Navigation – Plan du site
Au-delà du New Deal / Beyond the New Deal
Views from Above

Le local sous l’œil des sciences sociales

Romain Huret

Texte intégral

Here speaks a characteristic mood of these midland folk, living close to the earth, taking good times and bad, like the weather, as natural events to be endured as cheerfully as possible, with a strong conviction that nothing permanently bad can happen to America and that Providence teaches lessons through temporary adversity.1
Robert et Helen Lynd

Mais oublier que l’enquête même est un rapport social qui tend inévitablement à structurer toutes les interactions, c’est se condamner à traiter comme un donné, un donné pur, tel que l’aiment tous les positivismes, ce qui est en fait un objet préconstruit, et selon des lois de construction que l’on ignore bien qu’on ait participé à leur action.
Pierre Bourdieu, préface à l’ouvrage de Paul Lazarsfeld, Les Chômeurs de Marienthal2.

Introduction

1En juillet 1935, Helen et Robert Lynd retournent à Muncie dans l’Indiana pour écrire à la demande de leur éditeur, Alfred Harcourt, un prolongement à leur enquête Middletown, conduite dix années auparavant, et publiée avec un succès éditorial inespéré l’année même du déclenchement de la crise3. Cette nouvelle étude renoue avec la perspective sociographique adoptée dans le premier tome qui rompait délibérément avec la tradition des enquêtes sociales du début du siècle et le modèle d’investigation développé par l’école de Chicago dans l’entre‑deux guerres. Ce regard anthropologique posé sur le social ne limite pas son champ d’investigation à un seul groupe social mais ambitionne d’épuiser tous les aspects de la vie quotidienne et de la vie sociale. Au cœur de la crise, les Lynd espèrent à nouveau déchiffrer « l’enchevêtrement des faits sociaux » (interwoven trends) de cette localité du Midwest américain (Middletown, 1929, 3). Ecrit au cours de l’année 1936, publié en 1937, Middletown in Transition déçoit fortement. Jugé redondant et simplificateur, l’ouvrage paraît sans grande finesse par rapport au premier tome, considéré comme un modèle méthodologique et conceptuel dans la communauté scientifique américaine4. En raison des fortes tensions sociales, les Lynd abandonnent le ton détaché et faussement objectif du premier volume. Si celui‑ci s’inscrivait dans la lignée de la critique de Thorstein Veblen pour dénoncer le consumérisme et l’individualisme des habitants de la petite communauté, Middletown in Transition s’attache à condamner leur étroitesse d’esprit politique. Dans la continuité de la désillusion des intellectuels progressistes, les Lynd adoptent le ton condescendant qui s’impose dans les sciences sociales américaines face à l’irrationalité et l’incompétence démocratique des masses : à Middletown, les habitants apparaissent incapables de comprendre la rationalité politique du New Deal5.

2Ainsi, il n’a été retenu du second tome que la seule opposition d’une petite localité aux mesures rooseveltiennes, condamnant l’opus au même oubli historiograhique que le conservatisme dont il rend compte. Selon les commentateurs, le travail pêche par un excès de fonctionnalisme qui conduit les Lynd à ne saisir qu’une portion congrue de la réalité politique et sociale de Middletown. Seul intérêt de l’ouvrage, il constitue une étape décisive dans le cheminement intellectuel de Robert Lynd, accélérant son désenchantement politique et le menant à revendiquer un positionnement professionnel plus politisé à la fin de la décennie comme le réclame son fameux pamphlet de 1939, Knowledge for What ?. A l’intérieur du débat interne aux sciences sociales entre les adeptes de l’objectivité scientifique et les partisans d’un engagement politique (purposive thinkers), les Lynd prennent donc clairement position aux côtés de ces derniers au lendemain de la crise de 1929.

3Pourtant, à l’inverse de la position surplombante adoptée par les critiques qui dénoncent les erreurs d’interprétation des Lynd par rapport à la « réalité » historique, nous souhaitons nous pencher sur les mécanismes d’élaboration d’un modèle d’interprétation d’une localité américaine pour démontrer le poids de cette construction scientifique dans le désenchantement final des auteurs6. A ce titre, Middletown in Transition possède une ambition méthodologique et conceptuelle supérieure au premier tome. Selon les Lynd, la crise de 1929 accentue le caractère expérimental de la ville qui devient un « laboratoire social » idéal, un lieu d’expérience in vivo (Middletown 1937, 3). Tout au long de l’ouvrage, les auteurs ne cachent pas leur dette méthodologique à l’égard de leur nouveau collègue sur le sol américain, Paul Lazarsfeld. L’ouvrage de ce sociologue d’origine autrichienne, Die Arbeitslosen von Marienthal, préfigure leurs interrogations sur l’impact de la crise économique sur une communauté locale7. Conduite en 1931 avec Marie Jahoda et Hans Zeisel, l’enquête de Lazarsfeld tente de mesurer les conséquences de la crise dans une ville autrichienne où la seule industrie a disparu en 1929, provoquant une profonde crise sociale puisque 80% de la population active se retrouve au chômage8.

4A l’image de ce qui se produit à Marienthal, la crise met en tension les valeurs consuméristes qui soudaient Muncie dans les années 1920 :

In such an exposed situation, rife with threats and occasions for personal tension, human beings tend to react primitively in the direction of warding off threats and seeking to conserve whatever stability they have personally been able to wrest from their environment (Middletown 1937, 25).

5L’expérience de la crise dépasse même l’horizon social pour devenir une expérience ontologique pour les habitants de la communauté :

The experience had been more nearly universal than any prolonged recent emotional experience in the city’s history ; it had approached in its elemental shock the primary experiences of birth and death (Middletown in Transition, 296).

