Navigation – Plan du site
Trans’Arts

Hugo vs The Artist ? Retour du cinéma muet à Hollywood

Clémentine Tholas-Disset

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi à l’heure de la surenchère budgétaire destinée à garantir les plus spectaculaires avancées technologiques, l’industrie cinématographique renoue-t-elle avec ses origines ? Le film sur le cinéma est depuis les années 1910 un genre classique des deux côtés de l’Atlantique (His New Job (1915), The Cameraman (1928), The Last Command (1928), Show People (1928), Sunset Boulevard (1950), Singin’ in The Rain (1952), A Star is Born (1954), La Nuit américaine (1973), The Player (1992), Ed Wood (1994), Cineman (2008), pour n’en citer que quelques-uns), les œuvres évoquant soit la période contemporaine à leur tournage soit l’âge d’or hollywoodien des années 1930. En 2011, alors que le médium vient de fêter son centenaire, la production cinématographique revient à la période du muet. La tendance est nouvelle.

His New Job (1915, Essanay). Archives nationales américaines.

2Dans les années 1970, Mel Brooks avait essayé de réintroduire le genre muet sur un mode décalé avec son Silent Movie (1976, CrossbowProductions), mais c’est par Hugo de l’Américain Scorsese(2011, Paramount Pictures, GK Films, Infinitum Nihil) et The Artist du Français Hazanavicius (2011, La Petite Reine, Warner Bros), certes épaulé par des capitaux émanant des Etats-Unis, que les cinémas muets français et américains sont récemment revenus à l’honneur.

3Le premier film célèbre un George Méliès âgé et inquiétant qui renaît grâce à un enfant curieux tandis que le second met en scène l’engouement pour la star hollywoodienne George Valentin, évoquant à la fois Douglas Fairbanks, Rudolph Valentino et Errol Flynn. Deux manières de filmer, deux visions croisées, mais une même dépendance au système hollywoodien et un but similaire : redorer le blason d’une forme de cinéma jugée désuète du fait de l’absence d’un son postsynchronisé qui, dans l’esprit du grand public, ne pouvait égaler le cinéma parlant. Il semble ainsi intéressant d’analyser comment Hollywood, grâce à Hugo et The Artist, réhabilite la naissance des images en mouvement et les moyens de production cinématographique disponibles des années 1900 à 1920, pour inviter le grand public à découvrir ou à redécouvrir l’art quasi-magique du cinéma d’antan.

4La sortie presque simultanée de ces deux films en 2011 semble découler d’un même désir de proposer une vision transatlantique de la production cinématique des premières décennies, mettant en perspective les studios de Montreuil et ceux d’Hollywood et montrant les liens de dépendance des industries filmiques dans les différents pays. A l’époque en effet, l’Europe et les Etats-Unis se livrent une compétition féroce pour placer leurs productions dans les réseaux de distribution locaux et internationaux. Dans les années 1900 et 1910, les films américains et européens, de formats et de genres distincts, touchent des publics différents. Les comédies et les westerns américains, souvent des courts ou moyens métrages, s’adressent à un spectatorat ouvrier et populaire tandis que les films français et italiens, inspirés des classiques de la littérature, attirent des gens plus lettrés et de classes sociales supérieures. Néanmoins, les films américains empruntent aux films européens leur technique, leur longueur et leur construction narrative. Dans le même temps, les compagnies de production européennes s’installent en Amérique pour bénéficier des paysages du Nouveau Monde, profiter du professionnalisme des opérateurs locaux et intégrer les larges réseaux de diffusion locaux. Cependant, cette lutte de pouvoir prend fin avec la Grande Guerre, quand le cinéma américain s’impose comme leader, ayant gardé, du fait de son éloignement des opérations militaires, les moyens de produire des films. Après la Guerre, les cinémas européens, français et anglais notamment, vont être soumis, contre leur gré, à la puissance du système hollywoodien, tandis que l’Allemagne tente de le contrer avec son industrie locale financée par le gouvernement, la UFA. Toutefois, même décrié, Hollywood attire des cinéastes européens, dans un milieu professionnel où les immigrants sont déjà nombreux. Ainsi, le cinéma est au cœur des échanges internationaux (économiques, idéologiques et artistiques) des années 1900 à 1920 et apparaît comme l’un des outils les plus efficaces de la mondialisation.

5Nouvelle illustration de ce phénomène d’interaction entre les pays, avec Hugo et The Artist, un Américain choisit de parler de la France tandis qu’un Français célèbre l’Amérique.

