Navigation – Plan du site
Boîte à outils

Les sciences sociales et la présidence

Daniel P. Moynihan et Richard M. Nixon
Antoine Coppolani

Texte intégral

  • 1  Larry Margasak, « Pat Moynihan, Neo-Liberal », Senator, ex-RN Aide Lauded for Vision, Associated P (...)
  • 2  Voir Robert A. Katzman (ed.), Daniel PatrickMoynihan. The Intellectual in Public Life, Washington, (...)

1Sur les murs de son bureau du Sénat, Daniel Patrick Moynihan avait accroché deux couvertures de publications, qu’il avait fait encadrer. La première, provenant d’un numéro de 1979 de The Nation, titrait : « Moynihan : la conscience d’un néo-conservateur » ; la seconde, issue d’un numéro de The New Republic de 1981, titrait : « Pat Moynihan, néo-libéral »1. Libéral, néo-conservateur, haut fonctionnaire démocrate, intellectuel éclairé de Harvard devenu conseiller du Prince républicain des ténèbres Richard Nixon (pourtant grand contempteur des « Harvards » devant l’Eternel), ambassadeur à la Nouvelle Delhi, ambassadeur aux Nations unies, néo-libéral donc, en tout cas sénateur démocrate de l’Etat de New York, c’est peu dire que l’itinéraire politique de Moynihan peut paraître déroutant. Sans même mentionner son parcours intellectuel aux mille et une facettes, des questions sociales, famille, race, « ethnicité » etc., à l’épidémiologie et aux relations internationales, en passant par les travaux publics ou encore l’enseignement supérieur et les questions d’éducation2.

  • 3  Godfrey Hogson, The Gentleman from New York. Daniel Patrick Moynihan. A Biography, Boston, New Yor (...)
  • 4 NPMP President’s Personnel Files, Name/Subject Files DPMoynihan; WH Special Files, Staff Member & O (...)

2C’est peu dire aussi que cet article, centré sur les relations entre Moynihan et Nixon, ne saurait prétendre à l’exhaustivité. Pour les raisons suscitées, d’une part, mais aussi en raison de l’accès encore limité aux sources. Les archives personnelles de Daniel Patrick Moynihan, déposées à la Library of Congress, sont en cours de classement et ne sont pas consultables par le commun des chercheurs. Des démarches, entreprises en 2001-2002 pour accéder à ces archives, s’étaient vues opposer une fin de non-recevoir, comme ce fut le cas pour plusieurs autres chercheurs. Godfrey Hodgson, ami de Moynihan, a lui eu accès à ces sources pour sa biographie autorisée, The Gentleman from New York3. Néanmoins, outre la masse volumineuse des écrits de DPM, dix-neuf livres, des articles innombrables et celle des textes qui lui sont consacrés, les abondantes archives présidentielles de Richard M. Nixon permettent de mieux cerner la curieuse collaboration de Daniel Patrick Moynihan et Richard Milhous Nixon4.

3Quelles sont les raisons qui ont abouti à la collaboration de DPM et RMN, en quoi reflètent-elles l’érosion, et même la dislocation du consensus libéral, la montée en puissance du néoconservatisme ?

4Quel a été l’apport de Moynihan à l’administration Nixon, quels furent ses limites ? Car force est de constater que si à l’aube de l’Administration Nixon le Council for Urban Affairs, créé par Nixon et dont il confia la direction à Moynihan, était calqué sur le National Security Council, dirigé par un autre « Harvard » illustre, Henry Kissinger, les destins des deux institutions et des deux hommes ne furent absolument pas parallèles. En effet, à peu près une année après la création du Council for Urban Affairs, Bryce Harlow et Moynihan furent relevés le 4 novembre 1969 de leurs fonctions et « élevés » au rang de conseillers du président tandis que John Ehrlichman accédait à la fonction nouvellement créé d’Assistant du président pour les affaires intérieures.

  • 5  Vince Burke, Nixon’s Good Deeds: Welfare Reform, New York, 1974.

5S’agissant de ces limites, la responsabilité doit-elle en être imputée à Richard Nixon, comme l’ont fait plusieurs auteurs, prompts à voir en chacun de ses actes duplicité, cynisme et calcul politicien ? Un Moynihan courtisan fut-il manipulé ? Les « bonnes actions de Richard Nixon », selon l’expression célèbre de Vince Burke, furent-elles mirage5 ?

6Plus généralement, enfin, quelle peut être la contribution d’un intellectuel « expert et polémiste » à la conception et la mise en œuvre de la politique américaine ?

7*

8En 1980, dans Counting our Blessings : Reflections on the Future of America, Moynihan écrivait au sujet des sciences sociales :

  • 6  Cité dans Seymour Martin Lipset, « The Prescient Politician », op cit., 35.

Le pouvoir d’explication des différentes disciplines est limité. Il n’y a pas beaucoup de choses que la science sociale a à dire. Sa production caractéristique est « l’hypothèse nulle » (null hypothesis) non vérifiable. En fait, si les spécialistes des sciences sociales ont tendance à être libéraux, les résultats des sciences sociales doivent être jugées conservateurs, en ce qu’elles indiquent rarement la possibilité de beaucoup plus de changements graduels6.

  • 7  Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding. Community Action in the War on Poverty(...)
  • 8 Ibid., xxix.
  • 9  Ibid., xi. C’est moi qui souligne.

9Les racines de la défiance surprenante de Moynihan à l’égard des sciences sociales sont à trouver dans Maximum Feasible Misunderstanding, ouvrage publié en 1969 et issu d’une série de conférences prononcées en 1967 sur la Guerre contre la Pauvreté7. C’est dans cet ouvrage que se trouve l’axiome célèbre « le rôle des sciences sociales ne réside pas dans l’élaboration de la politique sociale, mais dans la mesure de ses résultats »8. Assurément, c’est là le livre le plus polémique de Moynihan, même si dans l’introduction de l’édition de poche (1970) il se défendait d’avoir voulu rédiger un brûlot visant la Guerre contre la Pauvreté ou même d’avoir voulu engager une polémique contre l’action communautaire. Il voulait, écrit-il, simplement rédiger un « essai illustrant l’impact sur la politique sociale de l’influence croissante d’un ensemble d’idées sur les structures sociales ». Au-delà de cela, il se serait simplement agit de tirer quelques leçons de prudence des différents épisodes traités. « Rien de plus »9.

  • 10  Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, op. cit., 130. Saul Alinski, dès 1965, (...)
  • 11 Ibid., 129.

