Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Véronique Béghain. John Cheever. L’homme qui avait peur de son ombre.

Paris : Belin, 2000. 127 p. http://www.editions-belin.com.
Georges-Michel Sarotte

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1Ce qui intéresse Véronique Béghain au premier chef c’est de mettre à nu « la fragile ossature et les chairs délicates des fictions cheeveriennes » et de dégager l’écrivain des « lourdes jupes du costume du moraliste dont il se voit affublé ». En effet, en apparence, Cheever est « politiquement incorrect ». Ses personnages sont surtout des bourgeois américains ou des aristocrates italiens ; les marginaux de tout poil étant volontairement exclus de son corpus fictionnel.

2L’auteur de John Cheever s’attache d’abord à baliser « l’espace symbolique » des nouvelles, la banlieue américaine ou l’Italie, en notant d’emblée que, dès la toute première, « Expelled » (1930), où un élève est expulsé d’une prep-school, on perçoit le « motif originel de l’éviction du paradis terrestre » qui parcourt l’ensemble de l’œuvre jusqu’au dernier roman Oh What a Paradise It Seems. Thème de l’exil et de l’expatriation en Italie — lieu de « toutes les confusions » et de « désordres » — , figure emblématique du « casseur de maison » (« The Housebreaker of Shady Hill », 1956) que Véronique Béghain lie fort bien au thème sous-jacent de la marginalité et de l’homosexualité, ce prétendu conformiste étant en réalité un bisexuel in the closet qui présente au fil de son œuvre des maisons désertées, des maisons-étouffoirs, des maisons-prisons, images du « moi-prison ». Derrière le masque du puritain, on devine le rebelle qui, dans l’Amérique d’avant les années 70, avait choisi de mettre sa différence sous le boisseau.

3L’auteur de cette étude est particulièrement à l’aise dans le chapitre où elle analyse la technique narrative : « feuilletage du texte », points de vue, « jeux palimpsestiques », intertextualité. Avec discrétion et pertinence elle fait appel aux grands théoriciens, de Foucault à Lacan, etc. et se sert avec adresse des Journaux intimes de Cheever qu’elle considère comme l’« hypotexte » de l’œuvre fictionnelle.

4La deuxième partie du livre est consacrée à l’étude des cinq romans. Ici Véronique Béghain s’efforce de convaincre le lecteur que malgré la « narration éclatée », la « discontinuité », la structure « non-linéaire », les récits « excentriques » ou enchâssés, il s’agit d’œuvres cohérentes dont l’unité est assurée par un système de « parallélismes » et d’« échos ». À ses yeux, en dépit des digressions et de l’apparent désordre, les romans de Cheever constituent « une vaste fresque au chromatisme unifié » et un « assemblage polyphonique ». Dans l’œuvre romanesque, comme dans tant de nouvelles, l’homosexualité réprimée (sinon refoulée) devient « le motif essentiel », « le moteur principal de la narration ». Dans l’avant-dernier, Falconer (1977), qui se passe en prison (troisième métaphore de l’enfermement selon Cheever, après la banlieue et la petite bourgade de St Botolph, lieu de l’action des deux premiers romans) et dont le thème est cette fois-ci ouvertement homosexuel, Véronique Béghain voit « une véritable glose du motif de l’éviction du paradis terrestre ».

5Dense et très bien écrite, cette étude regorge de formules éclairantes qui emportent l’adhésion. Évitant toute critique négative, Véronique Béghain, en avocate compétente, s’attache à métamorphoser en vertus les moindres défauts (univers fictionnel limité, portraits de femmes chargés, structure chaotique des romans qui m’apparaissent plutôt comme des nouvelles artificiellement mises bout à bout, etc.) de l’écrivain un peu négligé aujourd’hui qu’elle s’est chargée de défendre avec brio et rigueur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges-Michel Sarotte, « Véronique Béghain. John Cheever. L’homme qui avait peur de son ombre. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 27 mai 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/713

Haut de page

Auteur

Georges-Michel Sarotte

Université Paris 10 — Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org