Navigation – Plan du site
Varia

Terra Foundation for American Art Europe

Création du centre parisien et programmes, Institut national d’histoire de l’art
Géraldine Chouard

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1Le 25 novembre 2008, à l'INHA, l'équipe de la Terra Foundation for American Art a annoncé ses nouveaux projets et notamment, à la suite de la fermeture du Musée d’art américain de Giverny, la création d'un centre parisien, situé dans le 2è arrondissement. Ce centre souhaite être, pour tous ceux que l'art américain intéresse, un nouveau lieu de ressources, d'échanges et de contacts.

2Sophie Lévy, Veerle Thielemans, Katherine Bourguignon, Ewa Bobrowska, Francesca Rose et Véronique Bossard ont tour à tour présenté les divers programmes liés à cette reconversion. Un public nombreux (administrateurs de l’INHA, conservateurs, enseignants, chercheurs, doctorants, autres étudiants, amateurs et amis de la Fondation) est venu assister à cette séance de pré-lancement, qui fut aussi l'occasion de revenir sur la mission de la Fondation Terra et de rappeler quelques-uns de ses chantiers en cours.

3Fidèle à la fervente volonté de Daniel Terra de promouvoir et de diffuser l’art américain à l’étranger, le nouveau centre parisien a pour but de développer les actions de la Fondation basée à Chicago (voir aussi à ce sujet la lettre d'Elizabeth Glassman, présidente de la Fondation).

4Marquant une nouvelle phase dans son évolution, sont ainsi exposés des projets culturels innovants (expositions, colloques, enseignements, etc.), que ce soit au travers de mécénat ou de partenariats avec des institutions culturelles et universitaires européennes.

Le Musée de Giverny

5La première nouvelle concerne bien sûr la fermeture du Musée d'art américain de Giverny (MAAG, créé en 1992).Au fil de ses 16 années d'existence, il a été un lieu important de diffusion de l'art américain sous diverses formes : expositions (sur l’art américain « historique », de 1750 à 1950 environ, mais aussi sur des œuvres plus contemporaines), colloques, conférences, résidences d'été d’historiens de l’art et d’artistes. Au fil des interventions, sont diffusées des images qui rappellent les temps forts de cette période d'activité soutenue, et notamment quelques photographies de la résidence d'été à Giverny, et des images des récentes expositions qui y ont eu lieu, comme par exemple, en 2008:

  • « Portrait of a Lady : peintures et photographies américaines en France, 1870 – 1915 » et « Le Temps des loisirs : peintures américaines »

  • ou, en 2007, « Visions de l'Ouest : photographies de l'exploration américaine, 1860-1880
 » et « Giverny impressionniste : une colonie d’artistes, 1885-1915 ».


6Les expositions présentées au MAAG sont répertoriées sur le site suivant:
http://www.maag.org/​expositions/​expos_archives.html

7Un nouveau musée le remplacera à partir du 1er mai 2009, le Musée des impressionismes, grâce à l’impulsion et au soutien du Conseil Général de l’Eure (voir annonce), de la Seine-Maritime et de la région Haute-Normandie, en partenariat avec le Musée d'Orsay et la Terra Foundation (qui garde deux places au conseil d'administration). Ce nouvel établissement public, dont la mission sera de montrer et de mettre en contexte le courant impressionniste, débutera sa programmation avec une exposition intitulée « Le Jardin de Monet à Giverny : l’invention d’un paysage ». L'objectif de cette association de collectivités territoriales est de mettre en contact les deux musées de Giverny, dont la complémentarité n'a pas toujours été apparente aux yeux du public. Il est à noter quel'ensemble du personnel du MAAG devrait être ré-embauché par le nouveau musée.

La Terra Summer Residency (TSR) 

8Si le Musée ferme ses portes, en revanche, la Terra Summer Residency poursuit ses activités, dans les maisons prévues à cet effet, qui restent la propriété de la Fondation. Il est rappelé que la mission de la TSR est d'offrir à des apprentis artistes et des doctorants, européens et américains, l'occasion d'étudier à Giverny, dans un cadre d'échange et de dialogue, invitant les participants à approfondir ensemble les contributions culturelles transatlantiques et leur résonance contemporaine. Bien des anciens résidents sont d'ailleurs présents à cette séance, signe de l'efficacité de la mise en réseau.

La collection Terra

9Le nouveau centre parisien n’a pas vocation à accueillir d'expositions comme le MAAG. Les collections de la Fondation (700 œuvres environ) sont ainsi destinées à être exposées sur le mode nomade, ce qui est une façon naturelle de faire circuler les œuvres.

10La Fondation veut poursuivre sa politique de partenariats et de prêts pour monter ou collaborer à divers types d'expositions, dans différentes institutions muséales, qu’elles soient très importantes mais totalement déficientes en art américain (comme ce fut le cas au Louvre en 2006, voir notre compte rendu, ou peut-être à l’avenir à la National Gallery de Londres, ou les National Galleries of Scotland d’Edimbourg) ou dans des musées de taille plus modeste mais faisant preuve d’un intérêt soutenu pour l’art américain (le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, la Dulwich Picture Gallery de Londres par exemple). Au sein de grands musées encyclopédiques européens, on pourrait imaginer la création de salles consacrées à l'art américain associées à des programmes éducatifs.