10Rien de plus ? Bel euphémisme de la part du polémiste cherchant, en l’occurrence, à minimiser l’ampleur d’une polémique. Le livre de Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, apparut à l’époque comme un réquisitoire accablant prononcé contre ce qui devait être le fer de lance de l’Economic Opportunity Act, « l’action communautaire » (community action). La personnalité de Moynihan, qui était assistant du secrétaire au Travail, chargé de l’élaboration de la politique et de la recherche, durant les présidences de Kennedy et Johnson, a ajouté au caractère accablant du réquisitoire, celui-ci n’étant pas prononcé par un adversaire, mais au contraire par un concepteur de la politique libérale. Maximum Feasible Misunderstanding s’attachait à montrer comment la participation communautaire n’avait en fait jamais fonctionné comme Shriver et l’Office of Economic Opportunity l’avaient envisagé. Ainsi, il apparut rapidement que ce n’étaient pas tant les pauvres qui prirent en charge les Community Action Programs (CAP), mais « que les principaux bénéficiaires immédiats des programmes ont été des non-pauvres à qui a été offerte l’opportunité d’occuper des fonctions de direction ou autres activités professionnelles au sein des programmes nouvellement créés »10. Moynihan comparait le fonctionnement des CAP à celui de Tammany Hall : une machine politique efficace fonctionnant en marge du pouvoir démocratique11.

  • 12 Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, op. cit., 158.

11La participation des pauvres à l’élaboration et à la gestion des programmes communautaires fut un échec. Lorsque des élections furent organisées au sein de la population pauvre pour inclure des représentants dans les conseils de direction des CAP, les taux de participation furent dérisoires : 2,7 % à Philadelphie, 0,7 % à Los Angeles, 2,4 % à Boston, 4,2 % à Cleveland, etc. Qui donc dirigeait les CAP ? Point les pauvres, mais deux entités antagonistes qui s’affrontèrent pour le contrôle des programmes. D’un côté, les collectivités locales et surtout les municipalités des grandes villes, décidées à affirmer leurs prérogatives. De l’autre, les élites radicales de minorités ethniques décidées à faire des CAP des outils au service de leurs idéologies. Ce dernier cas aboutissait à des situations qui peuvent laisser pour le moins perplexe, comme dans les cas, cités en exemple par l’auteur de Maximum Feasible Misunderstanding, où les CAP achetaient avec des fonds publics des viseurs de précision pour armes d’assaut, tout en justifiant ces dépenses par leur but éducatif, les viseurs devant être utilisés comme...microscopes12 !

12Ces conflits de pouvoir se doublaient de conflits idéologiques exacerbés lorsque, et cela se produisit à en croire Moynihan dans la majorité des grandes villes, les CAP passèrent sous contrôle de leaders noirs radicaux, souvent désavoués par des organisations plus modérées et représentatives, à l’exemple de la NAACP. Ici, le processus conflictuel suivait le cours suivant :

  • 13  Ibid., 135.

Encore et encore la tentative des agences officielles et quasi-officielles (telles la Fondation Ford) d’organiser les communautés pauvres aboutit à une radicalisation des classes moyennes qui avaient commencé la tâche ; puis à un certain degré d’excitation et d’espoir parmi les pauvres, mais accompagné d’antagonismes raciaux exacerbés, de la part des pauvres, s’ils étaient Noirs. Ensuite, à une réaction d’hostilité de la part de la communauté blanche. Sur ces prémisses, il apparaissait que le CAP, qui avait tant fait de bruit, qui avait tant fait les titres des médias, tant promis de modifier fondamentalement le cours des choses, était impuissant. Une créature de la bureaucratie de Washington, sujette à disparition sans préavis. Finalement, partout, beaucoup d’amertume13.

  • 14 Ibid., 34.
  • 15 Ibid., 34-35; Irwin Unger, The Best of Intentions. The Triumph and Failure of the Great Society und (...)

13La publication des ouvrages de Galbraith, Harrington ou Keyserling ne fut que l’un des facteurs qui contribuèrent à favoriser une « redécouverte de la pauvreté » au début des années 1960. Une autre influence déterminante à cet égard fut, comme l’a souligné Daniel Patrick Moynihan, la montée en puissance des fondations. Incarnant une conception de la philanthropie et de la charité privée profondément enracinée dans l’histoire américaine, les fondations s’identifièrent de plus en plus, au lendemain du second conflit mondial, à une conception du changement social d’inspiration libérale au service de laquelle elles mirent leurs formidables ressources financières14. 1950 fut à cet égard une année cruciale. Établie en 1936, la Fondation Ford reçut cette année-là de sa famille éponyme une dotation considérable qui la propulsa au premier rang des fondations américaines. Entre 1950 et 1963 la Fondation Ford ne distribua pas moins de 1,9 milliard de dollars en subventions diverses, pour financer, entre autres, des programmes d’étude et de recherche sur les problèmes sociaux en milieu urbain, comme par exemple les Grey Areas15.

  • 16  Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, op. cit., 34.
  • 17 Ibid., 44-45.
  • 18  Richard Cloward, Llyod Olhin, Delinquency and Opportunity: A Theory of Delinquent Gangs, Glencoe, (...)
  • 19 Delinquency and Opportunity: A Theory of Delinquent Gangs, op. cit., 88.

14Par ailleurs, aux côtés des grandes fondations comme la Carnegie Corporation ou les Fondations Ford et Rockefeller, s’épanouirent plusieurs fondations de taille plus modeste, souvent établies par de riches familles juives et dont elles reflétaient la sensibilité politique libérale. Il en allait ainsi des Fondations Field, New World et Taconic ou bien encore du Fonds J.M Kaplan, ces deux dernières institutions ayant notamment financé l’expérience pilote de la Mobilization For Youth (MFY), dans le Lower East Side de New York16. À l’origine, Mobilization For Youth était une organisation dont le conseil de direction représentait diverses institutions et agences locales, en particulier la mairie de New York et l’université de Columbia17. Les fondements intellectuels sur lesquels reposait le fonctionnement de MFY étaient les travaux de deux sociologues enseignant dans ce dernier établissement : Lloyd Ohlin et Richard Cloward. En 1960, ceux-ci avaient fait paraître un livre intitulé Delinquency and Opportunity : A Theory of Delinquent Gangs, dans lequel ils soutenaient que la délinquance juvénile avait pour source la distorsion entre les aspirations des adolescents ou jeunes adultes et leurs horizons semblant irrémédiablement bouchés18. Aussi la violence et la délinquance leur apparaissaient comme l’unique moyen de trancher le nœud gordien, l’unique moyen de combler le fossé séparant leurs espoirs de l’horizon des possibles. Bref, pour eux, le crime semblait être la seule voie de la réussite19.

  • 20  Irwin Unger, op. cit., 57-58. Comme le souligne Unger, la théorie de l’opportunité était beaucoup (...)

15Contrairement aux thèses de l’École sociologique de Chicago, dont ils avaient pourtant jadis été les disciples, pour Ohlin et Cloward l’anomie sociale n’était pas à la racine des maux urbains. En lieu et place de cette idée, ils substituaient une « théorie de l’opportunité » (opportunity theory) selon laquelle les pouvoirs publics devaient fournir aux délinquants potentiels des moyens de réussir par des moyens légaux : emplois publics, services sociaux situés au coeur des zones à risque, donc facilement accessibles, formations professionnelles, etc20.

