Navigation – Plan du site
Varia

Coup de projecteur : Lisette Model (1901-1983) au Jeu de Paume Concorde, jusqu’au 6 juin 2010

Sophie Hedtmann

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Lisette Model est une « femme photographe », mais elle est aussi une « passeuse » qui enseigne dès 1951 à la New School for Social Research à l’Université de Columbia. L’exposition du Jeu de Paume présente ses premières séries et la manière dont Lisette Model s’est « emparée » de ce qui l’entoure.

2Pour cette exposition, la Commissaire, Cristina Zelich, a choisi de présenter les images des années 1930 et 1950 qui appartiennent à la première période de Lisette Model. Dans le catalogue de l’exposition, elle explique son choix : « Les clichés pris à Rome et au Venezuela1, où ne figurent que rarement des êtres humains, sont empreints d’un sentiment confus de mélancolie et même, pourrait-on dire, d’un certain désespoir. […] De ce fait, nous avons pris le parti de ne retenir aucune des images issues de ces séries dans la sélection effectuée pour cette exposition, préférant approfondir les travaux qui firent de Lisette Model une incontournable de la photographie. »2

  • 3  Voir le colloque « L’héritage de Lisette Model et de la Street Photography » sous la direction de (...)

3A cette époque elle se passionne pour la rue, les lieux de sorties, les noctambules qui se transforment en personnages. Lisette Model porte un regard sans complaisance sur son époque quitte à donner parfois une image presque caricaturale de ses contemporains. Comme l’écrit Ann Thomas, Lisette Model célèbre « des types humains plutôt que des individus ». Elle appartient à ce que l’histoire de la photographie a appelé la street photography3. Elle capte autour d’elle le photographiable, l’image à voir. Plutôt que de prendre les jolies dames sur la croisette des Anglais, elle préfère s’attarder sur les vielles dames peinturlurées, acariâtres, les vieux snobs élégants, mais qui frisent souvent le ridicule. Nous rigolons de ce que nous ne voudrions pas être, nous sourions de ce que nous sommes parfois. Lisette Model, c’est un peu la « Martin Parr » des années 40 qui photographie en contreplongée les baisers de couple du Sammy’s bar ou les dames rutilantes à la sortie de l’Opéra de San Francisco. Un véritable poulailler en ébullition ! A la différence de Martin Parr qui peut être caustique, Lisette Modelse contente de poser un regard amusé sur ses contemporains.

4Cristina Zelich montre une image légère et sensible de « sa » photographe. Elle respecte les volontés de l’artiste qui « était très attentive à l’image publique qu’elle souhaitait montrer d’elle ». Elle n’hésite pas à faire des rapprochements visuels pour souligner l’humour de Lisette Model. Elle s’amuse ainsi à placer côte à côte une photographie de vieilles femmes causant et une autre de volailles déplumées. Au final, plus qu’un regard « plein d’empathie », c’est surtout un regard sans concession sur la société qui se ressent.

5La recherche formelle est un autre aspect mis en valeur dans l’exposition. Dans les premières salles, nous voyons de la rondeur. Lisette Model aime la volupté, elle l’affirme dans une interview : « Simplement, je me suis approchée des choses qui avaient un grand volume. » Dès ses premières images, à Nice, les formes amples l’attirent. De l’Homme de cirque où l’on voit un homme de dos en béret noir et débardeur rayé dont la corpulence occupe toute l’image à une femme couchée sur la plage, de dos encore, prise en contre-plongée afin de faire ressortir toute l’ampleur de son postérieur.

6A New York, elle imbrique les formes et semble là encore s’amuser follement comme dans sa série de Jambes de passants sur la 42e rue, un genre de portrait de ville ou les jambes courent et se mêlent : « Au début, je photographiais seulement des gens et ensuite je commençais à voir d’autres choses. Par exemple, les jambes qui courent, et les reflets dans les vitrines. »4 L’exposition nous montre l’évolution d’un regard, mais aussi, plus généralement, l’œil d’une femme, photographe, dans les années cinquante. Pourtant, Cristina Zelich semble ne pas se focaliser sur l’idée de la femme. Peut-être l’exposition dépasse t-elle la question du genre ?  

7Pour les curieux, le catalogue richement documenté permettra d’en apprendre un peu plus, non pas sur sa biographie, mais sur sa pratique et ses enseignements.

8  

Haut de page

Bibliographie

Catalogue

Lisette Model, éditions du Jeu de Paume, 2010. Prix : 40 euros

Haut de page

Notes

1  http://cybermuse.gallery.ca/cybermuse/showcases/model/index_f.jsp

2  Lisette Model, sous la direction de Cristina Zelich, éditions du Jeu de Paume, 2009, p. 13.

3  Voir le colloque « L’héritage de Lisette Model et de la Street Photography » sous la direction de Samuel Kirszenbaum. http : //www.jeudepaume.org/index.php?page=article&idArt=1194

4  http://cybermuse.gallery.ca/cybermuse/showcases/model/index_f.jsp

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Hedtmann, « Coup de projecteur : Lisette Model (1901-1983) au Jeu de Paume Concorde, jusqu’au 6 juin 2010 », Transatlantica [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 12 octobre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/5015

Haut de page

Auteur

Sophie Hedtmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org