Navigation – Plan du site
Varia

Présentation

Géraldine Chouard

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1L’actualité des arts visuels d’Amérique a été particulièrement riche ces derniers mois à Paris comme en province. Photographie d’exploration (Visions de l’Ouest) ou contemporaine (Weegee, Helen Levitt, Andres Serrano), aquarelles classiques (Barbara Ernst Prey) ou expérimentations picturales et plastiques (Kara Walker, Jim Dine, Nancy Spero, Arshile Gorky), les images d’Amérique sont venues à nous sous différentes formes et formats, dans des institutions majeures (Musée de Giverny, Musée d’art moderne de Paris), des lieux plus restreints (Collection Lambert en Avignon) ou des espaces confidentiels (crypte du site Richelieu à la Bibliothèque Nationale de Paris), renouvelant à chaque occasion notre vision des Etats-Unis.

2Plus qu’une musique, le « Rock’n’roll » est, comme chacun sait, une façon d’être, un état d’âme, une manière d’être américain. La fondation Cartier lui a consacré une exposition qui pose, entre autres, la question de sa propre scénographie. L’occasion est ici donnée de rappeler que Varia ouvre aussi ses colonnes à l’actualité musicale américaine.

3Spécialiste de l’histoire des images des Etats-Unis, François Brunet a exposé à Giverny sa vision de l’Amérique, accrochant aux cimaises du Musée d’art américain une sélection d’une soixantaine de vues (extraites de collections publiques françaises) prises par des photographes explorateurs tels que Watkins (1829-1916), O’Sullivan (1840-1882) ou Bell (1830-1910) qui ont tour à tour saisi l’immensité des territoires encore vierges de l’Ouest.

4Quelques photos prises par Anne Crémieux présentent le vernissage de cette exposition tandis que Mathilde Arrivé analyse la valeur esthétique et les enjeux idéologiques de ce qui était donné à voir. Notons que cette exposition (qui s’est tenue du 10 juillet au 31octobre 2007) a valu au Musée d’art américain de Giverny un taux record de fréquentation (28 000 visiteurs soit 35 % de plus que la moyenne habituelle en cette période), signe que le public français est curieux d’images américaines inédites, offrant une voie d’accès originale à la culture visuelle des Etats-Unis et à son histoire. Disponible en français et en anglais, le catalogue publié sous la direction de François Brunet et de Bronwyn Griffith (par le MAAG) reprend dans son intégralité la spectaculaire iconographie de l’exposition. Gageons que la belle image de couverture (qui fut aussi celle de l’affiche de l’événement) représentant un convoi traversant le désert du Nevada (Sand Dunes, O’Sullivan, 1868) ouvrira la voie à d’autres événements pionniers dans le champ des images d’Amérique.

5Autre lien entre le monde du musée et le domaine de la recherche, la Terra Foundation for the Arts accueille chaque année des doctorants spécialisés dans le domaine des arts américains. Ils passent ainsi une partie de l’été sur place pour y étudier et rencontrer des spécialistes d’arts plastiques. Mathilde Arrivé propose un compte-rendu des conditions et des enseignements de la Terra Summer Residency de 2007, illustré de quelques-unes de ses photographies qui témoignent à elles seules du caractère riche et vivant de ce programme.

6Dans le champ de la photographie, Frédéric Perrier retrace le parcours de Weegee, correspondant des journaux new-yorkais des années 1930 & 1940, spécialiste des faits divers. Sa libre déambulation parmi les tirages de la collection Berinson présentée au Musée Maillol, assortie de propos d’Olivier Lorquin (commissaire de l’exposition, interrogé sur place) évoquent certains thèmes qui animent son œuvre (notamment ceux du banal et de la violence) à travers une série de clichés qui donnent un nouveau visage à la criminalité américaine, dont le cinéma s’est ensuite largement inspiré. A travers « Pictures at an execution », Didier Aubert met en évidence quelques-unes des limites propres à cette expression photographique, soulignant notamment le voyeurisme dont elle relève pour une part.