  • 21  Daniel Patrick Moynihan, qui était alors un jeune assistant du secrétaire au Travail de l’Administ (...)
  • 22 Ibid., 58.
  • 23  Allen Matusow, The Unraveling of America, op. cit., 108.

16Sans même qu’il soit encore possible de savoir si l’expérimentation sociale en confirmait la validité — MFY n’en était qu’à ses premiers balbutiements — la « théorie de l’opportunité » connut un vif succès auprès des réformateurs comme des dirigeants en quête de réformes à appliquer21. Ainsi, Paul Ylvisaker, que Ohlin et Cloward conseillaient depuis 1959, se résolut à appliquer leur théorie aux Grey Areas. MFY, au demeurant, devint rapidement l’une d’entre elles, la Fondation Ford rejoignant la municipalité de New York et l’université de Columbia dans le parrainage de l’expérience22. Surtout, l’Administration Kennedy s’inspira de cette expérience pour élaborer son projet de Guerre contre la Pauvreté. Désigné par son frère pour le poste d’Attorney General en novembre 1960, Robert Kennedy projeta de prendre une initiative dans le domaine de la délinquance juvénile et il nomma l’un de ses amis d’enfance, David Hackett, comme son assistant en charge de ce problème23.

  • 24  Irwin Unger, op. cit., 60.
  • 25  Voir à ce sujet le savoureux récit que fait Allen Matusow de la « prise de pouvoir des théoriciens (...)

17Hackett n’avait aucune expérience dans ce domaine, mais était en revanche ouvert aux idées nouvelles. Il passa plusieurs mois à nouer des contacts avec des spécialistes, en particulier auprès de la Fondation Ford et de MFY. Il s’enthousiasma pour la « théorie de l’opportunité ». Sur sa suggestion appuyée par l’Attorney General, John Kennedy créa en mai 1961 le President’s Committee on Juvenile Delinquency (PCJD), dont faisait partie Robert Kennedy et deux autres membres du Cabinet. David Hackett fut nommé président du PCJD, tandis que Lloyd Ohlin ainsi que Sanford Kravitz, un expert en matière de délinquance juvénile, lui servaient de collaborateurs24. De ce groupe de travail ainsi constitué furent bientôt puisées les idées qui engendrèrent la Guerre contre la Pauvreté25.

  • 26  Godfrey Hogson, The Gentleman from New York, op. cit., 139.
  • 27 Ibid. 142.

18L’année 1967, qui fut celle durant laquelle DPM prononça les conférences critiquant l’Action communautaire, fut également celle de son discours devant le Comité directeur des Americans for Democratic Action, les ADA, le 23 septembre, à l’hôtel Willard de Washington26. Ce discours fut capital à double titre. D’une part, il établissait désormais clairement la rupture de Moynihan d’avec le libéralisme : l’ancien haut fonctionnaire démocrate était entré de plain-pied dans le néoconservatisme. D’autre part, c’est grâce à ce discours en particulier que Moynihan entra en contact avec l’équipe de campagne de Nixon. Le texte fut en effet reproduit dans US News and World Report sous un titre séduisant « The Politics of Stability » et attira l’attention de Leonard Garment, qui le recommanda à Nixon. Il s’ensuivit un premier échange épistolaire entre Nixon et Moynihan, dans lequel le second invita le premier à s’exprimer à Harvard. Nixon n’honora pas cette invitation, mais il cita directement le discours de Moynihan dans l’un de ses propres discours de campagne, devant la NAM. Il y affirmait que le professeur de Harvard avait à juste titre mis en garde les libéraux contre le danger de ne pas réaliser que la stabilité de la société américaine était un objectif vital. Pour la sauvegarder, une alliance entre eux et les conservateurs était nécessaire : Moynihan avait eu le mérite de tendre une main, affirmait Nixon, que les conservateurs devaient saisir27.

  • 28 John Ehrman, Neoconservatism. Intellectuals and Foreign Affairs, 1945-1994, New Haven, 1995, 71.

19Ainsi débuta donc cette improbable synthèse entre libéralisme et conservatisme. Aurait-elle pour nom néoconservatisme ? En tout cas, le discours devant les ADA témoignait clairement du néoconservatisme affiché de DPM. Au cœur de son discours, il y avait l’idée que le libéralisme était responsable de la violence à laquelle les États-Unis étaient exposés, aussi bien sur la scène extérieure (Viêtnam), que sur la scène intérieure (crise urbaine). Sur ces prémisses, il proposait une triple prise de conscience. La première, louée par Nixon, était que les libéraux prennent pleinement conscience de l’impérieuse nécessité de sauvegarder la stabilité de l’ordre social, quitte, pour éviter l’écroulement du pays, à nouer des alliances avec les conservateurs. Il fallait, en second lieu, réaliser que la nation, et en particulier les villes de la nation, ne pouvaient être gérées par des agences gouvernementales de Washington. En troisième lieu, les libéraux devaient « abandonner d’une manière ou d’une autre la curieuse condescendance qui consistait à défendre ou excuser tout ce que les Noirs pouvaient faire, individuellement ou collectivement, même le plus inadmissible »28.

  • 29 Richard Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, New York, 1990, 342.
  • 30  « Toward a National Urban Policy », Urban Affairs Council, February 3, 1969, NPMP, WHCFiles, Subje (...)
  • 31  Daniel Patrick Moynihan, The Poltics of a Guaranteed Income. The Nixon Administration and the Fami (...)
  • 32 Ibid., 65.
  • 33 Ibid., 67.

20Dans ses Mémoires, Richard Nixon explique qu’il avait lu plusieurs articles de Moynihan avant son élection. Une fois élu, il le rencontra et, bien que Moynihan lui fit immédiatement part de son opposition absolue à la guerre du Viêtnam, il lui offrit de diriger le Conseil sur les Affaires Urbaines, qu’il comptait créer. « Une idée capitale » que cette création : telle fut la réaction de Moynihan qui accepta29. « Affaires urbaines » : à l’époque cette appellation large recouvrait aussi bien la question de la crise urbaine que celle de la réforme de la politique sociale ; elle était également, comme le note G. Hodgson, une autre manière d’identifier le « problème noir » aux Etats-Unis. A leur arrivée au pouvoir, Nixon et le Parti républicain se trouvaient dans une situation curieuse pour traiter des « Affaires urbaines », dans l’acception large du terme30. Dans le livre qu’il a consacré à la genèse et l’échec du Family Assistance Plan, The Politics of a Guaranteed Income, DPM a bien analysé cette ambiguïté31. Les républicains avaient gagné de justesse, le Congrès demeurait contrôlé par les démocrates. La guerre avait poussé une génération entière de jeunes gens issus des classes moyennes et supérieures et de parents républicains contre l’Administration Johnson, mais certes pas contre le Parti démocrate ou la Nouvelle Gauche, qui avaient su les attirer « en partie parce que les démocrates leur avaient donné quelque chose à faire »32. Les républicains, de surcroît, « n’avaient pas de programme, encore moins de mandat clair pour en appliquer un. Ils n’avaient presque aucun penseur, presque aucun écrivain, presque aucune réputation de sophistication ou même de compassion en politique sociale ». Mais cette sorte de tabula rasa conceptuelle était une force : « N’ayant proposé aucun programme, ils n’avaient pris aucun engagement. N’ayant aucune base intellectuelle, aucun électorat informé et prompt à réagir en cas de rupture avec l’orthodoxie, l’Administration républicaine entra en fonction non seulement en bonne position pour être pragmatique, mais aussi contrainte à l’être »33.

