Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Colloque « The Revolutionary Atlantic : Acts of Alienation and Sedition, 1780-1830 »

Université Paris IV-Sorbonne, 10-12 octobre 2013
Juliette Dorotte

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Du 10 au 12 octobre 2013, le neuvième colloque de la Charles Brockden Brown Society, co-organisé par Marc Amfreville — hôte de l’événement à Paris —, s’est déroulé à l’Université Paris IV-Sorbonne. La précédente rencontre avait eu lieu à New York sur le thème « Speculations : Aesthetics, Risk, and Capital in the Circum-Atlantic World, 1790-1830 ». Cette année, le colloque s’intitulait « The Revolutionary Atlantic : Acts of Alienation and Sedition, 1780-1830 » ; comme pour l’édition antérieure, les communications portaient sur Charles Brockden Brown mais aussi plus généralement sur le monde transatlantique de la fin du xviiie au début du xixe siècle. La perspective « transatlantique » ou « circum-atlantique » permet d’envisager la construction des États-Unis comme le fruit de processus dynamiques entre les Amériques, l’Europe, l’Afrique et les colonies notamment.

2Les sessions ont vu se succéder de nombreux chercheurs américains mais aussi anglais, espagnols et allemands renommés pour leur travail sur Charles Brockden Brown et sur la période 1750-1850. Quelques doctorants américains ont également pu présenter leur recherche en cours. La plupart des participants ont privilégié une lecture historique de leur sujet, en interprétant un événement ponctuel ou une œuvre littéraire fictionnelle ou non fictionnelle au prisme du contexte de l’époque. Dans cette perspective historique, les intervenants ont souvent adopté une approche marxiste, postcoloniale et féministe : de nombreuses communications ont interrogé la perception culturelle et la représentation textuelle des esclaves, des domestiques et des femmes à l’époque. Les trois catégories se sont très fréquemment croisées dans certaines études, notamment dans les figures de domestiques et d’esclaves de sexe féminin. Les notions d’économie et de spéculation, de dette, de débit et de crédit, ou encore d’échange furent récurrentes, à la fois dans les communications et dans les questions et débats ultérieurs.

Session 1 : « Something About This Place » : Weird Geographies. Modérateur : Bryan Waterman (New York University)

3Les intervenants s’intéressent pour la plupart à la perception de l’espace au tournant du xixe siècle. Trois communications portent en particulier sur la littérature et étudient l’espace chez Charles Brockden Brown et Sir Walter Scott. Une quatrième présentation porte davantage sur un mouvement insurrectionnel américain des années 1780.

Elizabeth Hewitt (Ohio State University), « Brown’s Systems of Geography »

4Elizabeth Hewitt s’intéresse à la traduction par Charles Brockden Brown de l’ouvrage de géographie de C.-F. Volney, Tableau du climat et du sol des États-Unis d’Amérique (1803). Elle explique que Brown avait un intérêt très fort pour la géographie de son pays parce qu’elle lui permettait d’esquisser un commentaire politique. Brown s’éloigne parfois du texte de Volney dans le corps de sa traduction ou dans des notes, et ces modifications révèlent comment, à l’inverse de Volney, il a foi en l’existence d’une nation américaine unie malgré la grande diversité géographique de son territoire.

Max White (Northeastern University), « Regulation Then and Now : The Revolutionary Atlantic in 1783 and 2013 »

5Max White étudie en particulier le mouvement insurrectionnel dit des « Régulateurs », qui se déroula en Caroline du Nord dans les années 1760 et 1780 ; il s’intéresse en particulier à un des meneurs du mouvement, Herman Husband. Il interroge le manque de popularité de ce dernier à partir de 1771 et suggère que c’est en partie la conception politique fortement religieuse et millénariste de Herman qui a pu déplaire au plus grand nombre.

Laura Kuske von Wallmenich (Alma College), « The Geography of Desire : Mapping Brown’s Domestic Fiction »

6Laura Kuske von Wallmenich se penche sur les deux derniers romans de Brown que sont Jane Talbot (1801) et Clara Howard (1801), et elle s’interroge en particulier sur leur représentation de l’espace. Dans Jane Talbot, les deux personnages masculins aux mœurs dissolues semblent véritablement repentis après avoir accompli un voyage. Elle montre que le repentir est faux dans les deux cas et qu’il ne s’agit que de respectabilité sociale. Elle ajoute que le happy ending du texte est artificiel, Jane acceptant une vie respectable mais vide de sens et stérile, comme le révèle ses propres répétitions du terme « sand » à la fin de l’ouvrage.