Bourses et soutien à des projets d'études

11Depuis 2005, la Terra Foundation s'est engagée dans un ambitieux programme de bourses. Dans sa volonté d’élargir l’accès aux terrains et aux outils de la recherche sur l’art américain, la Fondation finance des bourses d’études pour doctorants, post-doctorants et professeurs, à travers des résidences au Smithsonian American Museum of Art et au Newberry Library à Chicago, ainsi que des bourses de voyage (Terra Travel Grants) allouées par le biais du Courtauld Institute of Art de Londres, du John-F. Kennedy Institut für Nordamerikastudien de Berlin, et de l’Institut national d’Histoire de l’art à Paris. 

12A ces bourses, toujours d'actualité, la Fondation propose d'ajouter divers types de soutiens pour tout autre projet de recherches lié à l'art américain (mission, enquête de terrain, projet spécifique) et encourage les initiatives en ce sens.

La base de données Lafayette

13La Fondation poursuivra son soutien au grand chantier entrepris (avec l’appui de la Fondation Luce) par le musée du Louvre et Olivier Meslay sur le recensement de l’art des Etats-Unis dans les collections publiques françaises (1620-1940), qui a déjà donné lieu en 2007 à la mise en ligne du catalogue La Fayette.

14Cette base de données bilingue regroupe plus de 1 700 œuvres d'artistes américains, de tous les domaines artistiques (hormis la gravure et la photographie) ayant intégré les collections nationales françaises avant 1940. Chaque œuvre est étudiée sous la forme de fiche individuelle précisant les: titre, artiste, technique, dimensions, numéro d'inventaire, mode d’acquisition, bibliographie et historique des dépôts ; chaque fois que les droits de reproduction le permettaient, l'œuvre a été reproduite ; le lieu de conservation est précisé avec un lien vers le site Internet et des photographies de l’institution. A ce catalogue s’ajoute une étude historique et thématique sur l’art des Etats-Unis et les relations avec la France ainsi qu’une bibliographie française, une sélection d'œuvres significatives, une chronologie et différents renseignements biographiques.

15Un projet équivalent, et à terme fusionnable avec La Fayette est à l’étude en Grande Bretagne.

La bibliothèque du centre Terra

16Le nouveau centre se veut un lieu de ressources, notamment par le biais de la création une bibliothèque spécialisée, qui ouvrira ses portes en avril 2009.

17Pour commencer, un fonds d'une galerie new-yorkaise a été aujourd'hui catalogué sous forme électronique, et y ont été ajoutés au fur des années des ouvrages en rapport avec les projets du MAAG.  La bibliothèque comportera pour l'essentiel des ouvrages consacrés aux arts visuels américains jusque vers 1980, auxquels viendront s'ajouter des ouvrages de philosophie, de sociologie, d'histoire, de littérature américaine. 

18La question des périodiques est soulevée, problème délicat en raison du manque de place. L'abonnement à un certain nombre de bases de données fait naturellement partie des projets d'équipement de cette bibliothèque. 

19Un appel est lancé pour que chacun propose des suggestions d'acquisition.

20Le centre de documentation pourrait aussi avoir une fonction de relais de la recherche en art américain, favorisant l'accès à diverses sources institutionnelles. 

Enseignement

21Terra annonce le lancement d’un nouveau programme d’enseignement de l'histoire de l’art américain en collaboration avec l’Institut national d’histoire de l’art,  le Courtauld Institute of Art de Londres et l’Institut John F. Kennedy de la Freie Universität de Berlin, à partir d'octobre 2009. Ce programme impliquera d’une part un post-doc (recruté pour deux ans) et d’autre part un ou plusieurs seniors enseignants invités. Les cours seront dispensés en anglais. Pour la France, à la suite d’un premier appel à candidatures, le consortium retenu pour être l’hôte de ce programme en 2009-2011 réunit l’Ecole Normale Supérieure, le PRES Paris-Ouest et l’université François Rabelais (Tours).

22Terra souhaite développer ses partenariats avec le monde universitaire, par le biais de colloques, conférences ou journées d'études, comme il y en a eu à Giverny, mais selon des modes qui pourraient être plus variés, à l'initiative de ceux qui le souhaitent.

23Est annoncée la participation de Terra au prochain colloque organisé par les universités Lyon 2 et Tours les 12 et 13 janvier 2009 au Musée des Beaux-arts de Lyon, « Starting from Scratch » (Art et culture en Europe et en Amérique, 1945-1949).

Publications

24La Fondation propose divers types de soutiens à des projets de publication, qui permettraient de faire connaître les approches de l'histoire de l'art d'un côté de l'Atlantique et de l'autre:

  • publication en anglais d’ouvrages rédigés à l'origine dans une autre langue

  • publication d'un manuel sur les arts visuels 

25Cette politique de soutien pourrait aussi s'étendre à la publication d'articles.

26La Fondation voudrait en somme que son nouveau centre parisien soit un lieu d'échanges autour de l'art américain, et que ses divers programmes et engagements contribuent à le rendre aussi vivant que possible.

27La séance s'achève sur quelques questions liées à l'évolution institutionnelle de la Fondation, à l'avenir de Giverny et au contenu des divers programmes présentés. Elle est suivie d'un cocktail.

28Pour plus d’information, www.terraamericanart.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Chouard, « Terra Foundation for American Art Europe », Transatlantica [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/4314

Haut de page

Auteur

Géraldine Chouard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org