Navigation – Plan du site
Autour de la Jeune République, 1776-1860
Introduction

Introduction

Marie-Jeanne Rossignol et Naomi Wulf

Texte intégral

1Aux Etats-Unis, le milieu de la recherche sur la jeune République est très dynamique et bien structuré, ce qui semble effectivement aller de soi : les décennies qui vont de la Révolution au déclenchement de la Guerre de Sécession ne marquent-elles pas la période véritablement fondatrice de la nouvelle nation post-coloniale ? Ne sont-elles donc pas vouées à attirer l’intérêt privilégié des historiens de l’Amérique ? Des revues prestigieuses, telles le William and Mary Quarterly (aussi consacré à la période coloniale) et le Journal of the Early Republic, font connaître les recherches les plus sophistiquées sur le sujet, auxquelles le Journal of American History donne également une place considérable. Une revue électronique Commonplace aborde les questions relatives à la jeune République sur un ton moins universitaire, plus apte à retenir des lecteurs généralistes.

2De nombreux centres de recherche contiennent des fonds d’archives ou organisent colloques et séminaires portant sur ces décennies fondatrices. On peut penser à la Library Company et à l’American Philosophical Society de Philadelphie ; toujours à Philadelphie le McNeil Center in Early American History. A Williamsburg se trouve le siège du Omohundro Institute, qui publie le William and Mary Quaterly mais aussi d’autres ouvrages et lance de nombreux colloques. Et il ne s’agit là que des institutions les plus célèbres, bien connues des rédactrices et des auteurs du dossier. Ce sont ces centres, sociétés et revues qui structurent le milieu américain, voire international, des spécialistes de la jeune République la façon la plus visible.

3En France, où les recherches sur l’histoire de l’Amérique à la fin du XIXè et du XXè siècles constituent des domaines privilégiés, le cercle des spécialistes de la jeune République est moins restreint qu’il ne semble l’être dans d’autres pays européens, la Grande-Bretagne exceptée : si l’on en croit les collègues européens interrogés lors de l’Atelier « Early American History in Europe : Which Trends, Which Specificities » du congrès de l’EAAS à Bordeaux au printemps 2002, les spécialistes des premières décennies de la République américaine en Europe se sentent très isolés, voire désemparés face aux forces et aux avantages des chercheurs américains, et à leurs propres collègues spécialistes des années qui suivirent la Guerre de Sécession.

4 Si les recherches françaises sur la jeune République sont plus riches, si les chercheurs se connaissent et forment un réseau informel, c’est peut-être parce que, dans les années 1980 et 1990, de nombreux spécialistes se sont rassemblés, ou ont gravité, autour d’Elise Marientras et du Centre de Recherches sur l’Histoire des Etats-Unis de l’Université Paris 7, consacré surtout à l’Amérique pré-industrielle et qui organisa de stimulants colloques jusqu’en 1992. Depuis la fin des années 1990, l’activité de ces chercheurs et de leurs étudiants ne s’est pas ralentie : des thèses de qualité ont été publiées (sur Thomas Paine par exemple) ou soutenues (sur la biographie de Jackson, par exemple), des publications collectives organisées (sur les Lumières en Amérique, l’Amérique et la France au temps de Jefferson et Miranda [Dossier « Les Lumières américaines », Revue Française d’Etudes Américaines, 92 (mai 2002), réalisé par Nathalie Caron et Naomi Wulf. Marcel Dorigny et Marie-Jeanne Rossignol, dirs, La France et les Amériques au Temps de Jefferson et Miranda, Paris : Société des études robespierristes, 2001.]) ; mais rien n’est venu se substituer aux colloques organisées par le CRHEU sur l’Amérique pré-industrielle pour structurer ce milieu à nouveau, ne serait-ce que de manière épisodique.

5L’objectif de la journée de recherche du 16 novembre 2001, consacrée à la jeune République américaine, était très pragmatique, et, à l’origine, lié à des considérations historiographiques et méthodologiques. Organisée par l’Ecole doctorale de l’Université Paris 7 et les équipes de recherche CIRNA (Paris 7) et APSAM (Université Paris 12), la journée avait pour objectif de réunir des chercheurs souvent dispersés pour faire le point sur les recherches françaises récentes sur la jeune République, et cerner de possibles orientations plus spécifiquement hexagonales en matière d’historiographie et de thématiques. Sur ces points, la journée a été un franc succès : la communauté des spécialistes de la jeune République s’est trouvée bien représentée, des présidents d’ateliers aux communiquants, et à l’auditoire ; une très grande majorité des communications se trouve ici publiée, après un travail éditorial qui a été stimulant pour tous.

