Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paul Schor, Compter et classer. Histoire des recensements américains, Paris, Éditions EHESS, En temps & lieux, 2009

Elise Marienstras

Entrées d’index

Par rubrique :

Comptes rendus
Haut de page

Texte intégral

1Avec le recensement décennal, défini par Paul Schor comme « un instrument politique, administratif et scientifique », l’auteur dispose d’une mine abondante en sources statistiques. Mais comme dans toute donnée statistique, les chiffres obtenus ne sont intéressants que par l’objet qu’ils qualifient et, dans le domaine démographique, par la manière dont les objets quantifiés sont organisés par le recenseur. Or, ce qui change dans la méthode du recensement aux États-Unis, c’est avant tout l’ordre selon lequel sont organisées les données chiffrées, au gré de la croissance numérique de la population américaine comme, et surtout, de la politique démographique des autorités qui agissent aux stades successifs du recensement : au premier stade, le Congrès vote la loi d’orientation générale pour le recensement de la décennie ; au second stade correspond la formulation par le Directeur du recensement des catégories auxquelles il faudra faire place dans les formulaires ; et enfin, au sein du Bureau des recensements, les agents dirigeants indiquent aux enquêteurs la manière dont devront être conduites les enquêtes sur le terrain dont les résultats remonteront à Washington où seront établis les registres finaux.

2Chez Paul Schor, le recensement est une opération bien plus complexe que le seul relevé statistique. L’auteur ne s’attarde pas sur les données brutes de croissance numérique par voie naturelle ou migratoire, ni sur les caractères sociaux tels que la profession ou le revenu, ni sur la répartition démographique régionale ou locale, ni même sur les différences numériques selon le genre ou l’âge, pourtant très tôt relevées par les agents du recensement. Ces données ont en effet donné lieu à des études relativement nombreuses qui offrent d’autres perspectives que celles de Paul Schor. Car Compter et classer, dont il faut dire tout de suite l’importance par la minutie, l’étendue et la profondeur de la documentation ainsi que par les implications qui en sont finement tirées, présente un intérêt particulier : sans se départir de l’étude de démographie historique que lui permettent ses sources, il plonge au tréfonds de la relation juridique, politique et sociale entre majorité et minorités au cours de l’histoire des États-Unis.

3L’attention de Schor se concentre surtout sur les catégories en tant qu’ordre symbolique, selon lesquelles le Bureau du recensement définit la manière dont seront appréhendées les composantes d’une nation qui se perçoit comme toujours en devenir. Et, parmi ces catégories, la couleur et le statut sont examinés avec soin en tant que rubriques séparées, dans leur évolution, leur sémantique, la multiplication de leurs divisions et subdivisions, les ajouts que la « science » y apporte au cours du siècle et demi parcouru par Compter et Classer. En un sens, l’étude de Schor conduit à un examen sémantique de la taxinomie des recensements successifs, qui obéissent aux choix des membres du Congrès en accord avec le Bureau du Recensement. Ces choix seront inscrits dans la loi qui, chaque décennie, édictera les méthodes à suivre par les agents pour établir les formulaires ; ceux-ci seront alors remplis par d’autres agents qui y consigneront les réponses des habitants recensés aux questions pré-établies par la loi.

  • 1  Patricia Cline Cohen, A Calculating People. The Spread of Numeracy in Early America, Chicago, Univ (...)
  • 2  Voir Benjamin Franklin, « Observations Concerning the Increase of Mankind, Peopling of Countries, (...)

4Chez les Américains, ce « peuple calculateur », comme le nomme Patricia Cline Cohen dont l’ouvrage épaule celui de Schor1, le goût de la recherche démographique s’est implanté lorsque les treize États étaient encore colonies anglaises ; outre l’intérêt des colons attachés à leur propre réussite, il y fut, si l’on peut dire, initié par la Couronne britannique qui, depuis le début du xviiie siècle, désireuse de connaître et d’accroître les bénéfices et les moyens de défense des colonies contre les empires rivaux, fit quelques demandes de recensements, qui restèrent fragmentaires, à des gouverneurs coloniaux. Cependant, comme on le voit chez Benjamin Franklin ou Thomas Jefferson2, la démographie, la numération, le classement faisaient déjà, lors des Lumières à l’époque coloniale, les délices de quelques philosophes et politiques, démographes amateurs et planteurs gestionnaires.