6Ainsi, dans les années trente, la petite localité de Middletown entre dans un nouvel univers non‑euclidien, selon la judicieuse formule des Lynd : l’effondrement des repères culturels et sociaux s’accompagne de l’élargissement de l’horizon d’attente politique avec l’entrée en scène du gouvernement fédéral. Cette situation exceptionnelle conduit les auteurs à élargir la palette d’explications utilisées dans le premier tome, abandonnant l’explication mono‑causale de la critique culturelle pour s’intéresser aux conditions politiques et sociales d’émergence des valeurs consuméristes dominantes. Il serait réducteur d’attribuer, à l’image de Richard Fox, cet enrichissement des facteurs explicatifs au seul confort institutionnel et professionnel trouvé par Robert Lynd après le succès du premier ouvrage9. En élargissant leur focale sur la petite communauté, les Lynd poursuivent un projet scientifique d’une envergure nouvelle et tentent d’analyser les mécanismes du contrôle social et politique d’un groupe dominant.

7 Ce retour du politique dans la compréhension du local donne naissance à une grille de lecture désenchantée qui surplombe tout l’ouvrage. Si dans le premier tome le local se pliait aux forces de la modernisation économique et culturelle, il résiste dans le second à la modernité politique du New Deal. L’outillage théorique et l’appareillage méthodologique des Lynd servent à démontrer la résistance politique des habitants de la communauté. Car, en dépit de la révolution qui s’opère à Washington D.C., la vie demeure « as usual » à Middletown dans les années trente, sous le poids d’un contrôle social dont les Lynd peinent néanmoins à déterminer le poids exact. Dans ces conditions, les retors habitants rechignent à adhérer aux préceptes salvateurs du New Deal, défendus par le couple Lynd.

Middletown dans les années 1930. Une Localité comme les autres ?

8Dès leur première étude de cette communauté de l’Indiana, les auteurs affichent leur spécificité méthodologique en accordant une place déterminante aux évolutions temporelles, le point de vue diachronique contribuant, selon eux, à la dynamique de leur lecture synchronique des différents aspects du social (Middletown, 1929, 10‑17). Cette perspective les rend particulièrement attentifs aux changements et aux ruptures. Or, dans le Middletown des années trente, force est de constater la prédominance des éléments de continuité (Middletown 1937, 345). A plusieurs reprises au cours de l’ouvrage, les Lynd constatent à leur grand regret la permanence des valeurs dominantes de la ville, présentées dans le premier tome, notamment la culture pécuniaire :

Middletown clearly operates on the assumption that the roots of its living lie in the acquisition of money (Middletown 1937, 242).

9Premier paradoxe de cette communauté locale dans les années trente, ce sentiment de continuité contraste avec le caractère exceptionnel de la crise économique de 1929.

Chronologie de crise

10Incontestablement, six années après le krach de Wall Street, le sentiment d’un retour à la normale prévaut dans les rues de la communauté. Comme le souligne un homme d’affaires :

What depression ? We haven’t had a depression here (Middletown 1937, 7).

11La crise économique a été reléguée au rayon des accidents sans grande conséquence pour la ville. Lorsque les Lynd reviennent dans la communauté, une fête réunit quatre cent cinquante hommes d’affaires pour célébrer un autre retour, celui de la firme automobile General Motors, marquant ainsi la fin symbolique de la crise et le retour des beaux jours de la prospérité (Middletown 1937, 13). La réinstallation du constructeur automobile a pour cause la quiétude syndicale locale, qui tranche avec l’effervescence ouvrière dans les grandes villes du pays. Inquiet de la violence de la grève de Toledo, le président de General Motors, Alfred P.Sloan, met en avant pour expliquer sa décision le rôle central joué par la promesse des hommes d’affaires de conserver le système de l’open‑shop à Middletown (Middletown 1937, 35‑36).

12Dans leur souci de comprendre cette amnésie collective qui frappe la population locale, les Lynd retracent la chronologie de la réaction des habitants face à la crise. Décrite dès le début de l’ouvrage, cette perspective temporelle fixe le cadre méthodologique du reste de l’analyse. Contrairement au parti pris méthodologique de Lazarsfeld, les auteurs ne sélectionnent pas un échantillon représentatif de familles mais présentent l’entité « Middletown » comme un ensemble culturellement homogène, les entretiens individuels et les compte‑rendus journalistiques servant à saisir l’opinion de la population locale. Au lendemain du déclenchement de la crise, le sentiment d’incrédulité domine, à tel point que la population locale refuse d’accepter la réalité de la crise :

One of the most illuminating aspects of this early period of the depression was the reluctance of Middletown’s habits of thought to accept the fact of « bad times » (Middletown1937, 15).

13A l’aide de quelques exemples épars, les Lynd attribuent aux habitants de Middletown l’explication psychologique de la crise telle que Hoover la propose à la même époque. Il faut attendre le mois d’avril 1932 pour que la communauté prenne enfin conscience de la gravité de la récession économique. Les années 1933 et 1934 sont les plus sombres connues par la ville, les Lynd décelant même des traces de prodromes révolutionnaires dans cette paisible communauté (Middletown 1937, 20). Pourtant, ce ferment révolutionnaire est de courte durée. Dès 1935, les habitants portent un regard détaché sur cet événement exceptionnel, lui attribuant même une vertu salutaire et enrichissante pour la communauté puisque l’effondrement de l’économie a provoqué un resserrement des liens familiaux :

Each family seems to wish wistfully that the depression had not happened to it, while at the same time feeling that the depression has in a vague general way « been good for family life » (Middletown 1937, 146).

