Navigation – Plan du site
Trans'Arts

An American in Paris, Théâtre du Châtelet, Paris.

Du 22 novembre 2014 au 4 janvier 2015
Gwennaëlle Cariou

Texte intégral

1Paroles et musique : Ira et George Gershwin

2Livret de Craig Lucas. Direction musicale : Brad Haak.

3Mise en scène et chorégraphie : Christopher Wheeldon

Théâtre du Châtelet – ©Philippe Apeloig

4An American in Paris est à l’origine un poème symphonique composé par George Gershwin en 1928 et inspiré par le séjour parisien du compositeur dans les années 1920. Ce morceau a ensuite inspiré la comédie musicale du même nom sortie aux Etats-Unis en 1951, réalisée par Vincente Minnelli et chorégraphiée par Gene Kelly qui y joue également le rôle principal. Le personnage principal du film est Jerry Mulligan, un vétéran de la seconde guerre mondiale ayant décidé de s’installer à Paris pour poursuivre une carrière de peintre. Il est l’ami et le voisin d’Adam Cook (joué par Oscar Levant), un pianiste. Il tombe amoureux d’une jeune française, Lise Bouvier (Leslie Caron dans son premier rôle), qui travaille dans une parfumerie, mais celle-ci est fiancée au chanteur Henri Baurel (Georges Guétary), qui rentre d’une tournée aux Etats-Unis. Lise tombe également amoureuse de Jerry mais se sent redevable d’Henri qui l’a protégée pendant la guerre parce que ses parents étaient résistants. Parallèlement, une mécène américaine millionnaire, Milo Roberts (Nina Foch) essaie de séduire ce dernier. Lise doit quitter Paris pour épouser Henri et le suivre aux Etats-Unis, mais celui-ci, comprenant qu’elle aime Jerry, décide de la laisser le retrouver à la fin du film.

5Le film est ponctué de morceaux musicaux et de chansons tels que « I Got Rhythm » ou « ‘S Wonderful », et de scènes de danses « réelles » (plusieurs morceaux de claquettes) ainsi que de scènes imaginaires, notamment lorsqu’Adam rêve qu’il joue son concerto de piano mais qu’il est également chef d’orchestre, prend la place des autres musiciens et même fait partie du public et s’applaudit lui-même. Le poème symphonique « An American in Paris » clôt le film avec un ballet éblouissant dansé par Gene Kelly et Leslie Caron, dans des décors et avec des costumes évoquant le style de différents peintres français tels que le Douanier Rousseau, Toulouse-Lautrec et Gustave Caillebotte.

6Véritable chef d’œuvre, grâce en particulier à ses chorégraphies époustouflantes, ce film présente cependant une image relativement éloignée de la réalité du Paris d’après-guerre qui va d’ailleurs longtemps nourrir l’imaginaire des Américains sur la ville lumière.

7A la différence de nombreuses comédies musicales, le film n’est pas une adaptation d’une comédie musicale jouée sur scène comme ce fut le cas de nombreuses productions créées à Broadway, par exemple Cabaret créé en 1966, adapté au cinéma en 1972 par Bob Fosse, ou Chicago en 1975, adapté en 2002 par Rob Marshal, mais une spectacle musical inspiré par un film et adapté pour la scène, par Christopher Wheeldon, venu du New York City Ballet et aujourd’hui en poste à Covent Garden. Les chansons ne sont pas exclusivement celles présentes dans le film, mais un ensemble de morceaux ou d’extraits musicaux tirés de l’œuvre de George Gershwin, outre le ballet « An American in Paris ».

8Si Jerry et Adam sont proches de leurs rôles dans le film, le personnage d’Henri n’est pas ici un chanteur mais un jeune aristocrate aspirant à une carrière de chanteur. Lise est toujours vendeuse dans une parfumerie, aux Galeries Lafayette, et souhaite devenir danseuse classique. Lors d’une audition, Adam, pianiste à l’Opéra, tombe amoureux d’elle, de sorte qu’il ne s’agit plus d’un triangle amoureux mais de trois hommes amoureux de la même femme : Jerry, Adam et Henri. Lise obtient le premier rôle d’un spectacle, Oscar en écrit la musique et Jerry réalise les décors. La scène finale de ballet est, dans la version scénique, intégrée à l’histoire alors que dans le film, il s’agissait d’une projection imaginaire de Jerry. Ici, Jerry danse avec Lise sur scène et celle-ci explique par la suite qu’elle s’imaginait danser avec lui.

