Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Colloque « La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires »

Université Paris 13, 18-19 juin 2015
Michaël Roy et Liess Benlalli

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Le colloque « La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires » a marqué l’une des étapes majeures du projet scientifique « Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains » (EHDLM, http://hdlm.hypotheses.org/​), financé par l’IDEX Sorbonne Paris Cité, et coordonné par Claire Parfait, Hélène Le Dantec-Lowry et Marie-Jeanne Rossignol. Ce projet a donné lieu à plusieurs événements scientifiques : colloques, séminaires et publications. Un premier colloque, à l’université Paris Diderot en juin 2014, avait été consacré à l’héritage des historiens africains-américains, amateurs et professionnels, du xixe siècle et du début du xxe siècle1. Ce second colloque, organisé à l’université Paris 13 en juin 2015, a ouvert la question à d’autres périodes historiques et à des aires géographiques et culturelles différentes pour « explorer le pouvoir de la “marge” comme lieu d’innovation historienne à un moment où le devenir de l’histoire comme discipline semble soulever de profondes interrogations ». Les organisateurs/trices (Claire Parfait, Hélène Le Dantec-Lowry, Marie-Jeanne Rossignol, Claire Bourhis-Mariotti et Matthieu Renault) ont souhaité initier une réflexion « sur les discussions actuelles à propos de l’écriture de l’histoire et ses représentations fictionnelles ou artistiques comme sur les rapports complexes entre histoire professionnelle et mémoires, entre histoire critique et mises en scène muséographiques et commémorations »2. La marge a ainsi été déclinée sous de multiples formes, que ce soit pour évoquer des sujets historiques marginaux, des historiens marginalisés (par leur sexe, leur couleur de peau, leur parcours atypique) ou encore des sources considérées comme marginales (sources orales, visuelles, romans). Les notions de « centre » et de « périphérie » ont également été fréquemment évoquées (de la métropole française à ses régions d’outre-mer, des institutions académiques à des cercles au-delà du monde de la recherche), ainsi que celle de « trajectoire » du centre vers la périphérie et inversement.

Jeudi 18 juin 2015

Conférence plénière: Partha Chatterjee (Center for Studies in Social Sciences, Kolkata ; Columbia University), « Does Non-Western History Belong to the Margins? »

2Partha Chatterjee a d’emblée répondu à la question posée par son titre : non seulement l’histoire non-occidentale n’appartient pas aux marges de l’histoire mondiale ou globale, mais elle est un élément central de l’histoire occidentale dans son ensemble. À la suite des analyses livrées dans The Black Hole of Empire : History of a Global Practice of Power (2012), il a illustré sa problématique à partir de l’étude d’un événement connu des historiens mais jamais avéré, celui du « trou noir de Calcutta » : selon le compte rendu qu’en fit John Zephania Holwell, l’un de ses protagonistes, les troupes du nawab du Bengale Siraj-ud-daulah auraient arrêté, en juin 1756, plus d’une centaine de colons européens, qu’on aurait ensuite enfermés dans une petite cellule de Fort William — alors contrôlé par la Compagnie britannique des Indes orientales —, où un grand nombre d’entre eux seraient morts d’asphyxie. L’épisode servit à justifier la bataille de Palashi en 1757, lors de laquelle les forces de la Compagnie des Indes orientales, menées par Robert Clive, vainquirent Siraj, marquant ainsi la création de l’Empire britannique en Inde. L’épisode du « trou noir » fut relayé tout au long du xixe siècle, et dans le même temps réinterprété — par James Mill dans The History of British India en 1817, par Thomas Macaulay en 1840 —, voire transformé pour devenir « un mythe fondateur de l’Empire », avant d’être délibérément effacé des mémoires au xxe siècle. À travers l’histoire de la mémoire et de l’oubli de cet épisode spécifique, se dessine l’histoire de l’établissement, du maintien et du déclin de l’Empire britannique. Son étude permet ainsi une compréhension plus large de la pratique impériale britannique, le local venant éclairer le global, dans un brouillage de la distinction entre centre et marge.

Theorizing History, Margins and Race

Joan Bryant (Syracuse University), « Whose Margin ? Blacks, Jews, and Historical Confrontations with Race in America »

3Joan Bryant a confronté lors de son intervention deux groupes marginalisés historiquement, à savoir les Africains-Américains, d’une part, et les Juifs américains, d’autre part. Elle a analysé la façon dont les militants noirs du xixe siècle se sont saisis de l’histoire des Juifs afin de contester le concept même de race. Tirant ses exemples des écrits de militants de la période pré-guerre de Sécession (Henry O. Wagoner, William Whipper) et de la période post-Reconstruction (W. E. B. Du Bois, Kelly Miller), elle a notamment souligné la façon dont ces personnalités ont remis en cause les discours polygénistes affirmant l’infériorité raciale des Noirs, comme le fit par exemple le militant africain-américain Frederick Douglass dans The Claims of the Negro, Ethnologically Considered (1854) : si « les Juifs […] sont blancs en Europe, marrons en Asie, et noirs en Afrique », affirme Douglass, c’est qu’ils ont été exposés à des conditions environnementales différentes. En ce sens, la diversité phénotypique entre êtres humains n’est pas la preuve qu’il existe des espèces distinctes, au contraire, et la thèse selon laquelle il existerait une « race noire » intrinsèquement inférieure se trouve invalidée ; les Noirs font partie de la « famille humaine » au même titre que les Blancs.

