Navigation – Plan du site
Trans’Arts

Exposition « At War with the Obvious. Photographs by William Eggleston »

Metropolitan Museum, New York (26 février – 28 juillet 2013)
Jean Kempf

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Le Metropolitan Museum of Art de New York expose 36 tirages de William Eggleston du 26 février au 28 juillet 2013. Il s’agit d’images faites dans les années 1970 et publiées, à quelques exceptions près, dans deux volumes célèbres du photographe : 14 Pictures (1974) et William Eggleston’s Guide (1976). Les tirages sont des dye-transfer récemment achetés par le MET.

2William Eggleston (né en 1939) est une icône du monde de la photographie, au moins pour deux raisons. Sa carrière atypique et sa participation, avec Joel Meyerowitz et Stephen Shore, à l’imposition de la photographie couleur dans le monde de la photographie créative. Photographe rare (il a relativement peu produit), monomaniaque (ses sujets sont presque exclusivement des vues de son Sud natal), c’est aussi une sorte de dilettante (on sent un photographe qui n’a manifestement pas besoin de son art pour vivre). À ces deux titres, Eggleston est un maillon important de l’histoire de la photographie au xxe siècle. Mais c’est aussi un photographe dont les images peuvent donner accès à une appréciation de la photographie créative à un plus large public.

3Il ne me semble guère utile de commenter ici les images de l’exposition en tant que telles. L’excellent site du MET y donne accès dans une version certes minuscule, mais qui permettra à chacun de se faire une idée de son contenu. Le titre, extrait d’un texte de l’auteur, « At war with the obvious », n’est pas l’une des moindres réussites de cette nouvelle exposition. Il dit, sous une forme compacte, cette tension qui traverse toute la photographie vernaculaire depuis Walker Evans jusqu’aux contemporains en passant par les célèbres « nouveaux topographes ». Bien loin de la facilité qu’un certain psittacisme maniéré d’aujourd’hui a transformé en une vulgate photographique (la frontalité du cadrage et la banalité des sujets), le travail d’Eggleston n’est ni mécanique, ni simple, et toujours dans un permanent équilibre pour essayer de percer (« at war ») le quotidien d’un environnement qui est profondément indéchiffrable parce que trop présent bien plus que banal (ou alors au sens juridique de « commun »). La présence de rares personnages dans l’image ne fait d’ailleurs qu’ajouter à son épaisseur. On a ici, avec Eggleston, un rappel salutaire, et une belle « expérience » pour le spectateur qui (au moins si j’en crois les quelques commentaires saisis au vol) finit par percevoir ce que ces images portent de questions.

4Cette exposition est aussi importante pour deux raisons : sa force visuelle et sa présence au MET. Les photographies d’Eggleston procurent un indéniable plaisir esthétique. Eggleston utilise en effet pour ses tirages le procédé du dye-transfer. Il s’agit, comme le Technicolor dont il est proche, d’une impression par pigments sur papier. Le résultat est spectaculaire par la richesse des tons obtenus, même si ceux-ci ne visent pas à une hypothétique « réalité », et par l’épaisseur presque physique de l’image qui lui confère une exceptionnelle présence. L’effet est au MET encore renforcé par la sobriété de la scénographie : les images, toutes de même format (40x50 cms), sont encadrées avec une marie-louise blanche et placées côte-à-côte dans deux pièces aux murs blancs. Sur chacun des murs principaux, quatre brèves citations de Eggleston présentent sa « philosophie » de l’image photographique.

  • 1  Carol Vogel, « The Lens rises in stature », The New York Times, 20 mars 2013.

5Enfin, le grand événement lié à cette exposition est qu’elle ait lieu au MET et que le musée ait acquis les tirages. On doit ce choix au récent recrutement, à la tête du département photo, de Jeff Rosenheim. Eggleston est pour une large part une créature du MoMA et de John Szarkowski qui a façonné son image et sa carrière. La photographie au MET, même si elle y a une présence ancienne, n’a jamais été l’un des points forts de la collection et des expositions. Or, l’arrivée de Rosenheim a correspondu à un tournant dans la politique du musée au regard de la photographie, avec, coup sur coup, la production de deux expositions importantes (Faking it : Manipulated Photography before Photoshop et aujourd’hui Street qui tente de relier la photographie au reste de l’art), et l’acquisition du groupe de tirages de Meyerowitz1. Ce que le MET va vouloir et pouvoir faire en matière de photographie reste à démontrer. Il devra peut-être investir dans ce qui reste son point fort, l’historiographie (comme avec l’exposition monographique d’Eggleston ou Faking it qui était un vrai modèle du genre) et se méfier de la production « artistique » (comme avec Street, carte blanche donnée à un artiste contemporain) pour laquelle manifestement sa compétence (et peut-être son espace) est moins adaptée.

Haut de page

Notes

1  Carol Vogel, « The Lens rises in stature », The New York Times, 20 mars 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Kempf, « Exposition « At War with the Obvious. Photographs by William Eggleston » », Transatlantica [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 09 avril 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5967

Haut de page

Auteur

Jean Kempf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org