5À la fin du xviiie siècle, lorsque les colonies acquièrent leur indépendance après une guerre difficile, la Constitution fédérale, rédigée en 1787 et mise en œuvre deux ans plus tard, incorpore, dans les outils dont dispose le Congrès pour organiser la république et la financer, le recensement de la population qu’elle prévoit d’effectuer régulièrement tous les dix ans et dont elle envisage même les changements de méthode par l’adoption d’une loi votée par le Congrès avant chaque recensement, à moins que le législateur reconduise la loi précédente. Dès l’origine, le recensement figura ainsi comme composante des instruments fondamentaux de la nation unie dans un État fédéral. Il s’agit d’un acte essentiel à la souveraineté de l’État fédéral. Il fonde la politique de l’immigration, il est un élément premier du processus électoral, il joue un rôle crucial dans la hiérarchie des statuts, des races, des origines nationales des nouveaux-venus. Qui allait faire partie de la nation ? Comment connaîtrait-on le nombre de représentants et le montant des impôts dans les États respectifs ? La Constitution, dans l’article I, section 2 consacré au Congrès législatif, précisait que « les représentants et les taxes directes seront répartis parmi les différents États en proportion de leurs nombres respectifs, qui seront calculés en ajoutant au nombre total de personnes libres, y compris les personnes engagées pour un nombre défini d’années, et non compris les Indiens qui ne sont pas taxés, trois-cinquièmes de toutes les autres personnes non libres ». Notons avec Paul Schor que la Constitution ne comporte qu’un seul chiffre, et encore sous forme de fraction — les trois-cinquièmes — et que ni le mot d’esclave, ni celui de Noir n’y sont jamais énoncés : comme le remarque l’auteur, « on dit que la Constitution est ‘color blind’ alors que le recensement est loin de l’être » dès le début des États-Unis et même jusqu’à nos jours.

6James Madison, pourtant réputé être le principal auteur de cette Constitution, avait amèrement regretté la « clause des trois-cinquièmes » qui faisait « d’un Noir les trois-cinquièmes d’un homme libre » ; après lui, on a beaucoup glosé sur cet aspect d’une Constitution dont les auteurs se voulaient les « pères fondateurs » d’une nation fédérée et de son État — ou, suivant les termes actuels, les « pères » d’un État-nation — auxquels il semblait que tous les choix étaient permis, dont celui d’opérer un tri parmi les populations qui habitaient ou souhaitaient habiter le continent nord-américain selon qu’elles étaient ou non adaptées au destin que les fondateurs lui promettaient.

7Traçant une percée au long de l’histoire des États-Unis de 1790 à 1940, l’ouvrage est découpé en cinq parties chronologiques, elles-mêmes réparties en vingt chapitres thématiques. Les cinq étapes de l’étude sont chacune marquée par une question majeure qui affecte les populations, non seulement dans leur évolution numérique, mais, le plus souvent, dans l’importance relative des problèmes que pose l’un des segments de la population : la première étape couvre la période 1790-1840, celle de la jeune république pendant laquelle les citoyens cherchent à faire ressortir l’homogénéité culturelle d’une nation encore dépourvue de consistance sédimentaire et où les différences se disent en termes de statut — libre et non-libre —, ce dernier état recouvrant, dans l’esprit des autorités, la couleur noire des esclaves, les Noirs libres ne faisant leur apparition que plus tardivement dans le recensement. Cette première série de recensements officiels se trouva être, vers la fin de la période, un instrument utile dans le débat qui commençait concernant l’esclavage. Officiellement, c’est la ligne constitutionnelle qui prévaut alors en classant les populations selon « deux humanités distinctes » (ajoutons à la formule de Schor : « et très inégales »).

