Navigation – Plan du site
Trans'Arts

« Chicago Eyes », Galerie Les douches (Paris), 16 octobre-28 novembre 2014

Sarah Leboime

Texte intégral

1Plus qu’un simple attrait, c’est souvent une véritable fascination que Chicago a inspirée tout au long du XXème siècle. Reine du chemin de fer, maison du blues, siège du tout premier gratte-ciel, terre d’expérimentations en tous genres (technologique, sociologique, photographique...), la « Ville des Vents » fut plus d’une fois le fer de lance des avant-gardes économiques et culturelles américaines. L’exposition « Chicago Eyes », présentée à la galerie Les Douches (dans le 10ème arrondissement de Paris), met en exergue le travail de trois photographes : Vivan Maier, Tom Arndt et Raeburn Flerlage, dont les regards sur la ville sont à la fois différents et complémentaires. Si aucun d’entre eux n’y est né, tous s’y sont installés dans leur jeunesse et se sont laissé envoûtés par l’énergie créative de cette métropole du Midwest et la diversité de ses habitants. Leurs photographies sont autant de regards croisés sur une même ville, éclectique et complexe. Celle-ci s’inscrit dans le cadre du programme Chicago à Paris, sous l’impulsion du Théâtre de la ville et avec le soutien des services culturels de l’ambassade de France aux Etats-Unis et de l’Université de Chicago.

2Vivian Maier, nurse professionnelle et photographe amatrice née en 1926, a passé sa vie à observer les gens, cachée derrière son appareil photo, et à immortaliser des instants de vie. À sa mort en 2009, elle a laissé derrière elle plusieurs dizaines de milliers de négatifs. La plupart n’avaient jamais été vus avant une mise aux enchères de certains de ses biens fin 2007. Le succès posthume de l’énigmatique photographe sera fulgurant grâce à la publication du livre de John Maloof, Vivian Maier, Street Photographer, publié en 2011. À Chicago, où elle vécut de 1956 à sa mort, Maier photographia régulièrement les laissés pour compte, ces habitants rarement considérés comme de potentiels sujets artistiques : minorités, marginaux, personnes âgées, ou encore enfants. L’exposition « Chicago Eyes » met à l’honneur certaines de ces photographies de rue à l’ambiance si particulière (Fig. 1). Quelques autoportraits assez mystérieux interrogent également sur le rapport au soi de cette photographe qui a choisi de rester dans l’anonymat.

3Tom Arndt, aujourd’hui âgé de 71 ans, s’inscrit dans le cadre de la photographie humaniste. Lors des dix-sept années qu’il a passées à Chicago, il a parcouru la ville et l’a photographiée sans relâche. Ses photographies offrent un accès privilégié à cette métropole fascinante et attachante, qu’elles semblent documenter sans juger, avec beaucoup de sincérité et d’empathie mais sans trace de misérabilisme ou de condescendance. Comme Maier, Arndt s’est intéressé aux marginaux ou aux ordinaires, apparaissant tantôt forts, tantôt vulnérables, mais toujours dignes (Fig. 2). Ce qui ressort des quelques photographies présentées à l’exposition, c’est avant tout une impression de familiarité et de bienveillance à l’égard de ses sujets.

4Le dernier regard posé sur Chicago est celui du photographe Raeburn Flerlage, grand mélomane, qui s’est particulièrement intéressé à la scène blues et folk de Chicago. Écrivain, présentateur radio et vendeur de disques, Flerlage n’a vécu que pour la musique jusqu’à sa mort en 2002. Il s’est lancé dans la photographie dans les années 50, en pleine renaissance du blues à Chicago, et nous a légué de précieux témoignages sur la scène musicale de la ville, notamment sur ses clubs, ses musiciens, leurs publics (Fig. 3), leurs répétitions et leurs séances d’enregistrement, mais aussi sur la vie dans les quartiers noirs (il vivait lui-même dans le West Side). Plusieurs de ses clichés ont été publiés dans des magazines comme Down Beat et Ebony tandis que d’autres ont servi à illustrer son livre Chicago Blues : As Seen From the Inside (2000). Les fumées des cigarettes des musiciens confèrent souvent à ses photos une aura quasi-mythique et nous transportent le temps d’un instant dans les clubs de blues de l’époque. Lors de l’exposition, les visiteurs ont également la possibilité d’écouter plusieurs vinyles de grands jazzmen de Chicago. Ces écoutes complètent particulièrement bien les images de Raeburn Flerlage.

5Les photographies présentées à l’exposition Chicago Eyes sont donc autant de fenêtres ouvertes sur le quotidien de Chicago, à diverses époques et dans différents quartiers. La communauté noire, souvent marginalisée, y est particulièrement représentée. Plutôt qu’une image communément acceptée de la ville (tantôt dynamique, à l’image du Loop et de ses entreprises, tantôt plus inquiétante, avec son histoire parfois violente et ses problèmes ethniques persistants), ce sont plusieurs regards sur Chicago qui nous sont proposés, des regards posés, avec un intérêt profond, plutôt qu’imposés. L’exposition nous propose donc de découvrir la ville sous un jour différent, à travers les yeux de trois photographes d’exception, trois paires de « Chicago Eyes », qui nous invitent à observer la ville dans toute sa richesse et sa diversité.

Figure 1: Vivian Maier, Maxwell Street, Chicago, IL, 1962. © Vivian Maier / Collection John Maloof/Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York/ Galerie Les Douches, Paris.

Figure 1: Vivian Maier, Maxwell Street, Chicago, IL, 1962. © Vivian Maier / Collection John Maloof/Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York/ Galerie Les Douches, Paris.

Figure 2: Tom Arndt, Mother & daughter on bus, Chicago 1989. © Tom Arndt/Courtesy Galerie Les Douches, Paris.

Figure 2: Tom Arndt, Mother & daughter on bus, Chicago 1989. © Tom Arndt/Courtesy Galerie Les Douches, Paris.

Figure 3: Raeburn Flerlage, At a Lightnin’ Hopkins concert, Western Hall, Chicago, 1965 © Raeburn Flerlage/Courtesy Galerie Les Douches, Paris.

Figure 3: Raeburn Flerlage, At a Lightnin’ Hopkins concert, Western Hall, Chicago, 1965 © Raeburn Flerlage/Courtesy Galerie Les Douches, Paris.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Vivian Maier, Maxwell Street, Chicago, IL, 1962. © Vivian Maier / Collection John Maloof/Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York/ Galerie Les Douches, Paris.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 2: Tom Arndt, Mother & daughter on bus, Chicago 1989. © Tom Arndt/Courtesy Galerie Les Douches, Paris.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7446/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 3: Raeburn Flerlage, At a Lightnin’ Hopkins concert, Western Hall, Chicago, 1965 © Raeburn Flerlage/Courtesy Galerie Les Douches, Paris.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7446/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Leboime, « « Chicago Eyes », Galerie Les douches (Paris), 16 octobre-28 novembre 2014 », Transatlantica [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 04 décembre 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7446

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org