Navigation – Plan du site
Varia

Chester Higgins, New York City, a Young Moslem Woman in Brooklyn, 1990

Fatma Zrann

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1

2 Né en 1946, Chester Higgins est l’un des photographes majeurs de sa génération. Témoin de périodes phares de l'histoire politique et artistique noire américaine, il explore à travers ses images l’identité culturelle des Africains-Américains. Son rapport à la photographie a été fortement influencé par sa rencontre avec P.H. Polk (1898-1985), photographe officiel du Tuskegee Institute,  (le premier établissement d'enseignement afro-américain fondé en 1881 en Alabama). Tandis que Higgins fut en son temps le portraitiste de la population rurale et de la classe moyenne noires, Chester Higgins Jr. est le photographe contemporain des Africains-Américains et de la diaspora africaine. Inspirées par le panafricanisme de Marcus Garvey, ses images répondent à une quête identitaire de groupe, visant à se définir de façon autonome.

3Sa carrière débute en 1975 au New York Times, où il couvre des événements politiques et sociaux majeurs telle que la révolte des étudiants noirs en 1965, en Alabama, la lutte pour les droits civiques, ou encore l'accès à l'indépendance des pays africains. L'ensemble de son œuvre, qui s’étend sur près d’un demi-siècle, offre un vaste panorama de l’histoire de la photographie noire et américaine.

4De son propre aveu, Chester Higgins Jr. s’est orienté vers le photojournalisme pour l'engagement politique et social qui définit le genre, lui permettant notamment d'explorer visuellement les modes d'exercice du pouvoir. Après avoir sillonné le continent africain, joignant le texte à l'image, il a écrit plusieurs livres illustrés (« photo essays ») sur l'Afrique et sa diaspora, tels que Drums of Life : A Photographic Essay on the Black Man in America (1974) et Echo of the Spirit : A Photographer’s Journey (2004). Publié en 1994, Feeling the Spirit : Searching the World for the People of Africa décline les modes d'intégration de la culture africaine à travers le monde, par le biais d'images centrées sur ses rites et pratiques. Ce portrait, New York City, a Young Moslem Woman in Brooklyn (1990), en est l'expression manifeste.

5L’objectif se fixe ici sur le visage d'une femme noire, dont on ne voit que les grands yeux noirs, le reste de son visage étant couvert par le voile blanc qu’elle porte. Couleur de peau et affiliation religieuse se trouvent ainsi efficacement recentrées autour d'une forte opposition entre noir et blanc, renforcée par une prise de vue frontale, en gros plan. L'expression des yeux de cette femme, dont les autres traits physiques sont rendus invisibles par le port du voile, retient l’attention et invite le spectateur à s'interroger sur son identité et son statut.

  • 1 Clyde Taylor, « Empowering the Eye », dans Barbara Head Millstein, in Committed to the Image : Con (...)

6Ce portrait doit être replacé dans le cadre du mouvement anti-islamique qui s'est développé lors de la guerre du Golfe de 1990-1991. Présentée en février 2001 dans le cadre de l’exposition Committed to the Image : Contemporary African American Photographers au Brooklyn Museum of Art de New York, elle invitait chacun à porter un nouveau regard sur cette communauté, au-delà des clichés qui lui sont habituellement attachés. C'est sans doute le sens qu'il faut attribuer à l'expression « Empowering the Eye »1 de Barbara Head Millstein, commissaire de l’exposition, qui désigne la montée en puissance du regard du sujet comme du spectateur.

  • 2 The American Graduation Survey, Self Described Religious Identification of U.S Adult Population, 1 (...)
  • 3 Elvan Zabunyan, Black is a Color, Paris, Dis Voir, 2004, 81.

7Pour Chester Higgins, l’appareil photographique est un outil qui permet l'exploration d'une identité en quête d'elle-même. Mettre le voile – selon les principes de l’islam –, c’est refuser de se faire connaître et reconnaître. En se laissant photographier avec le voile, la femme musulmane réclame ici la reconnaissance de son identité religieuse dans une période où les musulmans américains – bien qu’ils forment la troisième religion nationale après le christianisme et le judaïsme2 – sont sujets à diverses formes d’ostracisme, après avoir été longtemps quasi invisibles au sein de la société américaine. Plutôt que le signe d'une réclusion dont elle serait la victime, le voile est porté d’une manière librement consentie et même comme une pièce vestimentaire qui la met en valeur. Caché mais ouvert, ce visage laisse deviner la beauté de cette « jeune musulmane de Brooklyn, » irréductible à son appartenance sociale ou religieuse. Ainsi « transformée en valeur esthétique »3, pour reprendre l'expression d'Elvan Zabunyan, la couleur se fait le vecteur d'une nouvelle perception de l'autre.

  • 4 Chester Higgins Jr., « P.H. Polk and Me », The Crisis, décembre 1998, 40.

8« There is no camera that can make a picture. [...] Only your eyes can make a picture. »4écrivait P.H. Polk. Photographe engagé, Chester Higgings nous somme de regarder ce que ses yeux ont vu derrière l’objectif de son appareil photo.

Haut de page

Notes

1 Clyde Taylor, « Empowering the Eye », dans Barbara Head Millstein, in Committed to the Image : Contemporary Black Photographers, catalogue d’exposition, New York, Brooklyn Museum of Art, 2001, 12.

2 The American Graduation Survey, Self Described Religious Identification of U.S Adult Population, 1990-2001, http://www.gc.cuny.edu/faculty/images/image004.gif

3 Elvan Zabunyan, Black is a Color, Paris, Dis Voir, 2004, 81.

4 Chester Higgins Jr., « P.H. Polk and Me », The Crisis, décembre 1998, 40.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://transatlantica.revues.org/docannexe/image/5370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatma Zrann, « Chester Higgins, New York City, a Young Moslem Woman in Brooklyn, 1990 », Transatlantica [En ligne], 1 | 2011, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5370

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org