Navigation – Plan du site
Trans'Arts

Exposition Lewis Hine

International Center of Photography (New York), du 4 octobre 2013 au 19 janvier 2014
Jean Kempf

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Avec une grande exposition des photographies de Lewis Hine (1874-1940), l’International Center of Photography de New York démontre une fois encore sa vocation de centre photographique majeur. En dépit de ses difficultés budgétaires et d’un avenir incertain, l’ICP a réussi à monter ces dernières années quelques expositions magistrales pour leur valeur tant esthétique que patrimoniale : « Roman Vishniac Rediscovered », « For All the World to See : Visual Culture and the Struggle for Civil Rights », « Cuba in Revolution » pour n’en citer que trois des plus récentes. Cette nouvelle exposition puise dans les collections de la George Eastman House à Rochester avec laquelle l’ICP a, depuis 2000, un partenariat. Elle n’apporte pas d’éléments radicalement nouveaux (à l’exception de la salle organisée par Judith Mara Gutman sur un aspect méconnu de l’œuvre de Hine, voir interview) mais permet à un large public de se familiariser avec l’un des photographes importants de l’histoire de la photographie documentaire.

2Lewis Hine est essentiellement connu pour ses images de travail d’enfants et d’immigrants. Mais il fut bien plus que cela, un photographe « social » comme il aimait à se définir, c’est-à-dire qui essaie, par l’intermédiaire de l’image, de mettre en lumière les rapports sociaux, souvent d’exploitation, mais aussi ceux qui font l’homo faber.

3L’exposition est d’ailleurs, à juste titre, organisée autour des grands thèmes de son travail : « Tenements », « Child Labor », « Pittsburgh Survey », « Europe », « Work », « City Life », « Empire State Building » et « The Last Decade ». On y trouve la plupart des images célèbres, et un grand nombre d’images moins connues, comme par exemple ces images de familles noires dont on avait oublié que Hine s’y était aussi intéressé. Les tirages sont souvent assez petits, parfois des contacts, en général d’époque. Mais le plus intéressant dans cette exposition est que l’on peut y voir les publications qui ont utilisé ses images, y compris les posters didactiques composés pour la lutte contre le travail des enfants. On a en effet trop souvent aujourd’hui tendance à voir les photographies de Hine seulement comme des photographies alors qu’elles constituaient des matières premières pour des narrations complexes alliant texte et image. Les documents visibles à l’ICP restituent bien cette dimension. On découvre aussi, avec « dissecting a photograph », comment Hine, à partir d’une image unique d’un travailleur et de sa machine, produit une série de clichés partiels destinés à montrer et expliquer des aspects particuliers du travail.

4Au fond, c’est le travail qui fascinait Hine. Le travail qui blesse, qui avilit (les enfants en leur volant leur enfance), mais aussi le travail qui ennoblit. Les portraits de travailleurs sont souvent accompagnés de leurs machines, comme dans une de sorte de fusion avec elles. Même dans les pires conditions d’exploitation des enfants, comme c’est le cas de ces jeunes filles dans les usines textile du Sud, la machine donne à l’image une qualité et une profondeur particulières qui les rendent ambiguës.

5Bien entendu, comme le remarquait le critique du New York Times (Ken Johnson, « Huddled Masses, Studiously Eyed. Lewis Hine’s Photographs, in Two Shows at I.C.P. », 3 octobre 2013), on a depuis vu tellement d’images de pauvres, de réfugiés, d’enfants miséreux et misérables que tout ceci peut paraître bien daté. On peut même affirmer — avec raison — que les photographes d’aujourd’hui (et dans une certaine mesure même de l’époque) produisent de bien « meilleures » images que celles de Hine. Il n’était pas ce que l’on peut appeler un « grand » photographe. Mais il a toute sa place dans une longue lignée d’hommes et de femmes qui étaient prêts à tout sacrifier (et pour lui ce seront les conditions économiques, car pauvre toute sa vie, il mourra dans la misère, quasi-oublié) pour témoigner de la qualité unique de la vie humaine. C’est pour cela que même dans ses moments les plus didactiques, on retrouve toujours dans la photographie de Hine cette centralité du geste qui, même devant la machine, fait de l’homme un humain.

Haut de page

Bibliographie

Sur Lewis Hine, voir les ouvrages :

Gutman, Judith Mara, Lewis W. Hine, and the American Social Conscience, New York, 1967 et Lewis W. Hine, 1874-1940 : Two Perspectives, New York, 1974.

Stange, Maren, Symbols of Ideal Life : Social Documentary Photography in America, 1890-1950, Cambridge, 1989.

voir deux thèses :

Aubert, Didier, « Photographie et progressisme : the Pittsburg Survey, 1907-1914 », thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, 2000, http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2000/aubert_d.

Lesme, Anne, « L’enfant dans la photographie sociale américaine de 1888 à 1941 (Jacob A. Riis, Lewis W. Hine et des photographes de la Farm Security Administration) : enjeux sociaux et esthétiques ». Thèse de doctorat, Université de Provence, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Kempf, « Exposition Lewis Hine », Transatlantica [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/6340

Haut de page

Auteur

Jean Kempf

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org