Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fabre, Geneviève et Michel Feith, eds. Temples for Tomorrow : Looking Back at the Harlem Renaissance.

Bloomington : Indiana University Press, 2001. x, 392p. Illus. $22.95.
Claire Parfait

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1La Renaissance de Harlem, période aussi riche en contradictions qu’en productions artistiques, forme le sujet de Temples for Tomorrow. G. Fabre et M. Feith ont rassemblé dans cet ouvrage dix-sept essais qui ont fait l’objet de communications lors du colloque sur la Renaissance de Harlem organisé à Paris en 1998.
Les essais sont précédés d’une introduction à la fois riche et stimulante, qui fait le point sur les débats critiques, et propose d’évaluer cette période fort controversée comme projet fédérateur avant tout ; il s’agissait en effet de proposer une représentation qui s’oppose aux stéréotypes adoptés par l’Amérique blanche et par certains des Africains-Américains eux-mêmes.

2Les essais qui suivent sont regroupés en trois parties, dont les deux premières examinent des formes d’art aussi diverses que la littérature, la musique (tant la symphonie que le blues), l’illustration, la sculpture, la peinture et le théâtre. Les thèmes récurrents de cette exploration de domaines rarement envisagés dans leur syncrétisme sont les questions de race et d’identité, le recours à l’histoire et à l’art africains, ainsi que la tension entre primitivisme et modernisme d’une part, et entre culture populaire et culture d’élite d’autre part. Si certains des essais examinent, souvent d’un oeil neuf, des artistes reconnus, qu’il s’agisse d’écrivains comme Langston Hughes, James Weldon Johnson, ou Zora Neale Hurston, ou de peintres et illustrateurs comme Aaron Douglas, d’autres s’intéressent à des artistes quelque peu négligés (la chanteuse Ethel Waters, le cinéaste Oscar Micheaux), dont la réputation a souffert des contradictions propres à la Renaissance, et notamment de l’ambivalence de certains de ses architectes vis-à-vis de la culture populaire africaine-américaine. Harlem n’est pas oubliée dans les essais, où elle apparaît à la fois comme « lieu de mémoire » et construction textuelle.

3La troisième partie de l’ouvrage élargit la perspective à la scène internationale, en examinant les liens qu’entretiennent les artistes de la Renaissance avec le reste de la diaspora. Sont évalués la place des Caraïbes dans le mouvement, la constitution d’un discours noir sur la diaspora dans l’Entre-deux-guerres, avec ses accords et ses lignes de fractures dont les traductions (d’américain en français) fournissent une démonstration éclatante.

4Complété par une utile chronologie et une bibliographie très fournie, Temples for Tomorrow offre une perspective nouvelle sur une période qui demeure très diversement interprétée. On notera en particulier l’éclairage fourni sur les liens entre divers genres artistiques ainsi que sur la complexité du mouvement envisagé à l’échelle internationale de la diaspora.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Parfait, « Fabre, Geneviève et Michel Feith, eds. Temples for Tomorrow : Looking Back at the Harlem Renaissance. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/694

Haut de page

Auteur

Claire Parfait

Université Paris VII-Denis-Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org