Navigation – Plan du site
Travaux en cours

La Fondation nationale cubano‑américaine.

Influence sur le gouvernement américain et manipulation de l’opinion publique
Émilie Descout

Résumé

Après avoir écrit un mémoire de maîtrise sur la Fondation Nationale Cubano-Américaine et un mémoire de DEA sur les relations entre le gouvernement américain, l’exil cubain et la dissidence interne cubaine, Émilie Descout prépare actuellement, sous la direction de Mme Divina Frau-Meigs, une thèse sur les groupes de l’exil cubain à Miami. En 2002-2003, elle a été lauréate d’une bourse Fulbright qui lui a permis de conduire des recherches au Centre d’Etudes latino-américaines de l’Université de Miami. Ce texte est un extrait remanié de son mémoire de DEA.

Haut de page

Texte intégral

1Considérés, dans un premier temps, comme une terre d’asile « temporaire »1, les États‑Unis sont devenus, au fil du temps, une seconde patrie pour de nombreux exilés cubains. Depuis la prise de pouvoir de Fidel Castro le 1er janvier 1959, nombre de Cubains ont fui Cuba, son régime totalitaire et socialiste et son président‑dictateur, Fidel Castro, pour se réfugier dans le plus proche et le plus anticommuniste des pays dans le monde, les États‑Unis. L’anticommunisme et l’anti‑castrisme étant des principes fortement ancrés en chacun des exilés cubains, le gouvernement américain accorda, par conséquent, dès les années 1960, un statut bien plus privilégié aux Cubains si on le compare à celui dont bénéficiaient les autres nationalités d’immigrants aux États‑Unis. Dans les années 1970 et 1980, après un exil « temporaire » qui durait déjà depuis plus de deux décennies pour les premières « vagues » d’exilés cubains arrivés aux États‑Unis, la communauté exilée cubaine décida de s’impliquer dans la vie politique américaine. En 1980, de nombreux Cubains demandèrent la citoyenneté américaine. Par la suite, ils s’inscrivirent sur les listes électorales afin d’élire Ronald Reagan, le candidat républicain à la présidence connu pour sa position anticommuniste2.

2Le rôle de la communauté exilée cubaine dans la vie politique américaine prit une plus grande ampleur encore avec la création, en 1981, d’un lobby cubano‑américain anti‑castriste, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine3. Trois cubano‑américains furent à l’origine de la création de ce premier lobby cubano‑américain aux États‑Unis. Le principal instigateur de ce projet fut Jorge Mas Canosa, un riche homme d’affaires connu pour sa participation dans l’Invasion de la Baie des Cochons et pour son action, dans les années 1970, dans le groupe d’exilés « violent », la RECE (Representacion Cubana en el Exilio ; Représentation Cubaine en Exil). Jorge Mas Canosa fut secondé dans ce projet par un riche banquier à Miami, Raul Masvidal, lui aussi vétéran de la « Brigade 2506 » qui avait pris part à l’Invasion de la Baie des Cochons. Le dernier homme à prendre part à la création de la Fondation fut Carlos Salman, un important agent immobilier4. Il semblerait également qu’un autre homme resté dans l’ombre ait été aussi à l’origine de la fondation de ce premier lobby cubano‑américain anti‑castriste. Par le biais de ce groupe d’exilés cubains, le président américain, Ronald Reagan, aurait, en fait, essayé d’obtenir un soutien de la communauté exilée cubaine à sa politique controversée au Nicaragua5. Ce qui fit de la Fondation une organisation de l’exil atypique et, l’on peut même dire, exceptionnelle fut le fait qu’elle adopta une stratégie qui était nouvelle dans le milieu de l’exil cubain. En effet, les membres‑fondateurs de la Fondation décidèrent de faire de leur organisation un puissant lobby anti‑castriste au sein même du Congrès américain. Ces cubano‑américains ambitieux comptaient se servir du pouvoir économique de la communauté exilée cubaine afin de financer les campagnes électorales de candidats favorables à la « cause cubaine ». A cette dimension économique, devait s’allier le poids politique et électoral incontestable de la communauté cubaine des États‑Unis6. Pour obtenir le soutien financier et politique de la Fondation, il suffisait aux hommes politiques de soutenir les principes majeurs qu’elle défendait. Il fallait, donc, soutenir la politique de l’embargo américain contre Cuba et également favoriser l’immigration des Cubains aux États‑Unis. Enfin, l’homme politique désireux de s’attirer les bonnes grâces de la Fondation devait s’engager à dénoncer les violations des droits de l’homme commises par le régime castriste et à soutenir la dissidence cubaine.

3En ce qui concerne l’un des principaux chevaux de bataille de la Fondation, en l’occurrence l’embargo américain contre Cuba, les États‑Unis décidèrent, en fait, dès 1960, d’imposer les premières sanctions économiques. Au même moment, Cuba nationalisa les entreprises américaines situées sur le territoire cubain après que ces dernières refusèrent de raffiner le pétrole en provenance de l’URSS, le nouveau partenaire commercial de Cuba7. Depuis 1960, les États‑Unis n’ont cessé de promulguer d’autres lois visant à renforcer l’embargo contre Cuba — la présidence de Jimmy Carter fera exception puisque le président essaiera de normaliser les relations entre les deux pays. Depuis 1981, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine a été, sans nul doute, pour beaucoup, dans cette politique de renforcement de l’embargo puisqu’elle a toujours affirmé qu’empêcher Cuba de commercer avec les États‑Unis et inversement constituait la « meilleure pression sur le régime de Castro jusqu'à son retrait inconditionnel du pouvoir »8.

4De 1981 à 1992, les présidents républicains, Ronald Reagan et George Bush, imposèrent de nouvelle sanctions économiques à l’encontre de Cuba et ce, bien entendu, à la grande satisfaction de la Fondation si ce n’est sur son initiative9. Ronald Reagan appliqua cette politique de renforcement de l’embargo américain parce qu’elle était en adéquation avec sa position anticommuniste et anti‑castriste. Cuba était considérée comme une double menace pour les États‑Unis : elle était l’alliée de l’URSS et elle mettait en péril l’influence des États‑Unis en Amérique Latine10. De plus, par son soutien à l’embargo américain contre Cuba, le président Ronald Reagan s’assurait le soutien de la Fondation et de la communauté exilée anti‑castriste dans son engagement controversée dans le conflit au Nicaragua. En ce qui concerne son successeur, George Bush, sa politique à l’encontre de Cuba aurait pu être tout autre étant donné les changements intervenus dans les pays de l’Est et en URSS. Les circonstances étaient, en effet, bien différentes et auraient pu amener George Bush à engager un processus de normalisation des relations entre les États‑Unis et Cuba. D’une part, les relations entre l’ancienne URSS et les États‑Unis étaient bien meilleures. D’autre part, Fidel Castro était certainement prêt à engager des discussions avec le gouvernement américain à un moment où l’île était entrée dans une crise économique sans précédent, occasionnée par la diminution de l’aide économique que lui accordait l’URSS. Malgré cette nouvelle conjoncture internationale, George Bush mena la même politique que Ronald Reagan dans le domaine de l’embargo. Les généreuses contributions financières de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine pour sa campagne présidentielle et les 85% du vote cubano‑américain en Floride du Sud furent, à n’en pas douter, pour beaucoup dans sa décision de perpétuer la politique économique reaganienne à l’encontre de Cuba11. Cependant, afin de protéger les intérêts économiques des corporations américaines, les deux présidents républicains furent, tout de même, contraints de faire des exceptions dans cette politique de renforcement de l’embargo. Ils accordèrent, notamment, des licences commerciales à certains produits vendus à Cuba12.