8La deuxième étape, entre 1850 et 1865, est celle de la première complexité démographique. La période est marquée par la crise politique grave qui conduira à la guerre de Sécession. C’est pendant cette quinzaine d’années que le Congrès trouve nécessaire d’individualiser le recensement, dénombrant personnellement chaque membre d’une famille avec ses caractéristiques identitaires, telles que le nom, le prénom, l’âge, la profession. L’individualisation commence à concerner aussi les esclaves dont, cependant, on exclut le lieu de naissance, oublié pour cause de fréquents déplacements par vente ou migration. Les recensements sont désormais conduits par des techniciens, des experts qui interprètent la loi suivant des logiques propres, cependant que la crise politique liée à l’esclavagisme ne peut être occultée dans le recensement. Les partisans de l’esclavage et ses adversaires trouvent des arguments utiles dans le recensement, tels que la mention des handicaps mentaux des mulattoes par exemple. Pendant cette période, la notion de race commence en effet à être affinée, la catégorie mulatto entrant comme une variante dans le recensement des Noirs ; ceux-ci d’ailleurs sont désormais nettement distingués en libres et non-libres. Puis vient la guerre de Sécession, la terrible défaite du Sud en 1865 et ce qui s’ensuit pour le recensement d’où le statut d’esclave disparaît.

9Les troisième (1850-1900) et quatrième (1900-1940) périodes sont perçues par l’analyste comme reflétant la modernisation de la société américaine et la diversification de la population. Immigration des Chinois, puis des Japonais pour l’origine asiatique, immigration de l’Europe orientale et méridionale en période de révolution industrielle, sans compter, ajoutera-t-on au texte de Schor, la conquête à marche forcée de l’Ouest, c’est-à-dire des terres indiennes, y compris la guerre contre le Mexique de 1848, qui modifient totalement la carte des populations des États-Unis, entraînant des problématiques nouvelles qui engagent également les sciences de l’homme de l’époque, sciences raciales en majorité.

  • 3  Voir l’influence énorme qu’eut la pièce d’Israël Zangwill, The Melting-Pot, jouée à partir de 1908 (...)

10En même temps que l’on cesse de nier le fait du métissage, on cherche à en établir des règles, toujours pour inventer de nouvelles catégories dans les registres du recensement, mais des catégories qui continuent à être fondées sur le principe du « one drop [of blood] rule » qui régit les descendants de Noirs et de Blancs (une goutte de sang noir suffisant à ranger l’individu parmi les Noirs), selon la règle concomitante de l’hypodescendance, — le métis étant assigné en premier à la race du parent jugée inférieure. Quant aux immigrants d’Europe, socialement et culturellement éloignés de leurs prédécesseurs d’Europe de l’ouest, les notions de nationalité d’origine, puis d’ethnicité leur sont appliquées à la différence des Africains, des Asiatiques ou des Mexicains, insérés dans les colonnes « races mineures ». La cinquième partie traite de la même période, mais l’analyse s’extrait du huis clos des recensements pour aborder les acteurs extérieurs qui exercent une pression croissante sur le Bureau et ses agents. La radio, le théâtre, les universitaires économistes ou historiens, exercent maintenant une influence certaine sur les conceptions et la mise en œuvre du recensement3. Et la communauté noire d’un côté, les communautés d’origine européenne récente de l’autre revendiquent d’exercer un rôle de conseil, de pression ou même d’acteurs directs comme agents enquêteurs dans leur communauté, dans le processus de recensement. La question du métissage occupe une place éminente dans la mise en place du recensement. La société américaine y apparaît désormais multiple, mais aussi de plus en plus individualisée.

11À lire cet ouvrage, on est frappé qu’il ait mis si longtemps à trouver son auteur, ou plutôt que les nombreux auteurs qui se sont intéressés aux composantes de la population américaine, au déséquilibre sociologique, économique et culturel entre la majorité et les minorités, aux rapports de force entre elles, se soient si peu appuyés sur la démographie historique dont on voit, grâce à Paul Schor, à quel point elle éclaire jusqu’à les illuminer, la sociologie et la politique des populations dans l’histoire des États-Unis. Comme le résume Schor dans sa conclusion, « […] le recensement est le lieu d’une intersection de circonstances ponctuelles, qui expliquent l’ajout ou l’abandon des questions, et d’une mémoire institutionnelle, qui apparaît autant dans les intervalles et les interstices que dans les moments mieux connus de redéfinition publique des catégories ».

  • 4  La catégorie d’ « esclave » par exemple, n’entre pas comme telle dans les recensements jusqu’en 18 (...)

