvelle “The Ex-Father” (The Wavering Knife) lui a permis d’explorer le rôle du langage qui dérange, trouble la rationalité et fait émerger une nouvelle communauté. La destruction du langage permet aux individus de communiquer au sujet de leur douleur commune. Cette nouvelle, au carrefour de la fiction et de la philosophie, permet d’observer comment le récit peut négocier le rapport entre réalité et imaginaire. La structure se désagrège peu à peu, au fur et à mesure que la sœur aînée tente de détruire la réalité. Le but est de faire partager au lecteur l’expérience du personnage.

12Cette nouvelle permet d’explorer le « murmure » continuel qui file derrière le langage. S’il est un système de sons qui transmettent du sens, le langage poussé à l’excès (« excessiveness in langage ») fait émerger des motifs qui hantent le lecteur. Brian Evenson parle alors d’une interpénétration spécifique sous forme de fuites entre la fiction et la théorie donnant naissance à une relation intrusive qui amène le lecteur à s’interroger sur son rapport au texte et à la communauté qui lui a donné naissance.

Atelier 1 - « Something went wrong »: Approaching Brian Evenson’s Language

Peter Schwenger (University of Western Ontario), « The Zero Effect »

13Peter Schwenger traite de l’absence au sein même du langage, sur le modèle du paradoxe qu’est le zéro, signe d’une absence plutôt qu’absence de signe. En empruntant à Maurice Blanchot l’idée d’une absence qui est, puisque signifiée, en présence, il attire l’attention sur ce qui est tu dans les textes d’Evenson. Alors même que celui-ci nie l’accès des lecteurs à la connaissance, l’auteur leur indique qu’il y a quelque chose qu’il leur refuse, et fait ainsi émerger l’étrangeté dans le langage. Peter Schwenger emprunte à Roland Barthes la description du moment de l’illumination zen, le décrivant comme un séisme qui ferait vaciller la connaissance et permettrait d’atteindre le satori, moment d’éveil signifiant à la fois présence et absence, le rien et le reste. À travers la figure du double, la contradiction et les fausses pistes, Brian Evenson amène le lecteur non pas à trouver dans le zéro de l’écriture une réponse aux questions qu’il se pose sur le texte, mais bien à voir apparaître une démultiplication des questions elles-mêmes.

Paul Wessels (Rhodes University), « Brian Evenson: An Author without A Body »

14La communication de Paul Wessels permet de prolonger cette réflexion sur le langage, ici à travers le prisme du post-exotisme d’Antoine Volodine. Dans cette présentation performative, Paul Wessels explore l’absence de médiation dans l’expérience de lecture qui est l’une des caractéristiques les plus importantes du style de Brian Evenson. Selon lui, la violence infligée à un je à la fois individuel et collectif est un dispositif narratif. Le caractère brut et détaché du texte révèle une absence de médiation dans le langage qui a pour conséquence de faire du style l’instrument d’une violence infligée au lecteur. Ainsi, selon Paul Wessels, la subjectivité du lecteur est envahie, et son monde, au même titre que celui du texte, est brisé. Ce procédé permet à l’auteur de faire voler en éclats les conventions littéraires, et par là même toute possibilité d’inscrire les textes dans un paradigme politique et social traditionnel.

Andrew E. Colarusso (Brown University), « Mise en abyme in “Windeye” »

15Andrew E. Colarusso introduit la notion d’inquiétante étrangeté à l’aide du court métrage d’animation « The Sandman », de Paul Berry (1991), relecture du conte d’Hoffmann « L’Homme au sable » (1817) à partir duquel Freud avait théorisé son concept. Produit d’une dissonance et d’un décalage dans le langage, l’étrangeté crée une distorsion et amène le lecteur à s’interroger sur la divergence qui existe entre ce qu’il perçoit et l’idée qu’il se fait de la réalité. Dans la nouvelle “Windeye”, la violence s’exprime dans le non-dit qui émerge lorsque le frère décrit sa petite sœur cherchant un objet non identifié sous la toiture. Selon Andrew E. Colarusso, ce moment prend une dimension érotique incestueuse qui révèle l’habileté de Brian Evenson à installer dans le langage une violence qui s’exprime et s’inflige avant tout dans l’espace intime. L’étrangeté amène le lecteur à questionner son rapport à l’espace divergent.

