Navigation – Plan du site
Trans'Arts

Tiki Pop : L’Amérique rêve son paradis polynésien, musée du quai Branly, Paris, 24 juin-28 septembre 2014

Commissaire d’exposition : Sven Kirsten
Gwennaëlle Cariou

Texte intégral

1Le musée du quai Branly propose d’explorer, à travers l’exposition Tiki Pop, la manière dont une forme traditionnelle issue d’une culture non-occidentale a été reprise et transformée dans un contexte occidental, en l'occurrence aux Etats-Unis. Le titre même de l’exposition est éloquent : « Tiki Pop : L’Amérique rêve son paradis polynésien ». Ce que les Etats-Unis ont retenu des cultures de Polynésie, c’est une image idéalisée et fantasmée des îles du Pacifique, transposée dans la culture populaire par le biais de la mode tiki.

2L’affiche donne d'emblée le ton de l'exposition : une pin-up des années 1950, en maillot de bain, est allongée dans la « gueule » d’une immense statue de style tiki. Reprenant sous un mode archétypal l’opposition entre civilisation et monde sauvage, déjà présente dans la célèbre photographie de Man Ray, Noire et Blanche, en 1926.

FIG. 1.
Reproduite avec l’aimable autorisation du Musée du Quai Branly

3L’objet de l’exposition, c’est le tiki, un terme signifiant « homme », « dieu » ou « homme dieu » en langue maori, présent dans plusieurs cultures océaniennes (à Tahiti, chez les Maoris de Nouvelle-Zélande ou encore sur l’île de Pâques). Le tiki se présente sous différentes formes, notamment le hei tiki, « pendentif d’ancêtre », en jade ou en néphrite, souvent de manière anthropomorphique, constitué par une figure contorsionnée, tirant parfois la langue. Le tiki peut également prendre la forme de statues (telles que les colossales Moai de l’île de Pâques) ou devenir le motif de divers types d’objets (on songe par exemple aux ornements d’oreilles polynésiens ou encore aux bas-reliefs maoris).

4Ces objets, mais surtout la mise en place d’un imaginaire lié à la découverte des îles du Pacifique, lancent, dans la période de l’après-guerre, la mode tiki. Présente dans des bars exotiques de Californie, cette vogue s'étend à l’ensemble des Etats-Unis, touchant tour à tour divers aspects de la vie quotidienne, que ce soit l'architecture, le design ou les multiples objets de consommation courante de cette époque.

5L’exposition s’articule sous la forme d’un parcours chronologique évoquant dans un premier temps le développement d'une fascination des Etats-Unis pour le Pacifique à travers la littérature (notamment Robert Louis Stevenson) et surtout le cinéma hollywoodien (notamment Mutiny on the Bounty, sorti en 1935). Ce « rêve du paradis polynésien » s’est accompagné de la mise en place d’images stéréotypées du Pacifique, par exemple celle de la vahiné tahitienne ou la « hula girl », devenue l’archétype de la femme exotique et sensuelle du Pacifique. Dans cette première partie de l’exposition, intitulée « Polynesian pop pré-tiki », la scénographie est extrêmement simple : les objets (livres, affiches de cinéma, photographies, journaux) sont placés dans des vitrines plongées dans une semi-pénombre. Le plafond est agrémenté de luminaires en forme de boules de couleurs prises dans des filets de pêche. Le début du parcours présente ainsi les premières influences du style tiki et la manière dont il s'est développé dans l’après-guerre, pour connaître son plein essor au milieu des années 1950.

6La deuxième partie de l’exposition, « Le dieu américain des loisirs », met en évidence la présence du style tiki dans la société de consommation américaine des années 1950, en devenant, au même titre que la musique rock’n’roll, un produit de marketing. Différents symboles représentant le Pacifique dans l’imaginaire collectif sont ainsi devenus des poncifs de l'époque. Outre la « hula girl » le tiki s'est massivement installé dans la culture de masse à travers différents symboles tels que l'ukulélé, le palmier, la hutte, la pirogue ou les fruits exotiques. Le tiki s'est par ailleurs décliné à travers une multitude de supports et d’objets quotidiens, tels que mugs à cocktail, salières et poivrières, cendriers, dont plusieurs spécimens sont ici présentés, tandis que statues et sculptures envahissaient le décor des tiki bars à partir des années 1930. Le premier d'entre eux, « Don the Beachcomber », avait ouvert en 1933 à Los Angeles, suivi en 1936 du « Trader Vic’s » à Oakland, où fut créée la fameuse recette du cocktail "Mai-Tai".

7Les visiteurs du musée sont invités à prendre place dans un tiki bar, reconstitué pour l'occasion, au moyen d'une spectaculaire mise en scène : surmonté d’un auvent lui donnant l'aspect d'une hutte, le bar offre un décor typique fait de statues de style « néo-tiki » et d'ornements évoquant à la fois les cultures traditionnelles (par exemple des masques) et d'objets liés à l’imaginaire du Pacifique (instruments de pêche, poissons naturalisés, coquillages).

8La dernière partie de l’exposition, « L’évolution de tiki - Grandeur et décadence », explore les développements du style tiki dans le monde des loisirs et de l’entertainement. Au-delà des tiki bars, le phénomène s'est étendu aux motels, parcs d’attraction, bowlings et autres mini-golfs, sur la côte Ouest pour commencer, avant de s'étendre sur la côte Est, puis jusqu'en Floride dans les années 1960. Devenu le cinquantième État américain en 1959, Hawaï est très rapidement devenu une destination touristique prisée par l'upper-middle class. Toutefois, à partir des années 1960, le modèle tiki est remis en question par la contre-culture de l'époque, incarnée par la génération suivante, pour laquelle le style tiki incarne une vision néocoloniale des populations du Pacifique, à la fois raciste et sexiste. Le style tiki s'efface alors peu à peu, et la majorité des bâtiments tiki est rasée ou transformée, pour disparaître du paysage américain au tournant des années 1980.

9C’est à cette même période que le commissaire de l’exposition Sven Kirsten, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, notamment The Book of Tiki : The Cult of Polynesian Pop in Fifties America (Taschen, 2003) et du catalogue de cette exposition, s’est intéressé au phénomène tiki. Sa collection personnelle d’objets tiki est ici montrée conjointement avec des artefacts océaniens issus des collections du musée du quai Branly. Ce travail d’« archéologie contemporaine » trouve ainsi une place tout à fait singulière au sein du musée. En effet, les pièces collectées et présentées ici, dans une institution nationale dévolue aux arts et aux cultures non-occidentales, sont considérées aujourd’hui comme des objets kitsch, de plus ou moins bon goût. Ce ne sont pas des objets non-occidentaux, mais des objets produits en Amérique du Nord à partir des modèles du Pacifique. Cette exposition permet donc de confronter des objets issus de la culture populaire (le style tiki) et savante (les tiki traditionnels océaniens). C’est dans ce sens que le musée du quai Branly propose une vision élargie des cultures du monde en faisant dialoguer l’authentique et la copie, la culture savante et la culture populaire.

Haut de page

Table des illustrations

Légende FIG. 1.Reproduite avec l’aimable autorisation du Musée du Quai Branly
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/7008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwennaëlle Cariou, « Tiki Pop : L’Amérique rêve son paradis polynésien, musée du quai Branly, Paris, 24 juin-28 septembre 2014 », Transatlantica [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/7008

Haut de page

Auteur

Gwennaëlle Cariou

Université Paris Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org