Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Isabelle Montin : « Le Retour du travail : travail et société chez John Dewey »

Paris, 6 février 2014
Clotilde Nouët

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le séminaire « Travail, Culture, Sociétés », qui analyse la culture et la société des mondes anglophones à partir de la question du travail, a accueilli, le 6 février 2014, une intervention d’Isabelle Montin portant sur : « Le retour du travail : travail et société chez John Dewey. » Isabelle Montin travaille sur les pragmatistes américains classiques et s’intéresse particulièrement à la théorie sociale et esthétique de Dewey.

2Le regain d’intérêt suscité depuis une trentaine d’années par l’œuvre de Dewey impose de reconsidérer les enjeux philosophiques attachés à la lecture et à l’interprétation de certains aspects de sa pensée. Isabelle Montin s’intéresse notamment ici à la question de savoir s’il est possible de voir en Dewey un théoricien du « travail », et dans quelle mesure ses analyses peuvent être fécondes pour la philosophie sociale et l’histoire de la pensée du travail aux États-Unis.

3Visant à nuancer l’idée que l’œuvre de Dewey serait structurée autour du paradigme du travail, Isabelle Montin propose un examen critique de la thèse défendue par Emmanuel Renault dans son article « Dewey et la centralité du travail » (2012). Elle se demande s’il est pertinent de faire du concept de « travail » chez Dewey un paradigme permettant de relier systématiquement sa théorie instrumentaliste — selon laquelle l’homme étant un animal faiseur d’outils, c’est la technique qui permet de saisir la forme de tout agir humain — et sa théorie sociale et politique. La réflexion deweyienne s’appuie en effet sur une thèse anthropologique en vertu de laquelle les pratiques (qu’elles soient de l’ordre du travail ou de la connaissance) et les interactions doivent être pensées à partir du rapport instrumental qui les constituent. Pour autant, cette centralité du paradigme instrumental doit être distinguée, selon Isabelle Montin, d’une centralité du travail à proprement parler. Le travail ne saurait être assimilé sans reste à l’activité instrumentale.

4Afin de réévaluer la place de ce concept, dont elle met en cause l’homogénéité, dans l’ensemble de l’œuvre deweyienne, Isabelle Montin propose de restituer les inflexions historiques et contextuelles qui ont marqué la réflexion de Dewey sur le travail. L’inflexion la plus significative lui semble se situer autour de 1929, date avant laquelle le concept de travail n’apparaît qu’épisodiquement, et s’articule toujours à la question de l’éducation. C’est à partir de 1929 que Dewey produit, dans des publications militantes, un certain nombre de textes très critiques sur les conditions concrètes du travail salarié aux États-Unis. Enfin, dans les années 1930, la question du travail est intégrée par Dewey à une théorie de l’activité sociale.

5On assiste alors, aux yeux d’Isabelle Montin, à un « retour » du travail dans la pensée deweyienne, « retour » qui a permis d’articuler, sur le tard, la question du travail au postulat instrumentaliste à partir duquel se déploie son anthropologie philosophique.

6Isabelle Montin repère une tension dans la réflexion deweyienne sur le travail. D’une part, dans la mesure où le travail relève de l’activité instrumentale, il est intimement lié aux postulats centraux de son anthropologie philosophique. Celle-ci, caractérisée par une thèse « présentiste », refuse la définition traditionnelle de l’action, fondée sur une distinction dualiste entre fins et moyens, et sur l’idée de la subordination des moyens aux fins. Au contraire, selon Dewey, fins et moyens interagissent et s’influencent mutuellement au cours de l’action, les fins étant toujours déjà à l’œuvre dans les moyens (ends in view). À cet égard, le travail, au même titre que les autres activités instrumentales (dont fait partie toute activité intelligente), est donc une activité à la fois utilitaire et productrice de valeurs. L’instrumentalisme deweyien permet de dépasser les oppositions rigides entre régimes d’activité, et notamment la séparation des types d’agir normatifs et instrumentaux.

7Toutefois, indépendamment de cette conception instrumentaliste, le travail continue d’être pensé, chez Dewey, à l’aune de la distinction entre l’économie et la politique. De ce point de vue, il est assimilé à la sphère dite mécanique de l’économie, dont se détache l’activité libre et organique que recouvre la politique. Or, si la nature propre de l’agir se saisit, de façon dialectique, au-delà de la distinction des moyens et des fins, la rationalisation historique de la sphère productive conduit, tout au contraire, à accentuer la distinction des fins et des moyens, voire à l’hypostasier. Sous l’effet de la révolution industrielle, l’économie devient la sphère par excellence de la rationalité dite instrumentale, « religion des moyens ». Dans le même temps, le travail social subit les effets de cette logique : la division du travail intellectuel et manuel entérine la séparation entre la conception et le contrôle des fins d’une part, l’exécution ou la mise en œuvre des moyens, d’autre part. L’activité de travail est fondamentalement aliénée dans la mesure où sa fin, le salaire, est fixée en dehors d’elle et par l’employeur, et qu’elle exclut la possibilité que le travailleur y déploie librement son intelligence. Ces procédés ont pour résultat l’abrutissement du travailleur et son asservissement moral aussi bien que physique.

8Si le travail est le lieu d’une soumission totale du travailleur à la logique productive, Dewey n’en condamne pas pour autant le productivisme comme tel. La production de ressources morales et spirituelles (l’intelligence, le talent) est fondamentale à une société. Et c’est à partir de ce modèle qu’est pensée la revalorisation du travail.

