Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laurence Gervais, La Privatisation de Chicago

Paris, PUPS, 2013
Dominique Crozat
Référence(s) :

GERVAIS, Laurence, La Privatisation de Chicago, Paris, PUPS, 2013, 168 pages.

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1Mieux que les quatre grandes folles (New York, Los Angeles, Miami, San Francisco), Chicago cultive une image discrète et sérieuse qui évite également de tomber dans le travers de l’austérité dont se réclame Boston, probablement avec trop d’insistance. De fait, Laurence Gervais nous montre que cette image de Chicago est aussi trompeuse que celle de ses rivales ; nous le savions depuis longtemps : au-delà de son goût récurrent pour les icônes, tour Sears ou Cloud Gate aujourd’hui, c’est surtout l’invention de modes d’usages de la ville qui la mène, dès la reconstruction de la fin du xixe siècle, à se poser comme un laboratoire urbain où s’expérimentaient de nouvelles dimensions de la ville future. C’est bien dans ce registre que se place l’ouvrage de Laurence Gervais avec une multiplication d’études de quartiers qu’on peut saluer, avec un seul bémol : je m’y perds car il manque une carte qui les situe et, du coup, mette bien en valeur le caractère inexorablement systématique de cette reconfiguration urbaine.

2Or, justement, la dernière fois qu’on m’avait parlé de Cabrini, c’était voici une dizaine d’années dans l’excellent Respect : The Formation of Character in an Age of Inequality (2003) de Richard Sennett : il s’interrogeait sur l’échec d’une de ces initiatives, à la lointaine époque où on expérimentait l’habitat social à Chicago. On en est loin aujourd’hui : Cabrini n’existe plus car Chicago est en guerre nous dit Laurence Gervais ; une guerre moderne donc « soft », qui cache sa dureté derrière une communication habile, « Cultural war » au sens où l’entend Don Mitchell : la ville se reconfigure socialement mais la gentrification présentée très positivement avec la création d’espaces dédiés, pour les femmes, pour les gays, pour la classe moyenne noire, leurs initiatives réellement intéressantes en matière de valorisation touristique ou d’éducation expérimentale, etc., recouvrent en fait des processus très violents d’expulsion des pauvres, indésirables car hors-jeu.

3Après l’excès d’encadrement infantilisant de l’époque de Sennett, la transformation de la ville ne les pense plus vraiment, sauf s’ils parviennent à devenir des agents économiques solvables dans le cadre d’un recul organisé de la planification au profit d’une privatisation qui implique les acteurs privés dans des domaines toujours plus nombreux de l’organisation urbaine.

4Derrière la transformation des pratiques culturelles qui se joue dans la ville, c’est bien une rupture dans trois directions : d’un côté, la création de nouveaux espaces dont le statut public / privé n’est, au mieux, pas clairement défini, et le plus souvent expressément privatifs et exclusifs. En effet, l’autre dimension c’est le renouvellement de ces quartiers avec une spécialisation par comportements à fort potentiel identitaire qui exclut ceux qui se révèlent incapables de s’y conformer. Mais cette reconfiguration enferme aussi dans des espaces sécurisés qui se révèlent ainsi très contraints.

  • 1 Voir l’ouvrage La Lutte des places : Insertion et désinsertion de Vincent de Gaulejac et Isabel Tab (...)

5Comme après le Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, de Mike Davis (2006), je suis ressorti de cet ouvrage mal à l’aise : est-ce la ville qu’on nous prépare ainsi ? À Chicago comme à Los Angeles, c’est vraiment une assignation à résidence qui se dessine et pas seulement pour les plus pauvres : en fonction d’une catégorisation large des populations, on nous dit : « voici où tu dois vivre et avec quels comportements ». Moins apocalyptique que chez Davis, mais du coup plus effrayant, le rouleau compresseur de ce triptyque privatisation-culture-sécurisation se déploie à Chicago avec une telle efficacité que je vous incite à aller découvrir dans l’ouvrage de Laurence Gervais votre vie future afin de commencer dès maintenant à affiner votre identification culturelle et choisir quel quartier de la Gold Coast vous allez intégrer : dans La lutte des places1 qui se joue, il est impossible d’échapper à l’obligation de choisir son camp.

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage La Lutte des places : Insertion et désinsertion de Vincent de Gaulejac et Isabel Taboada Leonetti (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Crozat, « Laurence Gervais, La Privatisation de Chicago », Transatlantica [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/6836

Haut de page

Auteur

Dominique Crozat

Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org