Rachel Trocchio (University of California, Berkeley), « Thin Men : Malthusian Dynamics in the Scottish Atlantic »

7Rachel Trocchio s’intéresse à la fiction de Scott qu’elle situe dans une perspective transatlantique. Après avoir défini le républicanisme comme un système requérant l’abnégation du moi à la communauté, elle note qu’à cette époque en Écosse la théorie de Malthus met en danger cette idée, en invitant chacun à se recentrer sur lui-même pour subsister. Elle montre pourtant que dans Redgauntlet (1824), le personnage de Nanty, contrebandier, fonctionne comme distributeur de commodités et incarne donc une résistance au malthusianisme et la perpétuation d’une forme d’abnégation républicaine.

Session 2 : « (Not) Born This Way » : Self-Making and Social Location. Modérateur : Marc Amfreville (Université Paris IV-Sorbonne)

8Cette session est consacrée aux conditions d’émergence de la subjectivité dans la littérature américaine. Les intervenants montrent qu’à cette période, l’indépendance de l’individu ne se fait pas seulement par le biais de l’ascension sociale, mais aussi à travers l’écriture de sa propre histoire.

Robert Battistini (Centenary College), « Between Classification and Transformation : Revolution and Form in the American Bildungsroman »

9Robert Battistini suggère que le Bildungsroman n’existe pas en tant que genre littéraire distinct en Amérique. Il avance toutefois l’idée que le Bildung a toujours formé une composante fondamentale du roman américain, dès la fin du xviiie siècle. En utilisant les exemples d’Algerine Captive par Royall Tyler (1797), Ormond (1799) et Jane Talbot (1801) par Charles Brockden Brown, il montre que le sujet littéraire du roman américain est caractérisé par le changement, en étant perpétuellement dans une posture d’apprentissage, en particulier de type social.

Edward Cahill (Fordham University), « Ventures and Adventures in the Atlantic World »

10Edward Cahill s’interroge sur la portée de l’autobiographie de Venture Smith, A Narrative of the Life and Adventures of Venture (Londres, 1798). Smith étant habituellement qualifié de « Benjamin Franklin noir », son autobiographie est fréquemment lue comme le pendant noir de celle de Franklin. Edward Cahill réfute cette idée en montrant que Smith se construit comme sujet éthique et économique au fil de sa vie, et par l’écriture ; ses « aventures » (adventures) sont toujours une prise de risque commerciale (venture), et Smith scelle son ascension individuelle et socio-économique par cette autobiographie.

Andrea M. Holliger (University of Kentucky), « Historical Fiction and the Myth of Masculine Servitude »

11Andrea M. Holliger étudie The Pioneers (1823) de James Fenimore Cooper et propose une nouvelle interprétation de la figure de Natty. Contrairement aux critiques insistant sur l’indépendance et la liberté du personnage, elle voit plutôt Natty comme ayant totalement internalisé la soumission à son « maître ». Elle ajoute qu’une fois son maître Major Frederick ‘Fritz’ Hartmann mort, Natty se réalise en aidant autrui, en servant sa communauté, et que, s’il assume un rôle différent dans chaque Leatherstocking Tale, il est toujours en position d’adjuvant. Elle en conclut que, chez Cooper, la vraie valeur d’un individu se mesure à son utilité pour le groupe.

Matthew Pethers (University of Nottingham), « Secret Witnessing : The Uncanny Servant and the Early American Novel »

12Matthew Pethers propose une relecture de Wieland (1798). Au lieu de s’interroger sur Wieland et Clara, il se tourne vers la figure de Judith, la domestique de Clara. Bien qu’habituellement oubliée des critiques, il montre qu’elle est en réalité centrale au roman, non tant par son action que par sa présence. Matthew Pethers avance l’idée que Clara tente toujours de diminuer ou d’effacer sa présence, et il en conclut que ce rejet témoigne d’une peur du serviteur. Il lit Judith, et la figure du domestique, comme le témoin secret qui constitue le fil rouge de l’œuvre, et même comme une incarnation littéraire américaine de l’Unheimlich freudien.

Session 3 : « Don’t Tell Me I’m Less Than My Freedom » : Haiti and the Cultural Politics of Revolution. Modérateur : Duncan Faherty (Queens College CUNY)

13Ces quatre communications portent sur l’émergence de l’impérialisme en Europe, aux États-Unis et dans les colonies caribéennes au début du xixe siècle. Les intervenants étudient en particulier les processus de pensée des Américains vis-à-vis des esclaves américains et de la population noire africaine et caribéenne.