9Dans cette nouvelle production, le contexte historique est davantage mis en avant que dans le film. L’action se situe au moment de la Libération en 1944-1945 et non quelques années plus tard. Le début de la pièce évoque directement cette période : des drapeaux nazis projetés au fond de la scène tombent et laissent place au drapeau français. Le sort réservé aux femmes qui avaient eu des liaisons avec l’ennemi est rapidement évoqué lors d’une scène de danse où on voit une femme se faire tondre la tête devant une foule. Une scène dans le café Muguette, comme dans le film, rappelle l’atmosphère de l’occupation, lorsqu’une sirène retentit et que l’électricité est soudain coupée. La chanson « By Strauss » chantée dans le film par Jerry, Adam et Henri n’est pas reprise : une partie des paroles étant en langue allemande, il apparaît incongru qu’elle soit chantée dans un café parisien au lendemain de la guerre. Oscar, qui est juif (il s’appelle désormais Hochberg et non plus Cook), comprend que Lise a été protégée par la famille d’Henri non pas parce que ses parents étaient résistants mais parce qu’elle était juive. Cet élément n’apparaît pas dans le film original réalisé quelques années plus tard, en 1951, et qui ne représente pas directement les horreurs de la guerre. Mis en avant dans la pièce, il permet de comprendre l’attachement que Lise, devenue orpheline, porte à Henri et à sa famille.

Théâtre du Châtelet – ©Angela Sterling

10Le film représente différents quartiers de Paris avec une multitude de détails, des rues entières ayant été créées pour le tournage. Ainsi, les scènes s’enchaînent dans différents décors (le café Muguette, les quais de Seine, les boîtes de jazz, l’hôtel de Milo ou encore l’atelier d’artiste de Jerry). Pour recréer ces décors, la mise en scène a recours à différents éléments mobiles symboliques qui sont déplacés par les acteurs, les chanteurs et les danseurs. Comme dans le film, les scènes s’enchaînent sur la scène du théâtre du Châtelet avec une grande fluidité. Paris est évoqué par des silhouettes d’immeubles haussmanniens sur lesquelles sont projetés des images de façades ainsi que par des colonnes Morris mobiles. Le café Muguette ou la parfumerie sont reconstitués avec quelques meubles qui se déplacent aisément dans le cadre de fluides chorégraphies. L’appartement de la famille d’Henri est évoqué par une structure composée de cadres dorés représentant à la fois un miroir en trumeau et des cadres de tableaux typiques d'un intérieur raffiné d'hôtel particulier. Dans la chambre d’hôtel de Milo, on trouve des œuvres d’art évoquant Une femme qui pleure de Picasso et un Stabile de Calder. A l’instar d’une Peggy Guggenheim à la même époque, elle apparaît ainsi comme une collectionneuse d'art moderne, ce qui n'était pas le cas dans le film où la chambre se présentait comme un intérieur bourgeois meublé en style Louis XV. De même, sur scène Jerry semble être un artiste d'avant-garde (les tableaux qu'il exécute ne sont pas visibles), alors que ses tableaux dans le film se rapprochent plus du style de Maurice Utrillo.

Théâtre du Châtelet – ©Angela Sterling

11Les chorégraphies de Christopher Wheeldon sont exécutées avec brio par l’ensemble des danseurs, en particulier par Leanne Cope qui joue Lise, notamment lors de la scène finale sur le morceau « An American in Paris ». Le ballet d'un quart d’heure est un véritable morceau de bravoure dans lesquels alternent des passages dansés à deux et par l'ensemble du corps de ballet. La chorégraphie mêle habilement la tradition classique à la danse moderne-jazz, en épousant de près chaque note et chaque mouvement du morceau. C’est d’ailleurs toute la spécificité de cette comédie musicale qui accorde la plus grande place à la danse, qui prime ici clairement sur le chant.

12L’adaptation sur scène d’An American in Paris est une véritable réussite. En mettant en avant le contexte historique de la Libération, le librettiste Craig Thomas permet de se confronter au traumatisme de la guerre et à l’atmosphère de la période. Dans ce sens, cette adaptation offre une image plus proche de la réalité que le Paris stéréotypé de Vincente Minnelli. La mise en scène enlevée, les changements extrêmement fluides de décors et de costumes, la virtuosité des chorégraphies et la richesse de la partition en font un spectacle magnifique.

13Le spectacle est une coproduction franco-américaine, entre le théâtre du Châtelet qui a pris en charge la fabrication des décors et des costumes et Broadway pour la partie artistique (musique, chorégraphie). An American in Paris est une création mondiale au théâtre du Châtelet qui sera ensuite présenté à Broadway à partir de mars 2015 au Palace Theatre.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Théâtre du Châtelet – ©Philippe Apeloig
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7038/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Théâtre du Châtelet – ©Angela Sterling
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7038/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Théâtre du Châtelet – ©Angela Sterling
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7038/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwennaëlle Cariou, « An American in Paris, Théâtre du Châtelet, Paris. », Transatlantica [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7038

Haut de page

Auteur

Gwennaëlle Cariou

Université Paris Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org