Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paul Lauter. From Walden Pond to Jurassic Park : Activism, Culture & American Studies.

Durham : Duke University Press, 2001. 304 pp., 25 photos n/b, $18.95.
André Kaenel

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1La métaphore de l’américaniste comme « passeur » connaît une certaine fortune depuis quelque temps au sein des Etudes américaines en France (voir en particulier le numéro 83 de la RFEA sur le thème « Civilisation américaine : problématiques et questionnements » issu du Congrès de Toulouse en 1998). Littéraires, historiens ou civilisationnistes assureraient le « passage » des Etats-Unis en France, et par delà, en Europe, de la matière américaine, sa traduction tant linguistique que culturelle, à l’intention des étudiants et, certains l’espèrent, de l’espace public. A condition qu’elle ne serve pas à envisager ces transferts sur le mode des rapports, aujourd’hui dépassés, entre un centre et une périphérie (dans un régime de « mondialisation », la matière américaine est désormais partout), la métaphore paraît défendable. Mais si le passeur facilite le transport des biens, des idées ou des personnes, il peut aussi se faire contrebandier à l’occasion en assurant celui de marchandises frappées de suspicion. C’est le cas notamment des « cultural studies » ou des « gender studies », malcommodes à traduire et difficiles à faire passer, alors que les travaux issus de ces deux mouvances apparentées, ont recomposé le paysage des Etudes américaines et des sciences humaines et sociales en général dans les pays anglo-saxons. La quasi invisibilité parmi les américanistes français des ouvrages du catalogue des éditions Routledge (cultural studies, media studies, film studies, gender studies, etc.), par exemple, doit être prise comme un signe de la résistance ou du désintérêt relatif que notre communauté manifeste envers les reconfigurations intellectuelles, résolument transdisciplinaires et fortement théorisées (parfois, avouons-le, de manière fébrile) qui dominent le champ américaniste aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

2From Walden Pond to Jurassic Park est donc bienvenu à plus d’un titre. Son auteur est idéalement placé pour éclairer les mutations récentes du champ et pour porter la controverse en son cœur. Paul Lauter a en effet été activiste dans les mouvements contestataires des années soixante (droits civiques, combat féministe, guerre du Viêt-nam), Président de l’American Studies Association (ASA) et il est aujourd’hui directeur général de la Heath Anthology of American Literature et « facilitateur » international des Etudes américaines au sein de l’ASA. Son livre est une réflexion en forme de bilan, au croisement du personnel, du politique, du culturel et de l’institutionnel dans lequel il propose de définir les « American Studies » comme, précisément, carrefour privilégié d’une réflexion critique sur les Etats-Unis dans leurs rapports avec le monde. Fil rouge de l’ouvrage, les Etudes américaines y sont envisagées comme une discipline universitaire dotée d’un ensemble de méthodes éclectiques et néanmoins cohérentes qui lui permettent d’analyser des objets dont la diversité et la complexité vont croissantes. Ce postulat, les chapitres de From Walden Pond to Jurassic Park viennent l’illustrer avec conviction en s’articulant autour de trois grandes aires qui correspondent aux trois parties de l’ouvrage : la pratique des Etudes américaines, la question raciale et ethnique, et les liens entre le canon littéraire et le modernisme.

3Paul Lauter pose d’entrée de jeu les cinq caractéristiques qui sont selon lui au cœur des Etudes américaines : 1) l’historicisation (du texte et de l’acte de lecture) ; 2) l’importance de la textualité ; 3) la dimension comparative et globale ; 4) la théorisation des rapports de pouvoir ; 5) l’interdisciplinarité, à la fois source de richesse et de difficulté. Discipline « désobéissante » (« disobedient discipline ») les Etudes américaines, dans la version qu’en donne Paul Lauter, dessinent depuis leurs origines, dans les années 1930 et 1940, un projet résolument progressiste sur le plan tant des affiliations politiques que des emprunts théoriques. Depuis une vingtaine d’années, sous l’effet des cultural studies, elle cherche en outre à s’affranchir des carcans nationaux, voire nationalistes, qui l’ont façonnée durablement dans la période, faste pour son essor, de la Guerre froide. Les américanistes s’intéressent ainsi aujourd’hui plus aux mécanismes des échanges hémisphériques, transnationaux ou globaux qui ont modifié la carte des Etats-Unis dans ses relations avec le reste du monde. La globalisation de la culture américaine, écrit Paul Lauter, appelle la localisation de son étude. Ses remarques sur les différences entre la pratique américaniste dans sa double dimension nationale et internationale révèlent un auteur sensible aux implications, et aux dilemmes, de la présence des Américains — et de l’Amérique — sur la scène internationale. De ce point de vue, la fin de la Guerre froide n’a pas, selon Lauter, mis un terme à la tentation de la « position du missionnaire ». Mais le paradigme dominant de la science américaniste, au seuil du troisième millénaire, est caractérisé par l’attention croissante accordée au frontières et aux zones de contact, aux « borderlands » aussi bien littéraires que culturels. Ce dont témoigne la place importante qu’occupent les enseignements consacrés aux minorités ou aux groupes ethniques dans les programmes de la plupart des département d’American Studies aux Etats-Unis.