5A l’approche de l’élection présidentielle de 1992, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine qui voyait se profiler l’espoir d’une chute prochaine du régime castriste décida de s’engager dans la mise au point d’une nouvelle stratégie politique. Les mesures drastiques imposées par le gouvernement castriste, dès 1991, au peuple cubain devaient inévitablement amener à l’effondrement du régime castriste et la Fondation pensa accélérer ce processus tant souhaité en renforçant, une fois de plus, l’embargo contre Cuba. Elle mit au point une règle du jeu on ne peut plus simple pour les deux candidats principaux à la présidence, en l’occurrence George Bush et Bill Clinton. Le candidat devait s’engager à soutenir un projet de loi proposé, quelques mois auparavant, par le député démocrate, Robert Torricelli, s’il voulait recueillir une majorité des votes cubano‑américains et s’il voulait bénéficier des généreuses donations de la Fondation13. Ce projet de loi connu sous le nom de « Loi sur la Démocratie Cubaine » (Cuban Democracy Act) s’articulait en quatre points. Il interdisait aux filiales des entreprises américaines situées à l’étranger de commercer avec Cuba. Il encourageait vivement la communauté internationale à se joindre aux États‑Unis dans leur « soutien au peuple cubain ». Le projet de loi prévoyait aussi de développer les moyens de communication entre les deux pays. Enfin, cette mesure devait, selon les propres mots de la Fondation, assurer que « une fois que Castro ne serait plus au pouvoir, un nouveau gouvernement provisoire recevrait de la nourriture, des médicaments et d’autres formes d’assistance économique dont le peuple cubain aurait besoin »14. Ce projet de loi qui présentait des ressemblances troublantes avec un document publié par la Fondation en 1992 sous le titre de « Programme de Transition »15 reçut le soutien de plusieurs sénateurs et députés considérés comme étant les « pit bulls loyaux » de la Fondation16. La Fondation devait, en grande partie, le soutien de ces individus aux donations qu’elle leur versait lors des campagnes électorales. Les deux candidats à la présidence qui avaient affirmé leur opposition au passage de la « Loi sur la Démocratie Cubaine » se décidèrent, sous les « pressions électorales et financières » de la Fondation, à soutenir le projet de loi.

6L’élection présidentielle de 1996 fut aussi le théâtre de nouvelles tractations entre les candidats à la présidence et la Fondation Nationale Cubano‑Américaine. En 1995, le sénateur Jesse Helms et plusieurs autres députés et sénateurs faisant partie du cercle des « pit bulls loyaux » de la Fondation proposèrent au Congrès un nouveau projet de loi visant à renforcer l’embargo contre Cuba. Cette « Loi sur la Liberté Cubaine et la Solidarité Démocratique » (Cuban Liberty and Democratic Solidarity Act) qui présentait, une fois de plus, des points communs avec le « Programme de Transition » de la Fondation avait deux objectifs. Elle devait « renforcer les sanctions internationales contre le gouvernement castriste à Cuba [et] développer un plan de soutien à un gouvernement de transition qui devait précéder un gouvernement démocratiquement élu à Cuba »17. Les pressions exercées par la Fondation sur les candidats à la présidence contribuèrent, sans nul doute, à la décision de Bill Clinton de soutenir ce nouveau projet de loi. Toutefois, ils est indéniable que ce fut l’incident en février 1996 au cours duquel l’armée cubaine abattit deux avions appartenant à « Frères à la Rescousse », un groupe d’exilés cubains, qui décida le président à signer la loi sur l’embargo.

7La Fondation Nationale Cubano‑Américaine ne tarda pas, en effet, à se rendre compte du rôle décisif qu’avait joué l’incident de février 1996 dans la décision de Bill Clinton de ratifier la loi. Loin de confirmer son rôle d’allié auprès de la Fondation, Bill Clinton mit en place, dès 1996, une nouvelle politique économique vis‑à‑vis de Cuba. Il ne prit aucune sanction contre les pays étrangers commerçant avec Cuba18. De 1996 à 2001, il suspendit, à plusieurs reprises, l’une des clauses de la « Loi sur la Liberté Cubaine et la Solidarité Démocratique ». Cette clause autorisait les citoyens américains à engager des poursuites contre les nouveaux propriétaires des biens qui leur avaient été confisqués par le gouvernement castriste19. Enfin, en 1999, Bill Clinton présenta un « plan pour assister les Cubains ». Le plan prévoyait de mettre en application trois mesures auxquelles la Fondation était opposée. Les citoyens américains devaient être autorisés à envoyer jusqu'à 1 200 dollars par trimestre à leurs parents à Cuba. Dans le cadre du plan, les entreprises américaines pouvaient vendre certains produits alimentaires et agricoles à des organisations non‑gouvernementales, des exploitations agricoles et des restaurants privés cubains. Il était également prévu qu’il y aurait un accroissement du nombre de vols entre les États‑Unis et Cuba20.

8En plus de ces mesures visant à promouvoir de meilleures relations économiques entre Cuba et les États‑Unis, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine vit encore plus en Bill Clinton un « adversaire » lorsque celui‑ci encouragea, en avril 1997, la formation de USA*Engage, un lobby commercial21. Cette « coalition de 670 petites et grandes entreprises, corporations agricoles et commerciales » dont faisaient partie Unocal, Texaco et Boeing affirma que son objectif premier était de « chercher des alternatives à la prolifération de sanctions unilatérales dans la politique étrangère américaine »22. Selon USA*Engage, l’imposition de sanctions unilatérales comme le préconisait la Fondation et le manque d’échanges commerciaux entre Cuba et les États‑Unis étaient pour beaucoup dans le manque d’amélioration des droits de l’homme à Cuba. Quant à la Fondation Nationale Cubano‑Américaine, elle affirma haut et fort que Bill Clinton et son « allié », USA*Engage, ne se préoccupaient, en aucun cas, des droits de l’homme à Cuba mais des « intérêts corporatistes américains »23. Il est sûr que, dès sa création en 1997, la coalition d’entreprises américaines joua un rôle décisif dans la non‑adoption de plusieurs lois visant à renforcer l’embargo contre Cuba.

9La question de l’immigration cubaine aux États‑Unis a été aussi une des principales préoccupations de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine et ce, non sans raison. En effet, la création de la Fondation fut précédée, en 1980, par un incident migratoire sans précédent entre Cuba et les États‑Unis. Durant cet événement plus connu sous le nom d’ « exode de Mariel », 125 000 Cubains parmi les quels se trouvaient des criminels furent autorisés par le gouvernement castriste à quitter Cuba. L’image de la communauté exilée cubaine des États‑Unis se retrouva entachée par cet incident24. Dans ce contexte, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine se présenta, en 1981, comme une organisation qui avait pour but de « modifier l’image de la communauté exilée cubaine au niveau de l’opinion publique nord‑américaine »25.

10La Fondation s’évertua, dès sa création, à faciliter l’immigration cubaine aux États‑Unis et, ainsi, à perpétuer au maintien de ce qui était « un droit naturel » dans l’esprit des Cubains et des cubano‑américains. Le président Ronald Reagan, en réponse aux attentes de la Fondation, signa un accord migratoire avec Cuba en 1984. Cet accord qui prévoyait l’octroi de 20 000 visas par an par les États‑Unis fut suspendu en mai 1985 par Cuba suite à la création par le gouvernement américain — et, en arrière‑plan, par la Fondation — de Radio Marti, une station de radio émettant vers Cuba26. En 1986, le gouvernement américain se décida, enfin, à négocier avec Cuba pour réactiver l’accord migratoire de 1984. Ronald Reagan ne pouvait faire autrement car il était l’objet de virulentes critiques de la part de l’opinion publique américaine qui désirait le retour à Cuba des quelques 2 700 « Marielitos » emprisonnés aux États‑Unis pour des affaires criminelles. Par conséquent, un nouvel accord fut conclu entre les États‑Unis et Cuba. Cuba s’engageait à rapatrier les criminels cubains emprisonnés aux États‑Unis27. Cependant, les Cubains emprisonnés aux États‑Unis se révoltèrent, exprimant, ainsi, leur désir de ne pas rentrer à Cuba. La Fondation voyant dans cette affaire probablement un moyen de jeter le discrédit sur le régime castriste rentra, alors, en scène. Par l’intermédiaire du Révérend Agustin Roman, elle réussit à devenir le porte‑parole des « Marielitos » et, ainsi, à régler ce différend28.

11Durant la présidence de Ronald Reagan, elle mit au point un projet facilitant l’immigration des Cubains aux États‑Unis. Le projet intitulé « Fond d’Aide à l’Exode Cubain » (Cuban Exodus Relief Fund) avait pour objectif de « procurer de l’aide humanitaire sus forme de nourriture, de logement, d’éducation et d’assistance médicale à des réfugiés cubains séjournant dans des pays tiers sans statut légal et dans l’attente d’une autorisation d’entrée aux États‑Unis »29. Au cours des années 1980, nombre de Cubains désirant immigrer aux États‑Unis se retrouvèrent, en effet, contraints d’immigrer, dans un premier temps, dans des pays comme le Venezuela ou l’Espagne avant d’obtenir un visa pour les États‑Unis. Dès 1984, grâce à l’organisation de collectes de fonds, la Fondation commença à rassembler l’argent nécessaire au financement de son projet30. Le président, Ronald Reagan, contribua à faire de ce projet un réel succès lorsqu’il décida de mettre en application, en 1986, un nouveau programme intitulé « Initiative du Secteur Privé ». Ce programme prévoyait l’accueil par les États‑Unis de 4 000 réfugiés étrangers à la condition que cela n’engendrât aucun coût financier au gouvernement fédéral31. Ce geste de Ronald Reagan vers les minorités ethniques ne fut certainement pas sans lien avec le fait qu’en 1986, la stabilité de la présidence de Ronald Reagan fut gravement mise en péril suite aux révélations concernant le lien entre les ventes secrètes d’armes à l’Iran et l’aide secrète accordée par Ronald Reagan aux « contras » nicaraguayens. Cependant, sous la pression, à n’en pas douter, de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine, Ronald Reagan changea les clauses du programme « Initiative du Secteur Privé » : sur les 4 000 réfugiés accueillis par an, 1 500 devaient être des Cubains attendant une autorisation d’entrée aux États‑Unis dans des pays tiers32. Ce « Fond d’Aide à l’Exode Cubain » autour duquel la Fondation ne manqua pas de monter une véritable campagne de propagande remporta, bien évidemment, un grand succès auprès de la communauté exilée cubaine et contribua, sans nul doute, à faire de la Fondation l’organisation politique la plus influente au sein de l’exil cubain aux États‑Unis. Cependant, il semblerait que, bien que le programme « Initiative du Secteur Privé » n’eût dû engendrer aucune dépense pour le gouvernement américain, le « Fond d’Aide à l’Exode Cubain » aurait reçu 2 millions de dollars du gouvernement fédéral de 1988 à 199333.