Atelier 2 - Writing and resistance

Maud Bougerol (Université de Rouen), « Résister à la fin : The Din of Celestial Birds de Brian Evenson »

16Maud Bougerol explore les formes de la fin dans le recueil The Din of Celestial Birds qui, si elles sont omniprésentes, sont constamment repoussées, laissées en suspens : la fin, corollaire de la satisfaction du lecteur, semble toujours se refuser à lui. La mort est toujours reportée. Le corps, confronté à l’épreuve de la mort, survit et se métamorphose : l’approche de la fin permet à l’auteur de faire éclater la monstruosité en gestation à l’intérieur des corps. Les espaces de rupture sont constamment reconfigurés. Selon Maud Bougerol, la fin devient un lieu où tous les futurs possibles sont en suspens, un espace intermédiaire dans lequel sont contenues toutes les potentialités du récit. Emerge alors une écriture de l’évitement qui laisse le lecteur insatisfait. Le doute devient catalyseur dans les récits de Brian Evenson : le lecteur, face à une multiplicité de vérités, est amené du côté du déconcertant, et doit alors reconfigurer une fiction qui cherche à faire émerger toute la multiplicité des significations possibles. Il participe ainsi à l’élaboration de la plénitude perdue dans ce lieu de frustration et de manque.

Françoise Sammarcelli (Université Paris-Sorbonne), « “And then suddenly, sentences” : Immobility de Brian Evenson, ou le roman post-apocalyptique et la résistance à l’œuvre »

17Françoise Sammarcelli propose une étude des formes et stratégies utilisées par l’auteur dans ce roman qui revisite la contre-utopie. Le roman s’ouvre sur une citation de Jean-Luc Nancy dont la thèse, dans La Communauté désœuvrée, est que la communauté est en elle-même une forme de résistance. En explorant les interactions violentes entre plusieurs communautés dans un monde post-apocalyptique, Brian Evenson propose un roman qui dès le début questionne l’accès au sens notamment à travers une épigraphe de Beckett. Françoise Sammarcelli explique que l’auteur défamiliarise la langue, les signifiants s’écartent de leurs signifiés, et c’est à travers la juxtaposition anaphorique des souvenirs, la redéfinition constante des êtres et la relation que le langage entretient à la conscience des personnages, qu’il créé un monde du post-humain entre variation et répétition, toujours au seuil du mouvement, où l’incertitude domine. Selon Françoise Sammarcelli, le jeu sur l’hybridité à la fois dans le récit et dans le langage excite la curiosité du lecteur en quête de sens.

Nawelle Lechevalier-Bekadar (Université Rennes 2), « “Contagion” ou “l’allégorie fracturée” »

18Nawelle Lechevalier-Bekadar explore l’image de la clôture dans la nouvelle “Contagion” et, à travers elle, les conditions d’émergence du sens. Selon elle, le dispositif se signale comme une allégorie : le paysage se dématérialise, et la clôture, élément dominant, prend une dimension quasi-hallucinatoire et religieuse. Frontière protéiforme, la clôture comme allégorie fracturée encourage le lecteur à lui donner un sens tout en le prévenant de la vanité de sa quête. En effet, bien que le texte manifeste les symptômes d’un système signifiant bien défini — ici l’allégorie — ce qui est à déchiffrer dans le langage est impossible à reconstituer en tant qu’œuvre. Selon Nawelle Lechevalier-Bekadar, ce qui se joue ici est la fracture du réel : le réel ne peut plus se concevoir sur le mode du dévoilement ; l’allégorie expose l’échec que l’on éprouve en tentant de rationaliser le monde. Le lecteur pressent un sens qui ne se dégage jamais. Le barbelé qui semble cadrer la nouvelle devient une instance supérieure qui, en informant l’écriture elle-même, donne forme au texte en produisant un nouveau langage fonctionnant en miroir des phénomènes du texte : il devient infectieux.