Matthieu Renault (Université Paris 13), « C. L. R. James : Rethinking “World History” from the Margins »

4Deux communications présentées lors du colloque ont porté sur l’historien caribéen et penseur marxiste C. L. R. James, connu notamment pour son ouvrage The Black Jacobins, publié en 1938. Matthieu Renault s’est intéressé aux analyses que fait James de la Révolution haïtienne, d’une part, pensée dans ses relations avec d’autres épisodes révolutionnaires telle que la Révolution française, et de la guerre de Sécession, d’autre part, dont les esclaves furent les acteurs plutôt que les simples bénéficiaires. Retracer l’histoire de ces révoltes, ce n’est pas seulement écrire un chapitre de l’histoire des Noirs : la réécriture de l’histoire depuis les marges, en l’occurrence dans une perspective noire, doit servir une réinterprétation plus large de l’histoire mondiale. Parmi les historiens africains-américains du milieu du xxe siècle, il en est un seul, selon James, qui avait pleinement saisi la nécessité d’un tel projet, à savoir W. E. B. Du Bois, auteur de Black Reconstruction in America (1935). Le décentrement de l’histoire mondiale préconisé par James, et partiellement mis en œuvre par Du Bois, était en définitive la condition essentielle d’une régénération de la civilisation mondiale ; James allait jusqu’à voir dans la Caraïbe un nouveau berceau de cette civilisation à venir.

Counter Narratives/Histories

Agnès Delahaye (Université Lyon II Lumière), « From Periphery to Center : Jeremy Belknap and the Massachusetts Historical Society »

5Agnès Delahaye s’est intéressée à la Massachusetts Historical Society (MHS) et à l’un de ses fondateurs, Jeremy Belknap. Historien et pasteur, il publia en 1767 le premier volume de The History of New Hampshire, ouvrage tenu pour pionnier dans l’écriture historique américaine moderne. Discret dans son activité ecclésiastique, resté en marge des combats révolutionnaires, Belknap fut considéré comme un acteur marginal dans les publications de la période. Mais c’est le mouvement de son œuvre historique de la périphérie vers le centre du monde de la recherche qui a été mis en lumière à l’occasion de cette intervention. En effet, grâce à la constitution de réseaux, à la collecte de sources historiques et à la collaboration entre historiens et acteurs politiques, la MHS parvint à s’ériger en garante de l’exceptionnalisme américain. Agnès Delahaye a ensuite traité des problématiques liées à l’exceptionnalisme qui s’inscrit dans la continuité de l’histoire coloniale et a tendance à présenter une vision historique laissant de côté le « peuple ».

Ambre Ivol (Université de Nantes), « From the Margins to the Mainstream ? Howard Zinn’s Controversial History from the Bottom-up (1980-2010) »

6Ambre Ivol a évoqué l’ouvrage incontournable de l’historien américain Howard Zinn, A People’s History of the United States, et les débats suscités dans les années qui ont suivi sa publication en 1980. Elle a accordé une attention particulière à un chapitre controversé du livre, celui sur la Seconde Guerre mondiale (« A People’s War? »), dont l’approche micro-historique est à contre-courant de l’approche macro-historique généralement privilégiée par les historiens. La critique formulée par l’historien Sam Wineburg en 2013 a servi à illustrer les oppositions aux idées émises par Zinn, accusé par son homologue de falsification historique. Deux exemples ont été mis en avant : d’une part, l’opposition présumée des citoyens africains-américains à la guerre et, d’autre part, les circonstances du lancement de la bombe atomique sur Hiroshima. L’usage de témoignages contredisant les thèses de Zinn sert à remettre en question sa méthode, qui selon Wineburg se fonde sur un nombre insuffisant de sources pour étayer sa vision des questions relatives à l’action américaine durant le conflit.

Olivier Maheo (Université Sorbonne Nouvelle), « C. L. R. James, from the Margins to the Center of a Renewed Historiography »

7À la suite de l’intervention de Matthieu Renault sur C. L. R. James, Olivier Maheo a insisté sur le décalage entre la marginalité de James et l’intérêt grandissant porté à son livre The Black Jacobins après l’institutionnalisation des études africaines-américaines dans les années 1970. Olivier Maheo a insisté sur le caractère pionnier du travail de C. L. R. James dans des domaines tels que les études postcoloniales ou l’écriture de l’histoire « par le bas », en dépit de sa marginalité en tant qu’historien autodidacte. Il a aussi été question de son militantisme politique, notamment de sa proximité avec les cercles trotskistes, au cours de son premier séjour en Grande-Bretagne, et de son intérêt pour la philosophie des Lumières et la Révolution française. L’influence de ses positions et du contexte politique de son époque, largement reflétés dans son travail sur la Révolution haïtienne, a été analysée.