12Il n’est pas à douter que George Bush essaya de contribuer au succès du projet de la Fondation puisque, tout comme Ronald Reagan, il décida de faciliter l’immigration cubaine aux États‑Unis. Par le biais de cette politique, il voulut, comme l’avait fait son prédécesseur, discréditer le gouvernement castriste en montrant que les États‑Unis accueillaient sur leur territoire un grand nombre de Cubains n’approuvant pas la politique castriste. Toutefois, le déclenchement, dès 1990, d’une nouvelle crise migratoire entre les États‑Unis et Cuba ne permit pas à George Bush de mener à bien cette politique de l’immigration. Confronté à une crise économique sans précédent à Cuba, Fidel Castro décida de « réduire le nombre de bras inutiles et de bouches à nourrir » et, pour ce faire, il encouragea les Cubains à quitter Cuba34. De son côté, le président Bush, sous la pression certainement de la Fondation, décida d’accorder un certificat de résidence aux Cubains résidant depuis plus de six mois aux États‑Unis. Cette décision ne contribua, bien sûr, qu’à accroître le nombre de Cubains arrivant aux États‑Unis jusqu'à un tel point que le gouvernement américain dut se résoudre, en juillet 1991, à suspendre l’octroi de visas touristiques aux Cubains35. Enfin, étant donné que les États‑Unis ne délivraient pas les 20 000 visas prévus dans l’accord migratoire de 1987 et qu’ils tentaient de réduire le nombre de visas touristiques, un autre phénomène apparut en 1990 : l’arrivée de « balseros » sur les côtes américaines36.

13Loin de décroître, le nombre de « balseros », c’est‑à‑dire de Cubains quittant illégalement Cuba sur des embarcations de fortune, s’accrut. En 1993, les garde‑côtes américains recueillirent 3 656 « balseros »37. Ne pouvant faire face à cet afflux massif de Cubains sur le territoire américain, le nouveau gouvernement de Bill Clinton dut se résoudre à prendre de nouvelles mesures vis‑à‑vis de l’immigration cubaine. En 1994, Bill Clinton décida de détenir, sur la base navale de Guantanamo, les « balseros » cubains recueillis par les garde‑côtes américains. Cette mesure reçut, non sans surprise, l’approbation de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine qui, en échange de cette concession, avait obtenu du président qu’il suspendît les vols entre Cuba et les États‑Unis et qu’il interdît les envois d’argent à Cuba. Bill Clinton décida aussi d’accorder un financement plus important à Radio et TV Marti, les médias du gouvernement américain émettant vers Cuba38. Cependant, le nombre de « balseros » ne diminua pas pour autant. De plus, l’émergence de lobbies américains anti‑immigrants décida, finalement, le gouvernement américain à aller contre les attentes de la Fondation et à mettre fin à sa politique migratoire « habituelle » envers les Cubains39. En septembre 1994, Bill Clinton signa un accord migratoire avec Cuba dans lequel il s’engageait à délivrer 20 000 visas par an à des Cubains. De son côté, le gouvernement cubain acceptait de limiter l’immigration illégale cubaine vers les États‑Unis en usant de moyens pacifiques. Il s’engageait aussi à accueillir à Cuba les « balseros » désireux de rentrer dans leur pays après leur détention à Guantanamo40. Malgré les pressions exercées par la Fondation Nationale Cubano‑Américaine et par la communauté exilée anti‑castriste suite à la signature de l’accord migratoire de 1994, le gouvernement de Bill Clinton se vit contraint de signer un nouvel accord avec Cuba en mai 1995. La situation était, en effet, devenu ingérable pour les États‑Unis : en 1995, il restait encore 21 000 « balseros » sur la base navale de Guantanamo. La base navale devenait, de plus en plus souvent, le théâtre de manifestations de violence de la part de « balseros » désespérés. Cette situation engendrait un énorme coût financier pour le gouvernement fédéral. Enfin, la politique du gouvernement américain à l’encontre des « balseros » était l’objet de critiques de la part d’organisations des droits de l’homme, de gouvernements latino‑américains et de groupes d’exilés cubains comme la Fondation Nationale Cubano‑Américaine41. Dans un premier temps, l’accord migratoire conclu avec Cuba fut accueilli favorablement par la Fondation Nationale Cubano‑Américaine puisqu’il prévoyait d’autoriser les « balseros » détenus à Guantanamo à entrer sur le territoire américain. Cependant, ce bon accueil fit, rapidement, place à de la colère car l’accord migratoire de 1995 marquait aussi l’arrêt définitif de ce qui était un « droit naturel » pour les Cubains, c’est‑à‑dire l’entrée sur le territoire américain42.

14En 1996, la Fondation espéra que l’incident au cours duquel l’armée cubaine abattit deux avions de « Frères à la Rescousse », un groupe d’exilés cubains aux États‑Unis, mettrait fin à la coopération entre les États‑Unis et Cuba dans le domaine de l’immigration. Il n’en fut rien43. Durant l’année 2000, La Fondation Nationale Cubano‑Américaine tenta, une fois de plus, de contraindre le gouvernement américain à mettre un arrêt définitif à sa coopération avec le gouvernement cubain. Pour parvenir à ses fins, elle orchestra une campagne de propagande autour du petit Elian Gonzalez, un petit Cubain recueilli par les garde‑côtes américains suite au naufrage du bateau sur lequel il se trouvait avec sa mère. Cependant, sa campagne de propagande qui visait aussi à regagner de l’influence sur la scène politique américaine — la mort de Jorge Mas Canosa, le président de la Fondation, en 1997 fut un coup dur pour la Fondation — se solda par un échec. En effet, le petit Elian repartit à Cuba vivre avec son père et le gouvernement américain continua à coopérer avec le gouvernement castriste dans le domaine migratoire44.

15Toutefois, malgré la détermination de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine à promouvoir un renforcement de l’embargo américain contre Cuba et aussi à faciliter l’immigration cubaine sur le territoire américain, il n’en reste pas moins que le principal cheval de bataille de la Fondation fut, avant tout, la défense des droits de l’homme. Il s’avère que, durant les années 1960 et 1970, la multiplication du nombre de sanctions économiques à l’encontre de Cuba fut considérée par le gouvernement américain comme le meilleur moyen pour déstabiliser un gouvernement castriste dont l’alliance avec l’URSS était perçue comme un réel danger pour la sécurité des États‑Unis. Toutefois, dès l’année 1981 qui marqua l’accession au pouvoir de Ronald Reagan et la création de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine, le nouveau gouvernement républicain essaya de précipiter la chute du régime castriste en utilisant, en plus de l’embargo, la question des droits de l’homme à Cuba. Bien évidemment, le gouvernement américain et la Fondation affirmèrent haut et fort que le combat des États‑Unis contre les violations des droits de l’homme commises par le gouvernement castriste était mené au seul bénéfice de la population cubaine.