14Ce détachement reflète le sentiment dominant à Middletown au cours de l’été 1935 de la fin de la récession économique, simple épisode conjoncturel surmonté avec succès par la communauté. Toutefois, cette explication optimiste ne convainc pas les Lynd qui percent sous ce discours officiel les éléments d’un profond malaise à l’intérieur de la communauté.

Une crise psychologique ?

15Dans son analyse des chômeurs de Marienthal, Lazarsfeld accorde une part prépondérante à l’analyse psychologique, au détriment de la rigueur statistique et de la précision de l’échantillonnage. Parmi les cent familles qui constituent son échantillon représentatif, l’auteur estime à 16 % le nombre de familles qui demeurent « stables », à 48 % celui de familles « résignées », à 11% celui de familles « désespérées » et à 25% celui de familles « apathiques »10. Caractéristique des échanges transatlantiques dans le domaine des sciences sociales, la perspective du sociologue autrichien a un impact direct sur le travail du couple Lynd. En dépit des conditions économiques et sociales très différentes entre Marienthal et Muncie, Robert et Helen Lynd évoquent la prépondérance d’un sentiment similaire d’apathie au sein de la population de Muncie :

While this was probably due primarily to sheer lack of money among a population with roughly 3,000 of its 12,500 families on relief, the element of apathy which Lazarsfeld found in his study of the unemployed in Marienthal was undoubtedly incipiently present in many instances (Middletown 1937, 385).

16Lorsqu’il s’agit d’affiner ce concept passe‑partout d’apathie, ils utilisent une typologie émotionnelle tout aussi rudimentaire en dénombrant trois états successifs : le choc, la peur et l’optimisme béat (Middletown 1937, 13). Néanmoins, en dépit de son approximation conceptuelle, cette insistance sur les caractéristiques psychologiques a une fonction précise : démontrer que le vécu de la crise a été plus symbolique que réel. Pour la population locale, la crise est perçue comme l’ultime démonstration de l’intrusion des forces cosmopolites au cœur de l’espace local. Sous le vernis d’optimisme se dissimule un profond sentiment d’errance face à la complexité croissante du monde moderne :

The multiplicity and complexity of the issues confronting the citizen have been increasing much more rapidly, especially since the World War, than has the coverage of these issues by the services of information in the press and elsewhere to the mass of Middletown citizens (Middletown 1937, 387).

17A Middletown, la population vit la crise comme un signe supplémentaire du délitement social de l’Amérique : à l’image du reste du pays, la communauté se trouve dans un « cul‑de‑sac », selon l’expression utilisée par les Lynd. Le marasme économique s’ajoute donc au profond malaise (anxiety) des habitants de l’Indiana face à l’apparition des forces cosmopolites de la modernisation. Ce malaise dans la civilisation provoque des réactions de repli et de xénophobie, à l’image des succès remportés par le Ku Klux Klan depuis les années vingt dans cet Etat du Midwest11. Au cours des années trente, sous le choc de l’effondrement de l’économie, la peur devient le sentiment prédominant dans la communauté :

This is in part related to the increased apprehensiveness that one feels everywhere in Middletown : fear on the part of teachers of the D.A.R. and the Chamber of Commerce ; fear by businessmen of high taxes and public ownership of utilities and of the Roosevelt administration ; fear by laborers of joining unions lest they lose their jobs ; fear by office‑holders wanting honest government of being framed by the politicians ; fear by everyone to show one’s hand, or to speak out (Middletown 1937, p. 492).

18En conséquence, l’irrationalité devient le comportement dominant au sein de la population locale. Le réel est perçu au travers de symboles simplistes qui reflètent un profond malaise individuel :

Rather than ponder such things, Middletown prefers either to sloganize or to personalize its problems (Middletown 1937, 492).

19Ainsi, sous l’optimisme béat entretenu par les discours officiels, la communauté connaît une profonde crise culturelle, avivée par les mutations économiques et sociales.

Paradoxe de crise

20Pour les auteurs, l’homogénéité culturelle de la communauté constitue une unité de façade. La crise fragilise cette cohésion communautaire en accentuant le clivage social entre le groupe des hommes d’affaires et le monde des ouvriers. Cette dichotomie sociale sert de base méthodologique pour affiner l’étude des comportements de la population de Middletown12. Contrairement au sentiment partagé par la population d’une absence de conséquence de la crise, les Lynd démontrent que l’adaptation de l’économie a favorisé les hommes d’affaires et les cols blancs. En conséquence, la reprise de l’activité économique s’accomplit dans un contexte de fragilité accrue pour les ouvriers les moins qualifiés :

What appears increasingly in Middletown industries is not one unbroken ladder but two : the one becoming shorter, harder to climb and leading nowhere in particular ; the other a long and repaying one but beginning a long jump above the plant floor. Middletown’s industries consist more than ever before of a large, crowded floor of little differentiated « hands », and a different class of individuals (businessmen and engineers) doing all the « going up » in a world of their own largely beyond the reach of the working class. And the situation has been aggravated by the depression (Middletown 1937, 72).