Lorelle Semley (College of the Holy Cross), « How Louis Joseph Janvier Made Haiti the Center of the World »

8L’intervention de Lorelle Semley a porté sur l’écriture de l’histoire haïtienne et sur la manière dont les idées politiques de Louis Joseph Janvier ont façonné son travail d’auteur. Ayant principalement développé sa vision de la nation haïtienne en France, Janvier s’est trouvé marginalisé dans le paysage politique haïtien, comme en témoigne sa candidature à la mairie de Port-au-Prince, qui s’est soldée par un court séjour en prison et un retour, en 1908, sous forme d’exil, en Europe, où il décéda en 1911. Fervent critique de l’impérialisme et du racisme européens et de leur caractère néfaste pour Haïti, il était néanmoins défenseur d’une identité haïtienne fortement imprégnée du modèle français, n’hésitant pas à emprunter à Michelet la notion de « France noire » pour définir Haïti. La place des femmes, trop souvent à la marge de l’histoire de la citoyenneté, a été traitée dans le cadre de l’analyse du roman de Louis Joseph Janvier intitulé Une chercheuse (1888), dont l’histoire se déroule en France et met en scène une héroïne française. Lorelle Semley a mis en parallèle l’intrigue du livre, à première vue déconnectée du monde haïtien, et l’importance de la notion de genre dans les débats idéologiques relatifs à la citoyenneté et aux relations entre les empires européens et leurs anciennes colonies.

Center and Margins

Andrea Germer (Kyushu University), « Writing from the Margins, Aiming for the Centre : Dangerous Avenues in Japanese Women’s History Writing »

9Andrea Germer a présenté les travaux de l’historienne japonaise Takamure Itsue (1894-1964), qui s’est efforcée, au cours de sa carrière, de réécrire l’histoire du Japon en adoptant « le point de vue des femmes ». Dans Josei no rekishi (Une histoire des femmes), publié en quatre tomes entre 1954 et 1958, Takamure a mis au jour divers phénomènes de subordination des femmes dans la civilisation japonaise : l’introduction du bouddhisme au Japon, par exemple, a entraîné leur mise à l’écart dans l’exécution des rites religieux. Comme John Stuart Mill avant elle (L’Asservissement des femmes, 1869), Takamure convoque à l’occasion la métaphore de l’esclavage pour parler de la situation des Japonaises en tant que groupe social à diverses périodes. Andrea Germer a également souligné certaines limites de l’approche de Takamure, qui ne parvient pas à articuler le genre à d’autres catégories telle que l’ethnicité. Elle a mis en avant le rôle joué par l’historienne dans des entreprises de propagande d’État : lors de la guerre du Pacifique, en particulier, Takamure cautionna la politique violemment expansionniste du Japon. En tentant de se constituer une place au « centre », Takamure a ainsi, selon Germer, « perdu sa capacité critique à mettre en question la relation même entre le centre et les marges ».

Marie-Theresa Hernández (University of Houston), « Writing “What Cannot Be Thought” : Counter Narrative and the Production of History »

10La communication de Marie-Theresa Hernández a porté sur un ouvrage emblématique de l’époque coloniale mexicaine, Imagen de la Virgen María de Guadalupe, publié en 1648 par un prêtre, Miguel Sánchez. En donnant une seconde vie à un culte alors oublié, celui de la Vierge de Guadalupe, Sánchez a créé un mythe fondateur de la nation mexicaine, encore prégnant aujourd’hui. À rebours du récit miraculeux des apparitions de la Vierge, Hernández identifie toutefois au sein du livre de Sánchez un contre-récit construit notamment autour de références à l’Ancien Testament et visant à établir un dialogue avec la communauté crypto-juive de Mexico. C’est sans doute la position sociale privilégiée de l’auteur qui lui permit d’exprimer sa propre ambiguïté religieuse, entre catholicisme et judaïsme, sans être victime de l’Inquisition. Il importe en tout cas, selon Hernández, de ne pas ignorer ce sous-texte, vecteur d’une forme de résistance à l’oppression religieuse, au bénéfice d’une célébration pure et simple de la figure de la Vierge.