  • 34 Ibid., 70.

21Preuve de ce pragmatisme, l’Administration Nixon mit en place, avant même l’inauguration, une série de groupes d’études chargé de travailler sur des thèmes qui, de l’aveu même de Moynihan, constituaient en eux-mêmes un « programme libéral » (Affaires urbaines, Education, Santé, Environnement et Ressources naturelles, Ressources humaines, etc.). Mieux encore, les experts qui peuplaient ces groupes étaient eux-mêmes souvent des démocrates libéraux. Nixon organisa à l’attention de cette centaine d’experts un dîner à l’hôtel Pierre, à New York, le 11 janvier. Dans son allocution, il affirma être, lui aussi, un intellectuel. Puis il fit preuve d’humour et déclencha un rire général en remarquant que la plupart des experts présents avaient probablement voté pour Hubert Humphrey quelques semaines auparavant34.

  • 35  Richard Nixon, op. cit., 342.
  • 36 Cité dans Melvin Small, The Presidency of Richard Nixon, Lawrence, 1999, 45.
  • 37  Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 215.

22Nixon n’usurpait assurément pas la qualité d’intellectuel dont il venait ouvertement de se réclamer, en dépit de son mépris maintes fois réitéré, avant et après cette date, pour « l’Establishment intellectuel de la Côte Est ». Ce sont d’ailleurs les qualités d’intellectuel de Moynihan qui l’avaient séduit : dans ses Mémoires, il explique qu’il lui était arrivé souvent d’être en désaccord avec lui, mais que lorsqu’il était à la Maison Blanche il « illuminait l’endroit »35. Le charme intellectuel de Moynihan joua d’ailleurs un rôle, pas seulement anecdotique, sur sa victoire dans le bras de fer engagé contre Arthur Burns à propos du FAP. Alors que Haldeman avait dû limiter à une heure et demie par semaine le temps d’accès de Burns au président, Nixon s’exclamait « Mon Dieu, quatre minutes en compagnie de Moynihan valent quatre heures avec Burns ! »36. De son côté, DPM affirme que Nixon réclamait sans cesse des memoranda sur la politique sociale, ainsi que des conseils bibliographiques. (Les Presidential Handwritings, à College Park, témoignent amplement de la soif de lecture de Nixon et du soin avec lequel il annotait les textes qui lui étaient envoyés). C’est d’ailleurs à cette époque que Moynihan suggéra à Nixon, parmi une dizaine d’autres titres, et à sa demande, la lecture de la biographie de Disraeli par Robert Blake. Nixon la lut d’une traite, alors que Moynihan avoua n’avoir lui-même pas pris cette peine… Il demeura de cet épisode que ce sont des hommes conservateurs avec des idées libérales qui réforment le monde, et que donc Nixon serait un Disraeli moderne37.

23Les républicains n’étaient pas entièrement dépourvus de programme. Il faut en particulier citer la publication en 1968, sous la direction de Melvin Laird, des Republican Papers. Laird avait compris que le GOP avait besoin d’idées propres et lui-même avait contribué à ce volume par un texte exposant le revenue sharing. Par la suite, le secrétaire à la Défense devint, aux côtés du secrétaire HEW Robert Finch ou de Nelson Rockefeller, un partisan du FAP, contre Arthur Burns et le vice-président Spiro Agnew. Dans les mêmes Republican Papers figurait un texte de Milton Friedman, « Pour un impôt sur le revenu négatif » « The Case for the Negative Income Tax », tandis que Daniel Patrick Moynihan avait également contribué au volume, par un article au titre évocateur « Où les libéraux se sont trompés » « Where the Liberals Went Wrong ». Il y écrivait :

Les libéraux ont été incapables d’acquérir par l’expérience ce qui semble être inné chez les conservateurs, c’est-à-dire un sain scepticisme quant à la capacité des agences gouvernementales à faire le bien.

  • 38  Cité dans Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 151.

Le gouvernement fédéral des Etats-Unis est un outil superbe de redistribution du pouvoir et de la richesse dans notre société. Par exemple, une personne sur dix dans notre pays reçoit une prestation mensuelle de Sécurité sociale. Mais en tant qu’outil pour dispenser des services, en particulier aux Noirs des classes sociales inférieures, c’est un outil très peu fiable38.

  • 39  Memorandum de DPM au président, « Background Paper for the President on the 6th Meeting of the Cou (...)
  • 40  Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 114 et suiv.

24Bref, face à cette « stratégie de services », Moynihan entendait mettre en œuvre une véritable « stratégie de revenus »39. C’était là une rupture avec la politique libérale menée jusqu’à maintenant et la volonté d’embrasser plusieurs problèmes à la fois : réforme de l’aide sociale, sauvegarde du noyau familial, traitement du « problème noir », éradication de la pauvreté. Par cette expression de « stratégie de revenus », forgée par Moynihan, la comparaison fonctionnelle entre le NSC et le Council for Urban Affairs prenait toute sa signification. Moynihan remarquait que les « abstractions stratégiques » étaient monnaie courante en politique étrangère (endiguement, représailles massives, dissuasion graduée…) mais rares en politique sociale, où les hommes politiques avaient préféré fixer des objectifs plutôt qu’expliciter les moyens de les atteindre. La politique sociale, de surcroît, devait être aussi consensuelle que possible (comme en témoignent les dénominations vagues ou séduisantes : New Deal, Nouvelle Frontière, Grande Société, etc.). Mais la « stratégie de revenus » n’était pas sans danger40.

  • 41 Ibid., 83.
  • 42  Voir notamment DPM, For the President, « Attitudes Towards Welfare », March 13, 1969, Urban Affair (...)

