Navigation – Plan du site
Varia

Présentation

Géraldine Chouard

Entrées d’index

Par rubrique :

Trans’Arts
Haut de page

Texte intégral

1En matière d’arts visuels américains, l’actualité a été fort riche ces derniers temps, ce qui est en soi une bonne nouvelle : l’art américain continue de jeter des ponts transatlantiques vers la France, où le public s’y montre de plus en plus réceptif.

2Comme en témoigne le florilège de comptes rendus de cette nouvelle livraison de la rubrique VARIA, les lieux où les oeuvres ont été montrées se sont diversifiés : outre le musée américain de Giverny, fidèle à sa mission de diffuser la connaissance du patrimoine culturel américain, qui vient de consacrer à Winslow Homer, « poète des flots » une importante exposition de peintures et dessins [Bill Gleeson], d’autres institutions, et non des moindres, s’y sont récemment intéressées, et c’est ainsi que le Louvre a invité les artistes américains à faire leur (r)entrée dans son salon carré. Pour accompagner cette démarche innovante, un colloque intitulé « De la démocratie en Amérique : Arts, sciences et politique 1776-1865 » s’est tenu à l’auditorium du Musée, où conservateurs, historiens d’art et chercheurs ont animé un passionnant débat, illustrant au moyen d’images composites (tableaux, photographies, esquisses, affiches) le thème « Révolution » auquel ce numéro est consacré, et dont les enjeux ont été prolongés et discutés [Catherine Van Der Rest]. La période de la genèse politique de la nation recoupait également celle de l’exposition du Grand Palais, « Portraits publics et portraits privés 1770-1830 », où figuraient certains classiques attestés du domaine pictural américain [François Brunet].

3Le Musée du Jeu de Paume s’est quant à lui mis en deux pour mieux servir la photographie américaine, que le mois de Novembre avait mis à la fête à Paris : tandis que le site Sully présentait une exposition Meyerowitz centrée sur le travail du photographe pendant l’une des périodes les plus fertiles de sa carrière (1970-1980) [Jean Kempf], le site Concorde offrait à Friedlander une rétrospective large [Marie Cordie-Lévy], venant remplacer celle qui avait montré l’oeuvre de Cindy Sherman sous toutes ses facettes [Laetitia Barrière]. Et la Galerie Les Filles du Calvaire ne fut pas de reste, qui choisit de présenter un point de vue transatlantique original à travers une vibrante série du photographe britannique Paul Graham, « American Night » [Catherine Bernard]. A la fois plus confidentiel et plus médiatique, le festival de photojournalisme de Perpignan donnait à voir « le spectacle des guerres américaines » par le biais d’expositions consacrées à des reportages sur les guerres du Vietnam et d’Irak [Didier Aubert]. Loin de se restreindre à l’actualité des galeries, VARIA accueille également des recherches en cours, telles que ces travaux d’un doctorant en études photographiques, dont les récentes investigations de terrain lui ont fait découvrir des photographies inédites de Lewis Hine [Frédéric Perrier]. Certains spécimens sont ici reproduits et commentés, auxquels s’ajoute la présentation d’un documentaire réalisé par deux jeunes américains, sur le thème du travail des enfants vu à travers le regard du photographe.

4Dans le domaine cinématographique, l’importation de films américains n’est guère une nouveauté, mais l’intérêt porté à la production des Etats-Unis ne cesse de se renouveler, avec des auteurs « cultes » (comme Woody Allen, dont le dernier Scoop a remporté de nombreux suffrages, ou Scorsese, dont The Departed est à la hauteur de la réputation du cinéaste), mais aussi, de temps à autres, par le biais de films mineurs soudainement devenus phénomènes culturels, qui en disent long sur la manière dont l’Amérique peut/veut être vue d’ici. Tel fut le cas, à la rentrée 2006, de Little Miss Sunshine, road-movie post-moderne revisité par la comédie de moeurs, dont le minibus jaune invitait au voyage. Le film fait ici l’objet d’un dossier en trois volets, où il est analysé sous l’angle des dysfonctionnements qu’il met en scène [Anne Crémieux], du traitement qu’il opère sur le genre du « road movie » [Anne Paupe] pour être enfin rapproché d’un néo western auquel il s’apparente, Wagons East, un film de 1994 de Peter Markle [Jean-Marc Chamot]. Signe du métissage des genres, l’actualité cinématographique s’affiche aussi ailleurs que dans les salles de cinéma : au Grand Palais, une exposition de quelques 400 oeuvres et documents inédits explorait les sources de Walt Disney, en rapprochant les dessins produits dans les studios des oeuvres qui les avaient inspirés, dans un esprit proche de celui de la Cinémathèque française, qui exposa pour la première fois au public quelques-unes de ses plus belles pièces de collection consacrées au cinéma expressionniste allemand, et notamment plus de 150 dessins originaux, qui expliquent à son attrait pour l’architecture, la photographie, et plus généralement, les jeux d’ombre et de lumière [Penny Starfield].

5Bon nombre des articles ici présentés émanent des membres du groupe de recherches HIMAN (Histoire des Images en Amérique du Nord) animé par François Brunet à l’Université Paris VII. L’occasion nous est ainsi donnée de saluer ce groupe du CIRNA, qui rassemble des chercheurs dont les travaux portent sur les représentations autant que sur les pratiques et usages de l’image dans la culture américaine. S’il va de soi que certains de ces chercheurs seront de nouveau amenés à se pencher sur tel ou tel aspect de l’actualité visuelle, le champ reste ouvert à tous, et VARIA se propose d’accueillir toute contribution susceptible d’éclairer le champ des images d’Amérique.

6La rentrée 2007-2008 s’annonce encore très fournie, à Paris comme en Province. VARIA lance à nouveau un appel à de nouvelles contributions pour évoquer l’actualité transatlantique des arts visuels. Chroniques ou billets, analyses ou articles, comptes rendus d’expositions, de colloques ou d’autres manifestations culturelles, la revue électronique s’adapte à des formats variés et permet aussi, grâce aux liens auxquels elle offre la possibilité de renvoyer, d’enrichir les textes de références à des sites, construisant ainsi un espace illustré de savoir et d’échange.

7Bonne reprise à tous, et merci d’envoyer vos propositions à :

8Géraldine CHOUARD pour les arts visuels : geraldine@chouard.com
Anne CREMIEUX pour le cinéma : anne.cremieux@u-paris10.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Chouard, « Présentation », Transatlantica [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 24 janvier 2007, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://transatlantica.revues.org/1189

Haut de page

Auteur

Géraldine Chouard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • Revues.org