Karen Salt (University of Aberdeen), « Haiti, Racialized Citizenship, and the Seductive Lure of Labouring Bodies in the Age of Revolution »

14Karen Salt s’interroge sur la présence de l’impérialisme dans les Caraïbes au tournant du xixe siècle. Elle précise d’abord qu’à la fin du xviiie siècle, Jefferson notamment était partisan de l’émancipation des esclaves noirs mais à la condition expresse qu’ils soient déportés en Afrique ou dans les Antilles. Dans les années 1820, le président d’Haïti, Jean-Pierre Boyer, proposa d’accueillir ces esclaves et leur offrit liberté et travail. Salt montre toutefois que les esclaves ayant émigré à Haïti à cette époque ont principalement été utilisés comme main-d’œuvre agricole pour cultiver le sol et que ce labeur ne semble pas avoir mené à une quelconque libération ou liberté.

Robert Fanuzzi (St. John’s University), « American Debt, French Capital : St. Domingue and the Politics of Extraction »

15Robert Fanuzzi s’intéresse aux dynamiques culturelles expliquant le rapport des Américains de la fin du xviiie siècle à la population noire. Il montre qu’au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle, l’Amérique et la France entretiennent une relation intellectuelle fondée sur l’échange d’idées. Il présente l’ouvrage du colon créole Moreau de Saint-Méry sur les lois des colonies françaises (Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous le vent, 1784-90) qui justifie l’esclavage par la couleur de peau, et Robert Fanuzzi suggère que ce texte eut une influence fondatrice d’abord en France puis, par effet de capillarité, d’imitation et même de « dette » culturelle entre les deux pays, aux États-Unis.

Tamika Walker (New York University), « Revolutionary Counter-History and Radical Republican Fantasy in Marcus Rainsford’s An Historical Account of the Black Empire of Hayti »

16Tamika Walker étudie l’ouvrage de l’officier britannique Marcus Rainsford, An Historical Account of the Black Empire of Hayti (1805). Elle montre que ce texte fut fondamental et mérite une réévaluation critique car il constitue une contre-histoire de la révolution haïtienne. Rainsford était très préoccupé par la nécessité d’une histoire objective, et il ne lit pas l’insurrection noire comme un acte sauvage et barbare, s’opposant ainsi à ses contemporains, mais voit plutôt dans cette révolte le signe de l’émergence d’une nation, et considère qu’elle représente l’incarnation même du républicanisme.

Elizabeth Maddock Dillon (Northeastern University), « Radical Kinship and the Practice of Atlantic Assemblage »

17Elizabeth Maddock Dillon s’intéresse à la représentation culturelle fantasmatique des Caraïbes au tournant du xixe siècle. Elle montre que les colonies caribéennes sont prises dans une polarité très nette dont elles constituent un pôle, le second étant l’Europe. Ces colonies sont perçues comme un lieu marqué par une sur-sexualisation, sans reproduction ; stériles, elles ne permettent qu’une production commerciale et économique. À l’inverse, la reproduction humaine et sociale est seulement propre à l’Europe. Elle donne l’exemple de Bug-Jargal de Hugo (1818) pour illustrer son argument.

Session 4 : « Tonight Bring All Your Friends » : Inclusion and Exclusion in Imagined Communities. Modératrice : Hilary Emmett (University of East Anglia)

18Les intervenants s’intéressent en particulier aux groupes absents de la littérature américaine à la fin du xviiie siècle, notamment les esclaves, les handicapés ou encore les dissidents. Les communications étudient la façon dont ces groupes, exclus par un discours dominant, élaborent des stratégies pour faire entendre leur voix.

Bridget Bennett (University of Leeds), « Revolutionary Architecture and Picturesque Homes »

19Bridget Bennett s’intéresse à l’architecture dans Wieland, notamment au temple classique et à une petite cabane souvent ignorée des critiques. Elle suggère que la présence simultanée d’un temple très visible et d’une cabane très discrète témoigne d’un non-dit dans l’œuvre comme dans la société de l’époque, qui trouve ici une expression architecturale. Bridget Bennett suggère que cet espace décentré et dissimulé témoignerait de la persistance discrète de l’esclavage dont fut coupable le père de Clara et Theodore par le passé.