12En dégageant, des données recueillies, l’évolution des classements et l’adoption de catégories supplémentaires ou l’abandon de celles qui deviennent obsolètes, comme celle d’« esclaves » à l’issue de la guerre civile, Schor en vient à proposer, de l’histoire américaine jusqu’au milieu du xxe siècle, une image en cohérence avec celle que dessinent, de leur côté, les historiens du politique, du social, de l’ethnique. Les catégories retenues sont examinées, non dans leur valeur absolue4, mais, avec beaucoup de discrétion dans le jugement de l’auteur, selon leur orientation idéologique, leurs motivations et même leurs finalités politiques. C’est dire que dans l’objet défini par le titre de cet ouvrage, « compter et classer », c’est le deuxième terme qui fait sens ici. « Au-delà des questions de race et d’ethnicité, cette histoire pose la question de ce qu’est une catégorie et comment elle s’incarne dans une société donnée », écrit encore Schor en conclusion.

13Au cas des Indiens, Paul Schor consacre un chapitre, le onzième seulement, puisque, jusqu’en 1850 au moins, ils étaient exclus d’un recensement dont, explique-t-il, « ils ne participaient à aucun des mécanismes qui le fondent : ni citoyens, ni contribuables, ni propriété ». Schor ne s’intéresse guère à leur traitement par les colons et le gouvernement. Il souligne seulement que leur absence dans nombre de recensements consécutifs était liée au fait que, ne payant pas d’impôts sur leurs terres, ils ne pouvaient être alignés sur les autres groupes de population, mais qu’un projet de « civilisation » leur fut à plusieurs reprises destiné, de sorte que, se fondant dans la population « blanche », ils pourraient ne plus former de catégorie à part. Paradoxalement, les Indiens, non contribuables jusqu’à ce qu’ils se fondent dans la population générale, sont alors indiqués sous la rubrique des « autres couleurs ».

14Cette catégorie inclura les Mexicains qui, à l’instar des Indiens, intéresseront les recenseurs dans la mesure où ils sont métissés et peuvent alors figurer dans l’une des sous-rubriques de la race. La même solution s’appliquera aux Asiatiques, Chinois d’abord, puis Japonais et Philippins qui donneront l’occasion aux responsables du recensement de prendre en compte la diversité des populations immigrées, en élargissant la notion de race au-delà du dualisme noir-blanc des premières décennies de la jeune république. Remarquons l’ambiguïté inhérente à ces notions, car si les Indiens ne payaient pas d’impôt, c’est bien parce qu’ils étaient premiers propriétaires de leurs terres, lesquelles furent, dès l’origine de la colonisation, convoitées par les colons et par l’État américain. Le projet plus ou moins tacite, qui évoquait une vision plus fataliste du « Vanishing Indian » n’ayant jamais pu être poussé à son terme, les « Native Americans » figurent encore aujourd’hui comme tels dans le recensement ou sous des rubriques incluant le métissage. On peut regretter que Schor ne s’attarde guère à ce point crucial des relations humaines au cours de l’histoire des États-Unis, mais on ne peut reprocher au démographe de ne pas se faire ethno historien, ni de ne pas consulter les sources très éloignées du recensement proprement dit. En revanche, la démographie historique aurait pu lui permettre de dégager, de manière plus convaincante qu’il ne l’a fait, les raisons pour lesquelles les autorités fédérales ont été amenées, au cours des dernières années du xxe siècle, à faire place dans les feuilles de recensements aux différents types de métissages dans lesquels des Indiens sont impliqués.

15Ces quelques réserves ne doivent pas nous empêcher de rendre justice à l’ensemble de cet immense travail à la fois original et d’une rigueur qui emporte la conviction du lecteur. Conjuguant chronologie et thématique, le livre met par exemple en évidence la pérennité de l’observation sur le goût des Américains pour le nombre, comme le note Schor d’un ton acide au chapitre 4, dans le paragraphe « les esclaves, numéros sans voix et sans mémoire » : lors des débats au Sénat pendant la terrible crise de société des années 1850, certains sénateurs ont proposé (sans succès, néanmoins) de remplacer pour les esclaves la rubrique « Names » par « Numbers », de sorte à « compter et numériser au lieu de nommer », comme le formule l’auteur, puisque les esclaves noirs ne comptent, d’après la Constitution, comme on l’a vu plus haut, que pour trois-cinquièmes des hommes blancs dans le système représentatif.