  • 1 En octobre 2011, les Giornate del Cinema Muto ontfêté leur 30e édition. Elles proposent pendant u (...)
  • 2 DOMITOR a été inauguré en octobre 1985 à Pordenone, lors des « Giornate del Cinema Muto », par ci (...)
  • 3 Créée en 1985, Lobster Films est une entreprise de production spécialisée dans la recherche, la c (...)
  • 4 Tournages : Paris-Berlin-Hollywood, 1910-1939, du 10 mars au 1er août 2010, à la cinémathèque fra (...)

6Les films de Scorsese et d’Hazanavicius témoignent par ailleurs du regain d’intérêt pour le cinéma muet, amorcé dans les années 1980. Le retour en force du cinéma des premières décennies se manifeste dans les cercles universitaires, chez les amateurs cinéphiles spécialisés, tout autant qu’auprès du grand public. Plusieurs manifestations scientifiques ont lancé cette tendance : Le Giornate del Cinema Muto1(rassemblement de spécialistes qui se tient depuis 1981 à Pordenone, en Italie), DOMITOR (association internationale pour le développement de la recherche sur le cinéma des premiers temps créée en 1985 par un groupe de chercheurs réunis à Pordenone)2. Par la suite, l’amour du muet a quitté le cadre de la recherche universitaire pour toucher des publics plus larges ; en effet, le San Francisco Silent Film Festival est devenu en une quinzaine d’années un événement populaire qui permet chaque année de découvrir ou de redécouvrir de grands classiques du cinéma muet au Castro Theater. En France, Serge Bromberg, le directeur de Lobster Films3, organise régulièrement, lors de ses « Retour de Flamme », des projections de films muets avec un accompagnement musical. En outre, la Cinémathèque française a organisé en 2010 une exposition intitulée Tournages : Paris-Berlin-Hollywood, 1910-19394, célébrant le cinéma muet international, en mettant l’accent sur le rôle pionnier de l’Amérique dans ce domaine ainsi que sur les liens entre Hollywood et l’Europe. La dernière étape de la réhabilitation du muet auprès du public a été la présentation de The Artist au festival de Cannes en mai 2011 et l’attribution à Jean Dujardin du prix d’interprétation masculine. Réalisé pour célébrer le 150e anniversaire de la naissance de George Méliès, Hugo, de Scorsese témoigne également de cet enthousiasme pour le cinéma muet, offrant au public une féerie parisienne fort éloignée des films new-yorkais qui ont fait la réputation du réalisateur.

7The Artist et Hugo permettent aux spectateurs modernes de comprendre comment, dans les années 1900 à 1920, étaient fabriqués les films. Il est fascinant de voir à quel point les deux films sont documentés, recréant avec une minutieuse exactitude les modalités de production cinématographique de l’époque.

8Avec Hugo, le spectateur est conduit dans un monde où le cinéma des premiers temps a quelque chose d’artisanal. Scorsese illustre avec élégance la façon dont George Méliès est passé d’une pratique d’amateur à une véritable professionnalisation du cinéma, en tournant dans un studio-verrière équipé de décors et d’accessoires et en créant une multitude d’emplois spécialisés (opérateurs, éclairagistes, décorateurs, costumiers).

9Le spectateur plongé dans Hugo découvre le tout début de l’aventure du cinéma du côté français, sans qu’aucune mention ne soit faite des Frères Lumière ou de Thomas Edison, les pionniers des appareils d’enregistrement et de diffusion (cinématographe, kinétographe, kinétoscope). Le film met l’accent sur la redécouverte du travail de Méliès, que l’on croyait mort lors de la première moitié de l’intrigue. Le personnage principal, un jeune orphelin vagabond nommé Hugo Cabret, n’est, à vrai dire, qu’un prétexte pour partir à la rencontre du cinéaste magicien, interprété par l’illustre Ben Kingsley. Même s’il n’est pas dans le registre où on l’attend habituellement, Scorsese joue le jeu des studios américains qui produisent son film puisqu’il convoque une pléiade d’acteurs de renom, ou très populaires auprès du grand public, tels que Christopher Lee, Jude Law, Sacha Baron Cohen, Richard Griffiths, mêlant ainsi, conformément aux impératifs hollywoodiens, Américains et Britanniques. Malgré ce respect des conventions, l’esthétique de Hugo reste sans doute déroutante pour les aficionados du réalisateur, dans la mesure où ce film de studio affirme une puissante dimension poétique, faisant écho aux fantasmagories de Méliès (tours, utilisation des couleurs sur la pellicule, effets spéciaux, etc.).

Méliès, véritable héros de Hugo (2011). Press kit Paramount

  • 5 “HUGO : Scorsese’s birthday present to Georges Méliès” Posted by bordwellblog On December 7, 2011 (...)