21Pour les ouvriers de Middletown, la crise de 1929 n’est donc pas un événement purement symbolique et extérieur à la communauté (Middletown 1937, 72). Les efforts entrepris pour accroître le taux de syndicalisation reflètent la réalité de ce malaise social. L’évolution du nombre de travailleurs syndiqués épouse la chronologie de la crise : 900 syndiqués sur 13000 ouvriers avant le début de la crise, 2800 en 1934 et, enfin, 1000 en 1935. En dépit de la forte hostilité du monde des affaires, le syndicat Central Labor de Middletown tente d’organiser la syndicalisation en s’appuyant sur les dispositions législatives du New Deal, notamment au sein de l’industrie du verre locale. En dépit de ces tentatives ponctuelles de résistance, et comme le démontre la baisse finale du nombre de syndiqués, la réaction du monde ouvrier se caractérise par son apathie au regard des conséquences réelles de la crise. Ce décalage et cette inaction des habitants constituent pour les auteurs un paradoxe surprenant qu’il convient de comprendre. En conséquence, ils se penchent sur les mécanismes de contrôle politique qui, selon eux, tétanisent les forces vives de cet espace local.

Middletown, une localité sous le contrôle d’une élite ?

22Pendant l’entre‑deux‑guerres, en raison de la violence brutale de la crise, la question des mécanismes de contrôle social trouve une place croissante dans les débats intellectuels aux Etats‑Unis et en Europe. A l’image d’Antonio Gramsci, les Lynd s’interrogent sur les conditions de maintien en position dominante des valeurs consuméristes et de leur corollaire, la doctrine du laissez‑faire13. Cette domination est d’autant plus surprenante dans un contexte national où ces valeurs dominantes sont contre‑balancées par l’Etat fédéral et le New Deal rooseveltien. En termes plus gramsciens, les forces conservatrices oeuvrant à Middletown ne constituent pas un bloc historique dominant dans les années trente.

Middletown, une monarchie ?

23L’une des principales critiques adressées au premier ouvrage des Lynd avait été l’omission du poids crucial de la famille X, centre du pouvoir économique, financier et culturel de la communauté14. Avec Middletown 1937, Robert Lynd retrouve les accents de dénonciation politique qui avaient été les siens dans les années vingt en analysant les caractéristiques sociales d’Elk Basin. Cette étude donna lieu à une virulente condamnation des méthodes de John Rockfeller15. Dans les années trente, en compagnie de son épouse, ils décrivent à la manière d’une pieuvre, l’image favorite des muckrakers progressistes, le pouvoir tentaculaire de la famille X qui possède un pouvoir semblable à celui des groupes dominants dans les anciens régimes européens, contrôlant les élites économiques à l’aide d’un système curial similaire (Middletown 1937, 77). A cette forme subtile de contrôle social s’ajoute une mise sous tutelle plus classique des institutions de formation de la jeunesse et de diffusion des informations.

24A ce titre, un membre de la famille dirige le Middletown’s School Board. Selon les Lynd, la famille aurait fait interdire des ouvrages jugés subversifs pour la jeunesse, notamment Marriage and Morals de Bertrand Russell et 1919 de John Dos Passos. Comme le remarque l’un des habitants de la ville :

« X State College is a joke to Middletown. It’s a lousy institution ! What do they teach you out there ? They take Dos Passos off the shelves so you won’t get polluted. Everybody out there’s afraid of the shadow of a real idea ! » ( Middletown 1937, 216).

25La presse locale est également placée sous le contrôle de la famille, le journal du matin étant surnommé par les habitants, le « X Paper ». La philanthropie permet de s’assurer la bienveillance de la population : les YMCA et YWCA locaux, les églises locales et l’hôpital de la ville ont été financés par les dons généreux de la famille (Middletown 1937, 85).

26Au lendemain de la crise de 1929, le pouvoir de la famille s’accroît fortement. Dans les années trente, la faillite des deux dernières banques indépendantes lui permet de contrôler la totalité du système bancaire. De façon identique, le principal cabinet de juristes passe sous le contrôle de ses intérêts. Enfin, la faillite de nombreux petits commerces de détail facilite l’ouverture d’un magasin à l’enseigne de la famille. Cette extension du pouvoir économique a pour corollaire une réaffirmation de son engagement républicain. La famille X devient l’un des principaux financiers dans l’Indiana de l’American Liberty League. Un membre de la famille dirige le Republican National Committee de l’Etat d’Indiana. Néanmoins, avec un sens aigu de l’opportunisme politique, un jeune membre de la famille est entré au sein du parti démocrate au lendemain du raz‑de‑marée démocrate de 1932.

27Ainsi, l’entité « Middletown » est dirigée au sommet par une famille « régnante », selon la formule des Lynd, qui maintient son pouvoir en véhiculant des valeurs conservatrices.

La philosophie « spontanée » de Middletown

28En effet, la pérennité de ce pouvoir familial s’explique par le rôle déterminant des structures éducatives, culturelles et religieuses. Ces institutions ont un impact considérable dans une communauté où les habitants, à l’image des peuplades étudiées par les anthropologues américains dans les années vingt, possèdent une mentalité primitive :

Actually, these interrupting agencies such as church and school that nominally stress ends rather than means are tolerated by the culture as saving ornaments and psychological guarantees of its progress. By a subtle psychological transfer, they are regarded as symbols of its progress (Middletown 1937, 317).

29Les Lynd consacrent un chapitre entier à cet esprit primitif en dressant la longue litanie des « valeurs locales » dominantes dans la communauté. Cette « philosophie spontanée » des habitants, selon les termes de Gramsci, est assimilée à une « philosophie avancée du mercantilisme » pour les Lynd (Middletown 1937, 434).