9Isabelle Montin propose, pour examiner ce point, la lecture d’un article de 1938, « The Economic Basis of the New Society », dans lequel Dewey, revenant partiellement sur la position qu’il avait dans Liberalism and Social Action, où il défendait l’augmentation des salaires et du temps de loisir, réfléchit à une réorganisation d’ensemble du travail. Il faut que celui-ci, tout en exploitant l’intelligence collective, permette aux individus de s’y réaliser. Mais le modèle normatif à partir duquel Dewey pense la réalisation individuelle dans le travail n’est pas, souligne Isabelle Montin, interne au travail lui-même. C’est en effet l’idéal démocratique, l’association des individus égaux, qui assure la continuité entre l’expérience individuelle du travailleur et l’expérience sociale. Le système productif est valorisé dans la mesure où il permet de réaliser une fin politique : l’égalité des travailleurs dans la sphère de la production.

10Faudrait-il en conclure que seule une normativité politique, plus précisément, démocratique, permette de repenser la place qu’il faut accorder au travail dans une société ? Isabelle Montin cherche à dégager une autre voie possible chez Dewey lui-même, à partir d’un modèle non pas politique mais esthétique. En thématisant l’expérience esthétique comme une forme de « consommation productive », Dewey repense la teneur de la satisfaction esthétique en même temps qu’il réévalue l’activité de la consommation elle-même. La consommation ne se réduit pas à une dépense stérile d’énergie : en tant qu’elle est une expérience, elle libère, de façon dialectique, un surplus qui concourt au développement des potentialités individuelles et dès lors collectives.

11C’est à travers cette conception esthétique, ainsi que le suggère Isabelle Montin, que le travail est réarticulé à la matrice instrumentaliste de la pensée deweyienne. Tant qu’il demeure subordonné aux normes politiques, le travail entérine la distinction des fins et des moyens, en étant au service de la réalisation d’un idéal démocratique qui n’a pas sa source en lui. Le modèle esthétique, en revanche, permettrait de repenser le potentiel émancipatoire du travail à partir de son mode opératoire propre, dans la mesure où celui-ci est l’expérience d’une consommation productive.

12Il faut donc reconnaître dans la théorie de Dewey une centralité anthropologique de l’activité technique, instrumentale et peut-être même du « travail » au sens d’une activité de production médiatisée par une communauté. Il semblerait toutefois que le concept de « travail » n’occupe pas la même place au sein de sa théorie sociale et politique. Jusque dans les années 1930, le travail, en tant qu’il relève du versant économique de l’expérience sociale, n’est pas exploré par Dewey. Soucieux de remédier à ce défaut et de penser l’articulation entre le versant économique et le versant politique de l’expérience sociale, Dewey intègre alors ce concept à sa théorie normative, sans toutefois lui faire jouer de rôle central.

13La communication d’Isabelle Montin a été suivie de questions de la part des participants. Une première demande lui a permis de repréciser la notion deweyienne de travail. Les œuvres de jeunesse de Dewey révèlent une distinction entre drudgery (besogne) et work. Une activité besogneuse est subordonnée à une finalité extérieure à l’action. Parce que les fins et les moyens sont rigoureusement séparés, l’exécution et la conception étant effectuées par des individus distincts, l’activité de production à proprement parler est pénible et stérile. Le travail salarié tombe sous le coup de cette définition.

14L’instrumentalisme deweyien, marqué par un certain biologisme, voit dans l’action et l’expérience un certain « travail » de l’organisme qui se recompose et s’accroît au contact du réel. Cependant, cela relève d’un travail non au sens de work ni même de labor, mais d’une interaction ou « transaction » qui contribue à la construction de l’individu, une transaction qui est à la fois expérience passive et action. Quand Dewey parle de « productivité », il pense à cet accroissement de connaissances que doit permettre toute expérience authentique. Il y a donc un faisceau de métaphores que l’idée du travail ne recoupe que partiellement.

15Un second participant a demandé si le travail social, tel que Dewey l’identifie avec l’activité besogneuse et routinière, pouvait être rapproché de la notion de « travail » qu’on trouve dans la pensée d’Hannah Arendt. Isabelle Montin a reconnu une certaine proximité entre les thèses de ces deux auteurs, en particulier dans leur théorisation de l’action politique. Toutefois, quand Arendt thématise l’exclusion de l’action libre et du travail, Dewey, rattachant le travail à sa philosophie instrumentale, lui accorde un statut décisif dans sa théorie en cherchant à sauver son potentiel émancipatoire.

16Enfin, Olivier Frayssé, prenant appui sur le texte cité au cours de l’intervention, « The Economic Basis of the New Society », a établi un parallèle entre l’idée d’une productivité économique de la réalisation individuelle, telle que semble la thématiser Dewey, et les théories post-fordistes du travail — plus précisément, la théorie du capital humain développée dans les années 1960 par Gary Becker. On trouve en effet chez Dewey, qui défend la valeur émancipatoire du travail, les prémices d’une argumentation favorable à l’investissement productif dans le capital humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Nouët, « Isabelle Montin : « Le Retour du travail : travail et société chez John Dewey » », Transatlantica [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 12 octobre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/6812

Haut de page

Auteur

Clotilde Nouët

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org