Navigation – Plan du site
Trans'Arts

Les Cartes du pouvoir – Théâtre Hébertot

Du 29 août 2014 au 30 décembre 2014
Elizabeth LEVY

Texte intégral

1 Depuis le 29 août 2014, se joue au théâtre Hébertot à Paris Les Cartes du pouvoir, une adaptation de la pièce de l’Américain Beau Willimon, Farragut North, mise en scène par Ladislas Chollat.

Affiche de la pièce Les Cartes du pouvoir, reproduite avec l’aimable autorisation du théâtre Hébertot

  • 1 Armelle HELIOT, « Les Cartes du pouvoir, la politique sur un plateau » , Le Figaro, 11 septembre 20 (...)

2 Cette pièce n’est pas totalement inconnue d’une partie du public français car elle a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2011. Tout comme The Ides of March (Les Marches du pouvoir) réalisé et interprété par George Clooney, la pièce du théâtre Hébertot remporte un franc succès en France : selon Armelle Héliot, le spectacle mêle « finesse psychologique, efficacité dramatique et peinture sans fard de la société américaine », et les journalistes de France Info soulignaient que le public était à la fois « captivé et glacé »1. Ce succès est d’autant plus remarquable que la pièce met en scène un monde complexe qui pourrait être déroutant pour des spectateurs peu familiers avec l’univers des primaires américaines.

3Le film de George Clooney avait pris des libertés vis-à-vis de la pièce originale que l’adaptation française ne se permet pas. C’est une traduction très fidèle de la version d’origine que les spectateurs français peuvent découvrir. La pièce est centrée autour de Stephen Bellamy, vingt-cinq ans, jeune prodige de la politique dont le talent n’aura d’égal que la violence de sa chute. C’est Raphaël Personnaz qui reprend ici le personnage incarné au cinéma par Ryan Gosling. Au lever de rideau, Bellamy, malgré son jeune âge, est déjà fort d’une longue expérience en politique et a choisi de travailler en tant que conseiller avec Paul Zara (Thierry Frémont), le directeur de campagne du Gouverneur Morris. C’est à Bellamy qu’incombe la responsabilité de gérer les relations avec les médias de Morris afin d’établir la stratégie qui permettra à ce dernier de gagner les primaires démocrates et accéder ensuite à la Maison Blanche. S’il ne fait aucun doute que Bellamy est ambitieux et ne se fait pas d’illusion sur les rouages de la politique, il n’est pas, pour autant, cynique au début du premier acte. Au contraire, il voue une admiration sans borne à Zara et semble sincère et animé du désir de bien faire : pour lui, le Gouverneur Morris est véritablement une source d’espoir, et sa victoire aux élections serait l’occasion d’un renouveau positif pour les Etats-Unis.

4 Petit à petit, la mécanique, pourtant au premier abord bien huilée, se met à grincer : la victoire si certaine en Caroline du Sud semble finalement compromise. Il apparaît que les résultats des sondages étaient trompeurs, et que le soutien d’une personnalité sur laquelle on comptait pour faire basculer l’élection n’est finalement pas assuré. Déstabilisé par ces découvertes, Bellamy va perdre tous les attributs qui faisaient sa force : son sang-froid, son assurance, son sens de l’organisation vont lui faire défaut, tant et si bien qu’il commettra une série d’erreurs stratégiques qui lui feront perdre la confiance de Zara et du gouverneur. A travers la pièce, le spectateur assiste donc à trois échecs différents : celui du personnage de l’attaché de presse qui finira seul, hargneux et désabusé, celui du candidat malheureux, et celui d’une Amérique qui ne pourra élire un président qui aurait réellement fait la différence.

