Navigation – Plan du site
Varia

Diane Arbus

Au Jeu de Paume, du 18 octobre 2011 au 5 février 2012 (en collaboration avec The Estate of Diane Arbus LLC, New York, et avec la participation du Martin-Gropius-Bau, Berlin, du Fotomuseum Winterthur et du Foam_Fotografiemuseum Amsterdam).
Anita Béquié

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Diane Arbus, 1960 Notebook (No. 4), as quoted by Sandra S. Phillips, “The Question of Belief” in (...)

« If we are all freaks the task is to become as much as possible the freak we are. »1

1Diane Arbus (New York, 1923 – 1971) commença à travailler dans les années 1950 avec son mari Allan Arbus comme photographe de mode. Mais très vite elle se détourna de cet univers et commença, seule, à faire des portraits plus personnels, plus audacieux, plus perturbants. Elle parvint peu à peu à révéler les imperfections et les combats intrinsèques de ses sujets, et par métonymie, de la société américaine de son temps.

2 Le travail de Diane Arbus se situe toujours à la frontière, aux frontières. Aux frontières qui séparent la personnalité privée de l'image publique, aux frontières qui séparent les gens ordinaires des gens extra-ordinaires. Grand nombre de ses portraits les plus saisissants sont une représentation sans détour de gens marginaux, et sa façon de les donner à voir est tout aussi déstabilisante que les modèles eux-mêmes. Elle a exploré leurs identités diverses, et les a présentés comme des personnages complexes, mais bel et bien humains. Le jeune homme en bigoudis qui fixe l'objectif est étrange et singulier sous bien des aspects : ses sourcils sont épilés, ses yeux maquillés, et ses ongles vernis. Il se prépare sans doute à se transformer en femme. Néanmoins, sa main – qui apparaît gigantesque sur la photo – la forme de sa mâchoire, tout indique que la supercherie ne dupera personne. Et son regard, certes direct, mais empli de tristesse, est un aveu silencieux mais résolu de l'échec inévitable de sa métamorphose.

  • 2 Susan Sontag, On Photography, [1977], (London : Penguin Classics, 2002), 47.
  • 3 Diane Arbus, An Aperture Monograph, Millerton, New York, Aperture, 1972, 15.

3Par la frontalité de ses photographies, Diane Arbus est également parvenue à mettre en lumière les failles que ses modèles « ordinaires » s'efforçaient, au quotidien, de garder secrètes. Bousculant les classifications habituelles, elle a, grâce à son regard si particulier, inventé une nouvelle communauté de gens étranges, communauté dans laquelle les attardés mentaux, les nains, les nudistes, les hermaphrodites, les bourgeois et les gens ordinaires partagent les murs des musées, ou les pages des livres. Comme l'a écrit Susan Sontag, “The subjects of Arbus’s photographs are all members of the same family, inhabitants of the same village. Only, as it happens, the idiot village is America.”2 Et leurs points communs, de façon inattendue, se mettent à exister. Diane Arbus avait raison en déclarant : “I really believe there are things which nobody would see unless I photographed them.”3

4L'exposition proposée par le Jeu de Paume (Paris 8°) du 18 octobre 2011 au 5 février 2012 nous permet de voir rassemblée, pour la première fois en France, l'œuvre remarquable de Diane Arbus. En effet, plus de deux cents photographies sont présentées, et le spectateur découvre ainsi un corpus qui ne se limite pas aux freaks, souvent considérés comme emblématiques de son art.Les portraits les plus connus, de format carré, aux bords flous et au cadrage resserré autour du modèle sont bien présents, mais cette exposition rend également hommage aux photographies plus anciennes, et permet donc d'apprécier l'étendue de sa production.

  • 4 Diane Arbus, “Five photographs by Diane Arbus,” Artforum, May 1971, 64, as quoted in Sandra S. Phi (...)

5Le tout est organisé sobrement, les photographies ne sont accompagnées d'aucun commentaire. Une note sur le mur d'entrée explique ce choix, tout comme est annoncée la décision de ne pas classer les images de façon thématique ou chronologique : « A photograph is a secret about a secret. The more it tells you the less you know. »4

6 Si l'exposition est riche et le travail d'Arbus passionnant, on peut cependant regretter l'absence de fil conducteur. Les tirages se suivent et ne se ressemblent pas, diverses photographies prises dans le cadre d’un même projet se trouvent à plusieurs salles d'écart (c’est le cas notamment des deux photographies qu'elle avait prises pour illustrer son article « Two American Families » écrit pour le Sunday Times Magazine de Londres : A family on their lawn one Sunday in Westchester, N.Y. 1968 et A young Brooklyn family going for a Sunday outing, N.Y.C. 19665) et le choix de ne pas présenter les photographies de façon chronologique rend peu perceptible l'évolution pourtant si importante que son travail a connue. En effet, en 1962, Arbus change d'appareil photo et décide de travailler avec un Rolleiflex 6x6 (elle utilisait jusqu'alors un appareil 35 mm, plus maniable). Ce changement est capital : le temps de pose est plus long, l'objet plus encombrant, les sujets font plus que jamais partie intégrante du processus photographique. Les formats carrés et la frontalité qui deviennent la marque de fabrique de Diane Arbus sont intrinsèquement liés à ce changement d'appareil. Les clichés antérieurs ont un grain plus important, un format différent, une atmosphère certes déjà marquée, mais pas encore si facilement identifiable.