30Première de ces institutions de contrôle, l’éducation a pour objectif principal de renforcer la prégnance de ces clichés culturels, ces « drumbeats of life » des habitants de la communauté. Ce contrôle social est masqué sous une rhétorique égalitaire qui reconnaît le droit à la différence culturelle pour chacun. Néanmoins, il s’agit d’un leurre comme le déplore le couple Lynd :

« Education for individual differences » will continue to mean tolerance as to the poet one reads, if any, and « majoring » in literature or science, but it may mean in the years that lie ahead, less than at any time in the history of the city, the right to be « different » as regards the broadening area of issues and activities which Middletown regards as central to its group welfare (Middletown in Transition, 226).

31Les médias renforcent cette mainmise des valeurs locales. La nationalisation de la presse dans les années trente ne modifie guère la tonalité des quotidiens. L’apparition dans la presse locale des éditoriaux des grandes plumes de la Côte Est accentuent même le discours conservateur puisque, dans leur grande majorité, les articles demeurent faussement neutres et objectifs, dissimulant sous un verbiage patriotique une hostilité latente aux principes du New Deal (Middletown 1937, 485). De façon similaire, selon les Lynd, la présence croissante de chaînes de radiodiffusion nationales contribue seulement à accentuer l’apathie politique en distrayant les habitants et en les éloignant des débats politiques : à Middletown, l’émission radiophonique la plus populaire est celle de Walter Winchell « On Broadway » !

32Dernière force de cohésion des valeurs locales, les églises accentuent le conservatisme de la philosophie spontanée des habitants en raison de leur farouche opposition à l’esprit réformiste du New Deal :

To such controversial issues as internationalism, disarmament, pacifism, labor organization, social planning in the interest of the masses and the redistribution of wealth, the amendment of the Constitution, socialized medicine, and birth control, the great majority of the churches of Middletown present the negative face of the community, or are silent, or talk such generalities that their position is equivocal (Middletown 1937, 312‑313).

33Ensemble, ces institutions favorisent donc la cohésion culturelle en accentuant le caractère « spontané » des valeurs qui assurent la pérennité de la domination de la famille Ball.

Une conception statique du contrôle social

34Ce travail de présentation des tentacules de la pieuvre locale possède un aspect mécanique qui présuppose le consentement passif des habitants de la communauté et leur absence d’autonomie. Particulièrement visés, les ouvriers paraissent incapables de forger un mode d’action et de pensée propre. Ils deviennent des pantins, manipulés à leurs dépens par les forces du capitalisme :

The willingness of these individual working‑class atoms to dance to any tune that will give them an automobile and ‘show them a good time (Middletown 1937, 26).

35L’échec de la syndicalisation reflète cette inertie du monde ouvrier :

By 1925 this earlier fabric of organization had long since largely travelled away, and the lethargy as regards labor organization observed in 1925 not only continued but was even increased by the early years of the depression (Middletown 1937, 25).

36Tout au long de l’ouvrage, les Lynd présentent de façon mécanique le rouleau compresseur du contrôle social, à l’image de la répression de la tentative d’expression d’un discours dissident par le syndicaliste Francis Dillon en juin 1935. Alors qu’une violente grève a éclaté à Toledo, l’American Federation of Labor envoie ce syndicaliste pour organiser l’industrie automobile à Middletown. Les auteurs égrènent les différents incidents qui démontrent la volonté des hommes d’affaires d’étouffer l’intervention de Dillon : l’arrestation d’un travailleur, le renoncement d’une radio locale à retransmettre le discours du syndicaliste pour des raisons « techniques » et les virulentes campagnes hostiles aux syndicats menées dans la presse la semaine précédant l’intervention de Dillon. Instruments de la répression, les hommes d’affaires utilisent ces incidents pour définir leur conception du « bien public » qui cadre avec « la philosophie spontanée » des habitants :

Here again, in this tightening of business controls over labor incident to the return of General Motors and the renewed activity of organizers, one may not read personal malevolence on the part of the inner control group. Middletown’s inner group of powerful businessmen are fighting to keep the city alive. They take the position they do on the high and obvious ground of « public interest » (Middletown 1937, 39).

37Cette absence d’autonomie du monde ouvrier confère un caractère statique à ce contrôle social dont les Lynd prennent eux‑mêmes conscience. En effet, ils peinent à définir avec exactitude la nature de ce contrôle. Soucieux de le distinguer du pouvoir hégémonique dans les dictatures, ils soulignent son caractère « informel » et « involontaire »16. Néanmoins, ils se contredisent parfois en évoquant le caractère autoritaire et brutal de ce contrôle :

It cannot be too often reiterated that the X control of Middletown is for the most part unconscious rather than deliberate. People are not, when one gets beyond the immediate army of direct employees of the family, dictated to. It is rather the sort of control that makes men hesitant about making decisions of importance unless these are in harmony with X policies. Here we are witnessing the pervasiveness of the long fingers of capitalist ownership (Middletown 1937, 96).

38Cette difficulté à cerner avec précision la réalité de ce contrôle reflète le refus des Lynd de prendre en considération la capacité de résistance des ouvriers à l’intérieur de la communauté. L’élection présidentielle de 1936 marque l’apogée de cette contradiction interne et conceptuelle au discours des Lynd. Selon eux, la campagne présidentielle de 1936 constitue l’acmé de la volonté de contrôle des masses :

The 1936 election witnessed perhaps the strongest effort in the city’s history by the local big businessmen (industrialists and bankers) to stampede local opinion in behalf of a single presidential candidate. These men own Middletown’s jobs and they largely own Middletown’s press ; and they made use of both sources of pressure (Middletown 1937, 361).

39Pourtant, en dépit de cette chape de plomb qui pèse sur les habitants, Roosevelt l’emporte avec 59% des voix. Si les Lynd renoncent à expliquer ce surprenant vote, il convient néanmoins de s’interroger sur le degré d’autonomie des habitants de la ville et sur le niveau de réification du comportement des acteurs sociaux opérée par les auteurs.