16C’est à partir du moment où le mouvement démographique a introduit ce que les sociologues ont appelé « la nouvelle vague d’immigration », venue principalement d’Europe de l’est et du sud, que se sont ajoutés, au critère de la race, ceux de la langue et de la nationalité d’origine. Schor note que jusqu’à la fin du xixe siècle, l’immigration n’était pas prise en compte comme donnée démographique. Lorsqu’on s’apercevra de son importance, c’est d’abord par la langue d’origine qu’on la traitera avec une arrière-pensée d’assimilation à l’anglais. Cependant, les nouvelles mentions de nationalité d’origine dans les recensements de la fin du xixe siècle et du début du xxe s’accompagneront de stéréotypes culturels et physiques. On peut dire que ceux-ci ne seront pas sans rapport avec les lois des Quotas des années 1921 et 1924, en fournissant au législateur les données chiffrées qui s’ajoutent aux données « scientifiques » racistes, les unes et les autres probantes de la nécessité de limiter et sélectionner les immigrants.

17C’est la grande réussite de l’auteur de constamment solliciter la démographie dans le regard et l’interprétation que l’on porte sur l’histoire passée et présente de l’Amérique. Schor déploie l’objet de son étude sur l’étendue des décennies pour y déceler, dans l’établissement d’un nombre de plus en plus grand et de plus en plus fin de catégories, combien les lois et instructions qui régissent chacun des recensements décennaux reflètent la conjoncture politique, économique et sociale, les phénomènes de plus longue durée ainsi que la volonté politique d’infléchir, dans cette nation née de la colonisation de peuplement, la composition et la configuration des différents groupes de la population au gré des desseins premiers de ses fondateurs.

18On ne s’étonnera pas que tant de place soit accordée, dans cette étude, au sort fait par le recensement aux Noirs. C’est que, pour citer l’auteur, « la classification des esclaves [puis en général des Noirs] a été la matrice des autres distinctions opérées par le recensement ». Après « l’expérience malheureuse [des trois-cinquièmes] de 1790, la volonté de codification par fraction […] disparaît », écrit l’auteur. À partir de 1900, la racialisation a pris de l’ampleur avec l’inclusion des Asiatiques, cependant que l’introduction de catégories ethniques met en quelque sorte, écrit Schor, « à l’abri de la discrimination raciale les Blancs de nationalité d’origine européenne ». Sans jamais hausser le ton, Schor montre bien que le recensement, tout en reflétant au plus juste l’une des réalités sociales (le nombre et la relative complexité), traduit aussi, par les rubriques choisies par les autorités du Bureau du recensement, elles-mêmes proches du monde politique, le désir de celui-ci d’infléchir cette réalité dans un sens très souvent idéologique. Les recensements décennaux furent rarement neutres, la loi qui en indique la méthode et la marche à suivre étant renouvelée ou modifiée tous les dix ans au gré des besoins de la société américaine, de l’idéologie dominante à tel ou tel moment, des besoins, aussi, de l’économie dont la croissance ou la mutation — lors de l’industrialisation, comme lors des guerres — pouvait infléchir la politique d’inclusion ou d’exclusion des peuples semblables ou différents. Si le ton adopté par l’auteur reste si mesuré, c’est que le jugement éventuellement porté sur la politique démographique des États-Unis s’appuie sur un ensemble pratiquement exhaustif des documents de la démographie américaine : feuilles et registres des recensements, lois fixant les modalités du recensement à venir, correspondance entre le Bureau du recensement et ses agents, entre le premier et les politiques, évolution des techniques de déchiffrement des statistiques, textes officiels et correspondances, et tant d’autres documents évoqués dans l’ouvrage comme les deux cahiers d’iconographie où figurent, sur d’antiques photographies ou des reproductions, aussi bien des pages de registre que des agents en campagne pris sur le vif ou des employé(e)s aligné(e)s devant leurs bureaux contigus dans d’immenses salles où un Bartleby aurait eu peine à trouver un coin libre pour se réfugier.