Michelle M. Jacob (University of San Diego), « Saint Kateri Tekakwitha and Reclaiming Indigenous Spirituality from the Margins »

11L’étude de la figure de sainte Kateri Tekakwitha, une Algonquine/Mohawk du xviie siècle, a permis à Michelle M. Jacob d’illustrer un cas de résistance à la « marginalisation de la subjectivité et de l’historiographie indigènes » causée par la logique coloniale. Contre les récits historiques dominants qui justifient les violences perpétrées à l’encontre des peuples indigènes, sainte Kateri sert à la fois de « guide spirituel » et de « modèle » pour les Amérindiens. Dans une double perspective féministe et indigène, Michelle M. Jacob a montré que Kateri encourage les Amérindiens à revitaliser leurs pratiques culturelles dans un contexte catholique, qu’elle offre une façon de résister au récit colonial qui présente les autochtones comme « impies », et enfin que son statut de sainte patronne de l’environnement permet à celles et ceux qui s’en réclament de formuler un message et de développer des pratiques écologiques.

Christiane Vollaire (revue Chimères) : « Howard Zinn face au déni de l’histoire populaire »

12Comme Ambre Ivol, la philosophe Christiane Vollaire s’est intéressée à la figure d’Howard Zinn, qui, en traversant l’histoire du xxe siècle à partir de ses marges, a offert « le paradigme d’une pensée historique qui n’est pas seulement informative, mais mobilisatrice ». Christiane Vollaire a notamment proposé une définition de la marge : pour elle, est marge « ce qui constitue un bord, une bordure, un espace éloigné du centre, d’un ensemble dans lequel il s’intègre pourtant ; la marge manifeste un écart, une différence, à l’égard de ce dans quoi elle est cependant incluse ». À partir de cette problématique d’une inclusion marginale, l’Histoire populaire de Zinn montre que ce qui fait marge dans l’historiographie, ce sont des ensembles numériquement forts dont un ensemble numériquement faible a la maîtrise — moins la maîtrise de l’action politique que celle du récit qui en est fait. En interrogeant les marges de l’histoire, Zinn interroge en réalité « la production du centre comme construction idéologique », projet nécessaire dans la mesure où les possédants sont piégés par leur propre discours et donc voués à l’autodestruction, autant en termes d’existence sociale que de savoir. Pour Zinn, les marges de l’histoire en sont le cœur. Cela suppose des inversions de perspective, non pour valoriser les victimes du mouvement de l’histoire, mais pour produire un outil de combat et ce, dans une société où le savoir et l’enseignement sont habituellement présentés comme des notions techniques qui occultent insidieusement les crimes en les reléguant au rang d’aspects secondaires de l’histoire. L’exploit prime sur la violence collatérale et la cruauté s’en trouve euphémisée.

Writing the History of the Community from Within

Nadine Golly (Leuphana University Lüneburg), « Homestory Germany. Black Biographies in the Past and in the Present : Re/Searching / Writing History from the Margins »

13Nadine Golly a présenté un projet récemment lancé par la communauté noire en Allemagne, baptisé « Homestory Deutschland. Schwarze Biografien in Geschichte und Gegenwart » (http://www.homestory-deutschland.de/​) et destiné à (ré)écrire l’histoire allemande dans une perspective noire. Elle en a détaillé les réalisations, évoquant notamment une exposition (accompagnée d’un catalogue) lors de laquelle différentes générations de Noirs ont été invitées à parler de leur (sur)vie et de leur perception des réalités allemandes, mais aussi une anthologie et des documents de travail à l’intention du jeune public. Ces outils devraient permettre de faire une place, dans les salles de classe, à l’histoire encore marginalisée qu’est celle des Noirs allemands et de lancer des discussions autour du statut des Noirs dans la société allemande. Nadine Golly a enfin proposé quelques pistes théoriques, en montrant comment cette pratique d’une histoire du point de vue des Noirs « modifie l’historiographie européenne et, plus largement, les concepts européens dans une épistémè post-métropolitaine ». Elle s’est interrogée sur ce que la recherche de souvenirs individuels signifie pour l’existence de la diaspora africaine et sur la forme que devait prendre un matériel pédagogique visant à réécrire l’histoire depuis les marges.

Violet M. Showers-Johnson (Texas A&M University), « More that Bedtime Stories : Women’s Accounts in the History of the Afro-Caribbean Immigrant Experience in America in the First Half of the Twentieth Century »

