Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pascale Antolin-Pires. L’Objet et ses doubles. Une relecture de Fitzgerald.

Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2000. 247 pages.
Marie-Agnès Gay

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1Ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage que de tenir le pari affiché dans son titre, à savoir nous entraîner en effet dans une « relecture » de Fitzgerald. La référence aux objets évoque certes la dimension mimétique du texte fitzgeraldien, si souvent réduit à un documentaire sur le Jazz Age ; mais l’auteur, en traquant les doubles ou faux sens de ces objets-signes présente l’envers de cette œuvre qui, plutôt que d’une tradition réaliste fondée sur le mode référentiel, relève d’une écriture moderniste donnant à voir le décalage entre signifiant et signifié et mettant en avant l’artifice de l’écriture.

2L’étude, en quatre parties, explore le fonctionnement de l’objet, clé de voûte d’un double dispositif référentiel et réflexif, et met à nu le passage d’un code de représentation à un code de signification, la perte d’une vérité univoque qui se fait ouverture... Malgré son foisonnement, l’objet fitzgeraldien est avant tout le site d’une absence, transcendée dans une dialectique du désir.

3Le premier chapitre s’intéresse aux éléments de la technê et aux biens de consommation qui, trompeurs, traduisent la vision pessimiste de Fitzgerald sur l’Amérique matérialiste de la première moitié du vingtième siècle, mais expriment également la scission du signe. L’objet, signe flottant, marque alors le triomphe de la fiction sur la représentation.

4Au second chapitre, l’auteur étudie le rôle stratégique de l’objet dans la construction de l’univers narratif pour montrer là encore que l’objet fitzgeraldien n’est jamais engagé dans un simple procès mimétique. L’objet signifie plus qu’il ne représente, et s’avère toujours plus fluctuant, escamotant le réel. En soulignant la mutabilité du signe, le romancier expose la fiction en même temps qu’il la fonde. Celle-ci devient le seul référent possible ; l’ancrage ne peut être qu’encrage.

5Le troisième chapitre aborde les objets de discours (images, descriptions et listes) qui, à leur tour, font et défont le sens et altèrent le code référentiel. Les images d’objets (métaphores et comparaisons), tout en renvoyant au réel, parlent surtout d’écriture ; machine, tissu, miroir… élaborent une mise en abyme métatextuelle et signalent la spécularité d’un texte qui bascule vers la métafiction. Même dualité pour la description qui, sous prétexte de convoquer le réel, est avant tout le lieu d’un spectacle des signes, et pour les listes d’objets où l’afflux de signifiants suggère un signifié de plus en plus évanescent. Dans le cadre de cette écriture réflexive, le sens se dessine comme vide.

6Le dernier chapitre, « Cet obscur objet du désir », tente de démêler l’enlacement du textuel et du sexuel. L’auteur évoque d’abord la collection d’objets, « parole » équivoque ; comme l’objet manquant de la collection est le moteur du désir, le manque-à-être de la dispersion sémantique alimente la fiction désirante. De même, le fétiche est au personnage ce que la versatilité du sens est à l’écrivain : un objet de désir, substitut imparfait mais également moteur du discours. Enfin les objets-seuils instaurent un espace de jeu où est mis en scène l’ab/sens ; mais si « le sens s’absente, […] c’est pour se faire d’autant plus désirer, transformant la tragédie de la perte en une comédie du désir ».

7Pascale Antolin-Pirès propose un exposé riche, rigoureux et progressif, écrit dans une langue à la fois claire et alerte qui, bien que dense, ne cède que très rarement à la tentation du jargon. L’auteur a le sens de la formule, comme le montrent ponctuellement certains titres, mais plus généralement son écriture qui, en traquant la multivocité fitzgeraldienne, joue à son tour avec les mots. Bien que l’ouvrage aborde principalement les romans, dont les deux œuvres de jeunesse moins souvent traitées par la critique (This Side of Paradise et The Beautiful and Damned), on relève également des allusions bienvenues à certaines nouvelles. Les micro-lectures sont toujours très fines, révélant la profondeur du texte et faisant souvent ressortir des échos prégnants. L’auteur utilise enfin un appareil critique fourni, toujours convoqué avec justesse. En revanche, on peut regretter l’absence d’une bibliographie qui oblige à la consultation des notes pour rechercher les références éditoriales.

8Pascale Antolin-Pirès nous aide à entendre la parole de ces objets que Fitzgerald « trouve le moyen de […] faire parler « , parole en creux qui fait du désir le réel objet de son œuvre. Au terme de cette étude, le lecteur ne peut que souhaiter (re)partir en quête du plaisir que promet le texte fitzgeraldien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Agnès Gay, « Pascale Antolin-Pires. L’Objet et ses doubles. Une relecture de Fitzgerald. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 18 août 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/692

Haut de page

Auteur

Marie-Agnès Gay

Université Jean Moulin — Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org