Navigation – Plan du site
Hawthorne

« Criticoscopie » : trois lectures de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne

Hélène Aji et Brigitte Félix

Texte intégral

  • 1 « Avant-propos », Sur Racine (Paris : Seuil, 1963), 7. Les citations de la phrase suivante sont tir (...)

1Se pourrait-il que le grand classique qu’est devenu The Scarlet Letter ait atteint cet « art inégalé de la disponibilité », dont Roland Barthes parle à propos de l’œuvre de Racine, « qui lui permet de se maintenir éternellement dans le champ de n’importe quel langage critique »1 ? Une telle disponibilité, précise Barthes, n’est la marque ni d’une faiblesse, ni d’une « vertu mineure », mais bien au contraire celle de « l’être même de la littérature » quand l’œuvre, « désign[ant] vraiment un sens tremblé, et non un sens fermé », occupe une place qui demeure toujours « offerte à la signification ». Un dossier de trois articles consacrés à The Scarlet Letter ne vise pas à faire la somme des discours critiques que ce texte a pu susciter, non plus qu’à privilégier tel ou tel discours : incursions dans des directions coexistantes de la critique, ces articles disent l’inépuisable richesse et la subtile complexité du roman de Nathaniel Hawthorne. Ils témoignent de la possibilité d’en renouveler sans cesse la lecture, que le critique se donne pour tâche d’approfondir ou d’infléchir de précédentes analyses, ou bien qu’il choisisse d’emblée une voie d’accès à l’œuvre plus inédite. Prismatique, l’œuvre se lit aux prismes pluriels d’une critique à dimension variable.

2Or le rapport établi par Roland Barthes entre la valeur littéraire et la possibilité de multiplier les investigations critiques n’est pas sans rappeler que deux des thèmes majeurs de The Scarlet Letter sont précisément la confrontation de l’interprétation à l’ambiguïté fondamentale des signes et l’instabilité qui en résulte, trouble permanent du texte et de sa lecture. Chacune des trois études réunies ici incarne, à sa manière, un type de démarche critique permettant d’aborder différemment les diverses modalités de la résistance du texte au cadrage interprétatif.

  • 2 Cf. les travaux du philosophe Paul Ricœur sur la représentation du passé, notamment dans La Mémoire (...)

3Dans « Le recouvrement du passé : histoire et mémoire dans The Scarlet Letter », Agnès Derail-Imbert propose une réflexion d’une double nature, épistémologique2 et littéraire, sur la « relation paradoxale » qu’entretiennent l’histoire et la mémoire dans le roman. L’article s’appuie explicitement sur une partie de la critique américaine, en particulier l’ouvrage de Lauren Berlant paru en 1991 (The Anatomy of National Fantasy : Hawthorne, Utopia and Everyday Life), qui utilise la notion foucaldienne de « contre-mémoire » déstabilisant « les formes autorisées de l’histoire officielle ». L’analyse explore la façon dont cette histoire officielle, qui fait de la lettre infamante « le signe de l’assomption des mémoires dans le ralliement patriotique », impose en même temps à chacun « l’oubli et la ‘vacance’ de son histoire personnelle ». Un lien de causalité unit alors histoire et amnésie, tandis que persistent et résistent des mémoires subversives, comme celle qui renvoie au passé de la passion, signalé par les arabesques et les enluminures de la lettre A, dont la « forme baroque conserve intacte la mémoire du désir ». Comme en écho à Ricœur, pour qui l’histoire est « écriture de part en part » (302), Agnès Derail-Imbert montre comment l’histoire et l’écriture de The Scarlet sont traversées par l’Histoire et ses relations antagoniques, souvent paradoxales, avec la mémoire. Seul le texte de fiction, contre l’historiographie officielle, peut se faire lieu paradoxal du « recouvrement du passé, à la fois [de] sa résurgence et [de] son effacement ».

  • 3 Paul Aron, Denis Saint-Jacques & Alain Viala, Le Dictionnaire du littéraire (Paris : PUF, 2002), 38 (...)