6Face à une historiographie américaine très organisée autour de thèmes forts, tels que l’ethnicité, la race, les études féminines, où il paraît parfois difficile de repérer des options de recherche moins attendues, les travaux français se situent en équilibre instable entre une historiographie et des théories françaises, et une production américaine, considérable sur tous les points, dont ils rendent compte. Dans les articles de ce dossier, on sent toujours, à des degrés divers, la présence de cet « écart », si typique des américanistes non américains.

7L’écart s’exprime, en particulier, à travers le regard porté par tous les auteurs, d’une manière ou d’une autre, sur les périphéries sociales, géographiques ou ethniques de la jeune nation américaine : le débat n’est pas clos sur les rébellions des pionniers pauvres de l’Ouest à la fin du XVIIIè siècle (Karsky) ; l’histoire d’un Sud émergent, tout comme celle des Amérindiens, est présentée comme le prisme nécessaire à la lecture de l’histoire de la jeune nation (Nacouzi, Pothier, Serme) ; l’histoire des Blancs apparaît inséparable de celle des Noirs (Pothier). On voit également comment les rapports entre les Etats-Unis et leurs partenaires diplomatiques jouent un rôle décisif dans l’élaboration et la compréhension des politiques nationales : l’indépendance de l’Amérique latine contraint les Américains du Nord à élaborer leur vision continentale (Henry) ; les relations transatlantiques révèlent une période de repli frileux et nationaliste après les enthousiasmes cosmopolites révolutionnaires (Potofsky, Rossignol).

8L’approche périphérique s’applique aussi à la méthodologie employée. En général, une place moindre est donnée aux événements politiques au sens traditionnel qui se trouvent souvent abordés par le biais de parcours d’individus plus ou moins célèbres (Nacouzi, Pothier, Serme, Wulf) ; la dimension économique des débats politiques de la jeune République, plutôt négligée récemment, se voit attribuée un rôle essentiel (Gervais, Potofsky) ; chez Lucia Bergamasco, le religieux est mis en parallèle avec le politique ; Jacques Pothier rappelle que la sensibilité et l’analyse littéraires peuvent servir d’outils à la compréhension des idées de Thomas Jefferson.

9Pourtant, trois catégories se dessinent dans le rapport à l’historiographie américaine : là où l’objet de recherche n’a pas d’équivalent en France, l’historiographie américaine domine (Henry, Bergamasco et Karsky, Serme) ; lorsque les sujets se prêtent à la comparaison, les références bibliographiques et théoriques empruntent aux deux traditions (Potofsky, Rossignol, Wulf). Mais, dans la majorité des cas, quelle que soit la dominante historiographique,une perspective critique et originale domine. On peut donner quelques exemples : l’Atlantique décrit par Allan Potofsky ne correspond pas à l’espace d’échanges ouvert que se complaît à décrire l’historiographie américaine et britannique pour l’Ere des Révolutions ; Barbara Karsky n’estime pas que le dernier mot a été dit sur les rebellions populaires dans la jeune République ; Jean-Marc Serme pense que l’histoire de la Guerre de 1812 reste à faire.

10C’est sans doute ce qui distingue cet ensemble de textes d’un dossier plus classique ; Transatlantica accueille ici avec générosité des articles programmatiques, qui annoncent des livres, des thèses, en traversant parfois avec allégresse les frontières des disciplines. Les références à différents sites et liens web, plus ou moins présentes, ouvrent encore davantage cette recherche sur le monde tandis qu’elles encouragent les lecteurs à dépasser le cadre de leur lecture pour aller voir plus loin, autrement. Les rédactrices en chef de ce dossier espèrent que la recherche sur la jeune République en France poursuivra son itinéraire personnel et intransigeant, grâce peut-être à d’autres rencontres semblables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Rossignol et Naomi Wulf, « Introduction », Transatlantica [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 30 juin 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/390

Haut de page

Auteurs

Marie-Jeanne Rossignol

Articles du même auteur

Naomi Wulf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org