Atelier 3 - Religion and violence

Karl Pollin (University of Tulsa), « Cautérisations (Réflexions en marge de La Confrérie des mutilés) »

19Selon Karl Pollin, Last Days est une aventure eschatologique dans laquelle une tension existe entre les deux parties du roman. Le personnage de Kline, à l’origine du processus de cautérisation, sert de jonction entre les deux textes. Last Days adopte ironiquement les codes du récit policier. Toutefois, la résolution tâtonnante de l’enquête est parsemée de meurtrissures : le savoir est échangé contre un membre car il existe un rapport fiduciaire entre vérité et métamorphose de la chair. Selon Karl Pollin, les attentes génériques du lecteur sont simultanément coupées et cautérisées. Très vite, l’auto-cautérisation du héros donne lieu à un schisme dans le milieu stérile de la secte et précipite la mise à mort de Kline prévue dès le départ. Dans un second mouvement, Kline se métamorphose en figure messianique, ce qui donne lieu à un deuxième moment de la texture de la prose : entre schisme et cautérisation. La multiplication des fractures schismatiques dans le texte donne une valeur théologico-politique à la cautérisation, comme l’explique Karl Pollin.

J. Aaron Sanders (Colombus State University), « Avenging Angels: The Nephi Archetype and Blood Atonement in Brian Evenson’s The Open Curtain »

20J. Aaron Sanders explique l’origine du rituel expiatoire par le sang (“blood atonement”) à travers le mythe de Nephi dans The Book of Mormon. Nephi devient l’archétype mormon lié au sang et à la violence en commettant le meurtre ritualisé des apostats et des pécheurs. Dans The Open Curtain, la relation entre Rudd et Lael est construite sur le modèle des Danites, une organisation de l’Église des Saints des Derniers Jours vouée à la protection et à la pérennisation du modèle mormon. En effet, Rudd tue une famille entière après s’être immergé dans des archives évoquant un meurtre rituel commis au XIXe siècle, et la parole de Lael dans le roman est une retranscription du discours des autorités mormones. J. Aaron Sanders montre ainsi la perpétuation d’influences violentes dans la culture mormone grâce à la réactualisation d’un rituel à travers les mythes transmis de génération en génération.

Karim Daanoune (Université Bordeaux Montaigne), « “If we’re not human what are we?” La question de la communauté dans Immobility de Brian Evenson »

21Karim Daanoune propose que la circularité est une forme d’immobilité dans le roman : le héros vit un énième réveil qui donnera lieu à d’autres sommeils. Ce thème se retrouve dans l’émergence de communautés perdues « à reconstituer », selon la terminologie de Jean-Luc Nancy dans La Communauté désœuvrée, qui sont en fait autant de post-communautés qui fonctionnent sur le mode de la limite. La fiction de la communauté post-humaine apparaît comme une alternative au désœuvrement du héros, rivé à sa condition d’homme par sa paralysie qui, tout en signalant l’exacerbation de sa propre présence à lui-même, l’empêche d’être totalement. Ce qu’il reste de l’humanité s’emploie à créer une fiction de communauté en problématisant l’identité, notamment grâce à la fraternité, lien ambigu qui ici exclut plus qu’il n’inclut. Karim Daanoune propose que la mort de l’autre détermine le héros en ce qu’elle l’ouvre à la communauté. Le registre de la limite révèle l’espace et la temporalité de la suspension dans laquelle les personnages évoluent, à la recherche d’un « être en commun ».

Evenson and the Arts

Carte blanche à Bruno Dufour-Coppolani (artiste plasticien) : « Pour une lecture plastique d’Evenson »

22Bruno Dufour-Coppolani, artiste de la région rennaise, présente une histoire de la peinture du XXe siècle, notamment à travers Francis Bacon, mais aussi à travers son propre travail, en miroir des problématiques chères à Brian Evenson : la violence, la plasticité de l’œuvre, et bien sûr le traitement du corps. Sa réflexion sur la matérialité dans les représentations textuelles et picturales du corps malmené, mutilé et métamorphosé lui permet de s’interroger sur le pouvoir de l’artiste dans la transformation du corps, mais aussi sur le rapport entre réalité et fiction, représentation et perception. Puisque le rôle de l’artiste est d’amener l’homme à questionner le monde, Bruno Dufour-Coppolani place sa réflexion sous le signe de la réception d’une œuvre vécue comme une expérience dont on ne peut sortir indemne : celui qui la reçoit, interpellé, choqué, ému, interroge ainsi son rapport au réel.

