Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Table ronde “Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government”

École des Hautes Études en Sciences Sociales, 8 décembre 2014
Alexia Blin

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 James Sparrow, Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government, New York, Oxfor (...)

1Dans son livre Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government, sorti en 2011, James Sparrow, associate professor à l’université de Chicago, cherche à répondre à la question : quand et comment les États-Unis se sont-ils dotés d’une puissance étatique de grande envergure (big governement) ? Rompant avec la vision classique qui attribue au New Deal l’origine de la puissance de l’État fédéral américain, J. Sparrow porte son attention sur les années 1940, et le contexte de la guerre, pour comprendre par quels mécanismes l’État américain a pu développer ses capacités de manière spectaculaire, tout en obtenant le consentement des citoyens à l’égard de cette croissance d’État1. La table ronde, tenue le 8 décembre 2014 à l’EHESS, où J. Sparrow est directeur d’études invité, a permis de souligner l’importance et les qualités de cet ouvrage, dans le cadre de la remise en cause du mythe d’un État américain faible et invisible.

La construction réciproque de la citoyenneté et de l’État

  • 2 Sur les enjeux de ce programme de recherches, voir l’interview donnée conjointement par James Sparr (...)

2En effet, comme cela a été souligné dans la présentation, et comme J. Sparrow l’a rappelé lui-même, son livre s’inscrit dans un courant de recherches qui entend réévaluer l’importance de l’État fédéral au XIXe et au XXe siècles, et dénoncer la notion d’un exceptionnalisme américain en matière d’État2. Dans Warfare State J. Sparrow s’attelle à ce programme en suivant deux directions qui constituent les deux parties de l’ouvrage. La première est dédiée à l’étude des efforts du gouvernement américain pour construire idéologiquement et culturellement la légitimité de son intervention accrue. L’un des objectifs du livre est de comprendre pourquoi l’augmentation spectaculaire des capacités de l’État fédéral pendant la guerre n’a suscité presqu’aucune opposition de la part des Américains. La seconde partie montre que ces efforts ne sont cependant pas entièrement couronnés de succès. En étudiant « par en bas » l’influence de l’État, J. Sparrow s’intéresse à la manière dont les « Américains ordinaires » se réapproprient la propagande de guerre. Le livre met ainsi en scène un processus de co-construction des citoyens et de l’État, réconciliant l’étude des structures et celle des acteurs, et se plaçant dans la double filiation d’une histoire institutionnelle de l’État (notamment le courant de l’American political development) et d’une histoire des groupes sociaux qui prenne au sérieux le rôle des citoyens ordinaires.

3Les différents commentateurs de la table ronde ont souligné la portée de cette double contribution. Yves Cohen (EHESS/Centre de recherches historiques) a ainsi salué l’intérêt des analyses de la relation directe que le président Roosevelt s’attache à construire avec les Américains pendant la guerre, qui apparaît comme un des éléments du succès de la légitimation de l’État. À cet égard, Pauline Peretz (Université de Nantes-EHESS/Centre d’Études Nord Américaines) a posé la question de savoir si l’insistance sur cette relation directe entre le président (et à travers lui l’État fédéral) et la population ne faisait pas perdre de vue l’importance des groupes intermédiaires — partis, associations, syndicats, groupes communautaires — qui irriguent la société américaine.

4Elle s’est également intéressée à la conception de la citoyenneté développée par J. Sparrow dans son livre. Ce dernier insiste en effet sur la manière dont l’expérience de la guerre a contribué à redéfinir la citoyenneté américaine, en élargissant les frontières, et y ajoutant des dimensions : un volant fiscal, social, et national venant s’ajouter aux traditionnelles dimensions civiques et politiques. J. Sparrow insiste sur l’émergence d’une nouvelle culture politique de guerre dans les années 1940, permettant d’assurer le consentement des citoyens, mêlant nationalisme et libéralisme, patriotisme et recherche de nouveaux droits (entitlement). Le travail de mobilisation effectué par l’État démocratique s’accompagne de l’émergence de nouvelles obligations vis-à-vis de l’État, mais aussi de nouvelles attentes, et de nouvelles frustrations pour ceux pour qui cette nouvelle promesse de citoyenneté n’est pas entièrement tenue — les Afro-Américains en particulier. Si P. Peretz a reconnu que l’attention portée à la question raciale dans l’analyse de cette citoyenneté redéfinie permettait d’en saisir les contrastes, elle a interrogé J. Sparrow sur la manière dont il pensait l’articulation de ses différentes dimensions. L’auteur a pu répondre, dans la suite de la discussion, qu’il n’avait pas cherché à construire la citoyenneté comme une catégorie cumulative ou téléologique (où les différentes dimensions s’empileraient, un nouveau volet se développant à chaque décennie). Au contraire, il a voulu comprendre le paradoxe selon lequel c’est « l’État guerrier » qui avait pu développer une citoyenneté américaine plus entière.