Sari Altschuler (University of South Florida), « Ordinary Bodies : Theorizing the (Weird) Absence of Disability in the Early American Novel »

20Sari Altschuler remarque que le handicap n’apparaît dans le roman américain qu’au début du xixe siècle, et elle s’interroge sur l’absence notable de corps handicapés avant cette période. Elle suggère que cette caractéristique tient à la forme même du roman de l’époque, qui se devait d’instruire son public avec des personnages types. Elle avance l’idée que cette forme littéraire admettait la perfectibilité de l’homme, alors que le handicap marque une certaine fixité. À ses yeux, le handicap ne commence à entrer dans la fiction américaine que lorsque celle-ci met en scène un personnage davantage individualisé et ouvert au changement au contact du monde socio-économique.

Stephen Bygrave (University of Southampton), « L’exception anglaise : Barbauld, Priestley, and Brockden Brown »

21Stephen Bygrave s’intéresse en particulier à la figure de Joseph Priestley, théologien et pasteur qui dut émigrer aux États-Unis en 1791. Stephen Bygrave montre que Priestley était un dissident non seulement religieux mais aussi politique, et que les États-Unis représentèrent pour lui une forme d’espoir. Il relie Brown à Priestley en suggérant que le premier tendait également à adopter une vision très critique de l’Angleterre.

Betsy Erkkilä (Northwestern University), « Phillis Wheatley and the Revolutionary Transatlantic »

22Betsy Erkkilä défend la valeur historique et testimoniale de la poésie de Phillis Wheatley. Si Wheatley est étudiée de nos jours, Betsy Erkkilä précise que les textes qui sont enseignés ne sont pas ses poèmes originaux mais des versions plus tardives et biffées ; de plus, le mythe selon lequel elle adorait sa maîtresse est monnaie courante mais faux. Besty Erkkilä invite à une relecture critique de Wheatley : elle montre qu’elle était particulièrement engagée, à la fois en faveur de l’Indépendance américaine et contre l’esclavage en Amérique, et seule l’étude de ses poèmes originaux, publiés dans la presse, permet d’identifier cet engagement.

Session 5 : « Money Honey » : Print Cultures and Revolutionary Economies. Modérateur : Stephen Shapiro (University of Warwick)

23Cette session porte en particulier sur le marché du livre et de l’édition des années 1770 à 1830. Les participants révèlent comment certains individus ou certaines familles mirent en place des tactiques commerciales pour vendre. Les intervenants montrent toutefois que ces tactiques furent éphémères.

Scott Ellis (Southern Connecticut State University), « The Curious New Haven Book Marketplace, 1800-1830 »

24Scott Ellis étudie le marché du livre dans la ville de New Haven, Connecticut, de 1800 à 1830 car il remarque qu’il se distingue fortement de celui d’autres villes. Il montre que la ville vendait alors bien plus de littérature pour enfants, typiquement de « toy books », que de fiction pour adultes. Il explique l’origine de ce curieux quasi-monopole en traçant l’évolution de la famille Babcock : les Babcock se sont graduellement érigés en imprimeurs principaux de la ville au tournant du xixe siècle. Leur importance fut telle qu’ils parvinrent à limiter fortement le développement de la fiction romanesque en incluant une clause proscrivant le roman dans les lois de la ville.

Karen Weyler (University of North Carolina, Greensboro), « American Newspapers, Commercial Life, and Female Editors in the Revolutionary Era »

25Karen Weyler montre que, de 1770 à 1820, une quinzaine de femmes dirigèrent des journaux américains mais leur nombre diminua sur la période jusqu’à disparaître entièrement. Ces femmes héritaient de l’imprimerie de leurs pères, maris ou frères ; elles savaient parfaitement s’en servir, et avaient un contrôle total sur le journal qu’elles publiaient. Après 1820, la mécanisation ainsi que la séparation plus nette entre le foyer et la sphère commerciale tendirent à exclure assez rapidement la femme du monde de la presse.

Session 6 : « Don’t Want No Paper Gangsta » : Authorship, Hybridity, and the C.B. Brown Digital Archive. Modératrice : Janie Hinds (College at Brockport, SUNY)

26Les cinq communications portent sur la construction de l’archive numérique de l’œuvre de Charles Brockden Brown. Elles soulignent à quel point il est difficile d’attribuer les bons textes à l’auteur et de les classifier correctement.