19Parmi ces témoignages numériques et ces traces textuelles ou iconographiques, les hommes qui ordonnèrent, qui mirent en œuvre et qui exécutèrent sur le terrain les données du recensement, ainsi que ceux et celles vers qui remontèrent les données chiffrées sont fortement présents dans Compter et classer. Ainsi, les directeurs successifs du Bureau du Recensement parmi lesquels quelques figures, un Weaver, un Walker, un J.C.G. Kennedy, et d’autres, dont les ordres officiels comme certaines de leurs correspondances privées ont été souvent lus par Schor, ont joué un rôle décisif dans l’établissement des catégories, ne fût-ce que pour leur élaboration au cours de la transmission des questions à poser.

20Si l’auteur a annoncé ses intentions dès l’introduction, il surprend pourtant le lecteur par la manière dont sont amenés les grands épisodes du classement des Américains par les acteurs du Bureau of the Census et dont la complexification et, pourrait-on dire, le raffinement répondent aux diktats d’une idéologie dont la composante démocratique n’exclut pas la hiérarchisation et, pour certains, la mise à l’écart de groupes raciaux, nationaux, ethniques du sein d’une nation qui se serait voulue homogène mais qui, du fait de ses origines coloniales, s’est trouvée amenée à inclure des populations de plus en plus hétérogènes.

21Dans cette somme, aussi fournie et bien organisée qu’une thèse de doctorat à l’ancienne, dont on a plaisir à lire le style clair, fluide, très rarement jargonnant, il semble que rien ne soit oublié qui ait pu environner la pratique du recensement : ni les techniques de transcription des questionnaires, de la carte perforée à la machine à écrire, ni, au niveau premier, la qualité et le statut de l’agent recenseur, ni le dialogue qui s’est maintes fois instauré entre le Directeur du Bureau of the Census et le Congrès. Surtout, tout en affirmant que sa préoccupation première, « au-delà des questions de race et d’ethnicité », est « la question de ce qu’est une catégorie et comment elle s’incarne dans une société donnée », l’auteur, arrêtant son enquête aux années 1930-40, rappelle qu’à cette époque le recensement, en prenant en compte l’ethnicité des nouveaux immigrants, continue d’appliquer le système du « one drop rule » de manière asymétrique selon que le mélange impliquait des apports noir et blanc, ou selon qu’il impliquait d’autres races . Le constat que fait alors Schor, selon lequel ce qui nous apparaît comme un élément raciste déterminant, subsiste comme le montre le paragraphe 155 des instructions de 1930 données aux agents recenseurs qu’il nous faut citer après Schor, tant il est éloquent : « Tout mélange de blanc et de non-blanc doit être reporté comme le parent non-blanc. Les mélanges de races de couleur doivent être reportés selon la race du père, à l’exception du noir-indien », ceci, aurait pu ajouter Schor, au mépris des modes de lignage en vigueur dans la culture de ces personnes elles-mêmes. Si l’on n’est pas démographe, on regrettera peut-être que le Bureau of the Census, et Paul Schor lui-même, malgré son analyse discrètement critique, s’intéressent si peu aux catégories traditionnelles qui avaient cours dans certaines communautés, dont les traditions parentales et l’organisation sociale, parfois même clanique, n’étaient pas les moindres.

22Bien au contraire, le Bureau du recensement, face à la complexification des données du fait, comme par exemple, depuis 1848, l’inclusion de la Californie mexicaine dans les États-Unis, et trouvant que les Mexicains étaient tous métissés dans des degrés et des parentages divers, avait choisi, jusqu’à ce que la population mexicaine elle-même finisse par obtenir gain de cause, de les classer tous sous la catégorie « colored ». En 1936, le Bureau émit enfin la circulaire générale intimant de classer tous les Mexicains dans la catégorie « white ». On n’est pourtant pas loin de l’époque où les Mexicains-Américains dits « Chicanos » se réclameront de l’appartenance à la « Razza », une notion plus culturelle que biologique, mais qui fait écho à la doctrine de « pureté du sang » de certains descendants d’Espagnols.