16Tout tend à prouver que, durant les présidences de Ronald Reagan et de George Bush, la question des droits de l’homme a bien été utilisée par la Fondation et par les deux présidents républicains pour promouvoir leurs intérêts respectifs et jeter le discrédit sur le régime castriste. En 1983, Ronald Reagan fut, notamment, à l’origine de la création de la « Fondation Nationale Pour la Démocratie » (National Endowment for Democracy, NED), une organisation promouvant des groupes démocratiques présents dans des pays gouvernés par des régimes totalitaires. Loin d’être créé en tant qu’organisme du gouvernement fédéral américain, le NED reçut un statut d’organisation non‑gouvernementale même si, dès sa création, le gouvernement américain finança largement ses activités. Les groupes dissidents cubains et, surtout, cubano‑américains, firent partie, dès 1983, des bénéficiaires de l’aide financière et matérielle accordée par le NED. Grâce, probablement, aux liens étroits qui unissaient le président Reagan et la Fondation Nationale Cubano‑Américaine, cette dernière fut le premier bénéficiaire des fonds du NED destinés à Cuba45. La Fondation en profita, alors, pour financer une organisation des droits de l’homme située en Espagne et dirigée par Armando Valladares, un ancien prisonnier politique cubain à la réputation très controversée46. Ayant affirmé qu’il était paralysé et qu’il ne bénéficiait d’aucun soin dans la prison cubaine dans laquelle il était emprisonné, il avait obtenu le soutien de nombreuses personnalités et, notamment, de François Mitterrand. En 1982, il fut libéré par le gouvernement castriste suite à la demande de François Mitterrand mais quelle ne fut pas la surprise des gens quand il descendit en marchant de l’avion qui l’avait amené à Madrid47 ! Bien que la Fondation prétendît le contraire, tout tend à prouver qu’elle fut même la fondatrice de cette « Coalition Européenne pour les Droits de l’Homme à Cuba » et que ce fut elle qui choisit de placer à sa tête le personnage controversé qu’était Armando Valladares. Nombreux furent ceux qui soulignèrent le fait que la Fondation octroyait illégalement des fonds du NED à la « Coalition Européenne ». En effet, Armando Valladares, bien qu’il n’eût pas le droit d’intervenir publiquement aux États‑Unis, témoigna devant le Congrès américain et parla devant les étudiants d’un campus américain48. La Fondation utilisa aussi les fonds du NED pour financer ASOPAZCO (Asociacion por la Paz Continental, Association pour la Paix Continentale), une autre organisation des droits de l’homme située, quant à elle, en Amérique Latine et dirigée par Luis Zuñiga, un des directeurs de la Fondation. Enfin, grâce aux fonds du NED, la Fondation aida aussi matériellement et financièrement des groupes dissidents cubains dont le Comité Cubain pour les Droits de l’Homme à Cuba, le premier groupe dissident des droits de l’homme créé à Cuba49.

17L’année 1987 fut un moment important dans le processus de dénonciation par le gouvernement américain et la Fondation Nationale Cubano‑Américaine des violations des droits de l’homme commises à Cuba. En effet, ce fut la première fois que le gouvernement américain — et, en arrière‑plan, la Fondation — chercha à obtenir une condamnation de Cuba pour non‑respect des droits de l’homme au niveau de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU. Pour parvenir à leurs fins, les États‑Unis et la Fondation financèrent les voyages à Genève d’anciens prisonniers politiques cubains et de dissidents exilés aux États‑Unis. Ces derniers témoignèrent des abus dont ils avaient été victimes ou dont ils avaient été témoins à Cuba. La Fondation réussit également à faire nommer, au sein de la délégation américaine, Armando Valladares « ambassadeur spécial à l’ONU ». Ce denier recevait, pourtant, un salaire du NED, vivait à Madrid et ne parlait pas couramment l’anglais50.Grâce au soutien des pays de l’Est et de nombreux pays latino‑américains, Cuba ne fut pas condamnée en 198751. L’année 1988 fut, elle aussi, marquée par un événement dont la Fondation se réjouit dans un premier temps. Avec l’accord préalable du gouvernement cubain, une délégation de l’ONU voyagea à Cuba pour constater si les droits de l’homme étaient respectés dans l’île. Au grand désarroi de la Fondation, Cuba ne fut, finalement, pas condamnée pour des cas avérés de non‑respect des droits de l’homme52. La première condamnation du gouvernement castriste par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU n’intervint qu’en 199153. Depuis cette date, le gouvernement cubain fut, chaque année, l’objet de condamnations par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, exception faite de l’année 1998 au cours de laquelle ce furent les États‑Unis qui furent accusés par l’ONU de maintenir un embargo injuste contre Cuba54.

18Au cours de l’année 2000, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine qui se montrait déjà on ne peut plus critique vis‑à‑vis de la nouvelle politique économique du gouvernement de Bill Clinton à l’encontre de Cuba s’insurgea contre une déclaration que fit Bill Clinton. Suite à la condamnation de Cuba par l’ONU, le président démocrate se dit prêt à accepter que Fidel Castro restât au pouvoir et fût même l’instigateur de meilleures relations entre Cuba et les États‑Unis s’il s’engageait à respecter les droits de l’homme et à promouvoir la démocratie à Cuba55.

19En 1985 et en 1990, les créations de Radio et TV Marti par le gouvernement américain contribuèrent également à faire de la défense des droits de l’homme à Cuba un sujet de tout premier ordre dans la politique américaine à l’encontre du régime castriste. Ces deux médias du gouvernement américain furent créés dans le but de fournir des informations objectives et non censurées au peuple cubain. Radio Marti se vit attribuer une autre mission : elle devait servir de tribune d’expression aux dissidents cubains56. Malgré l’opposition de nombreux députés et sénateurs à la création de Radio Marti et malgré les menaces de Fidel Castro de brouiller les ondes de la radio ainsi que celles d’autres stations de radio américaines57, le président Reagan décida de créer, avec le soutien de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine, Radio Marti. Cependant, la station de radio se retrouva très vite sous le contrôle de la Fondation et, surtout, de son président, Jorge Mas Canosa, qui fut nommé président du « Bureau Consultatif pour les Programmes Radiodiffusés et Télévisés vers Cuba » (Advisory Board for Cuba Broadcasting)58. Jorge Mas Canosa profita de sa position au sein des instances supervisant Radio et TV Marti pour faire de Radio Marti sa tribune d’expression. Il émit, notamment, sur les ondes de Radio Marti, des critiques virulentes à l’encontre des exilés cubains ne défendant pas les mêmes idées que la Fondation. Jusqu'à la mort de Jorge Mas Canosa en 1997, il semble que Radio Marti ait donné la parole, avant tout, à des dissidents cubains qui étaient favorables aux thèses de la Fondation59. L’objectivité de Radio Marti fut, par conséquent, rapidement remise en cause. A ce titre, des membres du Congrès essayèrent, à plusieurs reprises, de mettre fin à ses activités. Certains des dirigeants de Radio Marti dont Jorge Mas Canosa et Rolando Bonachea, le directeur des programmes, lui aussi membre de la Fondation, furent les objets d’une enquête judiciaire fédérale. Malgré des preuves irréfutables quant à la non‑objectivité de Radio Marti, aucune poursuite ne fut engagée contre eux suite à cette enquête60. La mort de Jorge Mas Canosa en 1997 mit un point d’arrêt définitif à toute enquête relative à sa participation dans les instances dirigeantes de Radio et TV Marti. Malgré le manque avéré d’objectivité de Radio Marti et malgré le fait que les ondes de la radio fussent assez efficacement brouillées par Cuba, Radio Marti continua à être financée par le gouvernement fédéral américain. TV Marti fut, quant à elle, créée en 1990 par George Bush qui fut soutenu, dans ce projet, par la Fondation Nationale Cubano‑Américaine61. Tout comme ce fut le cas pour Radio Marti, un grand nombre de sénateurs et députés s’opposèrent à la création d’une télévision émettant vers Cuba. Il s’avéra assez vite que, tout comme l’avaient prédit les opposants à la création de TV Marti, la station de télévision se révéla être un échec. En effet, le brouillage de ses ondes par le gouvernement cubain lui ôta, dès ses premières émissions, toute capacité de diffusion à Cuba62. Toutefois, sous la pression de la Fondation et de la communauté exilée anti‑castriste, le gouvernement américain continua à financer la station de télévision. Même si le peuple cubain ne pouvait capter la télévision, la Fondation considérait que TV Marti avait, tout de même, une utilité puisque le brouillage de ses ondes engendrait des dépenses importantes au gouvernement castriste63.

