Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Salah El Moncef. Atopian Limits. Questions of Self, Complexity, and Contingency in Postmodern American Narrative.

Peter Lang, 2002.
Jean-Yves Pellegrin

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1En quatre chapitres et un post-scriptum, Salah el Moncef propose une lecture de Moon Palace, One Flew Over the Cuckoo’s Nest, Rabbit at Rest, The Silence of the Lambs, Duluth et Empire of the Senseless, autant de textes que rien ne semblait a priori prédisposer au rapprochement. L’auteur nous invite pourtant à y voir la représentation d’un même constat : celui des tensions qu’induit la complexité croissante du « système total » produit par le capitalisme multinational de nos sociétés modernes. En dépit de son désir de stabilité, le système est en effet contraint par sa nécessaire expansion, son inévitable emballement, à une complexité et une pluralité croissantes qui le rendent non seulement opaque à lui-même, mais qui font surgir depuis l’intérieur du système, les lignes de failles, les espaces interstitiels qui le déstabilisent et en exposent les limites. C’est à l’exploration de ces espaces paradoxaux, « atopiques », que procède chacun des essais du présent ouvrage. L’étude de la décomposition du sujet dans Moon Palace dessine ainsi le seul (non-)lieu possible de la réalisation du moi : l’intervalle introuvable entre enfermement autiste et nomadisme radical. C’est aussi dans cet intervalle que s’inscrit la voix de Bromden dans Cuckoo’s Nest, voix de la marge et de la négativité, voix de l’Autre ou du « parasite », qui élève celui qui la profère au rang d’observateur critique tout à la fois extérieur et intérieur au système dont il est le produit. Avec Rabbit at Rest, le parasitage se fait jour dans le rapport d’équivalence établi entre le dérèglement de l’organisme et la déstabilisation du corps social. Cette équivalence révèle la manière dont le système déconstruit de l’intérieur ses propres mécanismes reproductifs, remplace les principes de linéarité et de répétition censés y présider par d’imprévisibles arborescences, lesquelles font alors de la reproduction un espace multidimensionnel créateur d’une hybridité proliférante, incontrôlable, et subversive. Enfin, la lecture de The Silence of the Lambs complète la notion d’hybridité par celle de monstruosité : perturbatrice du système qui lui a donné le jour, et dont elle est l’expression pathologique et paroxystique, celle-ci fait la synthèse des différents espaces atopiques explorés tout au long de l’étude.

2Salah el Moncef signe ici un travail d’une grande rigueur scientifique, très fouillé dans ses analyses et parfaitement documenté. Atopian Limits est un ouvrage de référence conçu peut-être davantage pour les enseignants que pour les étudiants en raison de son haut degré d’abstraction. On regrette à cet égard le goût, quelquefois trop prononcé, de l’auteur pour une langue technique qu’il manie avec talent mais qui menace par instants de ralentir la lecture. C’est d’ailleurs lorsque le propos prend le pas sur le discours universitaire que l’ouvrage se fait le plus éclairant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Pellegrin, « Salah El Moncef. Atopian Limits. Questions of Self, Complexity, and Contingency in Postmodern American Narrative. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 26 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/707

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Pellegrin

Université Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org