Tables rondes 

Les genres de l’imaginaire (Brian Evenson, Antoine Volodine, Claro ; modérateur : Marc Chénetier)

23Marc Chénetier présente les dynamiques artistiques, thématiques et herméneutiques qui lient ces trois auteurs. Brian Evenson traduit Antoine Volodine et Claro, Claro traduit Brian Evenson, et tous se sont engagés à faire habiter par leurs personnages, mais aussi leurs lecteurs, un monde de l’ailleurs, de l’instable, qu’il soit post-humain, post-exotique, ou tout du moins de l’ordre de la limite. Ils échangent sur la notion d’extrémité en littérature, en rapport avec la réception, puisque, selon Marc Chénetier, la littérature a un impact sur le lecteur en ce qu’elle initie une interaction entre la fiction et le monde. Selon Claro, la lecture doit devenir une expérience, et ce grâce notamment à l’émergence de personnages qui gravitent aux extrémités : cela permet de travailler sur la stabilité de l’identité, notamment celle de l’auteur qui devient un « soi poreux qui écrit et qui laisse entrer des flux d’images ». En termes de réception, pour Claro, c’est le livre qui transforme le lecteur en lecteur de ce même livre. Antoine Volodine mène plus loin cette réflexion sur la position du lecteur : selon lui, le lecteur fait partie du projet du livre puisque la littérature que Brian Evenson, Antoine Volodine et Claro créent s’adresse intimement au lecteur. Brian Evenson rebondit sur cette idée d’une littérature comme performance, qui permet une grande liberté à l’auteur, et plus particulièrement une grande fluidité entre les genres. Le travail du langage permet de créer une tension entre le texte et le lecteur. La vérité qui émerge à l’issue de ce travail doit être, selon Brian Evenson, « infligée » au lecteur.

Translating Brian Evenson (Brian Evenson, Enrico Monti, Claro ; modératrice : Anne-Laure Tissut)

24Brian Evenson (lui-même auteur de nombreuses traductions en langue anglaise) a pu à cette occasion échanger avec ses traducteurs (Enrico Monti en italien, Claro en français) sur la notion de traduction, mais aussi sur l’influence de cet exercice sur sa propre écriture autour de la problématique suivante : quelles possibilités le langage peut-il exploiter ? Selon Enrico Monti, le travail de la forme a une place très importante dans la traduction des textes de Brian Evenson. Il s’agit pour lui d’être le plus fidèle possible aux structures syntactiques de l’auteur, même si une formulation différente aurait pu fonctionner dans la langue cible. Claro poursuit cette idée en proposant une approche plus globale de l’œuvre, afin de comprendre le texte dans son organisation. Selon lui traduire n’est pas « dire ce que le texte dit » mais « faire ce que le texte fait ». Cette réflexion avait déjà été engagée par Evenson sur un mode comique dans sa nouvelle « Moran’s Mexico : A Refutation by C. Stelzmann » (The Wavering Knife), qui traite de la problématique traduction d’un guide sur le Mexique écrit originellement en allemand. Claro pose ensuite la question de la gestion des influences, lorsque le traducteur est aussi écrivain. Selon Brian Evenson, le travail de traduction nourrit la prose d’un auteur et l’amène à s’interroger sur les opportunités que lui offre sa langue.

Haut de page

Bibliographie

Ressources

Lien vers la page de l’évènement : http://confevens.sciencesconf.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Bougerol, « Colloque international « L’œuvre de Brian Evenson » », Transatlantica [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7658

Haut de page

Auteur

Maud Bougerol

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org