Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Phillip Barrish. American Literary Realism, Critical Theory, and Intellectual Prestige, 1880 — 1995.

Cambridge : Cambridge UP, 2001.
Guillaume Tanguy

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1En balayant un large champ — fiction et théorie critique — et en couvrant plus d’un siècle, le livre de Barrish a de quoi intéresser un large lectorat. Ce qui, selon l’auteur, réunit fiction réaliste (Howells, James, Wharton, Cahan) et théorie critique, c’est la quête toujours renouvelée du réel, la thèse du livre étant que celle ou celui qui parvient à formuler « the realest real thing » acquiert du prestige intellectuel. Le réel devient alors objet de convoitise, et la question du réalisme fait son retour en critique. Barrish s’efforce de définir une « disposition réaliste » qui dépasse les genres et les époques. Fait « autorité » celle ou celui qui peut permettre au lecteur d’accéder au « réel » — le réel étant défini comme « matérialité prédiscursive non construite ». La critique post-structuraliste participe elle aussi de la disposition réaliste dans la mesure où elle veut dégager un « réel non symbolisable ». La recherche du « capital symbolique » (le prestige) serait une entreprise essentiellement — mais pas exclusivement — masculine ; le réalisme devient alors indissociable des gender studies. Le prestige des héros de Howells se fonde sur la recherche d’un « goût réaliste » (Howells joue sur tous les sens de « taste »). Chez James, celui de Merton Densher consiste à découvrir que le réel réside non pas dans le très visible (l’argent de Milly) mais dans l’invisible (la mystérieuse maladie de Milly). Quant à l’héroïne de Twilight Sleep de Wharton, elle impose son statut intellectuel en contestant la définition patriarcale de la réalité et en s’insurgeant contre l’inceste.

2La dernière section passe en revue diverses conceptualisations théoriques du « réel » (Trilling, Guillory, de Man, Copjec et Butler) et dégage un dénominateur commun : « The critics…each claim to offer a more…complex, unfixable material reality at the same time as they assertively call attention to a less mediated, more straightforward, above all more literal ‘real’ ». Et Barrish de conclure que le prestige intellectuel, comme le réel, fluctue : « the recurrent pattern of …[‘realer-than-thou’ claims] does create a certain effect of wheelspinning.…[Any] assumption that one can be ‘right’ about materiality seems to run counter to some of the recent critical theory’s own most crucial insights. »

3Aux questions « où est le réel ? », « qui est réaliste ? », Barrish répond donc que le réel est partout et que personne n’en a le monopole. Libre au lecteur de juger si cette thèse élargit par trop le concept de réalisme… On peut toutefois regretter que Barrish n’ait pas décalé sa période d’un an pour inclure dans son corpus le grand roman oublié de Howells — The Lady of the Aroostook (1879) — , texte matriciel qui pose de nombreuses questions. Le personnage de Lydia définit en effet une nouvelle dialectique des sexes : si le protagoniste masculin s’empare finalement du réel, il y est initié par Lydia, actant à la fois économique, érotique et heuristique. L’homme s’empare du réel, mais grâce à la femme. Ce texte qui aujourd’hui peut sembler paternaliste était à l’époque incontestablement novateur.

4On pourra enfin s’interroger sur la pertinence de la notion de prestige appliquée à Howells, qui est le romancier du commun. Toute l’œuvre cherche à transcender les distinctions — que ce soit dans A Hazard of New Fortunes, où les lieux idéaux sont ceux qui dissolvent les distinctions de classe (« if there was not distinction, it was not for want of distinguished people, but because there seems to be some solvent in New York life that reduces all men to a common level »), ou dans The Whole Family, où la banalité de la conversation entre deux voisins représentés dans leurs jardins et leurs classes sociales respectifs dissout littéralement la barrière physique et invisible qui les sépare.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Tanguy, « Phillip Barrish. American Literary Realism, Critical Theory, and Intellectual Prestige, 1880 — 1995. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/681

Haut de page

Auteur

Guillaume Tanguy

Université Rennes II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org