14La communication de Violet M. Showers-Johnson a fait suite à une communication présentée lors du colloque du projet EHDLM organisé en juin 2014, à l’occasion duquel la chercheuse s’était intéressée à la petite communauté doublement marginalisée de ceux qu’on a parfois appelés les « autres » Noirs, à savoir les immigrants afro-caribéens installés aux États-Unis — originaires de la Barbade, de la Jamaïque, de Montserrat et des îles Vierges —, qui ont cherché au début du xxe siècle à se distinguer des Africains-Américains tout en militant pour leur propre reconnaissance au sein de la population noire américaine. Motivée par un désir de « saisir les marges dans toute leur complexité », Showers-Johnson a ici adopté une perspective genrée en montrant comment les femmes « ordinaires » de la communauté afro-caribéenne — par opposition aux militantes reconnues telles qu’Amy Ashwood Garvey et Amy Jacques Garvey, épouses successives de Marcus Garvey — ont contribué de façon cruciale à la transmission et à l’écriture de l’histoire et de l’expérience afro-caribéennes entre les années 1910 et les années 1940. Elles l’ont fait par le biais de récits racontés aux enfants dans le cadre domestique (relevant ainsi d’une forme d’histoire orale), de lettres privées échangées avec les membres de la famille restés dans les Caraïbes et de courriers publiés dans la presse afro-caribéenne (par exemple le Boston Chronicle), ou encore par leur participation à l’organisation de fêtes populaires telles qu’Emancipation Day (commémoration de l’émancipation des esclaves dans l’Empire britannique) et, plus étonnamment, Crispus Attucks Day (fête célébrée en l’honneur du premier héros noir de la Révolution américaine), à l’occasion desquelles les femmes prononçaient des discours sur l’histoire américaine, caribéenne et africaine. Il est aujourd’hui nécessaire non seulement de faire usage de ces sources pour reconstruire l’histoire sociale et culturelle de la minorité afro-caribéenne, mais encore de reconnaître le rôle joué par les femmes dans la construction de l’histoire de la communauté.

Vendredi 19 juin 2015

Conférence plénière : Odile Goerg (Université Paris Diderot), « A. B. C. Sibthorpe, historien sierra-léonais : au centre ou à la marge ? »

15Odile Goerg a présenté une figure peu célèbre et pourtant fascinante, celle de l’historien sierra-léonais A. B. C. Sibthorpe (c. 1840-1916), dont la trajectoire renvoie à la notion de marge comme lieu d’innovation historienne, à la question du lien entre le statut social et la reconnaissance, et à la question du recours à des solutions alternatives pour rester présent sur la scène médiatique de son temps. L’intérêt de la biographie de Sibthorpe est que cet homme s’est situé tantôt au centre, tantôt à la marge : l’historien connut son heure de gloire, apportant une contribution majeure à la connaissance de son pays, avant de se retrouver doublement marginalisé, socialement et scientifiquement. Sibthorpe, qui fut sans doute fils d’Africains affranchis, grandit au sein des populations sierra-léonaises créoles, où il reçut une formation classique à base d’histoire, de latin, de grammaire et de sciences. Devenu enseignant et catéchiste, il parvint, par un concours de circonstances, à faire publier son premier livre à Londres en 1868 : cet opuscule novateur, intitulé The History of Sierra Leone, fut par la suite diffusé dans les écoles de Sierra Leone. Assez rapidement, toutefois, Sibthorpe se trouva marginalisé : parce qu’il n’appartenait pas à l’élite de Freetown et qu’il ne reçut pas de bourse pour étudier en Europe, Sibthorpe ne disposait pas des codes et des réseaux nécessaires pour faire connaître ses recherches. Il cultivait qui plus est une personnalité « excentrique » (c’est le terme qu’il utilise) dont on prend la mesure en observant son unique portrait connu : il y pose déguisé en magicien, avec grande robe étoilée, chapeau pointu et baguette magique. Certains de ses choix scientifiques (le tournant lyrique et mystique pris par son écriture, par exemple) ne contribuèrent pas à la popularisation de ses écrits. Sibthorpe finit ses jours dans la pauvreté et mourut presque oublié. Passé du centre à la marge, il eut toutefois à cœur d’affirmer, tout au long de sa carrière, le rôle des Sierra-Léonais créoles comme acteurs de leur propre histoire.

Men and Women at the Margins of the Historical Profession

Marija Dalbello (Rutgers University), « The Fantastic Historiography of Gypsies and People In-between and on the Edges of Empires, and Their Permanent Liminality »

16C’est à un réseau cosmopolite de chercheurs gravitant autour de la Gypsy Lore Society (GLS) que Marija Dalbello a consacré son intervention. Fondée en 1888 (et toujours active), la GLS tenta d’établir un nouvelle sous-discipline au sein de la géographie et des études orientales, à savoir la « tsiganologie » ; ses praticiens, originaires d’Europe, d’Inde et des États-Unis, et pour la plupart non intégrés aux circuits universitaires, avaient déjà publié des livres sur le sujet, mais la création d’une société marqua un tournant dans la construction des « Tsiganes » comme objet de connaissance. En appliquant une méthode dite scientifique, ces chercheurs comparèrent les langues, les musiques et les coutumes de groupes vivant aux limites des « structures normales » — Tsiganes en Autriche-Hongrie, Sinté gallois, gens du voyage italiens. Elle-même relativement marginale de par son caractère non institutionnalisé, cette communauté de chercheurs, dont Marija Dalbello a étudié les modes de pensée, les influences et la sociologie à travers l’examen de leur correspondance et de leurs archives, prit pour terrain de recherche des populations encore aujourd’hui marginalisées.