État guerrier et État providence

5Le deuxième ensemble de questions de la table ronde a ainsi porté sur l’importance du contexte de la guerre dans les évolutions analysées par J. Sparrow. Le livre insiste sur le rôle des valeurs militaires dans la construction de l’État, y compris dans les domaines traditionnels de l’État providence : le G.I. Bill de 1944 y apparaît comme le symbole de la citoyenneté redéfinie au sortir de la guerre. C’est tout l’argument de l’auteur de montrer que ce qui a permis de bâtir les capacités et la légitimité de l’État américain, ce ne sont pas les programmes sociaux du New Deal (welfare state), mais une réinterprétation sélective de ces programmes, assortie de politiques correspondant aux objectifs de guerre (warfare state). L’État fédéral prend des proportions extraordinaires dans les années 1940, mais les changements ne sont pas uniquement quantitatifs. À l’idée que c’est le New Deal qui a permis à la puissance publique de prendre de l’ampleur, J. Sparrow oppose l’argument que dès 1943 la plupart des programmes qui faisaient le cœur du New Deal des années 1930 ont été démantelés.

6Nicolas Delalande (Centre d’histoire de Sciences Po), le troisième commentateur, a interrogé J. Sparrow sur la notion centrale de warfare state et sa relation à l’État providence. Il s’est demandé si le changement de priorités — du social vers le militaire — entre le New Deal et la Seconde guerre mondiale, analysé dans le livre, pouvait être démontré de manière si catégorique, et si d’une manière générale on ne pouvait pas lier l’émergence de l’État providence américain à des contextes militaires. P. Peretz a également soulevé cette question en se demandant quel rôle avait joué l’institution militaire dans le processus d’élargissement de la citoyenneté américaine. L’auteur a repris ces thèmes lors de la discussion, en suggérant l’idée d’une longue durée de la construction de l’État américain, allant de 1914 à 1989, permettant de penser l’imprégnation des valeurs militaires sur le long terme et d’articuler une association durable entre État providence et guerrier. Il a expliqué qu’il ne s’agissait pas de nier l’importance du New Deal — les structures sociales démocratiques construites dans les années 1930 ayant permis de développer et d’accueillir les programmes de guerre avec d’autres objectifs — mais de présenter la guerre comme un tournant.

Appréhender les techniques de construction de l’État

7Un autre apport de l’ouvrage, unanimement salué par les participants, réside dans l’étude des techniques précises mobilisées par l’État fédéral pour appuyer sa légitimité, construire le consentement des citoyens et orienter la culture politique vers les objectifs de guerre. N. Delalande a souligné la manière dont les différentes technologies convoquées par le gouvernement avaient eu pour effet de modifier en profondeur l’expérience de guerre des Américains, notamment en rendant matériellement présente une guerre qui pouvait apparaître lointaine. Il s’est également arrêté sur l’analyse du rôle des sciences sociales dans le traitement de l’opinion par l’administration Roosevelt pendant la guerre, celles-ci ayant permis d’ajuster les politiques de mobilisation aux attentes des populations. Yves Cohen a quant à lui insisté sur les circulations entre la conception entrepreneuriale du management et la notion de « morale management » (gestion du moral de la population). Il a souligné la qualité des analyses des « causeries au coin du feu » (fireside chats) du président Roosevelt — ces interventions radiophoniques lui permettant de présenter directement son programme aux Américains, apparemment spontanées, en réalité très travaillées, et mobilisant tout un ensemble de nouvelles professions dans le domaine des relations publiques. J. Sparrow parvient ainsi à mettre en évidence les contributions à la fois du monde des affaires et des sciences sociales au développement de nouvelles techniques de gouvernement démocratique en contexte guerrier.

8Pour saisir les mécanismes et l’efficacité de ces techniques, Warfare State s’appuie sur des matériaux dont P. Peretz a souligné la qualité et la diversité. Il s’agit en particulier des études d’opinion produites par l’Office of War Information créé en 1942 et d’autres agences, qui connaissent un grand développement pendant la guerre. Les lettres envoyées au président ou à d’autres personnages de l’État sont une autre source permettant au gouvernement d’avoir des éléments sur le « moral » des soldats et des ouvriers. Le livre analyse en détail la manière dont cette correspondance est traitée par les agences publiques, afin d’en tirer le plus grand nombre d’informations, de mesurer l’efficacité des politiques de mobilisation, de repérer les risques éventuels. Dans une moindre mesure J. Sparrow s’appuie également sur des sources privées ou les sources traditionnelles de l’histoire culturelle, mais finalement peu sur des archives bureaucratiques comme l’a remarqué N. Delalande. Ces différents choix permettent ainsi à l’auteur d’étudier finement les techniques de construction de l’État et leur réception, en prenant en compte leur évolution depuis le New Deal, et de répondre ainsi à la question centrale de l’ouvrage : dans quelle mesure les citoyens américains en viennent-ils à accepter la nouvelle autorité que l’État fédéral exerce sur leur vie ?