20En ce qui concerne les actions menées par la Fondation Nationale Cubano‑Américaine dans le domaine des droits de l’homme, la première de ses initiatives consista à créer, en 1990, sa propre station de radio, la « Voix de la Fondation » (Voz de la Fundacion). L’organisation cubano‑américaine affirma qu’elle allait faire de la « Voix de la Fondation » une tribune d’expression pour tous les dissidents cubains64. La « Voix de la Fondation » devint, en fait, une tribune de propagande pour la Fondation : sur les ondes, étaient diffusés des propos virulents et critiques à l’égard autant de Fidel Castro que d’exilés cubains désireux d’engager un dialogue avec le gouvernement castriste65. De plus, la Fondation prit pour habitude de diffuser sur les ondes de sa radio des témoignages de dissidents favorables aux idées qu’elle défendait. Dans les années 1990, elle donna, d’ailleurs, particulièrement la parole aux membres du groupe dissident cubain formé en 1991, la « Coalition Démocratique Cubaine » (Coalicion Democratica Cubana). Cette coalition regroupait six groupes dissidents cubains qui partageaient clairement les principes prônés par la Fondation, c’est‑à‑dire le refus d’engager un quelconque dialogue avec le régime cubain et la promotion d’une politique de renforcement de l’embargo américain contre Cuba66. Certains affirmèrent même que la Fondation était la fondatrice de cette coalition de groupes dissidents cubains et que, par le biais de cette coalition, elle tentait de mettre de préparer son entrée dans une future Cuba post‑castriste. La Fondation Nationale Cubano‑Américaine utilisa d’autres stations de radio anti‑castristes de Miami comme tribunes de propagande67. Enfin, elle créa sa propre maison de publication, la « Fondation pour les Etudes Cubano‑Américaines » (Endowment for Cuban American Studies) pour diffuser ses thèses anti‑castristes ainsi que les témoignages de dissidents cubains et d’anciens prisonniers politiques cubains68. En 1993, la Fondation décida, finalement, de s’organiser plus spécifiquement dans le domaine des droits de l’homme afin de donner plus de légitimité et de poids à sa lutte controversée pour les droits de l’homme. Elle créa la « Fondation pour les Droits de l’Homme à Cuba » (Foundation for Human Rights in Cuba ; FHRC). En plus de la « branche » principale de la FHRC située à Miami, la Fondation fonda treize autres délégations nationales et internationales ; leur mission était de disséminer des informations relatives aux violations des droits de l’homme commises par le gouvernement castriste à Cuba69. Dans le cadre de cette « Fondation pour les Droits de l’Homme à Cuba », la Fondation créa aussi le « Moniteur des Droits de l’Homme » (Human Rights Monitor), un journal consacré à la dénonciation des violations des droits de l’homme. Pour mener au mieux cette tache de divulgation, l’organisation cubano‑américaine affirma qu’elle entretenait des contacts téléphoniques réguliers avec de nombreux dissidents cubains70. Au cours des années 1990, la Fondation Nationale Cubano‑Américaine organisa également des expositions ayant pour thème la situation des droits de l’homme à Cuba. La première exposition intitulée « Couverture du Génocide de Fidel Castro » (Quilt of Fidel Castro’s Genocide) consista à montrer à Genève, à Washington et dans plusieurs universités américaines et étrangères une couverture faite de 10 000 petits carrés de tissu, chacun des carrés représentant une victime de la politique répressive du régime castriste. Au cours d’une seconde exposition appelée « Cuba, Un Pays de Larmes et de Mort » (Cuba, A Country of Tears and Death), la Fondation construisit des modèles grandeur nature de cellules d’enfermement et de torture. Elle exposa aussi une collection d’embarcations de fortune utilisés par des « balseros » cubains pour traverser le Détroit de Floride. Dan cette exposition itinérante qui eut lieu dans plusieurs pays latino‑américains et dans plusieurs villes américaines, la Fondation tenta de toucher l’opinion publique en montrant une série de photographies représentant les souffrances endurées par les prisonniers politiques cubains, par les « balseros » cubains et par le peuple cubain71.

21Bien que la Fondation Nationale Cubano‑Américaine n’eût cessé d’affirmer qu’elle consacrait ses efforts au « rétablissement de la paix et de la démocratie à Cuba »72, ses détracteurs tentèrent d’utiliser les médias pour rétablir la vérité sur les ambitions de la Fondation. Il était devenu évident aux opposants du lobby cubano‑américain que, lorsque la Fondation réussissait à manipuler l’opinion publique en se servant habilement des médias qu’elle contrôlait, son influence en ressortait grandie. Dans les années 1990, les opposants à la Fondation entreprirent, donc, d’organiser une campagne « anti‑Fondation » dans les médias puisqu’il devenait, alors, indéniable que la Fondation était prête à tout pour arriver à ses fins.

22La principale cible des attaques lancées contre l’organisation d’exilés cubains ne fut autre que son fondateur et son président charismatique, Jorge Mas Canosa. En plus de vilipender ses adversaires dans les médias, il n’épargnait aucune autre méthode pour aller jusqu'à « détruire » des ennemis potentiels. L’une des victimes de ce que la journaliste Ann Louise Bardach appela la « mégalomanie, la cruauté [et] l’intolérance »73 de Jorge Mas Canosa ne fut autre que son frère, Ricardo Mas. Ce dernier intenta deux procès à Jorge Mas Canosa : un premier en 1980 pour coups et blessures et pour vol et un deuxième en 1990 pour diffamation. La véracité de ces deux accusations fut confirmée par Jorge Mas lui‑même puisque, dans les deux cas, il essaya d’étouffer l’affaire en versant des sommes d’argent substantielles à son frère74. Dans les années 1990, ce fut au tour de Mario Baeza de devenir l’une des cibles de la « mégalomanie, la cruauté [et] l’intolérance » du président de la Fondation. Mario Baeza qui devait devenir le nouveau Secrétaire‑assistant aux Affaires Interaméricaines dut, sans nul doute, sa non‑nomination à ce poste à Jorge Mas Canosa. Ce dernier considérait que Mario Baeza était « insuffisamment anti‑castriste » mais, surtout, il ne pouvait pardonner à Mario Baeza son refus de le rencontrer à Miami75. En 1991, Jorge Mas Canosa fit, une nouvelle fois, preuve d’arrogance lorsqu’il refusa de témoigner devant le « Sous‑Comité Torricelli ». Il dit ne pas vouloir être auditionné par les membres du Congrès en même temps que des exilés cubains prêts à engager un dialogue avec Fidel Castro76.

23Les journalistes opposés à la Fondation s’évertuèrent également à dénoncer la place prépondérante que tenait l’argent dans les affaires et les ambitions de la famille Mas et de la Fondation. En ce qui concerne la famille Mas, le succès de son entreprise, MasTec, Inc., ne pouvait qu’apparaître évident puisqu’en l’an 2000, la Fondation affirma que l’entreprise avait des « revenus annuels de plus de un milliard de dollars »77. En fait, le désir de pouvoir et d’argent était si fort dans la famille Mas que Jorge Mas Canosa n’hésita pas, au début des années 1990, à investir dans des entreprises chinoises. Il n’eut apparemment aucun scrupule à investir de grosses sommes d’argent dans un pays communiste comme la Chine alors que, dans le même temps, il voulut interdire les entreprises américaines d’investir à Cuba. En 1997, l’argent fut aussi au cœur d’une controverse concernant un contrat signé par le Comté de Miami‑Dade et la famille Mas. Une enquête fut menée pour déterminer si le montant du contrat n’avait pas été surestimé78. En 1980, Jorge Mas Canosa avait déjà été accusé de faits similaires par un ancien membre de la Fondation. Ce dernier avait affirmé qu’il existait « un réseau d’intérêts commerciaux au sein de celle‑ci [la Fondation] »79.

24L’argent fut aussi à l’origine du succès de la Fondation. En effet, par le biais de son « Comité d’Action Politique » (Political Action Committee) financé par les contributions annuelles des membres du lobby anti‑castriste, la Fondation réussit à contribuer au financement des campagnes électorales de nombreux hommes politiques républicains et démocrates80. Parmi les bénéficiaires du Comité d’Action Politique de la Fondation, se démarquèrent des hommes et des femmes comme Dan Quayle, Ileana Ros‑Lehtinen, Lincoln Diaz‑Balart, Connie Mack, Robert Menendez, Robert Torricelli, George Bush, Ronald Reagan et Bill Clinton81. La plupart de ces hommes politiques étaient encore, à la veille de l’élection présidentielle de 2001, les « pit bulls loyaux » de la Fondation qui se vantait de pouvoir « changer des votes grâce aux donations [faites aux hommes] politiques »82.

25Toutefois, la recherche du profit et l’usage de l’argent pour contrôler et influencer l’opinion publique américaine n’apparut, dès les années 1990, que comme une première étape dans la stratégie de la Fondation Nationale Cubano‑Américaine. Les détracteurs du lobby anti‑castriste ne tardèrent pas à affirmer que le lobby cubano‑américain se préparait à contrôler financièrement et politiquement une future Cuba post‑castriste. D’ailleurs, la Fondation ne nia pas le fait qu’elle désirait « s’engager corps et âme dans la reconstruction de ce que le communisme [aurait] détruit »83. En 1992, elle publia un « Programme de Transition » applicable dès la chute du régime castriste84. Elle créa aussi un programme appelé le « Corps Mission Marti » (Mission Marti Corps). Ce projet avait pour but de former de jeunes cubano‑américains afin que ces derniers fussent en mesure de prendre part à la reconstruction d’une Cuba démocratique85. La Fondation forma également une commission d’experts en économie ; ce projet reçut le nom de « Commission Ruban Bleu pour la Reconstruction Economique de Cuba » (Blue Ribbon Commission for the Economic Reconstruction of Cuba)86.