Nicolas Kanellos (University of Houston), « Writing Afro-Latino History from the Margins of Two Empires : Spain and the American Republic »

17De nombreuses trajectoires d’historiennes et d’historiens, entre centre et marges, ont été étudiées à l’occasion de ce colloque : Nicolas Kanellos a consacré sa communication à celle de l’Afro-Portoricain Sotero Figueroa (1851-1923), qui s’est efforcé de « documenter l’histoire de son peuple à l’intersection entre les deux empires espagnol et américain ». Issu d’un milieu défavorisé et en partie autodidacte, Figueroa s’est rapidement intéressé, notamment par le biais d’études biographiques, à l’histoire et à la condition de la population d’origine africaine sur l’île de Porto Rico. Dans Ensayo biográfico de los que más han contribuido al progreso de Puerto Rico (1888), il a retracé le parcours de plusieurs de ces « héros », essentiellement des individus pauvres et marginalisés ayant dépassé leur condition et contribué au progrès de la culture portoricaine ; nombre d’entre eux avaient des origines africaines, à l’instar du peintre rococo José Campeche. Pour Figueroa, le récit de ces histoires personnelles permettait de faire passer un message politique : la section sur l’Afro-Portoricain Rafael Cordero, connu pour son engagement sans faille en faveur de l’accès à l’éducation pour tous, est l’occasion d’un plaidoyer pour l’éducation publique ; dans le même chapitre, Sotero Figueroa dénonce l’institution esclavagiste et ses effets délétères sur la société. Nicolas Kanellos a enfin rapidement évoqué le départ, en 1889, de Figueroa pour les États-Unis, où il s’est associé aux leaders du mouvement pour l’indépendance de Cuba.

Cheryl Knott (University of Arizona), « A Librarian on the Margins of History : The Authorial Career of Dorothy Burnett Porter Wesley »

18Cheryl Knott s’est penchée sur une personnalité bien connue des spécialistes d’études africaines-américaines, Dorothy Porter Wesley (1905-1995), réputée pour son activité de bibliothécaire et d’archiviste, au Moorland-Spingarn Research Center de Howard University notamment. Porter a passé plus de quarante années de sa vie à réunir — pour son institution autant que pour sa collection personnelle — des milliers de documents, imprimés et manuscrits, qui ont pu servir de base de travail aux chercheuses et chercheurs en histoire et en littérature africaines-américaines. Elle les a recensés dans des ouvrages bibliographiques qui se sont révélés être des outils précieux à une époque où les catalogues de bibliothèque en ligne n’existaient pas : A Selected List of Books by and about the Negro (1936), North American Negro Poets: A Bibliographical Checklist of Their Writings, 1760-1944 (1945), Negro Protest Pamphlets: A Compendium (1969), etc. Cheryl Knott a cependant montré que Porter ne se préoccupait pas uniquement de collecter et de lister des documents : elle mena en parallèle un véritable travail d’historienne, d’autant plus remarquable qu’il ne s’agissait pas de son activité principale. En plus d’articles dans des dictionnaires biographiques, Porter publia dix articles universitaires, dont certains (un article sur les sociétés littéraires noires en particulier) ont été fréquemment cités par la suite. Cette partie de la carrière de Porter mérite, selon Knott, qu’on y accorde plus d’attention. Le rôle que Porter joua en tant qu’historienne reste encore à évaluer précisément.

At the Margins of the Historical Narrative : Novels and Drawings

Lamia Dzanouni (Université Sorbonne Nouvelle), « The Political Cartoon : A Committed Activist (1910-1934) »

19Lamia Dzanouni a présenté une communication consacrée à la publication de dessins de presse engagés dans le journal The Crisis entre sa création en 1910 et le départ en 1934 de l’un de ses fondateurs et rédacteur en chef emblématique, W. E. B. Du Bois. Fondé sous l’égide de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), The Crisis devait lutter contre la propagande raciste sudiste qui avait cours depuis la fin de la Reconstruction. Revenant sur la position de Du Bois et sur le rôle de la création artistique comme outil d’écriture et de réécriture de l’histoire, Lamia Dzanouni a présenté et analysé une série d’illustrations tirées du journal. Celles-ci avaient pour point commun de remettre en question des stéréotypes véhiculés dans le Sud ségrégationniste et d’apporter une autre image de la communauté noire. La publication de dessins de presse dans The Crisis avait pour but de renverser un système idéologique américain basé sur une mythologie visant à diminuer ou effacer la contribution africaine-américaine, mettant du même coup en lumière la lutte et les idéaux sociétaux qui conduisirent, quelques années plus tard, au mouvement pour les droits civiques.