25Certes, alors que Moynihan considérait que la Guerre contre la Pauvreté avait en fait conduit à transférer de l’argent non pas vers les pauvres mais vers des « non-pauvres », ces « armées de caporaux avec soldes de généraux » dénoncées par Saul Alinsky à Chicago, la stratégie de revenus redresserait ce tort majeur. Par ailleurs, elle réglerait plusieurs problèmes d’un coup. Elle permettrait d’instaurer des critères nationaux, promettait à terme l’extinction du paupérisme et, dans un premier temps, elle réglerait ce paradoxe qui était au cœur des préoccupations de Moynihan, illustré par le graphique p. 83 de The Politics of a Guaranteed Income, transmis le 1er février 1969 à Nixon41. Ce graphique compare, de 1948 à 1968, l’évolution des courbes du chômage dans la population non-blanche et celle du nombre de prestation AFDC. À partir du début des années 1960, ces courbes, qui évoluaient de concert, divergèrent : alors que le taux de chômage s’abaissait le nombre de prestations AFDC augmentait simultanément, en un classique phénomène de ciseaux. Nixon demanda que soit expliqué le paradoxe. La cause la plus probable selon Moynihan résidait dans une « demande accrue » et une « offre accrue » au fur et à mesure que les plafonds de ressources augmentaient, la population éligible aussi. Par ailleurs, le nombre de bénéficiaires AFDC était de plus en plus composé d’une population sans aucun lien avec un mari ou père travaillant (faille monoparentale ou père au chômage). Le principe même du FAP supprimerait donc cette pathologie sociale fréquente dans la population noire42.

  • 43  Stephen Ambrose, Nixon. the Triumph of a Politician: 1962-1972, New York, 1989, 269.
  • 44  Peter Flanigan, memorandum for the President, non daté, et Welfare Reform Fact Sheet, Background M (...)

26Pour Nixon, le principe du FSS, rebaptisé FAP sur conseil de Melvin Laird, qui trouvait que cela faisait trop « New Dealish », était séduisant, au moins pour trois raisons. La première, que Moynihan lui avait fait miroiter, était qu’il aurait le courage de s’attaquer à un problème avec un courage que les libéraux n’avaient pas eu. « C’est sous votre présidence que le paupérisme s’éteindra » n’avait pas hésité à lui écrire DPM. La seconde était que le FAP ne signifierait pas tant la fin de l’Etat-providence américain que la fin de cette « nouvelle classe » de travailleurs sociaux créée par la Grande Société et que le président abhorrait. Il avait d’ailleurs posé la question à DPM avant de se rallier au FSS plutôt qu’aux propositions de Burns : « Est-ce que le FSS nous débarrassera des travailleurs sociaux ? ». « Il les exterminera » avait répondu Moynihan43. La troisième raison pour laquelle Nixon était attiré par le FSS était la notion de workfare. Alors que celle-ci n’était pas inscrite de manière coercitive dans les plans originaux, mais seulement incitative, dans la version finale il était stipulé que tout bénéficiaire devait s’inscrire auprès des services de l’Emploi, et accepter formation ou travail proposé, sous peine d’être radié44.

  • 45  Address to the Nation on Domestic Programs, August 8, 1969, Presidential Public Papers of Richard (...)
  • 46  Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 127.
  • 47  Address to the Nation on Domestic Programs, August 8, 1969, Presidential Public Papers of Richard (...)
  • 48  Daniel Patrick Moynihan, op. cit., 127.

27On sait ce qu’il advint du FSS-FAP. Nixon le présenta à la nation dans un discours télévisé le 8 août 1969 et envoya le projet de loi au Congrès le 3 octobre 196945. La Chambre l’approuva le 16 avril 1970 par 243 voix contre 155, 141 démocrates et 102 républicains votant pour. Mais le 1er mai 1970, le comité des Finances du Sénat le renvoya à la Maison Blanche, avec pour consigne d’augmenter les prestations à destination des familles démunies. Le 20 novembre 1970, le comité des Finances du Sénat, dominé par des démocrates sudistes, vota contre le FAP, par dix voix contre six pour. Les causes de l’échec du FAP sont multiples. Moynihan lui-même, dans The Politics of a Guaranteed Income, a souligné que le FAP relevait d’une sorte de syncrétisme : l’idée d’un revenu garanti était libérale, alors que celle de l’impôt négatif sur le revenu était conservatrice. Les deux idées avaient beaucoup en commun, et pourtant elles étaient également très dissemblables, dans les finalités pour lesquelles elles étaient proposées (vision apocalyptique du capitalisme pour les uns, volonté de démanteler l’Etat-providence pour d’autres)46. Dans ces conditions, Moynihan estime qu’un politologue avisé aurait pu prévoir qu’un président républicain proposerait un impôt sur le revenu négatif, en prenant soin de dire qu’il ne s’agissait pas d’un revenu garanti (exactement ce que fit Nixon dans son discours du 8 août)47. Mais un politologue encore plus clairvoyant, et Moynihan ne le fut pas, aurait également prévu que les partisans du changement social attaqueraient le président, justement, en le prenant au mot et en dénonçant le fait que le projet n’était pas un revenu garanti48.

  • 49  Memorandum de DPM à Ken Cole, The White House, September 19, 1969, NPMP, WH Special Files, Staff M (...)
  • 50  Daniel Patrick Moynihan, Memorandum for the President, The White House, July 24, 1970, NPMP, Presi (...)
  • 51 Ibid.
  • 52  Memorandum de DPM à Ken Cole, The White House, September 17, 1969, WH Special Files, Staff Member (...)
  • 53  Voir également l’alternative au FAP proposée par McGovern en 1970 : Memorandum de DPM au président (...)
  • 54  Cité dans Melvin Small, op.cit., 188

28Ce danger, Moynihan ne s’en aperçut que rétrospectivement ou, plutôt, dès que s’engagea la bataille du FAP. Dans les memoranda adressés à Nixon et ses conseillers, il insistait systématiquement sur le fait que le plus grand danger venait, selon lui, de la « Gauche libérale »49. Pouvait-on croire, écrivait-il à Nixon, que la Ligue urbaine était contre le FAP50 ? Nixon pouvait le croire, écrivant en marge du mémo que c’était là un coup de Whitney Young, et qu’il n’y avait rien à tirer de lui (hopeless)51. Etait-il concevable que l’on fasse venir à Washington le premier représentant noir élu dans le Mississippi depuis la Reconstruction pour témoigner contre le FAP ? Et que dire de George Wiley, le chef de file de la National Welfare Rights Organization, qui jugeait le FAP « anti-noir », « anti-pauvre », tandis que la NWRO parlait de « Plan pour l’Annihilation de la Famille Américaine » ou disait que FAP signifiait FUCK America Poor52 ? Les ADA ou le Conseil national des Eglises américaines, entre autres, s’opposèrent au FAP. La NWRO demanda qu’en lieu et place des 1600 dollars mensuels prévus par le FAP, un revenu minimum de 5500 dollars soit institué (idée qui fut reprise en 1972 par George McGovern, tournée en ridicule et qui contribua, ironiquement, à enterrer les dernières chances du FAP au Congrès)53. Bref, pour Moynihan, les responsables de l’échec du FAP furent principalement à rechercher parmi les libéraux, avec une excellente explication : « Les libéraux ne pardonneront jamais Richard Nixon pour cela. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il a mis en œuvre ce qu’ils n’ont pas fait, ce qu’ils n’ont pas osé faire. Et cela ils ne le supportent pas54 ».

