Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Internet a changé la vie des amateurs de musique populaire, plus précisément des musiciens amateurs. Jusqu’aux années Internet, des milliers d’adolescents (souvent des garçons) fans de rock, folk et autres musiques populaires déchiffraient accords et solos en écoutant dix, vingt fois le même morceau sur leur pick-up, jusqu’à ce que le mystère d’un picking complexe soit enfin révélé, que le riff cède devant leur obstination et qu’ils puissent enfin, devant des copains jaloux et épatés, et quelques filles qu’ils convoitaient en secret, jouer à la note près les morceaux de leurs héros. Les plus chanceux avaient dans leur entourage un initié qui pouvait leur montrer doigtés et rythmiques et accélérer l’apprentissage.

2L’écrit n’avait que peu de place. Certes, il était toujours possible d’acheter des partitions, des song books, mais ceux-ci, écrits selon les règles de la notation musicale classique, ne permettaient de produire qu’une version très approximative de formes musicales où le rythme, le doigté, le phrasé et le son occupent une place bien plus importante que la mélodie et l’harmonie. Car en bonne musique populaire, même le rock suit les principes qui régissent le folk : transmission orale reposant sur les coutumes et traditions d’une communauté, importance de la mémoire. Seule entorse au folk primitif, dorénavant, la musique était enregistrée et donc répétable à volonté.

3Puis Internet est arrivé. Dans un premier temps, seules ont circulé sur le réseau des tablatures, tentative maligne de rendre compte des doigtés et des effets utilisés par les guitaristes. Surtout, la communauté des internautes y ajoutait conseils et commentaires, dont les plus précieux concernaient par exemple le type d’accordage (tuning) utilisé pour tel ou tel morceau, le type même de secrets indispensables pour pouvoir imiter au plus près l’original et que les partitions commerciales ne donnaient jamais.

4Depuis, il y a eu YouTube (et son petit frère, Dailymotion), et là, tout a changé. Car YouTube a apporté le son et l’image. Des centaines d’internautes, anglo-américains pour la plupart, par appât du gain ou avec générosité, par vanité ou avec candeur, ont alors téléchargé des vidéos amateurs, de qualité sonore et visuelle parfois approximative, dans lesquelles non seulement ils proposent leur propre version d’innombrables chansons folk, rock, jazz, blues ou country, mais qu’ils accompagnent de commentaires, d’explications et de démonstrations sur le doigté, l’accordage ou la sonorité les plus justes, y compris grâce à des incrustations d’écran ou à des écrans divisés (split screens). On y trouve de vieux routiers ayant largement dépassé l’âge de la retraite (http://www.youtube.com/​watch?v=7cVV5QSY7Rg) comme des gamins qui n’ont même pas une dizaine d’années (http://www.youtube.com/​watch?v=cBdTCRFd3W0), une majorité d’hommes, mais aussi quelques rockeuses (http://www.youtube.com/​watch?v=dS__pVf8jVs&feature=relmfu). Certains sont tout simplement pitoyables, d’autres se révèlent non seulement de remarquables musiciens, mais aussi d’excellents professeurs (http://www.justinguitar.com/​index.php). La vidéo, d’une durée moyenne de 10 à 15 minutes, est souvent entièrement gratuite. Quelques rapaces n’en offrent que les premières minutes, la suite nécessitant de sortir sa carte de crédit (http://www.youtube.com/​watch?v=qWezrUQd1uo). Et il faut bien souvent subir quelques secondes préalables de publicité nauséeuse.

5Le dispositif visuel retenu par les internautes est particulièrement intéressant. La caméra est la plupart du temps celle installée d’office sur l’ordinateur, avec ses limites en termes de qualité et d’angle. En revanche, le contexte varie grandement. Chambre d’étudiant savamment dérangée, parfois intérieur bourgeois confortable, tous cherchent à mettre en valeur l’importance de la musique dans leur vie. Suivant les genres, on y verra des guitares électriques accrochées au mur (http://www.youtube.com/​watch?v=ljYQ93q5bzo) ou des harpes celtiques appuyées contre un piano (http://www.youtube.com/​watch?v=D-cor7jDlN0). L’intimité ici révélée est à la mesure de l’investissement que représente la musique populaire dans la vie des générations qui ont grandi depuis les années cinquante. Il s’agit bien plus que de musique, mais de façons de vivre, et au-delà, de l’affirmation d’une identité construite à partir de la musique populaire et des mythes et valeurs qui y sont associés. Les tenues vestimentaires, les intérieurs, les instruments choisis, la façon de parler, tout est l’indice d’une volonté d’appartenance et d’association à une communauté choisie, quitte à créer par l’accumulation de codes visuels et comportementaux une fiction peu authentique, mais gratifiante. YouTube et ces vidéos de type « how to play » permettent ainsi une plongée vertigineuse à l’intérieur de la vie de fans ordinaires, une visite guidée du quotidien et de l’imaginaire d’une communauté protéiforme.

6Le plus captivant est sans aucun doute Privettricker (http://www.youtube.com/​user/​privettricker/​videos?sort=dd&view=0&page=2), un Américain de 43 ans. Par le nombre même des vidéos qu’il a mis en ligne, 1256 à ce jour. Il ne s’agit pas à proprement parler de tutorials ; il se contente de passer le morceau sur un CD et de l’accompagner à la guitare, à la perfection, le son de son propre instrument se superposant avec subtilité à celui des musiciens. Pour le spectateur déjà familiarisé avec l’instrument, le gros plan sur les doigts suffit à en faire une fructueuse leçon. L’endroit où se trouve Privettricker change parfois, du moins la pièce, mais on devine une demeure cossue, élégante. L’homme change aussi de guitares fréquemment, acoustiques, électriques, la collection a l’air riche, du matériel somptueux, de haut de gamme. C’est le dispositif adopté qui est le plus fascinant, toujours le même, de façon vertigineuse. Le visage de Privettricker reste systématiquement hors-champ, seuls son torse, ses bras et ses cuisses, sur lesquelles repose la guitare, sont visibles. Il est toujours en jeans, mais enfile un T-shirt différent presque pour chaque vidéo. Là aussi la collection à l’air riche, des T-shirts au nom de groupes de rock, de bars ou d’universités américaines. Un torse, sans visage, un T-shirt, un jean, une guitare, 1256 fois. Et chaque jour, une, deux ou trois nouvelles vidéos. La mythologie du rock se réduirait-elle à cela ? En tout cas, telle semble être la vie et l’univers de Privettricker, nets, précis, confortables, maîtrisés, entièrement consacrés à la musique populaire. Peu à peu, se dessine alors une sérigraphie à la Warhol, 1256 reproductions de tonalités différentes, un même à chaque fois légèrement altéré, à l’image d’un pop art dont le rock est si proche à bien des égards.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Chastagner, « YouPlay », Transatlantica [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 13 novembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5789

Haut de page

Auteur

Claude Chastagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org