Clara Dauler (IUT de Kourou, pôle Martinique), « Écrire l’histoire depuis la marge : le cas de La catedral del mar »

20Clara Dauler a présenté un travail relatif à l’écriture de l’histoire d’un point de vue littéraire en s’intéressant au roman historique, et plus particulièrement à La catedral del mar d’Ildefonso Falcones. Œuvre plébiscitée par le public à sa parution en 2006, elle a suscité des controverses en Espagne en dehors de la Catalogne, son auteur ayant été accusé de réécrire l’histoire officielle. La présentation de La catedral del mar a nourri une interrogation plus globale sur la place du roman historique, à la marge des disciplines historique et littéraire, et sur sa capacité à imprégner la mémoire collective en proposant une représentation historique différente de celle de l’histoire officielle.

Amy H. Kirschke (University of North Carolina), « Romare Bearden as Visual Historian : Black Political Cartooning from the Margins »

21L’exposé d’Amy H. Kirschke a porté sur le travail artistique de Romare Bearden, sa pratique du dessin durant ses années universitaires puis, dans diverses publications telles qu’Opportunity Magazine ou The Crisis. L’influence de George Grosz et William Gropper a été soulignée, ainsi que la forte charge politique des dessins de Bearden. Amy H. Kirschke a insisté sur la manière dont les illustrations de Bearden et d’autres dessinateurs africains-américains de l’époque, comme William C. Chase ou Yancey Brown, ont mis en lumière les problèmes de leur époque, notamment les relations raciales difficiles marquées par la ségrégation, laissant ainsi transparaître les valeurs, intérêts et croyances de la société américaine des années 1930.

Aux marges des empires et des historiographies

Isabelle Denis (Université Paris Sorbonne), « Comment écrit-on l’histoire de Mayotte quand on est une métropolitaine non racinée dans l’espace ultramarin ? »

22Dans une communication d’ordre méthodologique, Isabelle Denis a évoqué les enjeux et les difficultés liés à son objet d’étude, Mayotte, petit îlot de 375 km2 en marge du territoire national français. Comment écrit-on l’histoire d’une région officiellement désignée comme « ultrapériphérique », alors que l’océan Indien global n’est devenu que récemment un paradigme de recherche ? Isabelle Denis a répondu à cette question en détaillant les sources qui lui ont permis de mener son projet à bien et en mettant l’accent sur leur difficulté d’accès. D’abord, les archives occidentales sont lacunaires et dispersées en divers lieux, en France et à l’étranger. Ensuite, l’accès aux sources locales et régionales implique de pouvoir se rendre régulièrement sur place, d’accepter le sentiment de méfiance envers une métropolitaine blanche inconnue dont on met en doute la légitimité, de nouer malgré tout des liens de confiance qui ne doivent pas prendre le pas sur la distance critique nécessaire. Enfin, les archives, quelles qu’elles soient, sont parfois fermées et ce n’est que grâce à des rencontres fortuites qu’on parvient finalement à les consulter. À ces obstacles s’en ajoutent d’autres, pratiques (difficile apprentissage des langues régionales : swahili, shibushi, shimaoré) et symboliques (sujet de recherche perçu comme peu sérieux car associé au tourisme insulaire), ces derniers ayant pour effet de marginaliser l’historienne elle-même au sein du monde universitaire. C’est ainsi la rencontre de deux marges — la chercheuse et son objet de recherche — qu’a décrite Isabelle Denis.

Ary Gordien (Université Paris Descartes), « Peau blanche, ancêtres colons : affirmer un passé et une identité blancs créoles en Guadeloupe »

23À partir d’une enquête ethnographique et ethno-historique, Ary Gordien a analysé les discours et postures d’une partie de la population blanche créole de Guadeloupe (essentiellement des entrepreneurs) qui se trouve souvent marginalisée « dans une société dont la population est majoritairement afro-descendante et où s’est disséminée une rhétorique nationaliste aux accents antiracistes et anticolonialistes ». Plus précisément, Ary Gordien a étudié les tentatives de réhabilitation et de revalorisation d’une identité blanche créole et du passé de colon — en particulier à travers la pratique « profane » de l’histoire au sein d’associations d’amateurs (par exemple le cercle Auguste Lacour), la transmission d’une littérature blanche créole (mémoires de femmes telles que Renée Dormoy-Léger ou Élodie Dujon-Jourdain), et la généalogie — qui permettent de refonder « un sentiment d’appartenance » et d’élaborer un « récit alternatif » de l’histoire coloniale et esclavagiste.