Mark L. Kamrath (University of Central Florida), « The Brown Archive and “respect des fonds” »

27Mark L. Kamrath présente les innovations du site internet de la Charles Brockden Brown Society, qui est en charge de l’aspect numérique des archives browniennes. Il révèle les choix difficiles que les responsables du site doivent faire pour offrir les textes de Brown au plus grand nombre. Il annonce que dans le futur, le site contiendra les œuvres sous format image (jpeg) et sous format texte, avec la possibilité de naviguer facilement dans le contenu.

William Dorner (University of Central Florida), « <CBB> and the Rhetoric of XML »

28William Dorner continue la réflexion de Mark Kamrath et offre une vision plus technique de la construction de cette archive numérique. Il explique comment chaque texte de Brown donne un fichier XML qui peut être modifié à l’infini, permettant ainsi la pérennité des archives numériques. Il ajoute qu’il est de plus en plus aisé d’ajouter des étiquettes thématiques et génériques précises sur les textes, qui permettront aux archivistes de mieux classer les œuvres et aux chercheurs de trouver plus facilement ce qui les intéresse.

Philip Barnard (University of Kansas), « Hybridity, Translation, and Author Function in the Brown Corpus »

29En partant du concept de « fonction-auteur » de Foucault, Philip Barnard trace une carte de l’œuvre brownienne en distinguant huit fonctions-auteur pour Brown : ses manuscrits (lettres, dessins) qui n’étaient pas destinés à la publication ; ses manuscrits destinés à la publication (environ 50) ; un très grand nombre d’œuvres publiées sous anonymat et écrites par Brown (environ 600) ; les articles browniens « hybrides » dont une partie provient d’autres œuvres et magazines ; les textes publiés où Brown prétend être un autre auteur ou éditeur ; les traductions faites par Brown ; les traductions des œuvres de Brown par autrui ; et enfin son travail en tant que rédacteur en chef.

Michael Cody (East Tennessee State University), « Transatlantic Hybridity in the Journalism of Charles Brockden Brown »

30Michael Cody souligne à quel point il est difficile d’attribuer certains textes anonymes à Brown ; il remarque avec ironie qu’il s’est largement trompé ces dernières années. Il suggère que l’émergence récente du concept de « textes hybrides » permet une nouvelle approche vis-à-vis de l’attribution d’une œuvre à un auteur. Il montre que Brown avait l’habitude d’emprunter, voire de voler, des segments à d’autres articles, ce qui semblait alors être une pratique courante. Michael Cody pose alors la question de l’avenir de la critique brownienne face à cette littérature hybride : faut-il ignorer ces textes, ou les incorporer au corpus primaire ?

Jared Gardner (Ohio State University), « Digital Brown : Fears and Fantasies : A Response »

31Jared Gardner souhaite offrir une vision plus pessimiste du futur numérique que celle de M. Kamrath et W. Dorner. Il rappelle que le talon d’Achille de l’ère numérique est son aspect éphémère : une forme courante il y a dix ans de cela est à présent obsolète, voire morte. Il perçoit la temporalité particulière du numérique comme un danger réel qui doit forcer les archivistes de Brown à assurer la préservation et la pérennité des ressources qu’ils sont en train de créer. Il ajoute néanmoins croire que cette perpétuation est possible.

Session 7 : « Bad Romance » : Sex, Sentimentality, and Revolutionary History. Modératrice : Shirley Samuels (Cornell University)

32Les trois intervenants étudient plusieurs œuvres de type sentimental du tournant du xixe siècle. Les deux premières communications insistent sur l’utilisation du sentiment comme commentaire sur le réel, tandis que la troisième offre une analyse thématique de la dépendance féminine dans Ormond (1799) de Brown.

Rick Rodriguez (Baruch College, City University of New York), « Tears and Fears : Making Sense of Haiti in the Age of Emotion »

33Rick Rodriguez s’intéresse aux fictions du début du xixe siècle qui mentionnent la révolution haïtienne. Il s’intéresse moins à la représentation raciale qu’à l’utilisation du sentimentalisme comme locus principal de la violence et de l’excès de ces événements majeurs. Il suggère que dans ces ouvrages, le gothique et le sentimental se mêlent pour donner une véritable épaisseur littéraire à ces événements, sinon perçus par les Américains de l’époque comme une vague de violence « noire », distante et abstraite.

Melissa Pojasek (University of North Carolina), « Charles Brockden Brown’s Epistolary Illusions »

34Melissa Pojasek offre une lecture conjointe des romans épistolaires et de la peinture illusionniste de type trompe-l’œil à la fin du xviiie siècle. Elle s’intéresse ici plus particulièrement à Jane Talbot (1801) et Clara Howard (1801) de Brown, et tente de montrer que le roman épistolaire comme la peinture illusionniste feignent l’authenticité pour mieux surprendre le lecteur, poussant celui-ci à interroger à la fois l’objet qui lui fait face, mais aussi son propre regard.