Middletown, ou l’étonnante résistance au New Deal

40La crise de 1929 met en tension l’idée de citoyenneté dans l’ensemble du pays et invite les Américains à repenser les conditions d’exercice de leur citoyenneté. Pourtant, selon les auteurs, les habitants de Middletown demeurent incapables d’une telle réflexion et restent prisonniers de leur étroitesse de vue : au lieu d’élargir leur horizon politique, la crise exacerbe leur repli communautaire (Middletown 1937, 443).

41A l’intérieur de la petite communauté, les Lynd observent une opposition globale face aux mesures du New Deal. Selon eux, l’entrée en scène du gouvernement fédéral heurte les habitants, notamment les hommes d’affaires, dans leur conception du politique :

It is this feverish devotion to the goodness of work that gives added edge to the indignation of local businessmen over the proposal of the Roosevelt administration to continue its program of socialized devices for supporting men out of work (Middletown 1937, 246)

42A l’inverse de la compréhension espérée des bienfaits rationnels de la révolution rooseveltienne, la crise provoque un renfermement irrationnel autour des valeurs locales érigées en modèle. Face au délitement social et économique, un sentiment d’hystérie s’empare des habitants les empêchant donc de dépasser l’horizon mental du local :

They have fumed and created personal devils to denounce—« Wall Street speculators », « international financiers », « the people in Washington ». Men kept their stores open longer, allegedly because, as some claim, « the Jews and the chain stores started it », but in part because latent within their skins and writ large all over their institutions is the master formula : Work = Money ; Money Buys Leisure ; Nonwork = Loss of Opportunity to Make Money, and Therefore Loss of Opportunity to Buy Leisure (Middletown 1937, 294).

43En raison de la modification de l’horizon d’attente qu’il incarne, le gouvernement fédéral cristallise ces peurs et ces fantasmes de la communauté. En retour, cette exacerbation du malaise accentue la légitimité des institutions politiques locales, même si elles sont notoirement inefficaces, à l’image de la municipalité aux mains de politiciens corrompus, sous l’emprise plus ou moins déguisée de la pègre (Middletown 1937, 325‑338).

44Les hommes d’affaires mènent la lutte contre le New Deal en poursuivant une stratégie systématique d’opposition. En 1935, parallèlement à la réinstallation de General Motors, les hommes d’affaires se réjouissent publiquement des mesures du New Deal :

« Middletown is so rock‑ribbed Republican », commented another businessman, « that our best people around here are unwilling to give the New Deal type of thinking and planning an even and candid break » (Middletown 1937, 22).

45Le National Industrial Recovery Act concentre l’opposition des hommes d’affaires dans la mesure où cette loi va à l’encontre de la tradition américaine des « petits » hommes d’affaires dont l’ancrage local a fait la richesse de l’Amérique :

But the frantic resistance of local business leaders to administrative innovation in Washington under the New Deal has carried over to the local scene as a wet blanket over any proposal to change the « fundamentals of the American system of local government » (Middletown 1937, 372).

46Cette hostilité globale et catégorielle des habitants de Middletown se reflète particulièrement dans le domaine de l’aide sociale.

La question de l’aide publique

47L’un des nœuds gordiens politiques tranchés par le New Deal a été le passage d’une aide publique majoritairement privée à une aide financée partiellement par l’Etat fédéral. A Middletown, ce changement d’horizon culturel et politique est un échec. Dans les années vingt, la charité publique est perçue comme un problème relevant de l’initiative privée. En 1929, le Middletown’s Community Fund regroupe douze associations charitables, notamment l’Y.M.C.A., l’Y.W.C.A. et celle des Boy Scouts. Au début de la crise, toute la communauté s’accorde sur la nécessité d’utiliser l’aide publique pour les premières victimes de la crise :

When the squall hit in 1929, it is quite characteristic of these generous folk that nobody doubted the social duty to « lend a hand », for « we can’t let Americans starve » (Middletown 1937, 22).

48Le Community Fund tente de faire face à la demande. Pourtant, à l’image des autres associations charitables dans l’ensemble du pays, il est rapidement débordé17. En conséquence, un comité de citoyens convainc les autorités locales de prendre en charge l’aide des habitants nécessiteux dès le mois de novembre 1933 : le Social Service Bureau travaille désormais à l’échelle de l’État en étroite collaboration avec le Governor’s Commission on Unemployment Relief. Néanmoins, le City Council doit faire face à une opposition croissante des habitants. Les fermiers conduisent l’offensive estimant que leurs impôts sont utilisés par les pauvres pour s’approvisionner en « cigarettes, whisky et autres produits inutiles » (Middletown 1937, 110). A cette opposition des fermiers s’ajoute celle des hommes d’affaires, traditionnellement hostiles à cette forme d’aide qui dissocie l’exercice du travail de l’obtention de revenu :

Business‑class Middletown is coming out of the depression in a mood of anxious resentment toward those on relief. It has no imagination to spare for, and is prepared to give no quarter to, those whose morale has been broken by long unemployment and the humiliation of relief (Middletown 1937, 142).

49En raison de la montée en puissance de l’opposition locale, la collaboration est suspendue en février 1936. Le Social Service Bureau retrouve ses prérogatives passées et se cantonne désormais à un rôle de consultant pour les questions liées à la famille au sein du Community Fund. Pour les Lynd, ce renoncement démontre l’incapacité des habitants de Middletown à concevoir une autre forme de gestion du social. Incontestablement, les habitants sont confrontés à un blocage mental, une forme de goulet d’étranglement culturel :

People have no idea of what they « have a right to expect », except the average achievement that other cities of similar size and similarly case‑hardened institutions nearby have (Middletown 1937, 130).