10Le film de 2011 met tout en œuvre pour rappeler l’atmosphère onirique des œuvres de Méliès et les efforts mis en œuvre pour développer le cinéma dans l’Hexagone. Hugo permet aussi d’évoquer la question de la préservation des œuvres cinématographiques avec le personnage fictif de l’historien du cinéma René Tabard (interprété par Michael Stuhlbarg) qui, dès les années 1920, réunit une collection des films de Méliès pour qu’ils restent accessibles aux générations futures. Scorsese n’a jamais caché son intérêt pour le cinéma des débuts et son désir d’œuvrer à la conservation des films anciens5. Ode au génie de Méliès, mais aussi à l’art du cinéma, plus qu’à son industrie, Hugo n’est pas un film muet mais minimise la part faite au dialogue, afin de faire valoir la supériorité de l’image en mouvement sur le verbe.

  • 6 Interview de Michel Hazanavicius dans le Press Kit de The Artist http://medias.unifrance.org/medi (...)
  • 7 Kevin Brownlow, The Parade’s Gone By, Berkeley, University of California Press, 1996 [1ère éditio (...)

11A l’instar du géant Scorsese, Michel Hazanavicius revendique son amour des réalisateurs ayant commencé à travailler dans l’industrie du film à l’époque du muet (Hitchcock, Lang, Ford, Lubitsch, Murnau, Wilder comme scénariste) et son désir de faire un film muet à leur façon. Il explique ainsi son désir de partager avec le public la dimension esthétique du cinéma des débuts, insistant sur le fait qu’à l’origine, tout était dans l’image, ce qui donnait au réalisateur le premier rôle et laissait au second plan les scénaristes et les acteurs. Le recours au noir et blanc et l’absence de dialogue parlé lui permettent d’ailleurs de jouer des codes stylistiques hérités de la période muette6. D’une certaine manière, les propos d’Hazanavicius et son détachement vis-à-vis du contrat réaliste rappellent la définition du cinéma donnée par le réalisateur des années 1920, Josef von Sternberg, dans le recueil d’entretiens de Kevin Brownlow, The Parade’s Gone By, où il décrit les acteurs comme des « marionnettes » ou des « touches de couleurs sur [sa] toile » et le cinéaste comme un « chirurgien » devant agir avec sang-froid. Il montre même à Brownlow comment, avec sa parfaite maîtrise des éclairages, il sait magnifier une actrice ou un lieu. L’essentiel est, selon Sternberg, de rechercher « l’illusion de la réalité » et non l’authenticité7. Hazanavicius s’inscrirait ainsi dans cette veine « déréalisante » du cinéma.

12Après avoir parodié les classiques hollywoodiens en détournant leurs dialogues dans La Classe américaine (1993, Canal +), il s’adonne au genre comique avec les deux OSS 117 (2006, 2009, Gaumont) et n’hésite pas à renouer avec ses acteurs fétiches, Jean Dujardin et Bérénice Béjo, pour passer du côté sérieux du cinéma avec le premier film muet du XXIe siècle, The Artist. Dans une perspective d’hommage aussi fidèle que possible, le film reproduit quasi-intégralement les contraintes techniques de couleur et de son du cinéma des années 1920. Ce pari audacieux n’a effrayé ni les producteurs français ni les producteurs américains, qui ont accepté de co-financer le film, attestant ainsi de leur confiance partagée dans le succès du muet. L’histoire d’amour entre deux acteurs, George Valentin et Peppy Miller, est l’occasion de mettre en avant le fonctionnement des studios, véritables villes dans la ville, avec leurs immenses plateaux et la foule des travailleurs du cinéma qui s’y presse.

13Le film raconte, avec force détails, un système de production industriel très rodé, qui recherche avant tout le profit au détriment parfois de considérations humaines, exprimant une vision critique de la profession cinématographique en vogue dès les années 1910, tels que His New Job (1915) de Chaplin. Sur le plan technique et artistique, The Artist réunit tous les éléments pour faire revivre avec succès le film muet : image en noir et blanc raffinée, accompagnement musical soigné, héros charismatique, héroïne pétillante, jeu expressif, alternance de scènes comiques et de moments tragiques sur fond de scénario où se succèdent grandeur et décadence, suivant un enchaînement ayant marqué de nombreuses carrières à Hollywood. En tournant une grande partie des scènes à Hollywood, avec des équipes et des acteurs américains (John Goodman, entre autres), le groupe de Français a su donner l’illusion d’être de vrais « yankees » du « Studio System ».