  • 55  Vince Burke, Nixon’s Good Deed, op. cit., 59 et suiv.
  • 56  Stephen Ambrose, op. cit., 292.
  • 57  H.R. Haldeman, The Haldeman Diaries. Inside the Nixon White House, New York, 1995, 218.

29Les attaques vinrent aussi des conservateurs : le FAP aurait, dans un premier temps, abouti à placer près de six millions de familles sous assistance publique. Rapidement, ce chiffre augmenta dans le feu du débat : Pourquoi placer 13 millions de personnes sous assistance ? Pourquoi placer un tiers des habitants de l’Etat du Mississippi sous aide publique ? Pour Vince Burke, cela finit par tuer le FAP55. Certains auteurs, en particulier Stephen Ambrose, ont accusé Nixon d’avoir joué à un jeu cynique56. Il n’aurait jamais voulu du FAP. Moynihan n’aurait été qu’une marionnette dans ses mains. Les mesures libérales prises par un conservateur n’auraient été qu’une vaste entreprise machiavélique. L’objectif caché, et atteint, aurait été de pouvoir vilipender les démocrates pour l’échec du projet. Deux témoignages sont souvent cités pour étayer cette thèse. Celui de Bryce Harlow, qui affirmait que le président n’avait pas assez préparé le Congrès pour espérer voir voter le texte. Et celui de Robert Haldeman, qui notait dans son journal le 13 juillet 1970 que « Nixon voulait être sûr que le texte soit enterré par les démocrates, pour que l’on puisse exploiter politiquement cela, mais qu’en aucun cas il ne voulait qu’il soit voté, parce qu’on ne pourrait le financer »57.

  • 58  Daniel Patrick Moynihan, Memorandum for the President, The White House, July 2, 1970, NPMP, Presid (...)
  • 59  Richard Nixon, op. cit., 428.

30Moynihan, pour sa part, a totalement exonéré le président, en l’occurrence, de cette duplicité supposée. Et la lecture des archives, en particulier les Presidential Handwritings, lui donne sans doute raison. D’une part, Nixon a toujours accordé la plus grande attention au FAP, jusqu’à dans ses plus infimes détails. D’autre part, alors même que Moynihan le bombardait de memoranda sur la bataille législative, les annotations de Nixon semblent témoigner de son soutien. Par exemple, il souscrivait, pour le regretter, à l’argument de Moynihan selon lequel les membres du Cabinet ne soutenaient pas assez le FAP, contrairement au président, parce qu’ils y étaient opposés58. Que Nixon ait insuffisamment travaillé en amont un Congrès dont il se défiait (encore que les choses se passèrent bien avec Wilbur Mills, le président de la Commission des Voies et Moyens), qu’il ait ensuite cherché à exploiter politiquement l’échec annoncé du FAP, sans doute. Que cet échec ait été planifié et orchestré, cela n’est que supputation. Dans ses Mémoires, Nixon écrit que, après le rejet du Sénat, il ne chercha plus avec la même insistance à faire voter le FAP pour ne pas s’aliéner les conservateurs, notamment sudistes, dans la perspective des élections de 1972. Pour lui, l’échec du FAP eut trois responsables : le Congrès, les conservateurs et ces « satanés travailleurs sociaux » (toujours coupables de quelque chose…)59.

  • 60  Memorandum for John Ehrlichman from Edward L. Morgan, The White House, Subject: Social Security Le (...)
  • 61  A ce sujet, voir, en particulier John Ehrman, op. cit., 75.

31Il y a d’ailleurs d’autres preuves, indirectes mais puissantes, qui poussent à penser que Nixon n’avait aucune opposition préconçue au FAP, et qui peuvent même servir à balayer l’idée, suggérée par le passage du journal de Haldeman, selon laquelle il n’y avait nul moyen de financer le plan. Après tout, Nixon a eu un bilan exceptionnel en matière de politique sociale. En 1972, le Congrès adopta le SSI, Supplemental Security Income, qui faisait partie de son programme et qui apporta des revenus garantis aux personnes âgées, aux aveugles et personnes handicapées, tout en protégeant les bénéficiaires du Medicaid de la perte de leurs droits. Surtout, c’est sous la présidence de Nixon que les versements de Sécurité sociale furent revalorisés et qu’ils furent indexés sur le coût de la vie60. Dans un ouvrage récent consacré à cette question, Daniel Béland parle de cette période comme d’un véritable âge d’or pour les retraites. Durant l’année fiscale 1971-1972, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, et pour le reste de son mandat, les dépenses sociales aux États-Unis dépassèrent celles de la Défense. Et pas seulement en raison de la baisse des dépenses pour le Viêtnam. En cela, il faut prendre à la lettre, et certes pas comme une boutade, le jugement de Moynihan, qui considérait que Nixon avait été « notre dernier président libéral »61.

  • 62  Office of the White House Press Secretary, For Immediate Release, November 4, 1969, NPMP, WH Speci (...)
  • 63  H.R. Haldeman, op. cit., 116.
  • 64  Cette nomination, qui n’était pas sans rappeler celle de John Kenneth Galbraith au même poste par (...)

32Il est vrai que la plupart de ces mesures furent prises alors que Moynihan jouait un rôle moins central dans l’Administration. Le 4 novembre 1969, Nixon avait élevé Bryce Harlow et Daniel Patrick Moynihan au titre de conseillers, avec rang de membres du Cabinet. Moynihan était officiellement chargé, tout en demeurant conseiller sur les affaires urbaines, « d’appliquer son intuition et ses capacités d’innovation éprouvées à l’ensemble de la politique intérieure »62. Dans une certaine mesure, cette promotion de DPM était prévue : Arthur Burns allait quant à lui devenir président de la Banque fédérale de Réserve, et l’opposition entre lui et DPM n’avait plus lieu d’être. Néanmoins, la prise en main des questions intérieures par Ehrlichman, un proche parmi les proches de Nixon, signifiait une relative mise à l’écart de Moynihan. Dans son journal, Haldeman note de manière elliptique que Daniel Patrick Moynihan, quelles que soient ces capacités par ailleurs, n’avait pas entièrement donné satisfaction lorsqu’il s’était agi de faire fonctionner les rouages de l’État. Cette « mise à l’écart vers le haut » (kick upstairs), lui permettrait de devenir, à lui seul, un réservoir de pensée63. Et de fait, réservoir de pensée, pourvoyeur d’idées et de conseils, voilà ce que Moynihan devint de plus en plus. En juin 1970, Nixon souhaita remplacer Robert Finch à la tête de l’HEW : le poste fut offert à Moynihan, qui l’accepta, mais le président décida en fin de compte de l’offrir à Elliot Richardson. A la place, il offrit le poste d’ambassadeur aux Nations unies à DPM, qui le refusa. George Bush l’appela ensuite pour siéger à la délégation américaine aux Nations unies, ce qui ouvrit la voie à sa nomination en tant qu’ambassadeur à la Nouvelle Delhi, puis ambassadeur aux Nations unies sous Gerald Ford64.