50Aux yeux des Lynd, cette aliénation mentale touche en premier lieu et de manière paradoxale le monde ouvrier.

L’introuvable conscience de classe

51Dans le Middletown des années 1930, les ouvriers conservent un mode de pensée ancré dans des réflexes locaux. La pérennité de cette croyance s’explique par son enracinement dans la tradition américaine. Souvent issus des campagnes environnantes, les ouvriers refusent de concevoir la politique à une autre échelle que celle du local, restant fidèles à ces valeurs américaines qu’ils ont en commun avec le monde des affaires. Le basculement du côté du New Deal se heurte donc à ce sens de la tradition :

They are American‑bred and « think American »—slogans and all. They want to be « independent » and to « get on in the world », but if the years that lie ahead include relatively heavy unemployment, it is likely that they will return again and again in their thoughts to this depression precedent (Middletown 1937, 125).

52Plus encore, les ouvriers vivent la crise comme un désastre personnel sans parvenir à dépasser ce stade de l’explication individuelle pour un raisonnement en terme collectif, en terme de classe. Dès lors, il n’existe pas de front commun du monde ouvrier face au monde des affaires :

In this situation, the sprawled inertness of Middletown working‑class opinion—as over against the more vocal and coherent opinion of business class—may conceivably take shape slowly in a self‑conscious sharpening of class lines. But neither class morale, sources of information, nor personal leadership for such a development is apparent at present among Middletown’s working class (Middletown 1937 ,367).

53Face au double enjeu de la syndicalisation et de la prise de conscience de classe, les ouvriers de Middletown restent obnubilés par leurs pratiques de consommation. A la consternation des Lynd, l’approvisionnement de leur voiture en essence devient une priorité essentielle :

Even at the time of the labor‑union fervor under N.R.A., local organizers tell one disgustedly, many Middletown workers were more interested in figuring out how to get a couple of gallons of gas for the car than they were in labor’s effort to organize (Middletown 1937, 265).

54Ainsi, le consumérisme et l’individualisme ouvriers donnent lieu à une forte ingratitude des ouvriers qui dénoncent l’aide publique comme « lousy » tout en bénéficiant fortement des aides mises en place par le New Deal, notamment celles du Federal Emergency Relief Act.

55Néanmoins, en dépit de cette vision désenchantée du monde ouvrier, les Lynd laissent percer des traces d’une prise de conscience diffuse des nouveaux rapports politiques et sociaux induits par le New Deal. Les ouvriers ne cachent pas leur déception lorsque la Cour Suprême invalide certaines dispositions législatives du programme rooseveltien. De façon similaire, le vote en faveur du candidat démocrate en 1936 démontre l’adhésion de ces mêmes ouvriers à la nouvelle conception du politique qu’il véhicule. Prisonnier de leur cadre analytique, les auteurs refusent de mettre en avant cette autonomie, cette « agency » du monde ouvrier qui trouve sa place dans un entre‑deux, peu héroïque, entre les exigences locales de la vie communautaire et les mutations opérées à l’échelle fédérale.

Conclusion

56L’ouvrage des Lynd, Middletown in Transition, constitue une expérience en vase clos de la réaction de la population d’une petite localité américaine, culturellement homogène, mais socialement hétérogène, face à la modernité politique dans les années trente. Pour les auteurs, les consommateurs de Middletown, notamment les ouvriers, ne deviennent pas des citoyens avisés et responsables18. Tout l’ouvrage a pour objectif de démontrer la puissance des forces du capitalisme et l’impuissance des ouvriers, maintenus par la famille X et les hommes d’affaires dans une position subordonnée. Le poids des valeurs dominantes confine les ouvriers à une perception irrationnelle des mécanismes de la crise et empêche l’apparition d’une prise de conscience démocratique. L’adhésion au New Deal se heurte donc à la « philosophie spontanée » des habitants, réfractaires à l’adoption de ce nouvel horizon politique. Dès lors, prisonnier de sa mentalité primitive, Middletown se trouve à la fin de la décennie à mi‑chemin du communisme ou du fascisme :

For unless there is a sharp rise in working‑class solidarity in the interim, this Middletown working‑class, nurtured on business‑class symbols, and despite its rebellious Roosevelt vote in 1936, may be expected to follow patiently and even optimistically any bright flag a middle‑class strong man waves (Middletown 1937, 509).

57Néanmoins, à l’intérieur de ce schéma fonctionnel à la mécanique parfaitement huilée, la perspective « top‑down » des Lynd se heurte à la résistance « from the bottom up » du local, à tel point que le lecteur reste surpris du vote des habitants de cette communauté conservatrice et passive qui vote majoritairement (59%) pour Roosevelt en 1936. Ironie de l’histoire et preuve ultime de l’autonomie politique des individus, la communauté de Muncie résiste à cette reconstruction scientifique qui réifie le local. A l’inverse de la conclusion des Lynd, Middletown in transition démontre en creux la vitalité des institutions démocratiques et les alternatives qu’elles offrent aux acteurs. Il relativise aussi toutes les formes de domination culturelle et de réductionnisme sociologique, démontrant, in fine, le pouvoir des acteurs sociaux, maîtres de leur destin face aux politiciens qui les gouvernent, aux hommes d’affaires qui les emploient et aux scientifiques qui les étudient.