7C’est au théâtre des rues d’un autre New York que nous invite Helen Levitt, celui du quodidien des quartiers de Brooklyn, Harlem ou du Lower East Side, de 1940 à 1980, dont elle observe les habitants : les hommes, les femmes et surtout les enfants, à travers leurs gestes, leurs échanges et leurs jeux. Jean Kempf analyse la chorégraphie urbaine de cette remarquable photographe des jours ouvrables.

8Evénement artistique important, la Collection Lambert en Avignon présente la première rétrospective européenne consacrée à l’œuvre du photographe africain-américain d’origine cubaine et hondurienne, Andres Serrano. Claude Chastagner propose ici un parcours critique de certains de ses travaux qui ont récemment défrayé la chronique aux Etats-Unis.

9Professeure à l’Université de Californie (Davis) et spécialiste de culture afro-américaine, Riché Richardson a décrypté l’exposition de Kara Walker, une artiste dont l’œuvre en noir et blanc oblige précisément à repenser les clichés manichéens du Sud.

10Non loin du Musée d’art moderne de Paris, à la Fondation Bismarck, mais aux antipodes du monde de Kara Walker, Barbara Ernst Prey expose ses aquarelles acidulées, inspirées par les rivages du Maine. France Jancène-Jaigu évoque les toiles de cette coloriste nourrie de peinture de paysage, qui, de Homer à Hopper, réinterprète quelques morceaux consacrés de la tradition américaine.

11Expérimentales, chacune à leur manière, les démarches de Nancy Spero, Jim Dine et Olivier Rebufa panachent effets de couleur et de calligraphie. Tandis que Kamila Banayada se penche sur les compositions hybrides de Spero, lectrice démanteleuse d’Artaud, Marie Cordié-Lévy met en regard de nouvelles mises en scène plastiques autour des figures de Pinocchio et de Barbie, aux destins audacieusement réinventés.

12Enfin, dans le cadre de l’année de l’Arménie en France sont exposées à Paris une cinquantaine d’oeuvres de l’artiste américain d’origine arménienne, Arshile Gorky (1904-1948) émigré aux Etats-Unis en 1920. Mathilde Arrivé dessine le cheminement artistique et individuel du peintre tel que le présente cette rétrospective et, à travers cet hommage, retrace la reformulation américaine de la genèse de l’expressionisme abstrait.

13Certains des articles ici présentés émanent des membres du groupe de recherches HIMAN (Histoire des Images en Amérique du Nord) animé par François Brunet à l’Université Denis Diderot-Paris 7. L’occasion nous est ainsi donnée de saluer ce groupe du CIRNA, qui rassemble des chercheurs dont les travaux portent sur les représentations, pratiques et usages de l’image dans la culture américaine. S’il va de soi que certains de ces chercheurs seront de nouveau amenés à se pencher sur tel ou tel aspect de l’actualité visuelle, le champ reste ouvert à tous, et VARIA accueille aussi, comme c’est ici la cas, d’autres contributions susceptibles d’éclairer le champ des images d’Amérique.

14La rentrée s’annonce encore très fournie. Pour ne citer que quelques exemples, Robert Adams s’affiche actuellement à Paris, tandis que l’exposition « La mythologie de l’Ouest dans l’art américain, 1830-1940 » exposée jusqu’au 7 janvier 2008 au musée des Beaux-Arts de Rouen, sera présentée du 13 février au 11 mai au musée des Beaux-Arts de Rennes et du 6 juin au 3 août au Centre de la Vieille Charité à Marseille.

15Après la Tate Modern de Londres, enfin, l’une des doyennes de l’art contemporain, Louise Bourgeois, installe ses œuvres au centre Pompidou du 5 mars au 2 juin 2008. Un projet qui en promet.

16VARIA lance un appel à de nouvelles contributions pour évoquer l’actualité transatlantique des arts visuels. Chroniques ou billets, analyses ou articles, comptes rendus d’expositions, de colloques ou d’autres manifestations culturelles, la revue électronique s’adapte à des formats variés et permet aussi, grâce aux liens auxquels elle offre la possibilité de renvoyer, d’enrichir les textes de références à des sites, construisant ainsi un espace illustré de communication et de savoir.

17Merci d’envoyer vos propositions à Géraldine Chouard, geraldine@chouard.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Chouard, « Présentation », Transatlantica [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 03 février 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/1972

Haut de page

Auteur

Géraldine Chouard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org