26Il n’en reste pas moins que la réelle ambition de la Fondation était d’installer son président, Jorge Mas Canosa, à la tête de l’île et, ainsi, de prendre le contrôle de Cuba. Cependant, étant donné que le président du lobby anti‑castriste affirma que le meilleur gouvernement à Cuba serait une « junte militaire »87, il était, donc, on ne peut plus difficile de croire que la Fondation établirait une démocratie à Cuba. Il apparut aussi que la seconde étape pour la Fondation était de « vendre des actions » dans une Cuba post‑castriste. En effet, Jorge Mas Canosa ne se vanta‑t‑il pas, en 1992, de pouvoir rassembler « quatre milliards de capitaux d’investissement auprès de cubano‑américains et un milliard de plus par an auprès de Wall Street pour acheter des propriétés d’état cubaines »88 ?

27Cependant, afin de parvenir à prendre le contrôle financier et politique de Cuba, il restait encore un obstacle de taille à franchir. La Fondation se devait de précipiter la chute du régime castriste. A ce titre, le lobby anti‑castriste ne cessa d’affirmer qu’il utilisait des moyens légaux tel que son activité de lobbying au sein du Congrès américain. La Fondation ne manqua pas également de souligner son engagement à promouvoir « une solution non‑violente au problème cubain »89. Toutefois, deux affaires tendirent à prouver que la Fondation et son président étaient impliqués dans le financement d’actes terroristes à Cuba.

28En octobre 1997, quatre exilés cubains interceptés en mer par les garde‑côtes américains avouèrent, au bout de quelques heures d’interrogatoire, que le but de leur expédition en mer était d’assassiner Fidel Castro durant le Sommet Ibéro‑américain devant se tenir au Venezuela. Les résultats de l’enquête menée suite à ces arrestations furent on ne peut plus surprenants. Il fut clairement démontré que le bateau su lequel se trouvaient les quatre exilés cubains appartenait à un membre de la Fondation. De plus, il s’avéra que l’une des armes saisies sur le bateau était la propriété de Pepe Hernandez, le président du lobby anti‑castriste. Malgré ce faisceau de preuves convergentes, aucune poursuite n’avait été encore engagée à la veille de l’élection présidentielle de 200190.

29En juillet 1998, un exilé cubain du nom de Luis Posada Carriles déclara, dans un entretien qu’il accorda à des journalistes américains, que sa « campagne d’attentats à la bombe et de tentatives d’assassinat visant à éliminer Fidel Castro (...) avait été financée pendant plus de dix ans par les dirigeants de la Fondation ». Luis Posada Carriles précisa également que Jorge Mas Canosa, le président de la Fondation décédé un an plus tôt, avait été son seul interlocuteur durant ces dix années91. Jorge Mas Santos devenu le principal dirigeant de la Fondation depuis la mort de son père réagit immédiatement à ces révélations faites par le New York Times. Il menaça le journal de le poursuivre en justice pour diffamation. Il avait, en effet, en sa possession une autre interview de Luis Posada Carriles qui démentait toute accusation contre la Fondation ou Jorge Mas Canosa. Cette menace et la campagne médiatique de la Fondation contre le New York Times mirent un terme à cette affaire92.

30La campagne médiatique visant la Fondation Nationale Cubano‑Américaine, les enquêtes menées sur les agissements de Jorge Mas Canosa au sein de Radio et TV Marti, la mort du président charismatique de la Fondation en 1997 et la victoire de Fidel Castro dans « l’affaire Elian Gonzalez » contribuèrent à affaiblir considérablement le puissant lobby anti‑castriste. A la veille de l’élection présidentielle de 2001, il était indéniable que la Fondation avait perdu un grand nombre d’adhérents et, surtout, qu’elle jouait un rôle moindre sur la scène politique américaine. Pourtant, en l’an 2000, la Fondation tenta de revenir sur le devant de la scène en organisant une campagne publicitaire contre une probable levée de l’embargo contre Cuba93. De plus, la Fondation n’hésita pas à affirmer haut et fort son soutien au candidat républicain aux élections présidentielles, George W. Bush. Ce dernier avait très judicieusement assuré au lobby anti‑castriste : « Je continuerai à maintenir les sanctions [contre Cuba] si je suis élu président »94. Cependant, en juillet 2000, malgré le lobbying de la Fondation au sein du Congrès, ce dernier envoya deux experts à Cuba pour déterminer quels seraient les effets d’une levée de l’embargo95. Le 20 juillet 2000, les deux Chambres du Congrès autorisèrent également la vente de certains produits alimentaires et pharmaceutiques à Cuba96.Si le Congrès américain venait, prochainement, à décider une levée des sanctions économiques à l’encontre de Cuba, cette mesure ne porterait‑elle pas un coup fatal à une Fondation Nationale Cubano‑Américaine engagée, corps et âme, dans le maintien de l’embargo contre Cuba ? A la veille de l’élection présidentielle de 2001, il semblait de plus en plus évident qu’une levée de l’embargo pourrait réellement sceller le destin du plus puissant lobby anti‑castriste aux États‑Unis.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages généraux

Fogel, Jean‑François, et Rosenthal, Bertrand. Fin de siècle à La Havane : les secrets du pouvoir cubain, Paris, Seuil, 1993.

Garcia, Maria Cristina. Havana USA, Cuban Exiles and Cuban Americans in South Florida, 1959‑1994, États‑Unis, University of California Press, 1996.

Grenier, Guillermo J, et Stepick, Alex. Miami now! Immigration, Ethnicity, and Social Change, Miami, University Press of Florida, 1992.

Masud‑Piloto, Felix Roberto. From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants, Cuban Migration to the U.S., 1959‑1995, New York City, Rowman and Littlefield Publishers, Inc., 1996.

Portes, Alejandro, et Stepick, Alex. City on the Edge : The Transformation of Miami, Berkeley, University of California Press, 1993.

Smith, Wayne S., et Morales Dominguez, Esteban, eds. Subject to Solutions, Problems in Cuban‑U.S. Relations, États‑Unis et Royaume Uni, Lynne Rienner Publishers, Boulder and London, 1988.

Tokatlian, Juan Gabriel. Cuba y Etados Unidos : un debate para la convivencia, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, 1984.

Rapports et documents

Amnesty International, « Amnesty International Report 1999 : CUBA ». http://www.amnesty.org/ailib/aireport/ar99/amr25.htm (31/03/2000) .

Descout, Emilie, « The Cuban American National Foundation : influence on the U.S. administrations and manipulation of the public opinion », mémoire de maîtrise, UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines, Université d’Orléans, 2000.

IFCO, « An IFCO/Pastors for Peace Analysis of President Clinton’s Announcement of « Proposals to Assist Cubans » ». http://www.ifconews.org/clinton.html (16/03/2000)

Kaplowitz, Donna Rich, et Kaplowitz, Michael Esq., « New Opportunities for U.S.‑Cuban Trade », The Cuban Studies Program, The Paul K. Nitze School of Advanced International Studies, John Hopkins University.

McGehee, Ralph, « Cloaks and Daggers ; Worldwide Covert Operations », 6 septembre 1996. http://www.infowar.com/iwftp/cloaks/090696.html‑ssi (12/05/2000)

« Office of Cuba Broadcasting ». http://www.ibb.gov/marti/english/marti.html‑radio (29/11/1999)

USA*Engage, « USA*Engage Calls New Trade Rules with Cuba a « Modest Step » », 19 mai 1999. http://www.usaengage.org/resources/pressreleases.html ‑ MAY99!(08/01/2000).

U.S. Department of State, International Information Programs, « Text : White House January 15 Statement on Cuba Sanctions », 18 janvier 2000. http://www.usia.gov/regional/ar/us‑cuba/wh1500.htm (13/02/2000) .

U.S. Department of State, Office of the Spokesman, « U.S. Response to Decision of UNHCR to Pass Cuba Resolution », 18 avril 2000. http://www.humanrights‑usa.net/cuba.html(19/04/2000).

U.S. Department of State, International Information Programs, « U.S. Trade Experts Examining Effects of Embargo on Cuba », 19 juillet 2000. http://www.usinfo.state.gov/regional/ar/us‑cuba/embargo19.htm (16/08/2000).

