Navigation – Plan du site
Trans’Arts

« Storm-Tossed Memories ». Intimité(s) altérée(s).

William Gleeson

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1 A la fin d’octobre 2012, l’ouragan Sandy frappa les îles de la Caraïbe et la côte est des Etats-Unis, faisant plus de 250 victimes. Il est aisé, voire superflu, de rappeler l’impact financier de cette catastrophe. Les chiffres font souvent oublier les conséquences personnelles qu’un tel désastre peut engendrer : décès d’un proche, destruction de son foyer, effacement de ses effets personnels. Tout un passé disparaît avec la montée des eaux, laissant les survivants faire face à ce qui reste.

2 Il semble presque déplacé de parler d’art face à un tel cataclysme. Or, le New York Times a soulevé cette question lors de la publication de photographies retrouvées après l’ouragan, des images emportées par les flots et retravaillées par une nature en rage. Le résultat est, on doit l’avouer, saisissant. Des photographies ordinaires, de celles que nous possédons tous, sont devenues - suggère le journal - des œuvres d’art. Des couleurs et des ajouts (feuilles mortes, traces de boue) ont altéré ces images, tant et si bien qu’on ne serait pas surpris de les trouver dans une galerie d’art. Dans son geste transformateur, la nature a repris le dessus et imposé sa loi, en quelque sorte, jusque dans le rappel que la vie, et non son image, est précieuse.

  • 1  Jean Galard, La beauté à outrance. Réflexions sur l’abus esthétique. Arles : Actes Sud, 2004, p. 1 (...)

3 Néanmoins, malgré leur beauté, ces images dérangent. On serait même tenté de dire à cause de leur beauté. Nous voulons que les images de catastrophes soient dépoétisées, que la souffrance et la beauté soient incompatibles. On a beau vouloir que la représentation de l’horreur soit aussi neutre que possible, l’événement, en raison même de son caractère extraordinaire, ne tolère pas une telle neutralité. Dans La beauté à outrance, Jean Galard fait la distinction entre destruction et catastrophe, non pour une question d’échelle mais de cruauté : « La catastrophe a ceci d’intéressant qu’elle est terminale et irréversible, comme l’aboutissement d’une tragédie. »1

4Les photographies publiées dans le New York Times ne sont pas celles de l’horreur elle-même : elles ne représentent ni la détresse ni la désolation. Tantôt joyeuses, tantôt banales, les images originales avaient été conservées pour rappeler un événement particulier, ou un simple moment. Le hasard y a apposé des couleurs criardes, encore plus violentes que celles des originaux. Les images qui en résultent évoque le passage de Sandy sans jamais le montrer ; on est confronté à des images du quotidien, devenues des balises du passé, démarquant l’avant et l’après.

5 La publication de ces images a divisé les internautes qui en découvraient l’existence : certains étaient mal à l’aise devant le dévoilement de l’intimité, tandis que d’autres en reconnaissaient avant tout le côté esthétique. Les premiers ont sans doute raison : en dépit du torrent d’images qui nous assaillent quotidiennement, une photographie, surtout un snapshot, reste une affaire privée ; on choisit le moment pour dévoiler nos images aux autres. Mais les « esthètes » n’ont pas tort non plus. L’image doit-elle se dérober éternellement aux vicissitudes du temps ? A quel instant nous échappe-t-elle pour vivre une autre vie ? La question de l’appartenance de l’image reste posée.

6 Des bénévoles ont fait savoir qu’ils étaient prêts à restaurer les photographies « mises en ruines » par l’ouragan Sandy, initiative déjà prise par des associations de photographes au Japon après le tsunami de 2011. Les images qui ont survécu à la catastrophe nipponne, exposées à la Fondation Aperture, ressemblent étrangement à celles du New Jersey et de New York. L’un des organisateurs japonais de ce sauvetage d’images notait alors :

  • 2  Munemasa Takahashi cité dans “Lost & Found: Salvaging Snapshots in Japan”, The New Yorker, 20 mars (...)

7After the disaster occurred, the first thing the people who lost their loved ones and houses came to look for was their photographs… Only humans take moments to look back at their pasts, and I believe photographs play a big part in that. This exhibit makes us think of what we have lost, and what we still have to remember about our past.2

8La perte de mémoire visuelle bouleverse, et à en juger par les réactions sur les images que Sandy a laissées dans son sillage, la transformation d’objets visuels dérange aussi. René Char a sans doute vu juste dans son poème « L’ordre légitime est quelquefois inhumain » :

  • 3  René Char, Fureur et mystère, Paris : Gallimard, 1962, p. 156.

Ceux qui partagent leurs souvenirs,
La solitude les reprend, aussitôt fait silence.
L’herbe qui les frôle éclôt de leur fidélité.
Que disais-tu ? Tu me parlais d’un amour si lointain
Qu’il rejoignait ton enfance.
Tant de stratagèmes s’emploient dans la mémoire.3

Haut de page

Notes

1  Jean Galard, La beauté à outrance. Réflexions sur l’abus esthétique. Arles : Actes Sud, 2004, p. 107.

2  Munemasa Takahashi cité dans “Lost & Found: Salvaging Snapshots in Japan”, The New Yorker, 20 mars 2012. http://www.newyorker.com/online/blogs/photobooth/2012/03/lost-found-project-japan.html#slide_ss_0=1

3  René Char, Fureur et mystère, Paris : Gallimard, 1962, p. 156.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Gleeson, « « Storm-Tossed Memories ». Intimité(s) altérée(s). », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 02 janvier 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5873

Haut de page

Auteur

William Gleeson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org