4La wilderness, dont Agnès Derail-Imbert rappelle qu’elle est le lieu marginal où se développe la contre-mémoire résistant à l’establishment puritain, est le sujet du deuxième article de ce dossier, « Le mythe de la wilderness dans The Scarlet Letter ». Le point d’ancrage théorique du travail de Lauric Guillaud, évoqué par son titre, est proche de la mythocritique, méthode qui « consiste à analyser les mythes, ou grandes structures figuratives, d’une culture à un moment donné [et] est donc une hypothèse d’étude anthropologique du littéraire »3. Après un tour d’horizon de la signification archétypale de la wilderness, notamment quand elle sert à désigner les espaces inexplorés du nouveau monde, l’auteur en vient à la dualité qui la définit et qui se retrouve dans la position d’« entre-deux qui caractérise Hester et l’Indien ». L’article procède à une lecture de la situation et du destin des personnages en fonction de leur relation à la wilderness. Avec Chillingworth, qui y perd son âme et s’efface du roman, c’est le lieu qui incarne le mal, selon l’exégèse puritaine (mais il y aurait même un sous-texte gothique, hérité de Charles Brockden Brown). Dimmesdale, lui, meurt à mi-chemin d’une conversion avortée à « l’ensauvagement » hors du monde puritain, tandis que Hester est « rédimée par la nature sauvage », préfigurant ainsi « l’évolution significative du mythe de la wilderness » vers la revalorisation, au xixe siècle, des espaces sauvages en « ‘grands espaces’ (‘open spaces’) ».

  • 4 Notamment Métalepse. De la figure à la fiction (Paris : Seuil, 2004).

5L’entre-deux et l’ambiguïté qui caractérisent la wilderness s’avèrent, pour Guillaume Tanguy, auteur du troisième article, « Hawthorne et ses métalepses », des éléments clefs non seulement du récit mais aussi d’une écriture qui fait de la figure de la métalepse son moteur poétique. Dans le sillage des travaux de Gérard Genette4, entre autres supports théoriques sur la question, l’analyse sera donc ici narratologique et poétique, à l’intersection des deux disciplines (tout comme la métalepse elle-même), tout en intégrant les implications idéologiques de l’usage de cette figure, comme y invitent les réflexions de Michel Foucault (Surveiller et punir, Histoire de la sexualité). « Transgression délibérée d’un seuil narratif » qui, par « effraction des clôtures textuelles », fait entrer en contact des univers ontologiquement séparés (celui où l’on raconte d’une part, et celui que l’on raconte d’autre part, pour reprendre Genette), la métalepse est repérée par Guillaume Tanguy dans quelques nouvelles ainsi que dans The House of the Seven Gables et The Blithedale Romance. Cependant, c’est bien dans The Scarlet Letter que la figure prend en charge la signification profonde et l’esthétique du roman, qui est une esthétique de « la relation, la porosité, l’échange » dans laquelle « [l]e franchissement des barrières narratives joue par conséquent la même fonction que le voile hawthornien : il transforme les cadres étanches en sphères poreuses, et donne accès à un savoir secret, mais sans le profaner ». La métalepse est le principe poétique qui permet d’établir un lien herméneutique fort entre plusieurs aspects de la construction narrative et, au-delà, de comprendre l’ouverture de l’œuvre au jeu de la signification et de l’interprétation.

6Finalement, c’est aussi la nécessaire ouverture du jeu critique que ce dossier voudrait suggérer, car, pour revenir à Roland Barthes, si « [é]crire, c’est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte à laquelle l’écrivain, par un dernier suspens, s’abstient de répondre », alors, en effet, « on ne cesse jamais de répondre à ce qui a été écrit hors de toute réponse » (7).

Haut de page

Notes

1 « Avant-propos », Sur Racine (Paris : Seuil, 1963), 7. Les citations de la phrase suivante sont tirées de la même page.

2 Cf. les travaux du philosophe Paul Ricœur sur la représentation du passé, notamment dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (Paris : Seuil, 2000).

3 Paul Aron, Denis Saint-Jacques & Alain Viala, Le Dictionnaire du littéraire (Paris : PUF, 2002), 389.

4 Notamment Métalepse. De la figure à la fiction (Paris : Seuil, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Aji et Brigitte Félix, « « Criticoscopie » : trois lectures de The Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne », Transatlantica [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 03 août 2007, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/1541

Haut de page

Auteurs

Hélène Aji

Université du Maine, Le Mans

Articles du même auteur

Brigitte Félix

Université du Maine, Le Mans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org