U.S. Department of State, International Information Programs, « White House Hopes to Work with Congress on Easing Cuba Sanctions », 24 juillet 2000. http://www.usinfo.state.gov/regional/ar/us‑cuba/cuba24.htm (16/08/2000).

Articles de journaux et de magazines

Bardach, Ann Louise, « Our Man in Miami », The New Republic, 3 octobre 1994, p.20‑25.

Bardach, Ann Louise, et Rother, Larry, « Investigation Leads to Plot to Kill Castro by Powerful Cuban Lobby », The New York Times, 5 mai 1998.

Bardach, Ann Louise, et Rother, Larry, « Cuba attacks funded with Mas’ money, exile claims », New York Times Service, The Miami Herald, 12 juillet 1998.

Fonzi, Gaeton, « Who is Jorge Mas Canosa ? », Esquire, janvier 1993, p.86‑90.

Franklin Jane, « Gunning for Castro », The Nation, 15 décembre 1997, p.6‑7.

Kornbluh, Peter, et Elliston, John, « Will Congress Kill TV Marti ? », The Nation, 22/29 août 1994, p.194‑196.

Kornbluh, Peter, « Cuba No Mas », The Nation, 29 mai 1995, p.745.

Marquis, Chistopher, « U.S., Cuba set to resume talks on immigration », The Miami Herald, 28 novembre 1996.

Marquis, Chistopher, « State Department exonerates Radio, TV Marti management, The Miami Herald, 4 février 1997.

Nichols, John Spicer, « The Power of the Anti‑Fidel Lobby », The Nation, 24 octobre 1988, p.389‑392.

Shorris, Earl, « Imaginary Persons, Imaginary Prisons », The Nation, 20 décembre 1986, p.708‑714.

The Associated Press, « Cuban Exile Group to Sue New York Times », 15 et 16 juillet 1998. http://www.cubanet.org/Cnews/y98/jul98/16e4.htm (09/01/2000).

U.S. News and World Report, « After Castro Moves Out », 4 mai 1992, p.42.

Textes de lois

« The Cuban Libertad and Democratic Solidarity Act of 1995 », 104th Congress, 1st Session, In the Senate of the United States, February 9 (legislative day, January 30), 1995. http://www.canfnet.org/canf‑lib/s.381_rts.txt (02/12/1999).

Entretien

Entretien avec M. Tristan Mattelart, maître de conférence à l’Institut Français de Presse à l’Université Paris II, à propos de Radio et Télévision Marti (daté du 15 décembre 1999).

Publications et documents de la Fondation nationale cubano‑américaine

Felix, Nestor Suarez, El Rescate de una Nacion, Miami, Endowment for Cuban American Studies of the Cuban American National Foundation.

Mas Canosa, Jorge, « Our Mission ». http://www.canfnet.org/english/(20/11/1999).

« The Alternatives of Freedom, A Statement of Principles and Objectives for a Free and Democratic Cuba », Miami, Colonial Press.

« Cuba in Crisis, Proceedings from a conference sponsored by the Cuban American National Foundation, J. W. Marriott Hotel, Washington DC », 26 octobre 1993.

Cuba Survey, Special Report, « Peeking Behind the Curtain ; Sanctions, Big Business, and U.S. Foreign Policy », automne 1998.

« Jorge Mas Santos ». http://www.canfnet.org/English/chairman.htm(26/07/2000) .

Documents publiés par la Fondation nationale cubano‑américaine sur ses programmes et ses projets

« Blue Ribbon Commission for the Economic Reconstruction of Cuba ». http://www.canfnet.org/english/prgblue.htm(26/11/1999).

« Foundation for Human Rights in Cuba ». http://www.canfnet.org/english/prgfhrc.htm (26/11/1999).

« The Endowment for Cuban American Studies ». http://www.canfnet.org/english/prgendow.htm (26/11/1999).

« Mission Marti ». http://www.canfnet.org/english/prgmarti.htm(26/11/1999).

« La Voz de la Fundacion ». http://www.canfnet.org/english/prgvoz.htm(29/11/1999)

« Cuban Exodus Relief Fund, Inc. ». http://www.canfnet.org/english/prgexodu.htm (28/11/1999).

« Transition Program ». http://www.canfnet.org/canf‑lib/trnsition.txt(02/12/1999).

« FAQs on U.S. Policy Toward Cuba ». http://www.canfnet.org/english/faquspol.htm(20/11/1999).

Les articles de presse de la Fondation nationale cubano‑américaine ou « CANFNET Press Releases »

« Cuban American Groups Launch TV Ad to Counter Big Business Maneuvers Aimed at Overturning the Trade Embargo », 14 juin 2000. http://www.canfnet.org/English/archives/Press/14jun00.htm(16/08/2000).

« CANF Applauds Governor Bush », 11 août 2000. http://www.canfnet.org/English/archives/Press/11aug00.htm(16/08/2000).