14Le résultat est si probant que le succès populaire, critique et professionnel est immédiat. A l’étranger, le film obtient sept « BAFTA (British Academy of Film and Television Arts) Awards » dont celui du meilleur acteur, trois « Golden Globes » dont celui de la meilleure comédie et du meilleur acteur et cinq « Academy Awards » dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur. En France, The Artist est récompensé du « César » du meilleur film ainsi que de ceux du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice. La reconnaissance du travail d’Hazanavicius et de son équipe est considérable des deux côtés de l’Atlantique, donnant raison à cette entreprise inattendue qui est finalement validée par la communauté internationale du cinéma. Cette rencontre extraordinaire entre le cinéma français et le cinéma américain est cautionnée par tous et l’obtention de prix donne lieu à une ressortie en salle du film, plusieurs mois après sa sortie initiale à l’automne 2011. Ces prix font office de gage de qualité et participent d’une nouvelle stratégie de promotion du film. L’approbation de la profession est érigée comme une garantie de sa qualité. The Artist devient un « must-see », voire le film de l’année, qui mérite de revenir sur les écrans pour qu’une seconde vague de spectateurs le découvre. L’opération commerciale est un succès puisque le film totalise plus de trois millions d’entrées en France et douze millions hors de l’Hexagone.

15Ce phénomène témoigne indéniablement du désir du grand public d’être transporté dans les années fastes des débuts du cinéma, où les stars étaient adulées comme des dieux vivants et où les films apportaient du rêve sur pellicule. Pour faire revivre cette grandeur passée, dont Hollywood s’est aujourd’hui sans doute éloigné, les films d’Hazanavicius et de Scorsese, moins opposés qu’il n’y paraît, se rejoignent dans une même démarche de célébration du cinéma des premiers temps. L’un est une œuvre chimérique proche du dessin animé tandis que l’autre est un hommage appuyé au cinéma américain, riche de références à son histoire.

16S’ils n’ont pas connu le même succès en salle (près d’un million d’entrées pour Hugo Cabret contre trois pour The Artist), les deux films témoignent à leur manière d’une même fascination pour le cinéma, à l’heure où l’on annonceune fois de plusla mort de ce divertissement populaire, déboulonné par la télévision et par internet. En racontant son histoire plus que centenaire, le cinéma déjoue ces pronostics funestes.

Haut de page

Notes

1 En octobre 2011, les Giornate del Cinema Muto ontfêté leur 30e édition. Elles proposent pendant une semaine des projections de films muets, des conférences thématiques, et des événements musicaux associés au cinéma. Des publications gérées par la Cinetecadel Friuli font généralement suite au festival.

2 DOMITOR a été inauguré en octobre 1985 à Pordenone, lors des « Giornate del Cinema Muto », par cinq membres fondateurs : Stephen Bottomore (Grande Bretagne), Paolo Cherchi Usai (Italie,) André Gaudreault (Canada), Tom Gunning (Etats-Unis), et Emmanuelle Toulet (France). L’une des activités les plus importantes de DOMITOR consiste en la tenue de son colloque international bisannuel sur différents aspects du cinéma des premiers temps. Le premier eut lieu à Québec en 1990 sur le thème « Religion et cinéma ».

3 Créée en 1985, Lobster Films est une entreprise de production spécialisée dans la recherche, la conservation et la restauration de films anciens.

4 Tournages : Paris-Berlin-Hollywood, 1910-1939, du 10 mars au 1er août 2010, à la cinémathèque française, Paris. Commissariat : Isabelle Champion et Laurent Mannoni.

Lors de cette exposition, deux cents photographies anciennes et rares présentaient au public l’univers légendaire des studios au temps où Paris, Berlin et Hollywood étaient les trois capitales les plus importantes du cinéma. Ces photographies nous montrent le cinéma en action : équipes et appareils techniques, costumes et décors, stars et réalisateurs de l’époque. Deux collections sont à l’origine de l’exposition : celle de la Cinémathèque française (quelque 500 000 clichés) et celle d’un cinéphile disparu, Gabriel Depierre (environ 150 000 clichés).

5 “HUGO : Scorsese’s birthday present to Georges Méliès” Posted by bordwellblog On December 7, 2011 @ 10:43 am http://www.davidbordwell.net/blog/2011/12/07/hugo-scorseses-birthday-present-to-georges-melies/

6 Interview de Michel Hazanavicius dans le Press Kit de The Artist http://medias.unifrance.org/medias/114/206/52850/presse/the-artist-2011-presskit-francais-1.pdf

7 Kevin Brownlow, The Parade’s Gone By, Berkeley, University of California Press, 1996 [1ère édition 1968], 202-10.

Haut de page

Table des illustrations

Légende His New Job (1915, Essanay). Archives nationales américaines.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/5799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Méliès, véritable héros de Hugo (2011). Press kit Paramount
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/5799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende The Artist (2011). Press kit / Wild bunch sales.
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/5799/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/5799/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Tholas-Disset, « Hugo vs The Artist ? Retour du cinéma muet à Hollywood », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5799

Haut de page

Auteur

Clémentine Tholas-Disset

Université Paris-Est Créteil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org