Carli Leone (Northwestern University), « Inconstant Constantia : Mimicry and the Demise of Ormond’s Independent Woman »

35Carli Leone propose une lecture originale de Ormond (1799) de Charles Brockden Brown : face aux critiques qui perçoivent Constantia comme une figure forte et assurée, elle suggère au contraire que ce personnage tend à devenir de plus en plus dépendant au fil du texte. Carli Leone montre que, face aux exemples féminins de Helena, Martinette et Sophia, Constantia perd graduellement son autonomie, et finit par suivre cette dernière en Europe car elle est devenue entièrement dépendante d’autrui.

Session 8 : « I Never Thought We’d Fall Out of Place » : The Violence of Partisan Loyalties. Modératrice : Patricia Carlton (University of Central Florida)

36Les quatre communications de cette session interrogent les mécanismes par lesquels se créent certains groupes américains dans le but de défendre une posture conservatrice.

Philip Gould (Brown University), « Dislocating the Loyalists »

37Philip Gould note que l’historiographie lit habituellement le discours révolutionnaire américain comme dominant et central, tandis que celui des opposants à l’Indépendance, les Loyalistes, est relégué au second plan. Gould propose une perspective inversée, où la position loyaliste serait perçue comme primaire ; dans cette nouvelle configuration, les Révolutionnaires sont des hors-la-loi et leurs textes sont profondément subversifs et idéologiques. Gould invite donc à relire la littérature fictionnelle et non fictionnelle américaine, aujourd’hui perçue comme canonique, comme le fruit d’une construction culturelle ou du moins d’un regard excentré.

Alexander Moudrov (Queens College, City University of New York), « Extralegal Violence and its Coverage in the Late Eighteenth-Century American Press »

38Alexander Moudrov s’intéresse au changement paradigmatique qui s’est produit dans la conception américaine de la justice. Il montre que, jusqu’à la première moitié du xviiie siècle, le châtiment public induit la sympathie de la foule car chacun lit dans cette violence la punition du péché originel dont tous sont coupables. Il note toutefois que le public se dissocie complètement du coupable au milieu du siècle, et lie ce changement à l’émergence de formes de violence extralégale, incluant la destruction d’effigies ou le supplice du goudron et des plumes. Cette naissance d’une forme de justice populaire ouvre la voie à l’émergence du lynchage au siècle suivant.

Kelvin Black (Hunter College, City University of New York), « Beheading Popular Sovereignty »

39Kelvin Black étudie le rapport des Américains à la notion de changement ; il montre ici qu’à la fin du xviiie siècle, le débat alors généralisé sur la Révolution française révèle une inquiétude américaine quant au changement. Il suggère une tension dialectique entre la continuité et la discontinuité qui serait au cœur même de la pensée américaine à cette période, et par la suite.

Michelle Orihel (Southern Utah University), « “On the Ruins of Palaces and Thrones” : Anti-Monarchism in 1790s America »

40Michelle Orihel s’intéresse ici précisément à la notion de régicide, qu’elle situe dans une perspective historique large. Les Américains lisent le régicide de Louis XVI comme un écho à celui de Charles Ier ; ces régicides semblent se superposer dans la pensée américaine, et renforcent une volonté de fonder une république forte contre la monarchie. Michelle Orihel note toutefois une persistance très surprenante d’un sentiment pro-monarchique à cette époque, et réfute la théorie d’un passage très fluide au républicanisme aux États-Unis.

Session 9 : « Again Again » : Discontinuities and Weird Temporalities. Modérateur : Philip Barnard (University of Kansas)

41Les intervenants s’intéressent à l’émergence d’une temporalité nouvelle et à son expression narrative chez Charles Brockden Brown et Isaac Mitchell.

Duncan Faherty (Queens College, City University of New York), « “Revolution, Molasses, Spirits, and Sugar” : Isaac Mitchell, Narrative Temporality and the Haitian Revolution »

42Duncan Faherty lit le roman The Asylum de Isaac Mitchell (1811) dans une perspective marxiste et postcoloniale. Il part d’une longue note de bas de page qui mentionne la production de sucre d’érable en Amérique durant la Révolution. Il voit dans cette note une rupture de la linéarité du récit, et suggère que cette rupture est révélatrice d’un changement de conception de la temporalité au début du xixe siècle aux États-Unis le temps étant dès lors marqué par l’accumulation. Il explique que la temporalité du roman est non linéaire car elle est hantée par le spectre du passé révolutionnaire anglais et haïtien, et plus particulièrement par le spectre de l’économie passée.