L’importance des comparaisons pour comprendre l’État américain

  • 3 Yves Cohen, Le siècle des chefs : une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (189 (...)

9Finalement le dernier thème qui a attiré l’attention des participants de la table ronde est celui des comparaisons qu’il était possible d’établir pour faire ressortir les spécificités du cas étudié par J. Sparrow dans son livre. Les trois commentateurs ont d’abord insisté sur l’opportunité des comparaisons internationales. Yves Cohen, dont les travaux ont porté sur la question de l’autorité au début du XXe siècle, dans une perspective transnationale3, a souligné les parallèles, mais aussi les distinctions, qui pouvaient être tracés entre le type de relations que le président américain tente de créer avec la population et celles mises en place par ses homologues autoritaires européens à la même période. Il a également évoqué une possible comparaison avec l’Union soviétique quant à l’usage très différent qui y est fait de la correspondance entre citoyens et pouvoir, à la période étudiée par J. Sparrow. Si les cadres soviétiques cherchent à utiliser les lettres de la population, les administrations en font un traitement bien moins systématique, chaque administration nationale puisant dans les ressources qui lui sont le plus immédiatement disponibles. N. Delalande a lui aussi insisté sur l’intérêt de mise en perspective avec les régimes autoritaires d’Europe ou du Japon, afin de faire ressortir les spécificités de la mobilisation de guerre dans un État démocratique, une question au cœur du projet de Warfare state. Dans ce cadre, il a posé la question d’éventuelles circulations, telles celles que l’on observe à la période progressiste, entre les États-Unis et l’Europe, en matière de traitement des problèmes sociaux et de techniques de gouvernement.

10C’est également N. Delalande qui a posé directement la question d’éventuelles comparaisons dans le temps. Il a demandé à J. Sparrow quelle était la place des expériences non seulement du New Deal, mais aussi de la Première guerre mondiale et de la Guerre de Sécession dans l’histoire de la construction de l’État fédéral des années 1940. Sur la question chronologique, tous les participants se sont interrogés sur l’évolution de la construction de l’État après la guerre. Que deviennent les institutions de morale management ? Comment le sens d’appartenance collective, établi en contexte de guerre, peut-il se perpétuer en temps de paix ?

  • 4 The New Leviathan : Sovereign American and the Foundations of Rule in the Atomic Age, à paraître.

11J. Sparrow a accueilli ces interrogations avec enthousiasme, dans la mesure où elles lui permettaient de faire le lien avec son deuxième ouvrage, en préparation4. Ce dernier concerne les évolutions de la citoyenneté et de l’État américain dans les premières décennies de la Guerre froide, alors que les États-Unis déploient leur autorité dans le monde entier. Il a expliqué y aborder beaucoup plus directement la question des comparaisons internationales et des circulations, en se demandant comment la construction d’États en dehors de ses frontières avait altéré le caractère de l’État américain. Ce deuxième livre devrait également faire plus de place aux questions de mise en perspective chronologique, puisque l’auteur a expliqué envisager des comparaisons entre le monde de la Guerre froide et celui issu du Traité de Westphalie en 1648 mettant fin aux guerres de religion.

Haut de page

Notes

1 James Sparrow, Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government, New York, Oxford University Press, 2011.

2 Sur les enjeux de ce programme de recherches, voir l’interview donnée conjointement par James Sparrow et William Novak à Books and Ideas en novembre 2011 : http://www.booksandideas.net/The-American-State-Power-Obscured.html ; voir également un livre codirigé par J. Sparrow, W. Novak et S. Sawyer, à paraître en 2015 aux presses de l’Université de Chicago, sous le titre Boundaries of the State in U.S. History. On peut également signaler d’autres chercheurs qui travaillent à réévaluer la nature de l’État américain à l’époque de la Jeune République, comme Max Edling ou Gautham Rao, tous deux invités au Centre d’études nord-américaines de l’EHESS au printemps 2014.

3 Yves Cohen, Le siècle des chefs : une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Amsterdam, 2013, traite des cas français, soviétique, américain et allemand.

4 The New Leviathan : Sovereign American and the Foundations of Rule in the Atomic Age, à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Blin, « Table ronde “Warfare State: World War II Americans and the Age of Big Government” », Transatlantica [En ligne], 1 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7392

Haut de page

Auteur

Alexia Blin

EHESS-CENA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org