Haut de page

Bibliographie

BEITO, David T. From Mutual Aid to the Welfare State. Fraternal Societies and Social Services 1890‑1967, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

CAROLLYLE, Frank. « Who Governed Middletown ? Community Power in Muncie, Indiana, in the 1930 », Indiana Magazine of History, n° 75, December 1979, p. 321‑342.

CHAPOULIE, Jean‑Michel. La tradition sociologique de l’école de Chicago, 1892‑1961, Paris, Le Seuil, 2001.

COHEN, Lizabeth. Making a New Deal. Industrial Workers in Chicago, 1919‑1939, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

FOX, Richard Wightman. « Epitaph for Middletown : Robert S.Lynd and the Analysis of Consumer Culture » dans Richard Wigthman FOX et Jackson T. LEARS, (dir.), The Culture of Consumption : Critical Essays in American History 1880‑1980, New York, Pantheon Books, 1983.

GREENWALD, Maurine W., ANDERSON, Margo, (dir.). Pittsburgh Surveyed : Social Science and Social Reform in the Early Twentieth Century, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1996.

KLOPPENBERG, James T. Social Democracy and Progressivism in European and American Thought 1870‑1920, New York, Oxford University Press, 1986.

LAZARSFELD, Paul, JAHODA, Marie, ZEISEL, Hans. Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Editions de Minuit, 1981.

LYND, Robert et Helen. Middletown. A Study in American Culture, New Yƒork, Harcourt Brace Jovanovich, 1929.

LYND, Robert et Helen. Middletown in Transition. A Study in Cultural Conflicts, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1937.

LYND, Robert. Knowledge for What ?, Princeton, Princeton University Press, 1939.

MOORE, Leonard. The Ku Klux Klan in Indiana, 1921‑1928, Chapell Hill, University of North Carolina Press, 1991.

ROSS, Dorothy. The Origins of American Social Science, New York, Cambridge University Press, 1991.

SMITH, Mark. Social Science in the Crucible. The American Debate Over Objectivity and Purpose 1918‑1941, Duke, Duke University Press, 1991.

STRASSER, Susan, MCGOVERN, Charles, JUDT, Matthias, eds. Getting and Spending : European and American consumer Societies in the 20th Century, New York, Cambridge University Press, 1998.

Haut de page

Notes

1 LYND, Robert et Helen, Middletown in Transition. A Study in Cultural Conflicts, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1937, p. 147.
2 LAZARSFELD, Paul, JAHODA, Marie, ZEISEL, Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Editions de Minuit, 1981, p. 8.
3 LYND, Robert and Helen, Middletown, A study in American Culture, New York, Harcrourt, Brace and Jovanovitch, 1929
4 FOX, Richard Wightman, « Epitaph for Middletown : Robert S.Lynd and the Analysis of Consumer Culture » in Richard Wigthman FOX et Jackson T. LEARS, The Culture of Consumption : Critical Essays in American History 1880‑1980, New York, Pantheon Books, 1983.
5 KLOPPENBERG, James T., Social Democracy and Progressivism in European and American Thought 1870‑1920, New York, Oxford University Press, 1986, p. 381‑394.
6 Un exemple de positionnement surplombant dans CAROLLYLE, Frank, « Who Governed Middletown ? Community Power in Muncie, Indiana, in the 1930s », Indiana Magazine of History, n° 75, December 1979, p. 321‑342.
7 Depuis 1933, Lazarsfeld vit sur le sol américain. Grâce à l’intercession de Robert Lynd, il prend la tête d’un groupe d’étude financé par la Fondation Rockefeller sur l’impact des études radiophoniques. Voir LAZARSFELD, Paul F., « An Episode in the History of Social Research : A Memoir », in FLEMING, Donald, BAILYN, Bernard, The Intellectual Migration : Europe and America, 1930‑1960, Cambridge, Harvard University Press, 1969, p. 267‑309.
8 LAZARSFELD, Paul, JAHODA, Marie, ZEISEL, Hans., p. 23‑34.
9 FOX, Richard Wightman., p. 132‑133.
10 LAZARSFELD, Paul, JAHODA, Marie, ZEISEL, Hans, p. 78‑103.
11 MOORE, Leonard, The Ku Klux Klan in Indiana, 1921‑1928, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1991.
12 Sur le caractère simplificateur de cette grille de lecture qui omet la classe moyenne locale, voir ZUNZ, Olivier, Why the American Century ?, Chicago, University of Chicago Press, 1998, p. 102‑103.
13 Sur Gramsci et sa réception aux Etats‑Unis, LEARS, Jackson T. J., « The Concept of Cultural Hegemony : Problems and Possibilities », American Historical Review, vol. 90, n° 3, June 1985, p. 567‑593.
14 Il s’agit en fait de la famille Ball.
15 LYND, Robert, « Done in Oil », The Survey, n° 49, 1/11/1922, p. 137‑146.
16 Pour la distinction entre contrôle social et hégémonie, voir LEARS, Jackson, p. 570‑575.
17 Sur cette aide publique locale et privée, voir BEITO, David T., From Mutual Aid to the Welfare State. Fraternal Societies and Social Services 1890‑1967, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.
18 Sur le caractère central de cette tension pour les années trente, lire STRASSER, Susan, MCGOVERN, Charles, JUDT, Matthias, eds., Getting and Spending : European and American consumer Societies in the 20th Century, New York, Cambridge University Press, 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Huret, « Le local sous l’œil des sciences sociales », Transatlantica [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 30 juin 2006, consulté le 25 mars 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/168

Haut de page

Auteur

Romain Huret

Université Lyon II, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org