Preserving, Writing and Commemorating Women’s History

Claire Delahaye (Université Paris-Est-Créteil), « “The Last Relics” : Woman Suffrage Memory and Historiography in the 1920s and 1930s »

24Dans sa communication, Claire Delahaye a offert quelques perspectives sur un projet en cours consacré à la politique de l’histoire et de la mémoire parmi les militantes pour le droit de vote des femmes entre l’adoption du xixe amendement et les débuts de la deuxième vague féministe — une longue période, des années 1920 aux années 1950, souvent négligée et pourtant cruciale dans la production du souvenir suffragiste. Claire Delahaye a passé en revue l’historiographie récente sur l’écriture de l’histoire du mouvement suffragiste, incarnée notamment dans les six mille pages de History of Woman Suffrage, écrit à plusieurs mains entre 1881 et 1922 : les travaux de Lisa Tetrault, Lori D. Ginzberg, Ellen Carol DuBois et Julie Des Jardins ont ainsi en commun de remettre en cause certains consensus historiographiques sur ce mouvement (par exemple sur ses origines mythiques à Seneca Falls) et de montrer comment les militantes suffragistes ont consciemment construit son histoire et sa mémoire à des fins politiques. Si l’écriture de cette histoire fait nécessairement problème, c’est qu’elle n’est pas simple récit d’événements et de dates, mais elle-même outil de propagande dans un projet féministe plus large. Il s’agissait, pour les militantes, de préserver les « dernières reliques » (l’expression est de Carrie Chapman Catt) d’un mouvement menacé de disparaître des mémoires américaines en forgeant — de façon parfois hagiographique — des figures d’héroïnes susceptibles de plaire à une nouvelle génération de militantes. Chacune des anciennes factions du mouvement, la plus radicale comme la plus conservatrice, avait qui plus est sa propre version des faits à livrer, ce qui faisait de cette histoire un terrain mémoriel contesté.

Ellen Gruber Garvey (New Jersey City University), « Pasting Marginal Women’s Rights Histories into the Center of the Page »

25Poursuivant la réflexion entamée dans son ouvrage Writing with Scissors: American Scrapbooks from the Civil War to the Harlem Renaissance (2013), Ellen Gruber Garvey a centré son intervention sur les usages spécifiques du scrapbook par deux types de militants au xixe siècle : femmes blanches ayant lutté en faveur des droits des femmes, d’une part, et hommes noirs, d’autre part. Grâce à leurs scrapbooks, ouvrages (souvent recyclés) dans lesquels étaient collés des articles découpés dans la presse, des militantes telles Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony créèrent une « archive décentralisée » du mouvement pour les droits des femmes, à la fois document de travail servant à sa gestion quotidienne et première ébauche de son histoire. Ces scrapbooks avaient également des fins hagiographiques : ayant récupéré le scrapbook d’Elizabeth Cady Stanton, Harriot Stanton Blatch y ajouta des éléments liés à l’histoire de sa mère plutôt qu’à celle de Seneca Falls. Pour les militants noirs, le scrapbook était avant tout un moyen de garder une trace de l’histoire africaine-américaine. William Henry Dorsey, résident de Philadelphie, compila pas moins de quatre cents scrapbooks, dans lesquels la question de l’accès des Noirs au droit de vote revient fréquemment. Dans l’un de ses scrapbooks, Joseph W. H. Cathcart colla quant à lui deux coupures de presse sur la révolte de Denmark Vesey en 1822. Ellen Gruber Garvey a enfin évoqué le cas d’Alice Moore Dunbar, militante noire ayant contribué à la campagne pour le droit de vote des femmes au début du xxe siècle et ainsi héritière des deux traditions de scrapbooking mentionnées précédemment.

Fatma Ramdani (Université Paris 13), « Neglected and Unrecognized Female Historians : The Case of Mary McLeod Bethune »

26Malgré sa présence dans la liste des « 50 personnalités les plus importantes de l’histoire africaine-américaine » établie par le mensuel africain-américain Ebony en 1989, Mary McLeod Bethune (1875-1955) demeure une figure méconnue de la communauté scientifique américaine. Fatma Ramdani a redonné une visibilité à cette historienne et militante africaine-américaine à travers l’étude de ses articles dans la presse noire, de ses discours, de son action en tant que présidente de l’Association for the Study of Negro Life and History, de 1936 à 1952, et en tant que membre du National Council of Negro Women. Doublement marginalisée en raison de son sexe et de sa couleur de peau, et gravitant hors des cercles académiques, Bethune s’efforça de faire œuvre d’historienne à une époque où W. E. B. Du Bois et Carter G. Woodson eux-mêmes devaient se battre pour faire valoir leur légitimité scientifique. Cette position particulière l’encouragea à développer une vision personnelle — à la fois pragmatique et démocratique — du travail historique, en donnant une place aux sources orales en complément des sources écrites, ou encore en diffusant son travail auprès du plus grand nombre, y compris des enfants.

Haut de page

Notes

1 Voir le compte rendu sur https://transatlantica.revues.org/7122.

2 Les citations sont tirées de l’appel à communications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Roy et Liess Benlalli, « Colloque « La marge et les historiens : de l’Amérique du Nord aux anciens empires » », Transatlantica [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 20 novembre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7412

Haut de page

Auteurs

Michaël Roy

Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité

Liess Benlalli

Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org