  • 65  Memorandum de DPM à John Ehrlichman, , The White House, July 24, 1970, NPMP, WH Special Files, Sta (...)

33Dans son nouveau rôle de Conseiller et même lorsqu’il fût retourné à Harvard, Moynihan conserva des relations étroites avec Nixon, en particulier en rédigeant nombre de memoranda à son intention, et souvent à sa demande. Les deux plus célèbres de ces mémos sont celui du 26 janvier 1970, sur la question noire, dans lequel Moynihan évoquait la période de « négligence bénigne » qui devait s’ouvrir et qui suscita un scandale, et celui du 24 juillet 1970 sur le conservatisme65.

34*

  • 66 Ibid., 2.

35Ce dernier mémorandum est particulièrement opportun pour conclure, tant il constitue une sorte de bilan établi par Moynihan en personne de son action dans l’Administration Nixon, mais aussi un programme pour l’avenir. Moynihan considérait que les républicains, dans leurs relations avec les intellectuels, experts ou polémistes (considérés a priori comme démocrates ou anti-républicains), étaient dans la situation des catholiques anglais au milieu du XIXe siècle. Les évêques ne se considéraient pas comme les égaux de l’establishment anglican, qui avait, supposément, remportés toutes les batailles, théologiques ou idéologiques. Ils devaient se contenter de pourvoir aux faibles besoins spirituels du Duc de Norfolk ou des Irlandais de Liverpool. Ce que personne ne soupçonnait alors était que le triomphe du protestantisme était la fin et non le début d’un cycle. Il était en train de perdre son autorité morale et spirituelle, alors que celle des catholiques croissait. La même chose se produisait alors avec le libéralisme américain, à bout de souffle66.

  • 67 Ibid., 8-9.
  • 68  Memorandum de DPM à Herbert Stein, Department of State, September 10, 1973 et memorandum de Al Hai (...)

36Cela signifiait-il pour autant l’aube d’un régénérescence intellectuelle des républicains ? DPM exhortait Nixon à s’ouvrir aux intellectuels comme Sydney Hook, Irving Kristol ou même Theodore Lowi. Moynihan analysait aussi les limites de sa propre entreprise. Il avait voulu contribuer à une restauration de la légitimité de l’autorité (mot à tort détesté alors) du gouvernement. Une stabilisation était intervenue dans les six premiers mois de la présidence de Nixon, mais Moynihan avait échoué à doter l’administration d’un programme cohérent, et non d’une marqueterie de programmes67. Le 10 septembre 1973, alors qu’il plaidait pour l’une des dernières fois en faveur du FAP, Moynihan estimait que Nixon n’avait sans doute pas pris la mesure de ce qu’avait signifié l’échec symbolique du FAP : une perte de légitimité et d’autorité aux graves conséquences68. Perte d’autorité et de légitimité pour le président Nixon ? Peut-être. Perte de légitimité et d’autorité pour Moynihan, assurément. Bref, si sa contribution aux sciences sociales est remarquable, le bilan de son action politique sous Nixon au moins, est beaucoup plus incertain.

Haut de page

Notes

1  Larry Margasak, « Pat Moynihan, Neo-Liberal », Senator, ex-RN Aide Lauded for Vision, Associated Press, March 27, 2003.

2  Voir Robert A. Katzman (ed.), Daniel PatrickMoynihan. The Intellectual in Public Life, Washington, DC, 1998.

3  Godfrey Hogson, The Gentleman from New York. Daniel Patrick Moynihan. A Biography, Boston, New York, 2000.

4 NPMP President’s Personnel Files, Name/Subject Files DPMoynihan; WH Special Files, Staff Member & Office Files, John D. Ehrlichman;WH Central Files, Subject Files, Council on Urban Affairs; WH Central Files, Subject Files, Commission on Income maintenance Programs, etc.

5  Vince Burke, Nixon’s Good Deeds: Welfare Reform, New York, 1974.

6  Cité dans Seymour Martin Lipset, « The Prescient Politician », op cit., 35.

7  Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding. Community Action in the War on Poverty, New York, 1970.

8 Ibid., xxix.

9  Ibid., xi. C’est moi qui souligne.

10  Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, op. cit., 130. Saul Alinski, dès 1965, parlait avec mépris du « vaste réseau de caporaux avec solde de généraux » qui couvrait les CAP et s’étonnait de la vitesse déconcertante avec laquelle des cabinets de consultants se créaient et s’empressaient de formuler des demandes de subventions auprès de l’OEO. Signe révélateur, même le Wall Street Journal s’intéressa aux nouvelles perspectives de profit offertes par les CAP.

11 Ibid., 129.

12 Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, op. cit., 158.

13  Ibid., 135.

14 Ibid., 34.

15 Ibid., 34-35; Irwin Unger, The Best of Intentions. The Triumph and Failure of the Great Society under Kennedy, Johnson and Nixon, New York, 1996, 54-56. L’idée des Grey Areas avait germé dans l’esprit de Paul Ylvisaker, un haut responsable de la Fondation Ford déterminé à résoudre le problème des ghettos urbains. L’approche privilégiée par Ylvisaker n’était pas basée sur la rénovation urbaine ou sur la démolition des ghettos (slum clearance) - d’autres ghettos se formeraient ailleurs -, mais plutôt sur l’aspect humain du problème. Ainsi, les Grey Areas s’appuyaient sur les travaux sociologiques de l’École de Chicago, dont la figure de proue était Leonard Cottrell, directeur de la Russell Sage Foundation, selon lesquels les problèmes urbains étaient liés à l’anomie sociale résultant d’une « désintégration de l’environnement communautaire en tant qu’unité de contrôle social ».

16  Daniel Patrick Moynihan, Maximum Feasible Misunderstanding, op. cit., 34.

17 Ibid., 44-45.

18  Richard Cloward, Llyod Olhin, Delinquency and Opportunity: A Theory of Delinquent Gangs, Glencoe, Ill., 1960.

19 Delinquency and Opportunity: A Theory of Delinquent Gangs, op. cit., 88.

20  Irwin Unger, op. cit., 57-58. Comme le souligne Unger, la théorie de l’opportunité était beaucoup plus “radicale » — au sens américain du terme — que celle de l’anomie sociale proposée par l’École de Chicago. La théorie de l’opportunité, en effet, pouvait être interprétée comme rejetant la responsabilité des comportements enfreignant la loi non pas sur leurs auteurs mais sur le système social qui les y contraignait.

21  Daniel Patrick Moynihan, qui était alors un jeune assistant du secrétaire au Travail de l’Administration Kennedy, note que « fournir des opportunités de réussite »aux jeunes des quartiers sensibles des cités américaines était devenu après 1961 une idée qui revenait comme un leitmotiv dans l’atmosphère intellectuelle de Washington, comme auparavant à New York. (Daniel Patrick Moynihan, op. cit., 58.)