Peter Jaros (Franklin & Marshall College), « Facing History : Charles Brockden Brown, Physiognomics, and Temporality »

43Peter Jaros étudie l’influence de la théorie de la physiognomonie de Lavater en Amérique, en particulier sur les écrits de Charles Brockden Brown. Il développe plusieurs exemples montrant que Brown connaissait cette théorie et qu’il l’a appliquée dans son œuvre, par exemple dans Arthur Mervyn (1799-1800). Il note toutefois que Brown s’est fortement différencié de Lavater par sa conception de l’homme : Brown admet que l’homme est une créature d’hérédité, mais il le voit aussi comme le produit de changements et d’habitudes. Parce que le caractère de l’homme résulte d’une superposition complexe d’influences, il devient difficile d’identifier clairement l’individu par son faciès.

Cindy Weinstein (California Institute of Technology), « Alien Time : Edgar Huntly »

44Cindy Weinstein s’interroge sur la conception du temps, en particulier sur la notion du « maintenant » / « now » dans Edgar Huntly (1799). Elle suggère que cet ouvrage précipite le lecteur dans une série d’événements qu’il ne peut rationaliser. La raison en est que le texte est constitué d’une pléthore d’échos dont l’origine semble impossible à retracer. Elle en conclut que ce roman témoigne de l’opinion assez pessimiste qu’avait Brown quant à l’application pratique de la pensée des Lumières.

Session 10 : « I Want Your Disease » : Revelations and Revolutions in Scientific Thought. Modérateur : Nicholas E. Miller (Washington University in St. Louis)

45Les quatre communications démontrent la centralité du corps dans la littérature américaine à la fin du xviiie siècle, en particulier chez Charles Brockden Brown. Les intervenants étudient notamment la faiblesse du corps humain, la qualité sonore des romans de Brown, et enfin l’influence de la maladie sur les relations sociales et la construction de l’individu.

Elizabeth Kelly (University of Miami), « Foreign Influence, Science and Mind Control : Magnetic Somnambulism in Edgar Huntly »

46Elizabeth Kelly propose une lecture nouvelle de Edgar Huntly. Elle remarque le lien fort entre Edgar et Clithero, le premier semblant s’imprégner graduellement des traits caractéristiques du second, en particulier de son somnambulisme. Elle lit ici cette tendance mimétique au prisme d’une théorie française de l’époque expliquant que le somnambulisme peut être induit de façon mécanique, voire magnétique. En suggérant qu’Edgar subit complètement son somnambulisme, Elizabeth Kelly implique que le personnage n’a pas la moindre volonté et qu’aux yeux de Brown, l’homme est donc complètement manipulable.

Janie Hinds (The College at Brockport, SUNY), « Intestinal Worms and the Natural Philosopher : Elizabeth Drinker »

47Janie Hinds s’intéresse au journal d’Elizabeth Drinker à la fin du xviiie siècle. Ce texte lui permet de voir comment Drinker, mère de famille dépourvue de connaissances médicales, a progressivement acquis un savoir impressionnant pour une femme à l’époque. Elizabeth Drinker notait l’état de santé de ses enfants, notamment l’apparition de vers intestinaux, puis les remèdes qu’elle leur appliquait elle-même. Le journal révèle qu’elle prit de plus en plus confiance en ses propres intuitions médicales, allant parfois à l’encontre d’avis professionnels comme celui du Dr. Benjamin Rush. Elle s’éleva seule jusqu’au niveau de savoir médical alors propre aux hommes.

Jonathan Elmer (Indiana University), « Space, Sound, and Genre »

48Jonathan Elmer suggère que l’œuvre de Brown est marquée moins par la vision que par l’ouïe. Il avance l’idée que cette remise en perspective des sens chez Brown induit nécessairement une réflexion nouvelle sur l’appartenance générique de ses textes. Il propose de s’éloigner de l’habituelle analyse des romans de Brown comme gothiques pour les lire en lien avec le « haut romantisme » anglais, typiquement avec la poésie de Wordsworth, mais aussi avec Comus de Milton.