7 Enfin, la visite se termine par quelques salles qui exposent le parcours de Diane Arbus, offrant de nombreux éléments d’information sur son travail pour les magazines et sur l’évolution de sa technique (notamment son changement d'appareil photo). Il est peut-être dommage que ces informations ne soient communiquées qu'à la fin, tout d'abord parce qu'elles auraient pu enrichir la visite de ceux qui découvraient Arbus pour la première fois, mais aussi parce que le visiteur, après avoir évolué dans les salles bondées, n'aura peut-être pas le courage de prolonger sa rencontre avec l'artiste. Il aurait été sans doute plus judicieux d'intégrer ces précisions au sein même de l'exposition, comme cela avait été le cas lors de la rétrospective Diane Arbus : Revelations qui était notamment passée par Londres en 2005-2006.6

8 Cela dit, le Jeu de Paume nous offre une exposition d'une grande richesse, inédite en France. Le regard de Diane Arbus reste, quarante ans après sa mort, d'une justesse et d'une franchise indiscutables, et pose aujourd'hui encore les questions de l'identité et du paraître. Les personnages fixés par le flash d'Arbus et présentés à nous aujourd'hui sont à jamais grotesques, à jamais fragiles. Ils sont figés et resteront pour toujours ce que Diane Arbus a détecté, un jour, chez eux. Comme l'a écrit Nan Goldin :

  • 7 Nan Goldin, “Diane Arbus”, in Elisabeth Bronfen, ed., Nobuyoshi Araki, Diane Arbus, Nan Goldin, Sa (...)

Arbus didn't necessarily want to show people as they wanted to be seen, but needed to unmask them, strip away their layer of self-illusion, and so her subjects stand both as themselves and as projections of them.7

9Diane Arbus a montré que les différences entre les personnes intégrées dans la société et celles qui en sont exclues sont plus ténues qu'il n'y paraît ; elle a su révéler une sincérité et une dignité bouleversantes chez un nain mexicain photographié dans sa chambre d'hôtel à New York,8 alors que le roi et la reine d'un bal du troisième âge, éblouis par le flash, portant leurs couronnes de travers et des tenues ridicules, semblent incarner le grotesque.9 De même, les enfants, habituellement sujets de prédilection pour représenter l'innocence et la joie, sont photographiés sans compassion : les jumelles apparaissent quasi fantomatiques dans leurs tenues identiques, et le contraste prononcé de la photo, tout comme le cadrage, ne font qu'accentuer la rigidité de leur posture.10 Quant à l'enfant maigrichon qui tient une grenade en plastique et regarde l'objectif de façon crispée,11 il n'a rien lui non plus des écoliers de Doisneau. Le cadrage relativement large accentue d'autant plus sa maigreur et son isolement. Son regard, droit dans l'objectif, semble nous interroger. Savait-il qu'un jour, il serait à l'affiche d'une telle exposition ?

10 Chez Diane Arbus, la représentation du genre humain est toujours surprenante, et le visiteur est forcé de réviser son jugement, de changer son propre regard. Qui sommes-nous ? Qu'est-ce que la normalité ? Où se situer ? Autant de questions que l'on a en tête en quittant ce somptueux bâtiment et en repartant à travers le jardin des Tuileries.

Haut de page

Notes

1 Diane Arbus, 1960 Notebook (No. 4), as quoted by Sandra S. Phillips, “The Question of Belief” in Diane Arbus Revelations, London, Jonathan Cape, 2003, 54.

2 Susan Sontag, On Photography, [1977], (London : Penguin Classics, 2002), 47.

3 Diane Arbus, An Aperture Monograph, Millerton, New York, Aperture, 1972, 15.

4 Diane Arbus, “Five photographs by Diane Arbus,” Artforum, May 1971, 64, as quoted in Sandra S. Philips, op. cit., 58.

5 http://masters-of-photography.com/A/arbus/arbus_westchester_family_full.html

http://masters-of-photography.com/A/arbus/arbus_brooklyn_family_full.html

6 Compte rendu de l'exposition à cette adresse : http://transatlantica.revues.org/594

7 Nan Goldin, “Diane Arbus”, in Elisabeth Bronfen, ed., Nobuyoshi Araki, Diane Arbus, Nan Goldin, Sammlung Goetz, München, 1997, 95.

8 http://masters-of-photography.com/A/arbus/arbus_dwarf_full.html

9 http://masters-of-photography.com/A/arbus/arbus_king_and_queen_full.html

10 http://masters-of-photography.com/A/arbus/arbus_twins_full.html

11 http://masters-of-photography.com/A/arbus/arbus_hand_grenade_full.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anita Béquié, « Diane Arbus », Transatlantica [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5382

Haut de page

Auteur

Anita Béquié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org