Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’exception américaine.

Actes de la recherche en sciences sociales n° 138 et 139 (juin et septembre 2001).
Luc Benoît à la Guillaume

Texte intégral

1Quand la revue de Pierre Bourdieu se penche sur l’Amérique, on attend à la fois une analyse documentée de la société américaine et une critique raisonnée des mythes qu’elle engendre. Et, autant le dire d’emblée, on ne sera déçu sur aucun de ces deux points. Les auteurs des quelque douze articles réunis dans ces deux numéros d’Actes de la recherche en sciences sociales analysent à la fois les « structures structurantes » (ou cognitives) et les « structures structurées » (ou sociales) : ils traitent autant des divisions de classe que des luttes de classement et oscillent entre une description fouillée de la réalité sociale américaine et une critique acérée des représentations que charrie l’Amérique, cette « prophétie auto-réalisante ». D’où le titre de ce dossier, l’exception américaine, qui ne se contente pas de procéder à la nécessaire critique de la notion d’exceptionnalisme, mais prend acte de la réalisation au moins partielle de la « prophétie » en étudiant certaines caractéristiques spécifiques de la société américaine. Ainsi les auteurs confrontent à la réalité sociale chacun des mythes partiellement réalisés qui sont censés fonder cette exception (société sans classes, mobilité sociale, marché-roi et Etat faible, égalité devant la loi, existence d’« identités ») et analysent les mécanismes de leur reproduction.

Classes et classements

2La première contribution, intitulée « Dictature sur le prolétariat », rappelle opportunément l’existence d’une classe ouvrière et d’un mouvement syndical en butte à une répression systématique là où l’idéologie néolibérale ne s’intéresse qu’aux droits des consommateurs. « La double vérité du travail », à la fois exploitation objective et investissement subjectif, est analysée dans deux autres articles, qui portent sur une agence d’emploi privée et la restauration rapide. Enfin, une étude détaillée du surendettement de la classe moyenne aborde à la fois les causes des difficultés financières et les stragégies des faillis, qui utilisent la faillite pour éviter de perdre leur maison. A partir d’une analyse statistique rigoureuse, les auteurs en viennent à comparer le modèle européen, fondé sur la socialisation des risques par l’Etat providence, et le modèle américain, pour lequel la faillite constitue une soupape de sécurité individuelle en l’absence de mécanismes collectifs de protection sociale. Les faillites sont donc une arme dans les luttes de classement qui aident à la reproduction (menacée) de la classe moyenne américaine.

3Le panorama des différentes classes sociales est complété par une description des pensionnats d’élite. L'éducation d’adolescents privilégiés dans ces institutions fermées s’apparente à un long rite de passage qui préserve l’homogénéité de la haute bourgeoisie.

4Enfin un article sur le concept d’identité offre une critique nuancée de l’emploi généralisé de ce terme dans le domaine des cultural et des ethnic studies. Tiraillé entre des acceptions fortes, réifiantes et objectivistes et des acceptions faibles, flottantes et subjectivistes, ce concept ne permet pas de penser correctement les processus d’identification personnelle, de classement et de constitution de groupe et « a pour effet de fondre les structures d’inégalité dans le solvant rhétorique de la (multi)culture » (Loïc Wacquant).

Marché et Etat

5Loin d’être fondé sur le « moins d’Etat » et sur la libre concurrence chers aux théoriciens libéraux, le dynamisme économique des Etats-Unis dépend de l’intervention de l’Etat, comme le montre l’étude de deux exemples emblématiques du capitalisme américain, la valeur actionnariale et la Silicon Valley. La doctrine de la valeur actionnariale a favorisé la constitution de monopoles et l’accroissement des inégalités sans améliorer la compétitivité des entreprises. Quant à la Silicon Valley, son développement est étroitement lié à l’industrie de défense. Si l’Etat intervient dans l’économie, la réciproque est tout aussi vraie : ainsi l’article intitulé « Politics is money » montre l’influence corrosive de l’argent sur la vie politique. Dans la logique du don et du contre-don analysée par Marcel Mauss, il s’agit moins de corruption directe que de la création d’un réseau serré d’obligations qui permet aux grandes entreprises de confisquer le débat politique en neutralisant les deux principaux partis. Mi-publique mi-privée, la National Endowment for Democracy fait l’objet d’une analyse qui montre comment ce think tank permet à l’establishment et aux anciens contestataires de propager la bonne parole américaine en prêchant la démocratisation dans le monde entier. Dans le domaine de la santé, l’exception américaine se traduit par une marchandisation de la médecine et par l’absence de couverture universelle malgré l’importance des dépenses. Mais c’est sans doute la symbiose entre ghetto et prison qui témoigne le mieux d’une des caractéristiques les plus inquiétantes de l’ordre néolibéral : le remplacement de l’Etat providence par l’Etat carcéral. Prolongeant ses études sur les « prisons de la misère », Loïc Wacquant montre comment la politique répressive de l’Etat américain stigmatise la population noire et contribue à réinventer la « race » noire. Ainsi, « le saut sidérant de l’incarcération des Noirs [est la] conséquence de l’obsolescence du ghetto en tant qu’instrument de contrôle et de la nécessité d’un appareil de substitution pour maintenir les Afro-Américains déqualifiés ‘à leur place’ ». L’Etat carcéro-assistanciel post-keynésien prend en charge les hommes noirs pauvres par la prison et les femmes noires pauvres par le workfare.


Structure et histoire

6Si ces deux numéros décrivent en détail l’état actuel de la société américaine, ils ne permettent pas toujours de comprendre les changements qui ont accompagné la récente vague néolibérale. Certes la description des mythes du marché explique l’évolution du mode de contrôle des entreprises depuis la seconde guerre mondiale. De même, juxtaposant des états de structure successifs, l’article sur le ghetto et les prisons propose une analyse passionnante des quatre systèmes successifs de reproduction de l’ordre ethnoracial. Mais on souhaiterait par moments en savoir plus et, par exemple, comprendre pourquoi, s’agissant d’une élection présidentielle contestée, on est passé en un siècle de la résolution du conflit par le Congrès (1877) à sa résolution juridique par la Cour suprême fédérale (2000). Cette préférence pour l’étude des structures pointe cependant la grande force de ces deux numéros : leur cohérence, qui résulte de la présence heureuse d’un véritable point de vue sociologique. Ce point de vue explique l’accent mis sur les stratégies des agents, les luttes symboliques, et l’état présent de la structure sociale américaine plutôt que sur les mécanismes juridico-institutionnels et les évolutions historiques, car seule la connaissance précise des structures permet de comprendre leur transformation. Ce double dossier fonde scientifiquement et documente empiriquement l’étude de l’exception américaine. Somme indispensable pour tout américaniste, il concilie la critique et la clinique et réconcilie le savant et le politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Benoît à la Guillaume, « L’exception américaine. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 05 avril 2006, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/671

Haut de page

Auteur

Luc Benoît à la Guillaume

Université Paris 10 — Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org