Haut de page

Notes

1 Alejandro Portes et Alex Stepick, City on the Edge : the Transformation of Miami, Berkeley, University of California Press, 1993, 102-103.
2 Guillermo J. Grenier et Alex Stepick III, Miami now! Immigration, Ethnicity, and Social Change, Miami, University Press of Florida, 1992, 97.
3 Nestor Suarez Feliu, El Rescate de una Nacion, Miami, Endowment for Cuban American Studies, CANF, 34.
4 Feliu, El Rescate de una Nacion.
5 John Spicer Nichols, « The Power of the Anti-Fidel Lobby », The Nation, 24 octobre 1988, 391.
6 Feliu, El Rescate de una Nacion.
7 Wayne S. Smith et Esteban Morales Dominguez, Suject to Solutions, Problems in Cuban-U.S. Relations, États-Unis et Royaume Uni, Lynne Rienner Publishers, Boulder and London, 1988 ; voir Kirby Jones, « The Issue of Claims as Seen by the United States », 69.
8 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « The Alternatives of Freedom, A Statement of Principles and Objectives for a Free and Democratic Cuba », Miami, Colonial Press ; voir Jorge Mas Canosa, « Our Mission », 3.
9 Donna Rich Kaplowitz et Michael Kaplowitz Esq., « New Opportunities for U.S.-Cuban Trade », The Cuban Studies Program, The Paul K. Nitze School of Advanced International Studies, John Hopkins University.
10 Juan Gabriel Tokatlian, Cuba y Etados Unidos : un debate para la convivencia, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, 1984 ; voir Riordan Roett, « Politica Exterior de Cuba y EE.UU. », 63-64.
11 Maria Cristina Garcia, Havana USA, Cuban Exiles and Cuban Americans in South Florida, 1959-1994, États-Unis, University of California Press, 1996 ,156 ; Nichols, « The Power of the Anti-Fidel Lobby », 390.
12 Kaplowitz, « New Opportunities for U.S.-Cuban Trade », 62 et 64.
13 Feliu, El Rescate de una Nacion, 197.
14 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « The Alternatives of Freedom... », 15.
15 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Transition Program » : http://www.canfnet.org/canf-lib/trnsition.txt(02/12/1999).
16 Ann Louise Bardach, « Our Man in Miami », The New Republic, 3 octobre 1994, 21.
17 « The Cuban Libertad and Democratic Solidarity Act of 1995 » 104th Congress, 1st Session, in the Senate of the United States, February 9 (legislative day, January 30), 1995 : http://www.canfnet.org/canf-lib/s.381_rts.txt (02/12/1999).
18 Fondation Nationale Cubano-Américaine, Cuba Survey, Special Report, « Peeking Behind the Curtain ; Sanctions, Big Business, and U.S. Foreign Policy », automne 1998 ; voir l’article « The Sanctions Sellout », 4.
19 U.S. Department of State, International Information Programs, « Text : White House January 15 Statement on Cuba Sanctions », 18 janvier 2000 : http://www.usia.gov/regional/ar/us-cuba/wh1500.htm (13/02/00).
20 IFCO, « An IFCO/Pastors for Peace Analysis of President Clinton’s Announcement of « Proposals to Assist Cubans » » : http://www.ifconews.org/clinton.html (16/03/2000).
21 Fondation Nationale Cubano-Américaine, Cuba Survey, Special Report, « Peeking Behind the Curtain... » ; voir l’article « The Sanctions Sellout », 5.
22 USA*Engage, « USA*Engage Calls New Trade Rules with Cuba a « Modest Step » », 19 mai 1999 : http://www.usaengage.org/resources/pressreleases.html - MAY99 ! (08/01/2000).
23 Fondation Nationale Cubano-Américaine, Cuba Survey, Special Report, « Peeking Behind the Curtain... » ; voir l’article « The Sanctions Sellout », 8 ; voir aussi Ken Silverstein, « So you want to trade with a dictator ? », Mother Jones Magazine, mai/juin 1998, 10.
24 Portes, City on the edge..., 19-23.
25 Feliu, El Rescate de una Nacion, 34.
26 Garcia, Havana USA..., 74-75.
27 Felix Roberto Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants, Cuban Migration to the U.S., 1959-1995, New York City, Rowman and Littlefield Publishers, Inc., 1996, 133-134.
28 Garcia, Havana USA..., 76,77 et 152.
29 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Cuban Exodus Relief Fund, Inc. » : http://www.canfnet.org/english/prgexodu.htm (28/11/1999).
30 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Cuban Exodus Relief Fund, Inc. ».
31 Feliu, El Rescate de una Nacion, 108.
32 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Cuban Exodus Relief Fund, Inc. ».
33 Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants..., 133.
34 Jean-François Fogel et Bertrand Rosenthal, Fin de siècle à La Havane : les secrets du pouvoir cubain, Paris, Editions Du seuil, 1993, 394.
35 Fogel, Fin de siècle à La Havane..., 395-396.
36 Garcia, Havana USA..., 178.
37 Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants..., 136.
38 Peter Kornbluh, « Cuba No Mas », The Nation, 29 mai 1995, 745.
39 Bardach, « Our Man in Miami », 25.
40 Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants..., 134 ; Garcia, Havana USA..., 80.
41 Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants..., 142-143.
42 Masud-Piloto, From Welcomed Exiles to Illegal Immigrants..., 128.
43 Feliu, El Rescate de una Nacion, 204 ; Christopher Marquis, « U.S., Cuba set to resume talks on immigration », The Miami Herald, 28 novembre 1996.
44 Emilie Descout, « The Cuban American National Foundation : influence on the U.S. administrations and manipulation of the public opinion », mémoire de maîtrise, UFR de Lettres, Langues et Sciences Humaines, Université d’Orléans, 2000 ; voir le chapitre « The Elian Gonzalez case : a good opportunity for the CANF to regain its influence and to put an end to the U.S.-Cuban cooperation ».
45 Nichols, « The Power of the Anti-Fidel Lobby », 389.
46 Nichols, « The Power of the Anti-Fidel Lobby », 391 ; Ralph McGehee, « Cloaks and Daggers ; Worldwide Covert Operations », 6 septembre 1996, 4 : http://www.infowar.com/iwftp/cloaks/090696.html-ssi (12/05/2000).
47 Earl Shorris, « Imaginary Persons, Imaginary Prisons », The Nation, 20 décembre 1986, 708-714.
48 Nichols, « The Power of the Anti-Fidel Lobby », 391 ; McGehee, « Cloaks and Daggers... », 4.
49 McGehee, « Cloaks and Daggers... », 4.
50 Garcia, Havana USA..., 160-161 ; Feliu, El Rescate de una Nacion, 128.
51 Garcia, Havana USA..., 161.
52 Garcia, Havana USA..., 161-162 ; Fondation Nationale Cubano-Américaine, « The Alternatives of Freedom... », 7.
53 Garcia, Havana USA..., 162.
54 Amnesty International, « Amnesty International Report 1999 : CUBA » : http://www.amnesty.org/ailib/aireport/ar99/amr25.htm(31/03/2000).
55 U.S. Department of State, Office of the Spokesman, « U.S. Response to Decision of UNHCR to Pass Cuba Resolution », 18 avril 2000 : http://www.humanrights-usa.net/cuba.html (19/04/00).
56 « Office of Cuba Broadcasting » : http://www.ibb.gov/marti/english/marti.html - radio (29/11/1999).
57 Smith, Subject to Solutions..., 151.
58 Feliu, El Rescate de una Nacion, 78-79.
59 Entretien avec M. Tristan Mattelart, maître de conférence à l’Institut Français de Presse à l’Université Paris II, à propos de Radio et Télévision Marti (15 décembre 1999).
60 Christopher Marquis, « State Department exonerates Radio, TV Marti management, The Miami Herald, 4 février 1997.
61 Gaeton Fonzi, « Who is Jorge Mas Canosa ? », Esquire, janvier 1993, 89.
62 Peter Kornbluh et John Elliston, « Will Congress Kill TV Marti ? », The Nation, 22/29 août 1994, 195.
63 Fonzi, « Who is Jorge Mas Canosa ? », 89.
64 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « La Voz de la Fundacion » : http://www.canfnet.org/english/prgvoz.htm (29/11/1999).
65 Feliu, El Rescate de una Nacion, 162 et 165.
66 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Cuba in Crisis, Proceedings from a conference sponsored by the Cuban American National Foundation, J. W. Marriott Hotel, Washington DC », 26 octobre 1993 ; voir Ninoska Pérez-Castellon, « Coping in Cuba ; The Internal Opposition Movement ».
67 Bardach, « Our Man in Miami », 23-24.
68 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « The Endowment for Cuban American Studies » : http://www.canfnet.org/english/prgendow.htm (26/11/1999).
69 Feliu, El Rescate de una Nacion, 133-134.
70 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Foundation for Human Rights in Cuba » : http://www.canfnet.org/english/prgfhrc.htm (26/11/1999).
71 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Foundation for Human Rights in Cuba » ; Feliu, El Rescate de una Nacion, 134 et 136.
72 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Cuba in Crisis... », page de garde.
73 Bardach, « Our Man in Miami », 24.
74 Bardach, « Our Man in Miami », 24 ; Fogel, Fin de siècle à La Havane..., 404.
75 Bardach, « Our Man in Miami », 21-22.
76 Fonzi, « Who is Jorge Mas Canosa ? », 88.
77 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Jorge Mas Santos » : http://www.canfnet.org/English/chairman.htm (26/07/2000).
78 Ann Louise Bardach et Larry Rother, « Investigation Leads to Plot to Kill Castro by Powerful Cuban Lobby », The New York Times, 5 mai 1998.
79 Fogel, Fin de siècle à La Havane..., 404.
80 Garcia, Havana USA..., 149-150.
81 Garcia, Havana USA..., 147 ; Bardach, « Our Man in Miami », 21 ; Nichols, « The Power of the Anti-Fidel Lobby », 390.
82 Garcia, Havana USA..., 147.
83 Jorge Mas Canosa, « Our Mission » : http://www.canfnet.org/english/(20/11/1999).
84 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Transition Program ».
85 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Mission Marti » : http://www.canfnet.org/english/prgmarti.htm (26/11/1999) ; Fondation Nationale Cubano-Américaine, « Transition Program ».
86 Fondation Nationale Cubano-Américaine,« Blue Ribbon Commission for the Economic Reconstruction of Cuba » : http://www.canfnet.org/english/prgblue.htm (26/11/1999).
87 Bardach, « Our Man in Miami », 24.
88 U.S. News and World Report, « After Castro Moves Out », 4 mai 1992, 42.
89 Fondation Nationale Cubano-Américaine, « FAQs on U.S. Policy Toward Cuba » : http://www.canfnet.org/english/faquspol.htm (20/11/1999).
90 Bardach et Rother, « Investigation Leads to Plot to Kill Castro... » ; Jane Franklin, « Gunning for Castro », The Nation, 15 décembre 1997, 6-7.
91 Ann Louise Bardach et Larry Rother, « Cuba attacks funded with Mas’ money, exile claims », New York Times Service, The Miami Herald, 12 juillet 1998.
92 The Associated Press, « Cuban Exile Group to Sue New York Times », 15 et 16 juillet 1998 : http://www.cubanet.org/Cnews/y98/jul98/16e4.htm (09/01/2000).
93 Fondation Nationale Cubano-Américaine, CANFNET Press Releases, « Cuban American Groups Launch TV Ad to Counter Big Business Maneuvers Aimed at Overturning the Trade Embargo », 14 juin 2000 : http://www.canfnet.org/English/archives/Press/14jun00.htm (16/08/2000).
94 Fondation Nationale Cubano-Américaine, CANFNET Press Releases, « CANF Applauds Governor Bush », 11 août 2000 : http://www.canfnet.org/English/archives/Press/11aug00.htm(16/08/2000).
95 U.S. Department of State, International Information Programs, « U.S. Trade Experts Examining Effects of Embargo on Cuba », 19 juillet 2000 : http://www.usinfo.state.gov/regional/ar/us-cuba/embargo19.htm(16/08/2000)
96 U.S. Department of State, International Information Programs, « White House Hopes to Work with Congress on Easing Cuba Sanctions », 24 juillet 2000 : http://www.usinfo.state.gov/regional/ar/us-cuba/cuba24.htm (16/08/2000).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Descout, « La Fondation nationale cubano‑américaine. », Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 27 mars 2006, consulté le 30 avril 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/616

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org