5L’enthousiasme suscité par cette pièce, aussi bien chez la critique que chez les spectateurs, montre à quel point le public français s’est familiarisé avec un univers qui aurait pu apparaître trop technique il y a quelques années encore. Le succès de cette pièce mettant en scène les coulisses du pouvoir s’inscrit dans la lignée de celui de films français récents tels que La Conquête ou Quai d’Orsay et de séries télévisées américaines diffusées sur des chaînes françaises telles que Scandal ou encore House of Cards, d’ailleurs créée et produite par Beau Willimon. Un spécialiste d’histoire et civilisation américaine ne peut que repérer à quel point le texte est parfois allusif. En effet, Beau Willimon, qui a participé aux campagnes de plusieurs candidats malheureux aux élections présidentielles, tels qu’Hillary Clinton et Howard Dean, présente un univers qu’il connaît et met en place des mécanismes complexes. Les rapports étroits entre la classe politique et la presse, qualifiée de quatrième pouvoir aux Etats-Unis, sont donnés à voir dans toute leur épaisseur. En outre, la pièce, du fait qu’elle met en scène des professionnels de la politique et des hommes de l’ombre, conseillers, journalistes, ou stagiaires, commence in medias res et donne peu d’informations contextuelles aux spectateurs. Certes, quelques efforts de transposition ont été faits pour rendre les enjeux plus évidents à un public français : par exemple, les personnages ne parlent pas de « représentants » élus au Congrès mais de « députés ». En revanche, la pièce comporte peu, voire pas, de rappels sur le fonctionnement des institutions politiques américaines alors que celui-ci constitue pourtant le cœur de l’intrigue. Le spectateur ne peut comprendre que les primaires dont il est question agitent le parti démocrate que s’il met lui-même bout à bout des informations distribuées de manière éparse au fil de la pièce. De la même manière, l’importance d’états comme l’Iowa ou la Caroline du Sud est sans cesse rappelée mais jamais expliquée : si les concepts de « super-Tuesday» ou « d’états bascules » ne sont pas évoqués, ils constituent néanmoins une toile de fond implicite aux discours des personnages.

6Cependant, Les Cartes du pouvoir peut attirer et séduire un public de non spécialistes car elle peut le toucher même s’il ne comprend l’intrigue politique que dans les grandes lignes et n’en saisit pas forcément toutes les dimensions implicites.

7En effet, la pièce présente la caractéristique fondamentale d’être à la fois tout à fait ancrée dans un contexte américain et de le dépasser. La mise en scène est cinématographique. Les neuf décors coulissants sont très variés : le spectateur est tour à tour transporté dans un bar luxueux, une chambre d’hôtel, puis dans un bar plus confidentiel, un bureau et un hall d’aéroport. On est loin du lieu unique de beaucoup de pièces de théâtre. On aperçoit souvent, au fond de la scène, sur de grands panneaux, les silhouettes de gratte-ciels se découpant à l’horizon. Au cours de la dernière scène, un personnage prononce son discours devant un drapeau américain. Les ambiances musicales, ainsi que l’ancrage spatio-temporel participent également de cette impression de regarder un film hollywoodien : les personnages parlent de l’Iowa et de la Floride, collaborent avec les journalistes du Times et boivent du Coca-Cola. Des dispositifs scéniques variés sont aussi employés : les personnages jouent parfois en retrait, alors qu’à d’autres moments, ils se trouvent presque au bord de la scène. De la même manière, les espaces semblent parfois rétrécis. Comme le souligne le metteur en scène, cela donne l’impression que certains passages de la pièce ont lieu en « gros plan » alors que d’autres semblent plus lointains. Tous ces ressorts contribuent à accentuer l’idée que les détails, aussi minimes soient-ils, sont précisément les éléments qui peuvent changer la donne, qu’il s’agisse du combat politique mené sur scène ou de l’intrigue elle-même.

8Enfin, la pièce peut résonner auprès d’un large public du fait de l’universalité de ses thèmes. En ancrant Les Cartes du pouvoir dans les coulisses des plus hautes sphères du pouvoir américain, l’auteur a finalement suivi la tradition du théâtre shakespearien ou du théâtre classique français. C’est bien une pièce tragique, mettant en scène un personnage principal en proie à une forme d’hubris qui est donnée à voir. Les personnages, qui font l’expérience de la manipulation, de la trahison et du poids de leurs propres décisions invitent à s’interroger sur la question de la loyauté et de la fidélité à ses idéaux, non seulement dans le domaine de la politique, mais également dans un cadre plus général. Les spectateurs ne peuvent donc ressentir que « terreur et pitié ».

Haut de page

Notes

1 Armelle HELIOT, « Les Cartes du pouvoir, la politique sur un plateau » , Le Figaro, 11 septembre 2014, http://www.lefigaro.fr/theatre/2014/09/10/03003-20140910ARTFIG00204--les-cartes-du-pouvoir-la-politique-sur-un-plateau.php, Florence LEROY, « Les Cartes du pouvoir : les dessous peu reluisants de la politique », France Info, 5 septembre 2014, http://www.franceinfo.fr/emission/info-culture/2014-2015/les-cartes-du-pouvoir-les-dessous-peu-reluisants-de-la-politique-05-09-2014-08-21

Haut de page

Table des illustrations

Légende Affiche de la pièce Les Cartes du pouvoir, reproduite avec l’aimable autorisation du théâtre Hébertot
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7037/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth LEVY, « Les Cartes du pouvoir – Théâtre Hébertot », Transatlantica [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7037

Haut de page

Auteur

Elizabeth LEVY

Université Paris Diderot – Paris VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org