4Le credo de l’auteur ne l’amène toutefois pas à confondre art et politique, esthétique et sociologie. Il nous montre au contraire, dans sa troisième partie, comment l’un et l’autre se sont construits mutuellement au cours de l’histoire, en particulier au début du 20ème siècle. Ce qui nous vaut un chapitre éclairant sur l’émergence, dans les années 1920, d’un Melville résolument anglo-saxon, masculin, et romantique. Lauter y démontre le rôle que joua l’auteur de Moby Dick dans les luttes pour l’autorité culturelle qui caractérisèrent l’avènement du canon moderniste et l’émergence d’un ensemble de critiques qui s’en firent les défenseurs. A l’autre bout du siècle, un chapitre propose un bilan de la redoutable Heath Anthology of American Literature, aujourd’hui l’anthologie de littérature américaine la plus vendue aux Etats-Unis, publiée sous la direction de Paul Lauter, qui contribua, dans les années 1990, a faire éclater un canon moderniste relayé et conforté par la culture de la Guerre froide.

5En cours de route, au long d’un parcours éclectique qui alterne chapitres synthétiques et lectures d’œuvres, Paul Lauter se sera arrêté sur le film de Steven Spielberg Jurassic Park, dont il passe en revue différentes interprétations pour conclure par un plaidoyer en faveur d’une grille de lecture qui rende compte du travail culturel (« cultural work ») effectué par le film ; sur les romans de l’écrivain afro-américain Charles Chestnutt, aux prises avec les contradictions de la société américaine des années 1890 ; ou encore sur la figure de la poétesse Amy Lowell. Ne reniant pas l’explication de texte ou le close reading, même s’il sait être critique envers ces approches traditionnelles, Lauter insiste en même temps sur la dimension performative des textes littéraires ou culturels et sur l’acte politique que représente selon lui la pratique américaniste. La figure de Thoreau, évoquée en creux dans le titre du livre, souligne l’importance de l’engagement, de l’activisme qui est au cœur du travail américaniste tel que le conçoit Paul Lauter. Mais c’est une voix whitmanienne, ample et chaleureuse, souple et déliée, parfois même légère, que ce livre nous donne à entendre. Au-delà de l’éclairage précieux qu’elle nous apporte sur les bouleversements survenus dans le champ des études américaines ces dernières années, aux Etats-Unis mais ailleurs aussi, elle nous indique aussi, indirectement, des pistes pour dépasser le côté quelque peu convenu voire artificiel de l’épreuve de synthèse, ajout pourtant salutaire dans nos programmes de concours, et pour l’ancrer dans une pratique et une série de postulats méthodologiques (au centre desquels le concept de « cultural work ») inévitablement culturels et politiques.

6Pour poursuivre le travail critique et historique mené par Paul Lauter dans From Walden Pond to Jurassic Park, signalons deux publications récentes : Locating American Studies : The Evolution of a Discipline (Ed. Lucy Maddox, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1999), reprend des contributions parues à l’origine dans les pages de American Quarterly, l’organe de l’ASA fondé en 1947. On y trouvera des articles fondateurs des années 1950 à nos jours, signés entre autres par Henry Nash Smith, Barbara Welter, Nina Baym, Houston Baker ou Alice Kessler-Harris, qui nous permettent de lire les transformations des Etudes américaines et la porosité croissante de ses frontières analysées par Paul Lauter. Chaque article est accompagné d’un commentaire qui en propose un bilan critique. La revue American Studies publiée par l’Université du Kansas a d’autre part réalisé un numéro spécial sur le thème « Globalization, Transnationalism, and the End of the American Century » (Summer/Fall 2000, site web <http ://www.ukans.edu/~amerstud/>). Ce volume épais au profil plus sciences sociales que le précédent (ou que celui de Lauter) intéressera plus particulièrement les civilisationnistes, les historiens et les politistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Kaenel, « Paul Lauter. From Walden Pond to Jurassic Park : Activism, Culture & American Studies. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 26 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/736

Haut de page

Auteur

André Kaenel

Université Nancy 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org