23On ne peut certes regretter que le démographe historien n’entre pas dans l’histoire culturelle — on peut dire « culturaliste » — qui a touché certaines minorités américaines dans les dernières décennies du xxe siècle. Mais le lecteur de Compter et classer ne peut s’empêcher d’y penser et d’évoquer les conditions sociales et économiques qui entouraient, dans la société « d’accueil », les groupes classés au bas d’une hiérarchie qui se voulait avant tout scientifique, mais qui reflétait une politique inégalitaire, pour ne pas dire raciste. Par ailleurs Schor n’évacue pas le problème, mais il traite la contradiction que nous relevons sous l’angle politique et sous forme d’une évolution stratégique : comme certains sociologues, il s’explique ici en note sur le contenu éminemment politique de la revendication des Mexicains, mettant en avant le désir des Mexicains de s’intégrer, puis, quand ils ont échoué, d’être reconnus comme une communauté minoritaire.

24Schor montre donc bien que l’avis de certaines populations commence, au xxe siècle, à être pris en compte, et, d’autre part, que le Bureau du recensement s’est parfois trouvé en contradiction avec le politique et a dû lui céder. L’auteur appuie nettement sur le constat que, entre le Bureau du Recensement, qui n’est après tout, qu’une division du Secrétariat à l’intérieur, et ce dernier, il y a pression réciproque : dans les premières décennies du xxe siècle, les bureaucrates et les agents de terrain du Bureau du recensement sont au cœur de la politique d’immigration, cependant que les dirigeants de la politique intérieure imposent leur optique de la population du pays.

25Il est impossible de rendre compte ici de la totalité des thèmes et des faits dont cet ouvrage fait profit. Mais il est aussi impossible de commencer à lire cet ouvrage passionnant (et abordable aussi par de non-spécialistes) sans poursuivre cette histoire jusqu’à son terme. L’historien des États-Unis y trouvera l’approche complémentaire, et indispensable à l’histoire sociale, politique, aussi bien que culturelle qu’il pratique. L’étudiant y profitera de la masse des témoignages chiffrés dans l’évolution de la population états-unienne, dans sa diversification progressive, et dans la dynamique qui la meut tout en suivant, sur cent cinquante ans, le fossé continu qui sépare les données de facto des données de jure, celles-ci tardant plus ou moins selon l’urgence politique et économique, à rejoindre la demande largement commandée par l’opinion idéologique.

26L’ouvrage, pourra servir de modèle aux doctorants qui s’inspireront utilement du soin mis à présenter l’index par rubriques, de la bibliographie bien composée, des tableaux démographiques et des photographies originales, dont une photo de 1930 d’une enfant de 3 ou 4 ans à la parfaite blondeur de la chevelure, à la peau blanche, qui figure dans les colonnes du recensement comme noire, à une époque où est publié, en 1937, par le Bureau of the Census, un gros livre traitant de l’histoire des « Negroes in the United States, 1920-1932 », et que paraissent des affiches appelant les populations à accomplir l’acte patriotique de se faire recenser. Il ne sera enfin pas inutile de recommander ce livre dans une bibliographie consacrée à l’histoire du nationalisme aux États-Unis.

Haut de page

Notes

1  Patricia Cline Cohen, A Calculating People. The Spread of Numeracy in Early America, Chicago, University of Chicago Press, 1982.

2  Voir Benjamin Franklin, « Observations Concerning the Increase of Mankind, Peopling of Countries, Etc. », The Papers of Benjamin Franklin, Labaree ed., IV, 225-34. Thomas Jefferson, dans Notes on the State of Virginia, W. Pedened.,University of North Carolina Press (1954), 1982, ne se contente pas de décrire sa province sous tous ses aspects pour répondre au dénigrement des philosophes français, il énumère et il classe, depuis les objets les plus naturels, jusqu’aux lois, aux coutumes etc.

3  Voir l’influence énorme qu’eut la pièce d’Israël Zangwill, The Melting-Pot, jouée à partir de 1908 à Washington, D.C., « capitale de l’Union et […] ville du gouvernement : c’était là que se déterminait le sort des immigrants et des réfugiés politiques », écrit Denis Lacorne dans La crise de l’identité américaine, Paris, Fayard 1987, p. 207.

4  La catégorie d’ « esclave » par exemple, n’entre pas comme telle dans les recensements jusqu’en 1820, la catégorie de « Noir » était alors jugée suffisante pour indiquer le statut des Africains-Américains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Marienstras, « Paul Schor, Compter et classer. Histoire des recensements américains, Paris, Éditions EHESS, En temps & lieux, 2009 », Transatlantica [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5070

Haut de page

Auteur

Elise Marienstras

Université Paris-Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org