22 Ibid., 58.

23  Allen Matusow, The Unraveling of America, op. cit., 108.

24  Irwin Unger, op. cit., 60.

25  Voir à ce sujet le savoureux récit que fait Allen Matusow de la « prise de pouvoir des théoriciens de l’opportunité » au sein de l’Administration Kennedy. Selon David Hackett, Robert Kennedy était prêt à faire « tout ce qu’il [Hackett] voulait ». Quant à Hackett lui-même, qui « n’était certainement pas un grand penseur » selon Matusow, il était en revanche doué d’une énergie politique incontestable et décidé à mener à bien des réformes, quelles qu’elles fussent. Dépourvu d’un programme précis sur un sujet qui lui était étranger, il eut tôt fait d’embrasser celui de Lloyd Olhin. (Allen Matusow, op. cit., 108-13.)

26  Godfrey Hogson, The Gentleman from New York, op. cit., 139.

27 Ibid. 142.

28 John Ehrman, Neoconservatism. Intellectuals and Foreign Affairs, 1945-1994, New Haven, 1995, 71.

29 Richard Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, New York, 1990, 342.

30  « Toward a National Urban Policy », Urban Affairs Council, February 3, 1969, NPMP, WHCFiles, Subject Files, FG 6-12, Council on Urban Affairs, Box 1 of 4, folder Council on Urban Affairs.

31  Daniel Patrick Moynihan, The Poltics of a Guaranteed Income. The Nixon Administration and the Family Assistance Plan, New York, 1973.

32 Ibid., 65.

33 Ibid., 67.

34 Ibid., 70.

35  Richard Nixon, op. cit., 342.

36 Cité dans Melvin Small, The Presidency of Richard Nixon, Lawrence, 1999, 45.

37  Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 215.

38  Cité dans Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 151.

39  Memorandum de DPM au président, « Background Paper for the President on the 6th Meeting of the Council for Urban Affairs, February 25, 1969 », March 4, 1969, NPMP, WHCF, Subject Files, FG 6-12, Council on Urban Affairs, box 1 of 4, folder 2/25/69-3/18/69.

40  Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 114 et suiv.

41 Ibid., 83.

42  Voir notamment DPM, For the President, « Attitudes Towards Welfare », March 13, 1969, Urban Affairs Council, NPMP, WHCFiles, Subject Files, FG 6-12, Council on Urban Affairs, Box 1 of 4, folder 2/25/1969-3/18/1969.

43  Stephen Ambrose, Nixon. the Triumph of a Politician: 1962-1972, New York, 1989, 269.

44  Peter Flanigan, memorandum for the President, non daté, et Welfare Reform Fact Sheet, Background Material, August 8, 1969, WH Special Files, Staff Member and Office Files, John D. Ehrlichman, Box 39, Folder Welfare Book Background.

45  Address to the Nation on Domestic Programs, August 8, 1969, Presidential Public Papers of Richard Nixon, Nixon Library and Birthplace.

46  Daniel Patrick Moynihan, The Politics of a Guaranteed Income, op. cit., 127.

47  Address to the Nation on Domestic Programs, August 8, 1969, Presidential Public Papers of Richard Nixon, Nixon Library and Birthplace.

48  Daniel Patrick Moynihan, op. cit., 127.

49  Memorandum de DPM à Ken Cole, The White House, September 19, 1969, NPMP, WH Special Files, Staff Member & Office Files, John D. Ehrlichman, box 39, folder Welfare Book, Notes & Memos, 1969,1970.

50  Daniel Patrick Moynihan, Memorandum for the President, The White House, July 24, 1970, NPMP, President’s Office Files, President’s Handwriting, box 6, March 16-1970-July 1970, folder President’s Handwriting, July 70.

51 Ibid.

52  Memorandum de DPM à Ken Cole, The White House, September 17, 1969, WH Special Files, Staff Member and Office Files, John D. Ehrlichman, Box 39, Folder Welfare Book, Notes and Memos, 1960, 1970. Voir aussi Stephen Ambrose, Nixon, Volume II, The Triumph of a Politician, 1962-1972, NY, Simon & Schuster, 1989, 314-15.

53  Voir également l’alternative au FAP proposée par McGovern en 1970 : Memorandum de DPM au président, 20 janvier 1970, WH Special Files, Staff Member and Office Files, John D. Ehrlichman, Box 39, Folder Welfare Book, Notes and Memos, 1960, 1970.

54  Cité dans Melvin Small, op.cit., 188

55  Vince Burke, Nixon’s Good Deed, op. cit., 59 et suiv.

56  Stephen Ambrose, op. cit., 292.

57  H.R. Haldeman, The Haldeman Diaries. Inside the Nixon White House, New York, 1995, 218.

58  Daniel Patrick Moynihan, Memorandum for the President, The White House, July 2, 1970, NPMP, President’s Office Files, President’s Handwriting, box 6, March 16-1970-July 1970, folder President’s Handwriting, July 70.

59  Richard Nixon, op. cit., 428.

60  Memorandum for John Ehrlichman from Edward L. Morgan, The White House, Subject: Social Security Legislation – Cost of Living Escalator, NPMP, President’s Office Files, President’s Handwriting, Jan. 16, 1970-March 15, 1970, box 5, folder President’s Hanwriting, March 1 Thru 15, 1970.

61  A ce sujet, voir, en particulier John Ehrman, op. cit., 75.

62  Office of the White House Press Secretary, For Immediate Release, November 4, 1969, NPMP, WH Special Files, Staff Member & Office Files, John D. Ehrlichman, box 182, folder John D. Ehrlichman Numerical Subject Files.

63  H.R. Haldeman, op. cit., 116.

64  Cette nomination, qui n’était pas sans rappeler celle de John Kenneth Galbraith au même poste par JFK, était à la fois motivée par des considérations diplomatiques, dans le contexte de la guerre indo-pakistanaise, et par une volonté d’éloigner DPM. « La meilleure chose à faire avec les conseillers, déclarait Nixon, est de les assécher intellectuellement, puis de les nommer ambassadeur à la Nouvelle Dehli »... (Cité dans Joan Hoff, Nixon Reconsidered, New York, 1994, 155).

65  Memorandum de DPM à John Ehrlichman, , The White House, July 24, 1970, NPMP, WH Special Files, Staff Member & Office Files, John D. Ehrlichman, box 21, folder Moynihan Report July 24, 1970.

66 Ibid., 2.

67 Ibid., 8-9.

68  Memorandum de DPM à Herbert Stein, Department of State, September 10, 1973 et memorandum de Al Haig au président, subject: Family Assistance Plan, The White House, September 11, 1973, NPMP, President’s Office Files, President’s Handwriting, Box 23, Folder September 9-30, 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Coppolani, « Les sciences sociales et la présidence », Transatlantica [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/4963

Haut de page

Auteur

Antoine Coppolani

Université Paul-Valéry Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org