Sarah Schuetze (University of Kentucky), « Carrying Home the Enemy : Smallpox and Domestic Revolution »

49Sarah Schuetze étudie les conséquences sociales de la variole dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Elle montre que si l’armée américaine était terrifiée par la possible expansion de la maladie, l’inoculation ne fut pas généralisée parmi les soldats. Schuetze montre comment cette maladie a pénétré les foyers américains et a modifié les relations entre hommes et femmes. Elle note que certains hommes inoculés, sachant qu’ils véhiculaient la maladie, tentaient de contaminer et tuer leurs épouses ; Sarah Schuetze remarque que la décision de plusieurs femmes de se faire inoculer discrètement pour se protéger des hommes marque un pas vers une forme d’indépendance et de prise de pouvoir féminines.

Session 11 : « Edge of Glory » : Revolutionary Afterlives. Modérateur : Fritz Fleischmann (Babson College)

50Dans cette session, les participants invitent à relire la littérature américaine du tournant du xixe siècle dans un cadre culturel plus large. Trois communications situent l’œuvre de Brown dans l’histoire des idées et de la littérature mondiale, tandis qu’une quatrième s’intéresse à la construction linguistique du complot.

Uli Mohr (Technische Universität Dresden), « C.B. Brown : Coming to Terms with the Enlightenment, Two Revolutions and a Gothic Aftermath »

51Uli Mohr resitue Ormond dans l’histoire de la pensée du xviiie siècle : il avance l’idée que Brown s’inscrit dans le mouvement de transformation de la pensée à cette époque, et que l’intrigue d’Ormond révèle ce changement. Il suggère que Brown percevait l’histoire et le monde comme essentiellement organiques, changeants, et trop larges et complexes pour être appréhendés par l’homme. Selon Uli Mohr, Brown rejette l’idée d’une rationalité objective de l’homme, qui serait ici incarnée par Ormond et Constantia, pour suggérer que seule l’expérience esthétique est source de savoir.

Carrie Hyde (University of California, Los Angeles), « Linguistic Revolutions : Denmark Vesey and the Hermeneutics of Conspiracy »

52Carrie Hyde étudie le complot qui a agité Charleston en Caroline du Sud en 1822. Denmark Vesey avait acheté sa liberté et comptait s’enfuir à Haïti avec des esclaves noirs, or le projet fut découvert et Vesey et d’autres furent pendus. Carrie Hyde suggère que le complot, en règle générale et dans ce cas précis, est avant tout un fait linguistique puisqu’il dépend moins d’une réalité concrète que d’une construction verbale, autant chez les conspirateurs eux-mêmes que chez les témoins et les autorités juridiques. Elle invite à étudier les documents autour des complots, car si aucun événement ne les a sanctionnés, ils représentent bien une réalité virtuelle.

Pere Gifra-Adroher (Universitat Pompeu Fabra), « The Reception of Charles Brockden Brown in Early Nineteenth-Century Spain »

53Pere Gifra-Adroher s’intéresse aux traductions de Wieland (1798) et de Memoirs of Carwin (1803-1804) en Espagne au xixe siècle. Il montre que, malgré une importante variation dans l’intrigue à la fin de l’œuvre espagnole, la traduction est généralement correcte. La parution de ces textes dans un contexte politique perturbé peut révéler un intérêt pour la désintégration de la famille, dans le foyer comme dans son acception plus socio-politique comme groupe national.

Shirley Samuels (Cornell University), « Sentiment and Sensation in Brown’s Afterlife »

54Shirley Samuels s’intéresse à la fusion du sentimental et de la littérature sensationnaliste dans Ormond (1799). Elle retrace les racines du roman policier jusqu’à cet ouvrage, en suggérant que l’utilisation de fausses lettres, le meurtre longtemps inexpliqué du père de Constantia, et l’identité des personnages, constituent autant de mystères que les personnages tentent d’éclaircir. Elle défend toutefois l’idée selon laquelle, contrairement à Murders in the Rue Morgue, la femme n’est ici pas réduite à l’objet d’observation du détective : elle est aussi, simultanément, observatrice et détective.

Haut de page

Annexe

Lien vers le programme du colloque : http://www.brockdenbrownsociety.ucf.edu/​news/​upload/​CBBSParisProgram.pdf

Site de The Charles Brockden Brown Society : http://www.brockdenbrownsociety.ucf.edu/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dorotte, « Colloque « The Revolutionary Atlantic : Acts of Alienation and Sedition, 1780-1830 » », Transatlantica [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 29 octobre 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/6311

Haut de page

Auteur

Juliette Dorotte

Université Paris IV-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org